Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

Édito
par Fabrice Epelboin

PURifier Internet, une vieille obsession chez EuroRSCG

Cela devrait être le buzz de l’été : la super campagne d’Hadopi, brillamment imaginée par EuroRSCG (Agence H), vient de prendre une volée de scuds de la part des hacktivistes anti hadopi. La bataille d’Hadopi voit là un second souffle, qui pourrait bien permettre de porter Hadopi au coeur de la campagne 2012.

Cela devrait être le buzz de l’été : la super campagne d’Hadopi, brillamment imaginée par EuroRSCG (Agence H), vient de prendre une volée de scuds de la part des hacktivistes anti hadopi. La bataille d’Hadopi voit là un second souffle, qui pourrait bien permettre de porter Hadopi au coeur de la campagne 2012.

A l’heure où François Hollande fait dans le rétropédalage après s’être prononcé pour Hadopi, où Eva Joly promet sa mise à mort rapide, et où Luc Ferry nous invite à utiliser Google, on va bien rire.

Nous avons donc, au sein de l’une des plus grandes agences de com Parisienne, une cellule de blackops, susceptible de mettre en oeuvre des opérations d’infowar, comme ce flood d’insulte depuis 48h, maladroitement planqué derrière un proxy. Le dispositif est assez basique, rudimentaire par rapport à ce que font d’autres blackops de l’internet.

La cyber armée Syrienne, récemment, a fait de telles attaques à l’encontre des pages Facebook du Monde Diplomatique, celle de Ben Ali était habituée à ce genre de pratiques, dans une cyber armées, ce genre de truc, c’est l’infanterie légère. On fait ça en France, et l’agence du sémillant Séguéla propose ce genre de service à sa clientèle, et vous allez le voir, la “client list” est le LULZ de cette fin de soirée.

Un PUR concept

Le PUR concept, dont je me délectais lundi durant la conférence de presse de la Hadopi du coté suicidaire, est censé broyer la voix des hacktivistes sous le poids des millions et de la pub.

Un internet où l’on culpabilise les gosses, en les menaçant de leur voler leur rêves s’ils partagent au lieu de consommer. Si ont faisait le même brief à un autre genre de créatif, ça pourrait donner ça.

Pas mal comme ressort comique, mais ne nous leurrons pas : derrière le label PUR, se cache aussi une PUR tentative d’estomper la marque Hadopi, pourrie par les vilains hacktivistes depuis des années (je plaide coupable), et de ‘rebrander’ tout celà, en faisant apparaître désormais la marque Hadopi en mineur. Le reverse engineering, ça marche aussi sur la com”.

Une PUR infowar à deux balles (enfin, 3M€, tout de même)

Mais l’agence à cru bon d’ajouter à sa prestation une petite infowar. Un bon vieux flood de troll.

Des tentatives plus ou moins maladroites d’infowars orchestrées par de grandes agences Parisiennes pour des clients politiques et institutionnels, nous n’avez pas fini d’en entendre parler, mais cette attaque directe aura des conséquences assez désastreuses pour EuroRSCG, qui va être entrainé dans le buzz de l’été.

L’agence EuroRSCG, à qui appartient l’IP qui a floodé le site mis en place par La Quadrature du Net, en y insultant l’un de ses fondateurs ainsi que l’un des fondateurs de Reflets.info, s’est pour ainsi dire mise dans de beaux draps.

Consequences will never be the same

Il devrait y avoir de sérieuses conséquences juridique (les hacktivistes français ne manquent pas de compétences juridiques), mais également de sérieuses conséquences en terme d’image pour EuroRSCG, qui vient à peine de faire le deuil de DSK, un gros client. L’agence, qui a perdu au début de cette année un autre gros client - Ben Ali - vient peut-être d’en perdre un petit, Hadopi.

La profession devra, elle, rapidement trancher et dire si, oui ou non, elle considère ce genre de pratiques comme éthiques, et tirer les conséquences de cet incident, avant que la campagne 2012 n’en révèle d’autres, bien plus graves.

La quantité d’informations que cette simple tentative de flood et la réplique à l’infowar menée par EuroRSCG va nous révéler  (leak) est encore mal appréhendée, mais en guise d’apéritif, voici un avant goût du feuilleton de l’été.

PURifier Wikipedia, une vielle obsession chez EuroRSCG

Figurez vous que quand EuroRSCG tente de réécrire son histoire sur Wikipedia, ils utilisent la même IP que celle qui a floodée le site de La Quadrature du Net. Il y a trois ans, l’agence tentait de faire disparaitre discrètement un nom de sa ‘client list’.

Non, ce n’est pas Ben Ali, c’est Sarkozy qui faisait honte, en juin 2008, à EuroRSCG.

Bien sûr, à l’heure qu’il est, une nuée de hackers, d’hactivistes et de simples militants scrutent Wikipedia et the internets à la recherche de toutes trace laissée par une IP appartenant à la plage utilisée par EuroRSCG. Entre ça et les multiples détournement de sa campagne de pub, l’été va être très chaud.

un PUR enfer

Mais cette catastrophe de communication n’est que le début d’une longue série. En effectuant ce rebranding de Hadopi en PUR, c’est deux années de travail de “contre branding” hacktiviste qu’EuroRSCG a tenté d’effacer, et il y a fort à parier que cet argent ait été dépensé en PURe perte.

La culpabilisation des enfants - le ressort émotionel utilisé par la PUR campagne - devrait, à en croire les dernière déclarations de Luc Ferry et leur echo méditerranéen, se retourner violemment contre les créatifs qui ont pondu cette PUR idée.

Mieux, les PUR visuels que nous ont pondu l’Agence H devraient faire l’objet d’un défoulement créatif PURement frénétique, au point de changer le sens même du mot PUR. Car oui, le terme PUR n’est pas forcément cool , ou, selon les propres mots d’une boss d’EuroRSCG présente à la conférence de presse de l’Hadopi, “Jeune et dynamique” (je vous jure, ça s’invente pas).

Welcome to the internets.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée