Journal d'investigation en ligne
Édito
par Yovan Menkevick

Dans quelle mesure le nouveau contrat social [connecté] est-il supportable (1) ?

Est-il pertinent de comprendre la société, les forces qui s’y exercent, les mentalités qui s’y développent par le prisme des changements technologico-économiques ? Petite tentative. Il n’est pas évident d’analyser de façon pertinente les changements radicaux en cours dans nos sociétés modernes.

Vous lisez un article réservé aux abonnés.

Est-il pertinent de comprendre la société, les forces qui s’y exercent, les mentalités qui s’y développent par le prisme des changements technologico-économiques ? Petite tentative.

Il n’est pas évident d’analyser de façon pertinente les changements radicaux en cours dans nos sociétés modernes. Simplement en l’espace de 10 ans, c’est une somme considérable de phénomènes qui se sont modifiés : modes de vie, de communications, d’échanges marchands, de fonctionnements professionnels : tout ou presque s’est transformé de manière drastique. Ces changements sont survenus majoritairement par le biais des technologies numériques. Cette évidence ne l’est pas obligatoirement pour les jeunes générations qui —immergées dans ces avancées technologiques depuis leur naissance ou presque — s’adaptent sans même s’en rendre compte. A quoi s’adaptent-ils en réalité ?

A de nouveaux types de contrat sociaux. Il y aurait donc un contrat social modifié, voire plusieurs ? Certains y verront une exagération, convaincus que l’immobilisme français tant dénoncé dans la sphère médiatique est une réalité objective, et que « rien ne bouge » au pays des 550 fromages, du stockage de déchets nucléaires massif, et des trains grandes vitesse dont le prix des billets au guichet est calculé sur le pouvoir d’achat de la « moyenne bourgeoisie ». Ils ont peut-être tort. Tentative de démonstration.

De l’ ORTF au minitel…

Comprendre le monde actuel est facilité si l’on remonte à une époque pas si lointaine et pourtant excessivement « archaïque », à certains niveaux, si l’on se rappelle de son fonctionnement. Avant l’émergence de la micro-informatique et de la télématique, et surtout d’Internet, il y avait une France très différente. Analogique. Très créative par certains aspects, mais très tranquille. Deux chaînes de télévision en noir et blanc, un ministère de l’information, de la censure d’Etat, une population coupée en strates sociales très distinctes, des « évidences sociales » acceptées par la une grande majorité. Le tableau des années 60 et 70 est  édifiant : la France est alors un pays industriel majeur, mais administré par l’Etat, qui fabrique ses élites, ses ouvriers et ses employés de bureau comme le boulanger fabrique des baguettes. Le prix de la baguette est d’ailleurs fixé par l’Etat, comme celui des produits agricoles. Le capitalisme est encadré par l’Etat. Ca protège, mais dans le même temps… c'est un peu figé.

Ceci est le premier micro-ordinateur au monde, le Micral N. Il est français. Conçu en 1972 et lancé en 1973 par R2E pour l'INRIA , équipé d'un Intel 8008, le Micral fonctionnait sans écran et sans clavier. Entrées par switchs, sortie par voyants.

Les années 80 vont commencer à modifier la donne. Profondément. Les verrous étatiques sautent en partie, et des nouveautés technologiques modifient (un peu) les mentalités : prix libres, concurrence érigée en règle, arrivée de la micro-informatique personnelle, de la télématique… Mais rien ne change encore en profondeur. C’est une sorte de superposition de mondes : le vieux et le « un peu nouveau », l’un sur l’autre. Le contrat social français n’est d’ailleurs pas modifié, si ce n’est qu’il ploie sous un chômage devenu endémique et des citoyens vivant au dessus de leur moyens par le biais du crédit à la consommation.

90’s : La mondialisation s’officialise

Du traité de Maastricht qui officialise la perte de souveraineté française à la création de l’OMC, en passant par l’apparition des entreprises transnationales géantes et la dérégulation des flux financiers, cette décennie est importante. Elle pose les bases du "hight-tech-monde" qui suivra. Pour autant les années 90 ne sont toujours pas un moment de changement de société majeur. Le contrat social français est encore et toujours le même. Les principales bases du high-tech monde se situent à des niveaux qui échappent aux citoyens, le plus souvent par le biais de réglementations décidées dans des instances nationales, européennes ou même mondiales. Dérégulation (bancaire, financière), normes (à tous les niveaux), interdictions (le plus souvent sur les modes de vie), ouvertures (à la concurrence, à la libre circulation des marchandises, etc…). Internet s'ouvre au public, mais de façon marginale : c'est une toute petite part de la population qui s'y connecte.

Voir la vidéo sur le site de l'INA

Les joyeuses scènes de plateaux de télévision enfumés où de jeunes ou moins jeunes gens refont le monde, inventent des nouvelles façons de faire et penser le vivre ensemble, la "culture", sont de l’histoire ancienne. Contrôles techniques des véhicules, interdiction de fumer au travail, obligations de mise aux normes de toutes sortes : l’hygiénisme sécuritaire moderne se met en place dans les années 90. Doucement.

Les années 2000 : de Facebook… à l'Iphone

La société française est encore entre deux mondes lors du basculemet dans le XXIème siècle. Internet est toujours utilisé par une maigre partie de la population, les technologies DSL ne sont pas encore généralisées. Le réseau reste encore un « truc » sympa et pratique durant la moitié de la première décennie du XXIème siècle. Blogs, sites perso, de porno ou d’infos, chats, mails sont l’essentiel de l’utilisation des internautes français. Wikipedia est créée en 2001, Wikimedia en 2003. Le e-commerce a débuté, bien entendu, mais reste encore limité. Le web 2.0 tel qu'il est aujourd'hui défini n'en est qu'à ses balbutiements.

Tout va changer avec la généralisation massive du haut débit mais surtout les outils mobiles et les services d’échanges de masse, nommé bizarrement « réseaux sociaux » ou « économie collaborative ». Le smartphone (qui n’a rien de smart, mais permet surtout d’avoir un ordinateur miniaturisé qui inclut les capacité techniques d’un téléphone) est une pierre angulaire du nouveau contrat social connecté en cours. Allié à de nombreuses « modifications légales » poussées par les politiques. Le vivre ensemble est modifié dès 2005, la société ne sera plus jamais la même, et encore moins à partir de 2008. Cette fin de décennie, et celle qui débute ensuite, sont un concentré de changements radicaux profondément induits par les technologies numériques… et par les réponses des politiques à ces changements.

A suivre : contrat social connecté (2) : de la surveillance généralisée à la régulation étatique d'Internet

0 Commentaires
Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée