Journal d'investigation en ligne
par bluetouff

Hacking Team vendait son système de contrôle à distance Galileo à Area Spa en 2014

Si tous les clients d'Hacking Team ne sont pas forcément des pourris, on a quand même l'impression que tous les pourris du monde de l'insécurité informatique se sont donnés rendez-vous dans le carnet d'adresses de la société italienne... et parmi eux, Area Spa. Remember Asfador Area Spa, c'est une entreprise qui ne vous dit peut être rien.

Si tous les clients d'Hacking Team ne sont pas forcément des pourris, on a quand même l'impression que tous les pourris du monde de l'insécurité informatique se sont donnés rendez-vous dans le carnet d'adresses de la société italienne... et parmi eux, Area Spa.

Remember Asfador

Area Spa, c'est une entreprise qui ne vous dit peut être rien. Mais à nous, elle nous parle très bien puisqu'il s'agit de la société qui pilotait le consortium dans lequel nous avons retrouvé une entreprise de chez nous, Qosmos, et une entreprise allemande, Utimaco, qui s'apprêtait à vendre à la Syrie de Bachar Al Assad un système de surveillance de masse des communications, le projet Asfador.

"We don't have anything to hide about what we are doing and we don't think that there is any evidence in this 400GB of data that we have violated any laws and I would even go so far as to argue that there is no evidence that we have behaved in anything but a completely ethical way,"

Hacking Team, qui se vantait donc pas plus tard qu'aujourd'hui d'avoir respecté la loi et d'être d'un point de vue éthique bien dans ses baskets, vendait en mars 2014 sa solution Galileo (système de prise de contrôle à distance), aux mêmes zozos d'Area Spa pour la modique somme de 430 000€... comme ça décontracté du gland. Peut-être n'ont ils pas identifié qu'Area Spa était un client "à risque".

Donc non seulement Area Spa continue le commerce d'armes électroniques bien qu'ils se soient fait prendre la main dans le pot de confiture en vendant des équipements destinés à écraser les opposants politiques de Bachar Al Assad au début de la révolution syrienne, mais en plus, les voici aidés par Hacking Team, parce que la surveillance passive de masse c'est bien, mais l'intrusion pour une surveillance active, dans certains cas, c'est vachement mieux, par exemple pour cibler de l'opposant ou du journaliste soudanais, jordanien, kazakh (...) un peu trop parano.

Et puis après tout, devons nous être surpris que de parfaits salopards soient les premiers acheteurs de saloperies ?

Devons nous être surpris qu'en Italie, comme en France, comme en Allemagne... les autorités laissent faire, ou mieux... les accompagnent ?

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée