Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Rédaction

Quand Saadi Kadhafi s'envoyait en l'air chez Dassault

Ce Rafale aux couleurs de l'armée libyenne illustrait la réponse française à l'appel d'offre libyen. Nous ne savons pas s'il s'agit d'un montage Photoshop ou si un Rafale a bien été repeint aux couleurs de la Jamahiriya. UPDATE : cette photo est bien un photo montage. © Dassault Aviation / DR NDLR : vous ne pouvez pas republier ces photographies sans notre accord.

Le Rafale au couleurs de la Jamahiriya qui illustrait la réponse à l'appel d'offre libyen pour la vente d'avions de chasse au régime de Kadhafi. Dassault Aviation / DR

Vous êtes peut-être un lecteur trop récent de Reflets pour vous en souvenir, mais en avril 2012, votre journal préféré publiait une vidéo montrant Saadi Kadhafi en France, réalisant toute une série d'emplettes, auprès notamment de Panhard et de Thalès. Du 6 au 10 juin 2006, à une époque où Mouammar était entre gentil-gentil et méchant-gentil, le troisième fils du dictateur Lybien faisait la tournée des marchands d'armes au pays des droits de l'homme, des Lumières et du fromage qui pue. Aujourd'hui, nous vous proposons l'épisode 1 de la saison 2 de « Les emplettes de Saadi ». Cette fois, pas de vidéo, mais des photos. Elles sont bien entendu inédites, l'épisode que nous allons vous conter s'étant déroulé dans le plus grand secret.

C'est la grande époque où, selon les termes d'un militaire rapportés par le Canard Enchaîné, le temps est au beau fixe entre Tripoli et Paris : "à cette époque on se crachait dans la bouche", tellement on s'aimait. Très vite, le temps va pourtant tourner à l'orage et Nicolas Sarkozy, qui déclarait en 2012 ne « jamais avoir frayé avec Kadhafi », république irréprochable oblige, fera le forcing pour rayer de la carte Mouammar Kadhafi, à grands coups de bombes larguées par des Rafales.

Et dire que, quelques mois...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée