Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
Reflets poursuivi par Altice : la liberté d'informer menacée

Le groupe de Patrick Drahi tente de contourner le droit de la presse. Altice a des milliards, nous avons un site Web. Aidez-nous à défendre la liberté de la presse.

par Jet Lambda

Déchets nucléaires : investir, coloniser, enfouir

Un petit coin de Lorraine devient le théâtre d'une radieuse guerre de tranchées. C'est à Bure, un micro village de la Meuse, que les intérêts de toute l'industrie nucléaire vont se jouer pour des millénaires. C'est là qu'une grande poubelle radioactive est en gestation, dans le sous-sol argileux de ce coin de campagne quasi désertique, où les résidus les plus toxiques de la filière atomique se cherchent une petite place au chaud.

Un petit coin de Lorraine devient le théâtre d'une radieuse guerre de tranchées. C'est à Bure, un micro village de la Meuse, que les intérêts de toute l'industrie nucléaire vont se jouer pour des millénaires. C'est là qu'une grande poubelle radioactive est en gestation, dans le sous-sol argileux de ce coin de campagne quasi désertique, où les résidus les plus toxiques de la filière atomique se cherchent une petite place au chaud. Cette guerre de tranchées, qui a pris une autre dimension depuis l'été dernier, est davantage une guerre d'usure, où l'important est moins d'investir les lieux et les espaces que de coloniser les esprits et les consciences.

Tout se joue, en ce moment, autour du bois Lejuc, une forêt de charmes, de chênes et de hêtres de 230 Ha convoitée par l'ANDRA, l'Agence de "gestion" des déchets radioactifs qui passe le plus clair de son temps à faire plutôt de la  "digestion" sémantique pour faire apprivoiser les résistances et rendre sa présence acceptable. Depuis le 19 juin, le rapport de forces s'est inversé. Face au rouleau compresseur atomique, une joyeuse troupe est parvenu à occuper le bois Lejuc, à Mandres-en-Barois (au nord de Bure, cf la carte plus bas), qui était tranquillement en train de se faire dévaster par l'ANDRA pour y construire l'un des lieux d'implantation de sa grande poubelle nucléaire. Le bois a été occupé pendant trois semaines, après avoir fait tomber grilles et barbelés et expulser une petite armée de vigiles. Pour l'ANDRA, présente officiellement dans le coin depuis 1999, ce fut une énorme humiliation. D'où une expulsion manu militari intervenue la semaine dernière, le 7 juillet, où une petite trentaine d'occupants ont été délogés par des dizaines de gendarmes mobiles armés jusqu'aux dents. Le deuxième round débute demain, où les opposants appellent à une "manif de réoccupation" qui s’annonce autant savoureuse qu'explosive.

[Update : pour suivre le déroulé de la journée et des suivantes, c'est ici]

Les pouvoirs publics, qui travaillent en réalité pour des intérêts bassement industriels, ont pourtant mis le paquet pour que la pilule amère devienne digeste et même addictive. Le projet d'enfouissement des déchets nucléaire date du milieu des années 90. Le site de Bure a été choisi en 1998, par un décret signé du premier ministre de l'Environnement issu du parti des Verts, en l’occurrence Domnique Voynet. L'entourloupe a consisté à installer à Bure un simple "laboratoire" destiné officiellement à étudier la faisabilité de stocker à 500 mètres de profondeur les déchets radioactifs les plus nocifs que l’industrie accumule depuis plus de quarante ans : ils représentent seulement 3% des volumes, mais pas moins de 99% de leur radioactivité totale (mettant des centaines voire des milliers d'années à perdre seulement la moitié de leur radiotoxicité). Le « labo » de Bure est la préfiguration d’une phase industrielle bien plus colossale, baptisée Cigeo – Centre industriel de stockage géologique –, un chantier estimé au bas mot à 25 milliards d’euros (41 milliards pour l'estimation la plus haute). Le pire dans tout ça, c'est que parmi les 85.000 m3 de déchets que ce site est censé enfouir, la moitié n'a pas encore été produit.

C'est là tout l'enjeu de cette guerre de tranchées : enfouir les déchets sert aussi à enfouir tout espoir de résistance à l'industrie nucléaire en tant que telle. La gestion des déchets, c'est bien connu, c'est le talon d'Achille de la filière. Les mettre sous le tapis sert avant tout à les dissimuler du paysage politique, à entretenir l'idée que le nucléaire est non seulement "propre" par son absence de rejets de gaz à effet de serre (même si l'extraction de l'uranium en recrache des tonnes) mais qu'il est aussi capable de se régénérer. Trouver "la" solution des déchets nucléaires, c'est avant tout, pour les nucléocrates, mettre en avant "la" solution pour assurer sa survie économique, alors que tous les acteurs (Areva et EDF en tête) sont embourbés dans un marasme économique et financier hors du commun. Creuser la poubelle de Bure, c'est donc construire la dernière pierre d'un édifice destiné à sauver l'énergie nucléaire d'un ultime discrédit pathétique.

Qu'un village de 80 habitants soit le lieu du plus grand projet inutile que le monde nous envie est donc plus que révélateur. L'ANDRA y travaille consciencieusement depuis vingt ans. L'Agence a d'ailleurs davantage travaillé sur les gens qu'avec ou contre eux. Son travail de sape consiste à accommoder la région et les habitants de son implacable emprise. Elle a notamment créé un  "Comité d'Orientation et de Suivi du Laboratoire de Recherche Souterrain Meuse / Haute-Marne" (COS), organe technique (géologues, hydrologues, physiciens ou ingénieurs divers et variés), ainsi qu'un "Comité d'expertise et de suivi de la démarche d'information et de consultation" (COESDIC). Trois des quatre experts de ce dernier machin sont des sociologues. Le premier d'entre eux, son actuel président, Michel Callon, ex-membre du CA de l'ANDRA, est professeur à l’École des Mines de Paris (haut lieu de la nucléocratie), et figure émérite de son "Centre de Sociologie de l'Innovation" (sorte de laboratoire de "lavage des cerveaux"). Son truc, c'est l'acceptabilité sociale, discipline expérimentée avec succès pour imposer, notamment, les nanotechnologies.

L’atelier de bricolage grenoblois Pièces et main d’œuvre (PMO), poil à gratter de la nanoindustrie, a depuis longtemps repéré la dextérité de Callon dans ce domaine. Dans un article vieux de dix ans, PMO décrit sa philosophie, tiré d'un bouquin paru en 2001, "Agir dans un monde incertain - essai sur la démocratie technique":

"Élus, décideurs, vous affrontez des "controverses" nées des catastrophes techno-industrielles ? Comment les gérer ? Grâce aux "procédures de dialogue avec le peuple" taillées sur mesure par ces sociologues jaunes. Mode d’emploi : n’entrez pas dans la confrontation directe, tâchez d’"organiser, maîtriser les débordements sans vouloir pour autant les empêcher". Montez des "forums hybrides", mêlant scientifiques et "profanes", pour favoriser les compromis. Exemple de résultat ? "Le nucléaire qui en sortira  sera socialement, politiquement et même techniquement complètement différent du nucléaire qui aurait été décidé en dehors des forums hybrides. Parler "du" nucléaire en général n’a aucun sens. Jouer au jeu de ceux qui sont pour et de ceux qui sont contre est encore plus inepte."

Les fameux "débats publics", comme celui qui se termine le 17 juillet autour du mégacomplexe du groupe Auchan Europacity, ont sévi autour du projet Cigeo à deux reprises, en 2005 et 2013. Le dernier ayant été boycotté par les opposants regroupés dans la coordination Bure Stop, échaudés par la mascarade "participative" de la première salve.

Comme le dit Claude Kaiser, l'un des membres historiques de Bure Stop, dans un papier récent de Bastamag, le choix de Bure ne s'est pas fait au hasard. La région ne compte que 6 ou 7 habitants au km2. Il se souvient d’un rendez-vous obtenu par les opposants avec un conseiller du Premier ministre Lionel Jospin, peu après la signature du décret Voynet de 1998 :

« Il nous dit d’emblée, “Mettez nous 10 000 personnes dans la rue et là on pourra peut-être commencer à discuter”. On lui répond “mais comment voulez-vous que l’on mobilise autant dans la Meuse ?” Sa réplique, je ne suis pas prêt de l’oublier : “C’est bien pour ça que la Meuse a été choisie” ! »

Pour investir les esprits, rien de mieux que d'investir tout court (au sens économique et financier). Le site de Bure est ainsi devenu l'épicentre d'un "cluster de compétitivité", un "pôle d'excellence nucléaire" destiné autant à sauver une région économiquement sinistrée que d'imposer Cigeo dans les consciences. Avant cela, l'argent public coulait à flot depuis 1991: l’État décide alors de verser 5 millions de francs (MF) par an aux quatre sites présélectionnés pour l’enfouissement des déchets. Une somme annuelle multipliée par deux en 1995. En 1998, quand Bure est seule en lice, la manne passe à 10 MF par an (1,5 millions d’euros, M€) – mais pour chacun des deux départements, Meuse et Haute-Marne (où Cigeo devrait s'implanter aussi). En 2000, on passe d'emblée à 18 M€ par an et par département. Puis 20 M€ en 2006, et 30 M€ depuis 2009 ! Soit 60 M€ par an pour acheter la paix atomique. Sorte de corruption (radio)active complètement assumée!

Depuis 2006, ce fric est "géré" par un Groupement d’intérêt public (GIP), dont le budget est alimenté par les acteurs de la filière nucléaire. Claude Kaiser : « J’ai cherché d’autres exemples, il n’y en a pas ! C’est la toute première fois dans l’histoire des institutions françaises que de l’argent est distribué massivement aux collectivités, associations, entreprises et particuliers. Et ce avant même que le projet ne soit officiellement décidé. » "Chaque village arbore de magnifiques lampadaires flambant neufs illuminant des trottoirs également neufs", raconte Bastamag. "Des salles des fêtes au design soigné poussent comme des champignons. Réhabiliter une grange ou rénover un chemin privé ? Le GIP est à votre écoute."

La liste des implantations industrielles ou scientifiques liées au nucléaire est impressionnante : "Areva et EDF ont installé leurs archives, EDF a construit un centre de maintenance pour pièces de centrales, Areva une plate-forme logistique pour ses transports de colis radioactifs, et des formations liées aux métiers du nucléaire se sont développées dans les lycées ou universités du coin. Sans oublier la touche « écolo » : panneaux solaires et champs d’éoliennes à tout-va."

Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) - et "aux énergies alternatives" (sic) -  a même installé un fumeux centre de recherche "pilote" pour fabriquer du "biocarburant" (Syndiese pour "diesel de synthèse") à base de cellulose de bois. Les militants du coin l'ont mauvaise : et si cette usine à gaz était là pour digérer le bois (pardon, la "biomasse") qui sera rasé suite à la construction des 600 Ha que nécessitera l'implantation de Cigeo? Le combat qui s'engage dans le bois Lejuc, celui qui fut occupé jusqu'au 7 juillet et qui sera l'objet d'une nouvelle tentative de "libération" le week-end prochain, est donc plus que symbolique. L'ANDRA, qui dispose d'un énorme budget communication, a aussi installé une "écothèque" et propose depuis un an, au sein même du labo, une "exposition" baptisée "Découverte en forêt". Complètement désertée - pour y pénétrer il faut laisser une pièce d'identité, et être accompagné par un gent de sécurité pour passer une barrière cadenassée - elle met en avant le travail de l'Office national des forêts (ONF). "Dans cette "expo", ils recommandent exactement tout le contraire de ce qu'ils ont fait dans le bois Lejuc !", affirme un militant qui a pu constater les dégâts lors de l'occupation du bois de Mandres : 9 Ha sauvagement défrichés, des chênes centenaires ravagés sans aucun respect des règles d'abattage, en pleine période de nidification des oiseaux, sans que les recommandations de l'ONF n'aient été respectées. "Faites ce que je dis, pas ce que je détruit!"

Le mot de la fin d'un agriculteur de la région, Jean-Pierre Simon, preuve que la lutte contre Cigeo n'est pas l'apanage de vulgaires "zadistes" hors-sol qui cherchent un os à ronger pour assouvir leur soif anticapitaliste. C'est son matériel agricole qui a été "saisi" après la contre-attaque des gendarmes qui ont repris le bois Lejuc.

Il parle de « rouleau compresseur » et de « chape de plomb » pour décrire les méthodes de l’Andra. « Il est très difficile de résister à l’annexion des consciences, quel que soit sa taille, son statut, son activité dans le secteur. Sans l’occupation du bois, il était difficile de contester les méthodes utilisées, il faut maintenant les montrer et les combattre avec les moyens juridiques dont on dispose. »


Plus d'infos sur l'actualité de la lutte sur place : http://vmc.camp - http://burestop.free.fr - https://burezonelibre.noblogs.org

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée