Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par KheOps

Syrie : qui est défavorisé sur le terrain de la communication ?

Il y a eu pas mal de réactions suite à la publication de deux billets dévoilant des failles au sein de sites syriens : celui de syria-news, et celui du Parlement syrien qui a par la même occasion été gratifié d'une jolie décoration colorée. Un des sujets dans ces réactions est celui de "l'équilibre" (ne) régnant (pas) au niveau de la communication entre d'un côté les Syriens opposés au régime, et de l'autre ses supporters.

Il y a eu pas mal de réactions suite à la publication de deux billets dévoilant des failles au sein de sites syriens : celui de syria-news, et celui du Parlement syrien qui a par la même occasion été gratifié d'une jolie décoration colorée. Un des sujets dans ces réactions est celui de "l'équilibre" (ne) régnant (pas) au niveau de la communication entre d'un côté les Syriens opposés au régime, et de l'autre ses supporters.

Plus précisément, bluetouff précise sur son blog, suite à la publication de ces deux billets sur Reflets, que ce genre d'action vise à "rétablir un équilibre entre un régime qui déploie de gros moyens pour surveiller Internet, et des internautes qui souhaitent accéder à une information que le régime lui refuse". Ce à quoi répond dans un commentaire une personne du nom de "Amicalement", par l'opinion selon laquelle une telle action contribue plutôt à "renforcer le grand déséquilibre général".

En fait, je ne suis pas sûr qu'ils parlent du même équilibre. Mais il y en a au moins un à propops duquel des données sont disponibles, ce qui donne  l'occasion de formaliser quelques éléments techniques, simples et concrets permettant de mesurer ce fameux équilibre du point de vue des possibilités laissées aux uns et aux autres de s'exprimer en Syrie.

Contrôle du flux de données

Comme chacun le sait, Internet n'est qu'une suite de tuyaux, ou plutôt de câbles, reliés les uns aux...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée