Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Europe : ca va mieux (oui mais non)

L'évolution des CDS, ces assurances sur le risque de défaut, laisse rêveur. Ces derniers jours, la dette souveraine des pays européens en difficulté a visiblement moins inquiété qu'auparavant. "Les marchés", entité indéfinissable ainsi désignée par les politiques et les journalistes seraient donc "rassurés". Le risque d'un pays ou deux (ou trois, ou quatre, ...) faisant défaut s'éloignerait. Bonne nouvelle. Reflets.

L'évolution des CDS, ces assurances sur le risque de défaut, laisse rêveur. Ces derniers jours, la dette souveraine des pays européens en difficulté a visiblement moins inquiété qu'auparavant.

"Les marchés", entité indéfinissable ainsi désignée par les politiques et les journalistes seraient donc "rassurés". Le risque d'un pays ou deux (ou trois, ou quatre, ...) faisant défaut s'éloignerait.

Bonne nouvelle. Reflets.info se serait donc trompé en annonçant que le Portugal allait faire appel au fonds de soutien européen. Il se serait fourvoyé en prédisant une grave crise économique à la suite de la crise de la dette souveraine.

Oui. Mais non.

Non, parce que les signes actuels incitent au pessimisme, sauf à vouloir jouer aux trois petits singes : je ne vois rien, je n'entends rien, je ne dis rien.

Premier signe inquiétant : l'Europe patauge. Elle est incapable de se mettre d'accord sur les moyens à mettre en oeuvre pour une sortie de crise. Les rumeurs alimentées par des décideurs fusent. On parle d'un doublement du fonds de soutien. Ou encore d'une augmentation sans annoncer le montant maximal possible d'emprunts, histoire que "les marchés" ne puissent pas réagir "négativement" (i.e. faire pression sur les taux). On annonce une convergence fiscale. On parle d'une restructuration de la dette grecque.

Et aujourd'hui, la newsletter éco du Monde rapporte ces propos intéressants, qui...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée