Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Édito
par Antoine Champagne - kitetoa

Les clowns de la cyber-sécurité font-ils peur ?

Reflets vous parlait récemment des clowns. Et cela a déclenché une passe d'armes dans les commentaires. Aujourd'hui, passons des clowns réels aux clowns de la cyber-sécurité. Comme dans toute branche de la société, il y a aussi des clowns dans le monde de la cyber-sécurité. Il y a les vendeurs d'applications miracles qui protègent des virus passé, présents et futurs. Ceux qui vous assurent une protection garantie à 100% contre toutes les menaces.

Reflets vous parlait récemment des clowns. Et cela a déclenché une passe d'armes dans les commentaires. Aujourd'hui, passons des clowns réels aux clowns de la cyber-sécurité. Comme dans toute branche de la société, il y a aussi des clowns dans le monde de la cyber-sécurité. Il y a les vendeurs d'applications miracles qui protègent des virus passé, présents et futurs. Ceux qui vous assurent une protection garantie à 100% contre toutes les menaces. Il y a aussi les experts qui ont découvert Internet sur le tard mais qui ont la solution à tous vos problèmes, ceux qui paradent et se font une spécialité des effets de manche anxiogènes : "les cyber-pirates Chinois sont à nos portes, l'Elysée a été piraté par les Etats-Unis, le cyber-Pearl Harbor est imminent".

Et puis il y a les adeptes du deux poids, deux mesures qui s'appuient sur les précédents : le danger étant tel, il faut des lois d'exception et des peines monumentales contre les cyber-méchants-pirates-pédo-nazis-terroristes. Peu importe que les libertés publiques en prennent un coup.

Récidive de clownerie de la part d'Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique :

Il faut poursuivre les cyberdélinquants. Ah ? N'est-ce pas l'une des responsabilités de l'Etat? Au même titre que la poursuite de tout délinquant, sur le fondement de la Loi? D'une Loi juste, impartiale, qui ne s'appuie pas sur l'émotivité, sur un fait divers ?...