Journal d'investigation en ligne
par Antoine Champagne - kitetoa

La pathétique contre-attaque du chargé de com d'Anne Hidalgo après une enquête sur sa patronne

Comment enfoncer sa patronne en quelques tweets ou l'anti-thèse de ce qu'il faut faire en matière de communication de crise — comme on dit dans le monde de la com' — c'est ce qu'à réussi haut la main Matthieu Lamarre, du service de presse de la ville de Paris. Rembobinons... Durant près de deux mois, des journalistes du site Caradisiac ont suivi la Maire de Paris pour savoir comment Anne Hidalgo se déplace. En métro ? En Bus ? En voiture ? En vélo ? A pied ?

Vous lisez un article réservé aux abonnés.

Comment enfoncer sa patronne en quelques tweets ou l'anti-thèse de ce qu'il faut faire en matière de communication de crise — comme on dit dans le monde de la com' — c'est ce qu'à réussi haut la main Matthieu Lamarre, du service de presse de la ville de Paris. Rembobinons...

Durant près de deux mois, des journalistes du site Caradisiac ont suivi la Maire de Paris pour savoir comment Anne Hidalgo se déplace. En métro ? En Bus ? En voiture ? En vélo ? A pied ? Sans porter de jugement particulier, les journalistes ont conclu que Anne Hidalgo, qui fait tout pour réduire le nombre de voitures dans la capitale, se déplace... en voiture (électrique) et se gare sur des places interdites.

L'enquête de Caradisiac est franchement drôlatique, étant entrecoupée de déclarations enflammées et définitives de Madame la Maire. "Il faut prendre le métro", assène-t-elle quand Manuel Valls se plaint de  sa politique après l'avoir découverte, "depuis qu'il ne circule plus avec une escorte". Ou encore "Neuf parisiens sur 10 ne prennent pas leur voiture pour aller au travail". Elle doit donc être la dixième ? Si elle circule en voiture électrique, elle est évidemment suivie par des motards qui l'escortent et qui roulent à l'essence. Bref, une démonstration par l'image du décalage entre les discours politiques et les actes.

La mort à Johnny a opportunément éclipsé cette vidéo de Caradisiac.

Mais... Raphaelle Bacqué du Monde et Le Point, notamment, se sont fait l'écho de cette petite enquête amusante. Ce qui a déclenché une réponse du tact au tac du "Conseiller presse & com'" d'Anne Hidalgo...

Pas crédibles Caradisiac ? Des blogueurs ? Hum. Premier point, cette enquête est factuelle. Donc journalistique. Qu'elle soit menée par des blogueurs ou des journalistes importe peu. Mais bon, tuer le messager est une option qui arrive toujours en haut de la liste des communicants.

Deuxième point, il ne s'agirait pas pour Matthieu Lamarre de s'adonner lui-même aux fake news qu'il pourfend... Et pourtant...

Comme disait un illustre utilisateur de Usenet, "Matthieu Lamarre, dans quelques tweets, vous allez être ridicule".

Et voilà... La journaliste (qui publie également sur Reflets)  auteure de l'enquête lui répond... qu'elle a sa carte de presse comme tous les membres de Caradisiac.

Réfléchir à une réponse intelligente, tourner sept fois son clavier dans sa tête avant de répondre... #Toussa...

Au delà du "fail" en matière de communication, cette enquête pose question sur la protection des personnalités. Comment peut-on suivre pendant deux mois, de près, une femme politique de premier plan, sans être repéré par ses équipes de protection ? En d'autres termes, à quoi servent les motards qui protègent Anne Hidalgo ? Une piste pour réduire la pollution dans Paris ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée