De quel terrorisme jihadiste nous ont parlé les députés et le gouvernement ?

A la lumière du cafouillage impliquant trois djihadistes supposés à leur retour en France, la question mérite d’être posée : à quoi sert une loi dont la mesure phare consiste à retirer le passeport aux apprentis
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

8 thoughts on “De quel terrorisme jihadiste nous ont parlé les députés et le gouvernement ?”

  1. « La cyber-guerre, ça fait des cyber-morts, tout comme le cyber-jihad, mais ça valait bien une loi de plus… »

    Mouais enfin, sauf que ceux qui gouvernent et qui pilotent la guerre font des morts IRL grâce à la veille, à des bouts de codes, à la techno, etc…
    Tout ça, ça me rappelle le jeux vidéo « 12th September », d’où la question: à qui profite le crime ?

    « Une loi de plus… » pourquoi à votre avis ? mise à part surveiller toute contestation dans un espace opprimant.

    Mis à part ça bon article qui rejoins celui de jean marc Manhack

    (http://www.arretsurimages.net/chroniques/2014-10-07/Les-cyberdjihadistes-sont-les-amis-de-mes-amis-id7115)

      1. Si l’on se base sur le fait qu’Internet permet d’établir une communication de manière linéaire, d’un point A à un point B et sans entrave,
        si l’on se base sur le fait que la communication est l’élement essentiel qui permet à tout individu d’exprimer ses ressentis et de comprendre l’autre,
        (« autre » que l’individu considère comme son ennemi, par manque de compréhension justement)
        alors le fait, qu’en empêchant (par des lois, directives, mesures etc…) cette communication d’acheminer son chemin,
        le fait qu’en diabolisant « l’autre » par de la provocation et du mépris, aboutira obligatoirement à un echec qui en résultera à une résistance conflictuelle permanente.
        Cela permet de tuer dans l’oeuf, certains prémisse de printemps a peine éclos.

        Pour terminer, en parlant de « cafouillage », et pour apporter une autre élément de réponse à cette question:
        « De quel terrorisme jihadiste nous ont parlé les députés et le gouvernement ? »
        On pourrait mettre en corrélation « l’opération chrysenthème », qui s’est déroulée dans les années 90.
        Paul moreira, Jean-baptiste Rivoire et Pierre Huel pourrons peut-être apporter quelques élément de réponse à cette question.
        Sachant que dans toutes guerres (et ce, quel que soit les acteurs), il y a de l’infowar, de la propagande et des enjeux économique qui font en sorte de
        nous maintenir en permanence dans cette peur du terrorisme.

  2. très bon article qui montre bien l’excitation de nos politiques et leurs incapacité à prendre les bons choix sur le sujet. Mais je trouve qu’il ne va pas assez en profondeur sur les textes de lois.
    petite coquille  » Nous sommes en guerre, l’ennemi est nos portes » il manque le « à »

  3. « le terrorisme inspiré par les djihadistes de l’Etat Islamique ou d’une autre organisation du même acabit, n’existe tout simplement pas dans l’Union européenne » >> Quid de Merah & Nemmouche ?

    Nice article sur le fond, ceci dit le côté « non on est pas en guerre : ça a pas encore pété », j’serais moins catégorique dessus, et je suis d’accord sur le fait qu’un mec passera dans les mailles du filet, façon Merah. Mais c’est quelque chose de « normal » qu’il faut malheureusement accepter : on ne peut pas être 100% bullet-proof, et aucune loi sécuritaire / discours alarmiste n’y changera grand-chose, le combat n’est pas là : la cause est sociale (mouliner allègrement la tronche de l’EI en Syrie ne fait que soigner un symptôme).

    Pour moi, tout ça c’est de la poudre aux yeux à des fins personnelles et pour attirer l’attention : pour être réélu, pour obtenir un nouveau poste au sein du parti ou de l’administration, pour vendre un produit, etc. Mais probablement pas dans un but ultime de contrôle de la population : ça c’est un effet de bord malheureux (comme pour la télé-poubelle qui n’est pas là pour abrutir les masses à des fins de domination mondiale mais qui suit simplement la loi capitaliste de l’offre et de la demande).

    J’suis persuadé que le mec de la NSA qui a décidé de faire du DPI sur des backbones voulait à l’origine juste gonfler ses statistiques de contre-terrorisme de 5 pauvres % histoire de prendre la place de son N+1… OK, c’est déjà cher payé les 5%, et j’vais même pas parler de l’aspect libertés individuelles en péril le jour où un mec aura vraiment envie de dominer le monde.

  4. bon article malgré l’images d’illustration de l’article innutile et absolument pas dans le cadre de l’article soit vous n’avez pas fait gaffe soit vous ne savez vraiment pas a quoi sert le flnc et ce qu’il a apporter depuis des année.

  5. Je croyais qu’en temps de guerre la premiere cible à abattre sont les infrastructure telecom de l’ennemis ? Comment se fait il que ses pseudo djihadiste se diffuse des éloges depuis l’irak ou la syrie (je ne connais pas l’etat islamique)

  6. reflets> Pourtant, si l’on prend le temps de lire le rapport d’Eurpol sur les actes terroristes en Europe en 2013, le terrorisme inspiré par les djihadistes de l’Etat Islamique ou d’une autre organisation du même acabit, n’existe tout simplement pas dans l’Union européenne.

    Ah oui, c’est vrai, le djihadisme c’est comme le nuage de Tchernobyl, ça s’arrête à la frontière si on le décide.

    reflets> En outre, Europol précise que dans l’Union Européenne, en 2013, aucune « attaque terroriste n’a été explicitement classée comme étant inspirée par un motif religieux».

    Vous faites quoi de l’affaire récente en Angleterre du pédophile non inquiété parce que les rapports ignoraient certains détails de peur de gonfler les statistiques pouvant nourrir le racisme ?

    cf. http://www.lepoint.fr/monde/grande-bretagne-des-mineurs-exploites-sexuellement-pendant-plus-de-quinze-ans-26-08-2014-1856839_24.php

    lepoint> Selon elle, les résultats de la première étude ont été étouffés, car les fonctionnaires « ne croyaient pas les chiffres ». Les responsables de la ville auraient également eu peur de s’attaquer à la communauté asiatique – c’est ainsi que les victimes décrivaient leurs agresseurs – de peur d’être taxés de racisme.

    Vous faites quoi des pro-djihadistes qui attaquent des kurdes à la machette en pleine rue en Allemagne ?

    cf. http://www.lesobservateurs.ch/2014/10/08/allemagne-foule-pro-djihadistes-attaque-kurdes-machette-videos/

    Ensuite vous citez le nombre d’arrestations, comme si c’était une valeur fiable alors qu’il y a même pas quelque jours la France a annoncé en grande pompe l’arrestation de trois djihadistes revenant du djihad et qui sont en fait libres parce qu’arrivés par un autre avion dans un autre aéroport…

    Aussi, cela fait longtemps que les arrestations sont un langage médiatique et politique, on arrête selon le message que l’on veut porter. Ça se remarque très facilement avec les manifestations par exemple, la police arrête peu ou plein de monde selon la parole qu’on veut entendre au 20h, même si ces arrestations sont illégales ça permettra d’entendre « manif truc, 200 personnes arrêtées », ensuite les personne sont libérées mais le message est passé.

    Les chiffres d’arrestations ne sont qu’un vocabulaire du gouvernement, il suffit d’arrêter en masse pour criminaliser un phénomène, il suffit de ne pas arrêter pour dissimuler un phénomène.

    Oui il faut dénoncer les initiatives qui profitent de la peur des gens pour légaliser n’importe quel totalitarisme, mais non il ne faut pas cacher la cause de la peur des gens. Vous ne lutterez pas contre le totalitarisme en cachant la peur qui sert de prétexte à ce totalitarisme.

    Si cette peur est fondée, il est alors un devoir de trouver une solution aux causes de cette peur et une solution à cette peur, autrement, vous laissez carte blanche au totalitarisme. Si vous refusez d’apporter des solutions non totalitaires, alors d’autres que vous apporteront des solutions totalitaires.

    Au fait, en mettant une photo du FLNC pour illustrer un article qui questionne la réaction adaptée à la peur du djihadisme, vous êtes aussi ridicules que les initiatives qui ont volonté de lutter contre les mariages forcés de fillettes dans l’Islam et qui illustrent leurs propos d’images inventées de fillettes blondes et catholiques pour ne pas être traités de racistes.

    Même quand le FLNC tue, ils n’a jamais la volonté de fonder un califat qui s’étendrait en dehors de leur Corse chérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *