Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Message subliminal aux sénateurs et députés PS et UMP

Il y a quelques jours, le Sénat passait à gauche. Du jamais vu sous la Vème république. Tout le monde sautait de joie à gauche. Pour notre part, nous évoquions le fait que pas grand chose allait changer. De fait, le premier boulot du PS a été de trouver un accord de gestion du Sénat avec l'UMP tant sa majorité était courte. Personne ne s'est intéressé à cette séance amusante ou le partage du gâteau a été fait. Dommage. Bref.

Il y a quelques jours, le Sénat passait à gauche. Du jamais vu sous la Vème république. Tout le monde sautait de joie à gauche. Pour notre part, nous évoquions le fait que pas grand chose allait changer. De fait, le premier boulot du PS a été de trouver un accord de gestion du Sénat avec l'UMP tant sa majorité était courte. Personne ne s'est intéressé à cette séance amusante ou le partage du gâteau a été fait. Dommage. Bref. On se demande depuis un moment chez Reflets pourquoi un machin comme la vente d'un centre d'écoute à l’échelle d'un pays en Libye ne fait pas  l'objet d'une enquête parlementaire. Amis sénateurs de gauche, c'est le moment de vous indigner et de faire preuve de curiosité.

Vous avez là tous les ingrédients d'une amusante affaire. Le gouvernement français a poussé Bull (sa filiale Amesys) pour qu'elle puisse vendre un système d'écoute global en Libye, pays connu pour son dictateur sanguinaire, son implication dans le terrorisme international, on en passe. Mieux, le gouvernement français a mis, si l'on en croit l'article du Canard Enchaîné daté du 12 octobre 2011 (p. 3), la Direction du renseignement militaire (DRM) au service de cette entreprise.

Ce système ne peut pas ne pas avoir servi à repérer les opposants au régime, topographier leurs réseaux... L'article du Wall Street Journal qui a visité ce centre après la chute de Kadhafi est très clair sur ce point. Les dossiers retrouvés dans les...