Journal d'investigation en ligne
par bluetouff

Numérique 2012 : No follow ! No follow !

Chez Reflets, vous le savez, nous avons un passe-temps un peu vache. C'est celui d'aller fouiner dans un fichier parfaitement public que l'on retrouve à la racine des sites Web et nommé robots.txt. Ce fichier est souvent très instructif puisque son rôle est d'expliquer aux robots des moteurs de recherche d'aller indexer ou pas certaines pages afin que ces dernières soient présentées dans les résultats de recherche.

Chez Reflets, vous le savez, nous avons un passe-temps un peu vache. C'est celui d'aller fouiner dans un fichier parfaitement public que l'on retrouve à la racine des sites Web et nommé robots.txt. Ce fichier est souvent très instructif puisque son rôle est d'expliquer aux robots des moteurs de recherche d'aller indexer ou pas certaines pages afin que ces dernières soient présentées dans les résultats de recherche.

Vous nous avez également entendu pester sur des promesses faites en 2008, et évidemment non tenues, par Eric Besson concernant le très haut débit. Tout était consigné dans l'ambitieux plan Numérique 2012 qui promettait du haut débit pour tous et du très haut débit pour des millions de foyers et patati et patata... Déjà à l'époque, il faut avouer qu'on y croyait pas trop.

La promesse de Nicolas Sarkozy en 2007

« Je confierai à un membre du gouvernement la mission de prospective, de pilotage et de coordination de la politique de l'internet et du numérique. Chef de file, il disposera des moyens politiques et financiers nécessaires à sa mission et représentera la France dans les négociations européennes et internationales sur le sujet »

Le problème, c'est que quand on met la réalité terrain en face des promesses de Nicolas Sarkozy ...

Et ce n'est pas comme si c'était la première fois... Monsieur Goujon, président de la Fédé UMP de Paris n'est visiblement pas fichu d'apprendre de ses erreurs passées.

Le bilan numérique de Nicolas Sarkozy en 2012

  • La dissolution du Forum des Droits sur Internet ;
  • La création d'une Conseil National du Numérique dont tout le monde se fout comme de l'an 40 ;
  • Un e-G8, véritable Fouquet's du Net qui nous a surtout permis de passer pour des cons ;

... Oui le bilan numérique est brillant !

Et y'a quoi sous le paillasson ?

Internet étant maintenant une Industrie et non pas un espace public appartenant aux Internautes, nous disions donc que le ministère des Internets, c'était Bercy... quoi de plus logique ? C'est donc sur le site web de ce ministère que l'on doit essayer de fouiller pour tenter de trouver un embryon de bilan officiel sur la politique numérique de l'actuel gouvernement. Et de préférence un bilan sérieux, pas une débilité du type "grâce à mon HADOPI que j'ai faite le piratage a reculé de 35%". Sauf qu'on ne trouve pas grand chose niveau numérique... en fait on essaye même de tout planquer sous le tapis en espérant très fort que des gens comme Reflets.info et son mauvais esprit n'aille pas fouiner là, pour y découvrir ça :

Même le site web officiel qui présentait le plan Numérique 2012 n'est plus, le domaine a été récupéré par un internaute qui y publie des choses plus sérieuses (sauf que le lien, sur le site du ministère n'a pas été modifié... #fail

Et le le fail est énorme !

Et en 2012, la réalité numérique de la France, c'est qu'on vient à peine de dépasser la Roumanie en terme de pseudo très haut débit mais toujours pas en fibre optique ! La France est un quart-monde numérique. Merci monsieur Besson, mais faut partir maintenant.

Avis aux candidats : pour ces présidentielles promettez-nous des octets de 8bits, si à la fin de votre mandat vous y parvenez, vous pourrez vous targuer d'avoir un meilleur bilan numérique que celui de Nicolas Sarkozy.

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée