Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Antoine Champagne - kitetoa

Do you speak souveraineté ?

Camille François, une étonnante invitée de la conférence sur la souveraineté numérique de l'Europe

La jeune femme, présentée comme associée à l'université d'Harvard, est aussi responsable de l'innovation chez Graphika, une société américaine proche de la communauté du renseignement et qui a réalisé un rapport débusquant les trolls français dans la guerre informationnelle au Mali. Mais c'est aussi une habituée de l'Elysée, alors...

Camille François sur le site de Graphika - D.R.

« Une souveraineté qui respecte nos valeurs : mieux protéger les institutions démocratiques à l'ère numérique ». Tout un programme que cette table-ronde organisée ce lundi après-midi dans le cadre de la conférence « Construire la souveraineté numérique de l'Europe ». Le gouvernement Français n'a pas mégoté. Nous l'avions évoqué dans un premier article, la conférence sur la souveraineté numérique de l'Europe devait accueillir la bonne parole de Google, YouTube et Microsoft avant que nous ne commencions à nous intéresser de près au programme. A force de poser des questions, les responsables de Google et de YouTube ont eu « des problèmes de décalage horaire » et ont disparu du programme. Mais il reste bien le patron de Microsoft, dont la présence au sein du ministère de la Défense ou de l'Éducation Nationale est depuis des années un vaste sujet de discussion pour les spécialistes. On trouve aussi Camille François parmi les intervenants. Son nom ne vous dit sans doute rien. Là, c'est un tantinet compliqué, mais cela montre au moins que le gouvernement français n'est pas rancunier. Explications.

Dans le programme de la conférence, Camille François apparaît comme Fellow au Berkman Klein Center, de l'université d'Harvard. C'est donc à titre d'universitaire qu'elle participera à la table ronde « Une souveraineté qui respecte nos valeurs : mieux protéger les institutions démocratiques à l'ère du numérique ». Il faut savoir...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée