Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par drapher

Surveillance globale : prévenir et réprimer les contestations citoyennes

« Il est dans la nature de l'homme d'opprimer ceux qui cèdent et de respecter ceux qui résistent. »  (Thucydide, -460 -400 av J.C) Un article du Guardian vient de démontrer que l'une des vocations des systèmes de surveillance massive opérée par l'administration américaine n'est pas la lutte contre le terrorisme.

« Il est dans la nature de l'homme d'opprimer ceux qui cèdent et de respecter ceux qui résistent. »   (Thucydide, -460 -400 av J.C)

Un article du Guardian vient de démontrer que l'une des vocations des systèmes de surveillance massive opérée par l'administration américaine n'est pas la lutte contre le terrorisme. Le Pentagone aurait un programme au sein du Département de la Défense (DoD) pour prévoir et contrer les mouvements sociaux, protestations civiles et autres débordements contestataires citoyens. Des articles soulignant les objectifs de contrôle social des outils implémentés par des administrations aidées de multinationales ont été publiés sur Reflets. Le rapport Europol 2010, publié en 2011 et traité sur Reflets soulignait déjà la mise en place d'un système global de surveillance massive :

(…) …Considérant que la surveillance généralisée est maintenant au cœur des mesures antiterroristes et que la collecte massive de données à caractère personnel, les techniques de détection et d’identification, le traçage et le dépistage, l’exploration de données et le profilage, l’évaluation des risques et l’analyse des comportements sont tous utilisés pour prévenir le terrorisme; (…)

L'article du journaliste Nafeez Ahmed intitulé " Pentagon preparing for mass civil breakdown _" et soutitré " Social science is being militarised to develop 'operational tools' to target peaceful activists and protest movements " n'est donc pas une surprise de premier ordre pour les fidèles et attentifs lecteurs de _Reflets. Pour autant, des réponses plus précises liées aux révélations de Snowden et aux questions souvent posées par les journalistes aux politiques ou  aux 'experts' — à propos des programmes massifs de la NSA, commencent à voir le jour.

A quoi ça sert, et pourquoi ne démentent-ils pas ?

La carte suivante, qui dévoile les 500 différents programmes, départements, systèmes, mis en œuvre par la NSA permet de mieux saisir l'architecture globale de "profilage" de l'administration US :

Accéder à la carte sur le site mindmeister.com

Les 30 000 personnes employées dans ce service géant d'écoutes, d'interception et de traitements d'informations planétaires bénéficient d'un financement annuel de 10 milliards de dollars. Aucun responsable de l'administration américaine, jusqu'au président Obama, n'a contesté l'existence de cette pieuvre d'écoutes planétaire totalement anti-démocratique et violant toutes les règles de protection de la vie privée. Aucun responsable américain n'a non plus annoncé que cela allait changer, ou s'en est excusé. Si des débats ont lieu au niveau national pour contester le droit de l'administration américaine d'espionner ses propres citoyens, aucune volonté de discuter l'arrêt de l'espionnage à l'encontre du reste du monde n'est présente.

Jusqu'à présent, les révélations d'Edward Snowden ont permis avant tout une chose : la mise en place d'un système panoptique mondial. Le principe du dispositif panoptique, déjà abordé sur Reflets, repose sur un présupposé pour qu'il fonctionne : la conscience par les "prisonniers" d'une surveillance permanente. Sans Snowden, les populations ne modifieraient pas leurs comportements, ne seraient pas en réflexion sur ce que l'on sait d'eux ou non, sur leurs actes, leurs modes de communication, etc. En réalité, les populations ne craignent pas un maître tout puissant si elles n'ont pas conscience de l'existence de ce maître. Désormais, le maître tout-puissant est connu, décrit, et son pouvoir semble très grand. Le maître n'a donc aucun intérêt à se désavouer, ou tenter de minimiser ses pouvoirs. Et les populations l'observent avec crainte.

« Si l’on trouvait un moyen de se rendre maître de tout ce qui peut arriver à un certain nombre d’hommes, de disposer tout ce qui les environne, de manière à opérer sur eux l’impression que l’on veut produire, de s’assurer de leurs actions, de leurs liaisons, de toutes les circonstances de leur vie, en sorte que rien ne pût échapper ni contrarier l’effet désiré, on ne peut pas douter qu’un moyen de cette espèce ne fût un instrument très énergique et très utile que les gouvernements pourraient appliquer à différents objets de a plus haute importance.  (…) L’ensemble de cet édifice est comme une ruche dont chaque cellule est visible d’un point central. L’inspecteur invisible lui-même règne comme un esprit ; mais cet esprit peut au besoin donner immédiatement la preuve d’une présence réelle. (…) Cette maison de pénitence serait appelée panoptique, pour exprimer d’un seul mot son avantage essentiel, la faculté de voir d’un coup d’œil tout ce qui s’y passe.»

Jeremy Bentham, dans "Panoptique ou Maison d'inspection", 1791

Un système prédictif pour des interventions préventives ?

Ce que dévoile le journaliste du Guardian est très intéressant et touche à de nombreux sujets qui intéressent les journalistes et lecteurs de Reflets. Un extrait de l'article, traduit sur le site de Paul Jorion :

Un programme de recherche du ministère de la Défense US (DoD) finance la modélisation par les universités de la dynamique (risques et points de basculement) de troubles civils à grande échelle à travers le monde, sous la supervision de diverses agences militaires américaines. Le programme – plusieurs millions de dollars – a pour but de développer à court et long terme une “appréhension militaire” des problématiques de politique commune de défense, à l’usage des hauts fonctionnaires et décideurs, et d’éclairer les politiques mises en œuvre par les commandements militaires.

Lancée en 2008 – année du déclenchement de la crise bancaire mondiale –, la DoD ‘Minerva research Initiative’, en partenariat avec les universités, a pour but de “renforcer la compréhension par le Dpt de la Défense des forces sociales, culturelles comportementales et politiques qui sous-tendent les régions du monde d’importance stratégique pour les États-Unis”.

Parmi les projets retenus pour la période 2014-2017, il y a une étude de l’Université Cornell dirigée par le Service de la recherche scientifique de l’US Air Force qui vise à développer un modèle empirique de “dynamique de la mobilisation et de la contagion d’un mouvement social”. Il s’agit de déterminer la “masse critique (seuil de basculement)” de la contagion sociale par l’étude des “traces numériques”  dans les cas de “la révolution égyptienne de 2011, les élections russes à la Douma de 2011, la crise d’approvisionnement en fioul au Niger en 2012, et le mouvement de protestation du parc Gazi en Turquie en 2013”.

Les messages et les conversations sur Twitter seront examinés pour “identifier quels sont les individus mobilisés dans une contagion sociale, et quand ils se sont mobilisés”.

Un autre projet retenu cette année à l’université de Washington “cherche à découvrir dans quelles conditions naissent les mouvements politiques visant un changement politique et économique à grande échelle”. Le projet, dirigé par le service de recherche de l’armée US, est centré sur “les mouvements de grande ampleur mettant en cause plus de 1000 participants engagés dans une action durable” et devrait couvrir 58 pays au total.

C'est donc un système prédictif qui est au centre de ce programme militaire. Système qui ne se préoccupe pas de stratégie militaire en tant que telle, en lien avec des adversaires militaires, mais de lutte contre l'émergence d'alternatives  sociales, politiques ou économiques. Le tout, au sein d'un dispositif panoptique planétaire. Si l'URSS existait encore, nul doute qu'un tel programme conforterait les défenseurs du "monde libre" de l'aspect totalitaire du régime ayant construit le rideau de fer. Sauf qu'en l'espèce, c'est le gagnant de la guerre froide qui aboutit aujourd'hui au "rêve" de toute dictature : tenter de contrôler, prédire et… prévenir tout changement non désiré.

Un document officiel de ce programme du DoD, offert par Kitetoa pour finir de bien comprendre le sujet :

 

Voir le document « DoD-HSCB-Overview » sur Scribd

0 Commentaires