Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Services publics : sens dessus dessous

Les fonctionnaires s'expriment sur la perte de sens de leur travail

Le collectif "Nos services publics" publie une enquête choc : 80% des fonctionnaires ayant répondu sont touchés par un sentiment d'absurdité...

C'est pas gagné... - D.R.

Quelque 4.500 fonctionnaires ont répondu au questionnaire présenté entre mai et août par le collectif « Nos services publics » (voir aussi cet article). Le résultat est pour le moins inquiétant. Il révèle un mal-être profond puisque 80 % des répondants s'estiment touchés par un sentiment d’absurdité alors que la grande majorité déclare avoir rejoint le service public pour servir l’intérêt général (68 % des sondés). Les agents du service public mettent en avant le manque de moyens, un défaut de vision, l’impression de servir un intérêt particulier plus que l'intérêt général, le poids de la structure ou de la hiérarchie ainsi que le manque de reconnaissance.

Le collectif, qui est né pour prendre la parole face à une perte de sens dans le secteur public, met à disposition le témoignage de 2.590 agents sur son site ainsi que les données brutes et anonymisées de son enquête, accompagnés de graphiques de datavisualisation interactifs.

Il ressort de l'enquête que 68,2% citent le service de l'intérêt général comme premier motif pour travailler dans le service public et pour y rester. Quelque 50% évoquent un attrait pour un métier en particulier. Ce dernier chiffre augmente au sein des personnels de l'éducation nationale avec 65%). Seuls 39,8% parlent de la stabilité de l'emploi. Tous ont conscience que les opportunités de carrière seront faibles : 12% seulement citent cela comme motivation. Surprise ? La rémunération n’est un facteur d’attractivité du...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée