Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Jacques Duplessy

Saturation des labos : et si on utilisait les tests groupés ?

Cette solution de dépistage du coronavirus serait un gain de temps et ferait faire des économies.

Les tests PCR groupés pourraient être la solution pour faire face à la saturation des laboratoires d'analyses médicales et aux tensions dans l'approvisionnement en réactif pour dépister la Covid 19. Ils permettraient de tester plus et de de gagner un temps précieux pour isoler les porteurs du virus.

La France réalise actuellement un million de test PCR de détection de la covid 19. Mais la stratégie de dépistage mise en place semble montrer ses limites : délai d'attente de plusieurs jours pour avoir ses résultats (sauf si on s'appelle Jean Castex), fortes tensions pour les réactifs au niveau mondial, machines utilisées pour les PCR saturées.

Reflets avait interrogé Catherine Hill, épidémiologiste à l'Institut Gustave Roussy.

Elle nous avait expliqué l'importance d'un dépistage massif, notamment pour trouver les asymptomatiques qui peuvent contaminer d'autres personnes.

Des chercheur californiens ont compilé une douzaine d’études françaises et étrangères qui ont testé systématiquement des populations définies et la proportion de personnes asymptomatiques parmi l’ensemble des personnes testées Covid-19 positives. « En moyenne, on arrive à 52 % d’asymptomatiques mais qui peuvent contaminer d’autres personnes, analyse Catherine Hill. On peut discuter ces études, c’est peut-être un peu moins. En tout cas, c’est certainement beaucoup plus que les 20 % estimés au départ. »

Une étude sur les 100 premiers cas de Covid-19 à Taïwan révèle qu’une personne atteinte par le virus est contaminante avant de présenter des symptômes. Ces 100 personnes ont contaminé 22 autres personnes.

« Les études montrent ainsi que le risque de contamination est maximum entre 5 jours avant l’apparition des symptômes et 5 jours après les premier symptômes. Cela confirme une fois de plus l’importance de tester largement et vite. »

Aujourd'hui, avec des délais d'attentes de plusieurs jours, nous sommes en train de perdre cette bataille de la vitesse pourtant fondamentale pour éviter la transmission du virus.

Alors comment poursuivre le rythme de dépistage ? La solution pourrait venir des tests groupés, selon Catherine Hill, car cela permet d'économiser le nombre de tests et toucher plus de personnes. L’Allemagne, Israël, les Etats-Unis ou encore le Rwanda utilisent cette technique. Pas la France. Pourtant avec cette méthode, nous pourrions dépister 4 millions de personnes par semaine.

Comment cela fonctionne ? Voici l’explication

Tester 96 personnes avec 20 tests - Catherine Hill
Tester 96 personnes avec 20 tests - Catherine Hill

En regroupant les prélèvements de 8 à 12 personnes, il suffit de 20 tests pour trouver la seule personne positive parmi 96 personnes, son prélèvement est dans la deuxième ligne et dans la septième colonne. La réduction du nombre de tests est de 76/96, soit plus de 75%.

Un gain de temps et des économies massives aussi. Actuellement, l'assurance maladie dépense 73 millions d'euros par semaine pour le dépistage du virus...

3 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée