Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Jet Lambda

Déchets nucléaires : investir, coloniser, enfouir

Un petit coin de Lorraine devient le théâtre d'une radieuse guerre de tranchées. C'est à Bure, un micro village de la Meuse, que les intérêts de toute l'industrie nucléaire vont se jouer pour des millénaires. C'est là qu'une grande poubelle radioactive est en gestation, dans le sous-sol argileux de ce coin de campagne quasi désertique, où les résidus les plus toxiques de la filière atomique se cherchent une petite place au chaud.

Big

Un petit coin de Lorraine devient le théâtre d'une radieuse guerre de tranchées. C'est à Bure, un micro village de la Meuse, que les intérêts de toute l'industrie nucléaire vont se jouer pour des millénaires. C'est là qu'une grande poubelle radioactive est en gestation, dans le sous-sol argileux de ce coin de campagne quasi désertique, où les résidus les plus toxiques de la filière atomique se cherchent une petite place au chaud. Cette guerre de tranchées, qui a pris une autre dimension depuis l'été dernier, est davantage une guerre d'usure, où l'important est moins d'investir les lieux et les espaces que de coloniser les esprits et les consciences.

Tout se joue, en ce moment, autour du bois Lejuc, une forêt de charmes, de chênes et de hêtres de 230 Ha convoitée par l'ANDRA, l'Agence de "gestion" des déchets radioactifs qui passe le plus clair de son temps à faire plutôt de la  "digestion" sémantique pour faire apprivoiser les résistances et rendre sa présence acceptable. Depuis le 19 juin, le rapport de forces s'est inversé. Face au rouleau compresseur atomique, une joyeuse troupe est parvenu à occuper le bois Lejuc, à Mandres-en-Barois (au nord de Bure, cf la carte plus bas), qui était tranquillement en train de se faire dévaster par l'ANDRA pour y construire l'un des lieux d'implantation de sa grande poubelle nucléaire. Le bois a été occupé pendant trois...