Le contrat social, l’état de la démocratie française et nous

Il semble évident qu’un gros problème s’accentue année après année, et risque d’amener la société française à des extrêmités très ennuyeuses. Ce gros problème est celui du contrat social, avec lequel la classe politique s’est
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

74 thoughts on “Le contrat social, l’état de la démocratie française et nous”

  1. Premierement, la Revolution a été menée par la bourgeoisie. Deuxiemement, pas la peine d’être néofasciste pour se rendre compte que c’est bien le monde la finance qui est la cause de (presque) tous nos tracas.

  2. Oui ce n’est plus seulement les prolos déclassés c’est la classe moyenne française qui est attirée par le discours d’extrême-droite, j’en ai assez d’exemples autour de moi.

      1. Un article en parlait il y a quelque temps, sur Reflets : http://reflets.info/le-populisme-explique-a-mon-fils/

        « (…)Et si l’on observe bien les discours actuels, il est facile de remarquer que le populisme pur et dur n’est jamais activé par les grands partis de gouvernement. Et puis on a accolé populisme à poujadisme, et le parti des Le Pen est issu du poujadisme. Dans le même temps, l’UMP comme le PS ne dénoncent pas la captation de pans entiers de l’Etat par une élite. Et pour cause, s’étant partagée le pouvoir depuis des décennies, cette élite économique, financière, politique est toujours en place(…) »

    1. Tant qu’il n’y aura pas de nouvelle constitution, de référendums réguliers et divers, il n’y aura pas de véritable démocratie car toujours pas de souveraineté nationale, le peuple ne décide directement d’aucun pouvoir ni législatif, ni exécutif, ni judiciaire , aujourd’hui il a juste le choix de voter pour le représentant le moins pire avec une conviction de plus en plus faible au fur et à mesure que les élections et les années défilent… En France particulièrement et sans doute à cause de retournements de veste trop fréquents des électeurs et des élus et de résultats de votes proches pour les 2 seuls accesseurs au 2nd tour, les gens pensent faire leur devoir de « bon citoyen » en s’efforçant et en se sentant obligés de voter pour quelqu’un plutôt que de voter blanc quitte à critiquer les abstentionnistes alors que pourtant parmi ces derniers certains sont plus impliqués dans la vie associative ou syndicale que certains élécteurs. Voter pour voter et se donner bonne conscience sans aucune conviction revient pourtant à agir en mouton et à laisser ce système constitutionnel nous faire tous tourner en rond: un coup à gauche, un coup à droite ou 2 coups à droite puis deux coups à gauche, une vraie balance politique où le centre est vu comme une girouette qui fait face aux extrêmes qui s’opposent et se rejoignent eux mêmes et qui sont jugés comme dangereux et extrémistes… Alors à quoi bon promettre un rétablissement de la souveraineté en conditionnant ça par une simple sortie de l’Europe et un simple rejet de l’Euro comme le font à priori les  » gourous politiques  » Soral, Asselineau ou Chouard même si leurs constats et critiques sont parfois justes et sautent aux yeux , qui parmi eux propose une nouvelle constitution en s’inspirant pourquoi pas et non en proposant avec démagogie un copier-coller de l’exemple islandais ? Nous sommes tous néoquelque-chose puisque nous nous inspirons tous du passé mais au lieu de s’inspirer et de se servir des erreurs passées en proposant de véritables solutions certains préfèrent s’attaquer et dénoncer de vrais problèmes sans pour autant sembler s’orienter vers une vraie démocratie en promettant une nouvelle constitution qui est pourtant indispensable, ainsi ceux qui me semblent de plus en plus crédibles sont ceux qui ont pour but de changer la constitution et d’augmenter le SMIC peut être pas en le passant directement à 1700 E car c’est bien trop dangereux pour le bon fonctionnement des entreprises mais progressivement …

  3. De façon ferme, sans ambiguité, mais surtout avec une « part de marché » élevée dans les élections, les néo-fascistes sont les seuls à dénoncer la rupture du contrat social. Sachant quand même qu’une partie de l’extrême gauche a appelé sans le dire, à voter Hollande, ou à voter contre Sarkozy (ce qui revient au même). Et certains partis d’extrême gauche ont des solutions très agressives, et l’on peut craindre que s’ils ne prenaient le pouvoir, que nous assistions à un changement de société très « hard ». Je ne parle pas du front de gauche, bien entendu. Les rouge-bruns sont des néo-fascistes, oui. A quelques nuances près. Sauf que l’extrême gauche est proche de zéro dans les urnes.
    Pas l’extrême droite, loin de là. Et avec les vases communiquants créés par Sarkozy, les néo-fascistes ont au moins 23 ou 24% au prochain premier tour.

    Dénoncer la rupture du contrat social n’est pas suffisant, il faudrait clairement que les forces qui ne sont pas orientées néo-fascistes fassent un barrage parlementaire. Les élus d’extrême gauche, ils font quoi ? Rien. Ah, si. Ils parlent.

    Bien, bien.

    Ca ne suffira pas…

    1. Yovan,
      je suis proche, mais alors vraiment très très proche de ton analyse. Dès les 3 premières semaines de Moi Président j’ai senti le souffle du boulet, on y court tout droit aux démagogues clivants. Je crains que la droite décomplexée des précédentes années ne soit qu’on apéro de ce qu’on va vivre dans cette décennie.
      Et rare, mais alors rare sont les représentants qui appellent à ce barrage, seule et unique solution de laisser le national(social)isme à sa place, ie dans la fosse à merde.

    2. Lorsque tu dis que seuls les néo-fascistes dénoncent la rupture du contrat social, j’ai eu peur que tu mettes le Front de Gauche dans le tas (partie extrême gauche). Je suis rassuré de voir que pour toi ce n’est pas la cas. Mais alors le constat change, car le Front de Gauche, lui aussi dénonce cette rupture. Il est même le seul à le faire de manière aussi claire en proposant une 6ième république. Et étant donné le score fait aux dernières élections, on peut espérer que le repli se fasse de son côté plutôt que du coté du fascisme.

      D’autre part, j’assimile plus le vote fasciste (principalement d’extrême droite) au vote de gens qui ne savent plus où ils vont et qui n’ont plus de porte de sortie. Aussi la connaissance d’alternatives qui pourraient amener une solution est primordiale. C’est là où les thèses de Chouard son essentielles : elles offrent une porte de sortie et permettent de se sortir de l’impasse.

      Enfin, je remarque que tu parles de démocratie représentative. Ceci s’appel tout simplement une république. Il vaut mieux utiliser les mots qui ont un sens plutôt que la novlangue qui veut nous faire croire à la démocratie actuelle. C’est essentiel pour moi.

      1. Oui, mais on nous vend de la démocratie représentative. Et si on veut se la jouer puriste, en expliquant sans cesse que ce n’est pas une démocratie (ce qui s’entend), on passe à côté du dialogue possible.

        Les thèses de Chouard ne sont pas essentielles, c’est après une loooongue réflexion que j’en suis venu là. Chouard est parfait pour détourner tous ceux qui pourraient essayer de changer un peu le système : il a soutenu un documentaire où Faurisson, le révisionniste développe ses thèses. Mais ça s’est su, son nom avec ses félicitations a été retiré. Mais il l’a fait. Comme soutenir les idées de Soral. Et d’autres, qui sont tous des épouvantails, des croquemitaines pour la classe politique en place.

        Le plan de Chouard ne sera jamais appliqué. Personne ne l’écoute. Surtout que le monsieur n’arrête pas de rencontrer et de se rapprocher des courants d’extrême droite. Naïf ou pas, Chouard est juste un utopiste qui peut aller très loin dans ses idées, mais à quel prix ?

        La 6ème a été proposée en premier par…Montebourg…Pas tout à fait la même que Mélenchon, mais quand même un peu moins pire que cette 5ème. Je reste persuadé que soit le soulèvement populaire (difficile à imaginer, mais bon…), soit le blocage parlementaire (peu probable), soit l’arrivée des néo fascistes, sont possibles. Parce que continuer comme ça : il faut être maso. Mais allons savoir… encore 20 ans d’alternance ?

        ‘tian, c’est long…

        1. Jusqu’à preuve du contraire, notre régime s’appelle la « Vième république ». C’est pas moi qui l’invente.
          Je pense qu’il faut simplement utiliser le mot république à la place de démocratie partout où il devrait être. Les gens suivront (je ne parle pas d’oligarchie, là ça braque les esprits).

          Au sujet de Chouard, je ne dis pas qu’il est tout blanc (à vrai dire j’en sais rien) ni qu’il faut tout prendre sans réfléchir. La seule chose que je dis c’est que ce que j’ai entendu de lui était très censé et mérite grandement qu’on s’en inspire dans nos réflexions. Prendre le bon, laisser le mauvais.

          Bizarrement Montebourg n’en parle plus trop… Moi tout ce que je vois c’est que la situation est en train de devenir instable. Bien malin qui pourra prédire la suite des évènements. Mais je vois encore beaucoup de personnes bien assises dans leur fauteuil tout chaud et cherchant simplement le dernier jeu à la mode… C’est pas demain la révolution!

      2. Le Front de Gauche, c’est le gars qui crie à ses partisans « virez moi ces gens du FN » (en parlant de journalistes qui n’ont rien à voir avec le FN) dans une manif de gens d’extrême gauche ?

        Mais quand ouvrirez-vous les yeux sur ces politiques qui vous mènent au désastre ?

  4. Yovan, vous ne pensez pas que c’est une forme de bon sens surtout?

    Autant avant le net on pouvait berner un peuple entier, autant maintenant je pense que le mouvement est « assez » raisonné.

    Autre chose en parlant de net, avec ce dernier effectivement on a l’impression que les frontières ne sont que des entraves, mais IRL « une terre, un peuple » fonctionne mieux que le multiculti.

    1. Le fasciste (aller voir les discours de Mussolini) est TOUJOURS plein de bon sens ! Donc, leurs constats (simplistes, mais efficaces) sont toujours plein de bon sens. Comme leurs solutions. Je disais il y a une vingtaine d’années, alors que le FN grimpait depuis quelques années, que les solutions de Le Pen séduiraient de plus en plus. Parce que si tu dis : « Il y a trop de chômeurs, donc je vire tous les étrangers arabes », bien entendu, il y aura plus de places en termes d’emplois à prendre…sur le papier. Comme si tu fais sauter la moitié des prestations sociales, tu auras moins de trous de sécu. Et si tu fermes tes frontières ? Là, faut voir quand même, mais de toute manière ils sont toujours là avec des solutions efficaces.

      Un flic devant chaque maison, est-ce qu’il y aura moins de cambriolages ? Oui, certainement…
      Tu vois ce que je veux dire ?

      1. Quand il y a des rats chez toi, tu dératise, quand c’est des cafards, tu désinctise.
        Quand on protège les loups, des moutons manquent à l’appel.
        Quand c’est les mangeurs de poissons, la pêche est moins bonne.
        Tout ça s’appelle des rapports de causes à effets.
        Point barre.

  5. Le contrat social est une invention de la bourgeoisie, qui comme l’a souligné Moody a pris le pouvoir sur la noblesse à la révolution française, pour justifier le système étatique : ce contrat par un pacte doit empêcher les individus de retomber dans un « état de nature », où régnerait la terreur et le désordre.
    Ce contrat prévoit qu’en échange d’une partie de notre liberté d’Homme ( ce qui nous différencierait des animaux ), les dirigeants veillent à notre sécurité et à l’ordre dans une société organisée.

    Cette thèse plus ou moins merdique pour plusieurs raisons :
    – l’état de nature évoqué est hypothétique ( et dans la réalité il a existé bien avant les états des sociétés organisées d’Hommes )
    – en donnant notre liberté, on sait ce que l’on perd, mais rien n’est moins sur que l’on aie quelque chose en retour
    – cette thèse a eu trois courants principaux, l’absolutisme de Hobbes, le républicanisme de Rousseau, et le Capitalisme de Locke ( qui gouverne d’ailleurs notre monde actuellement ), qui sont toutes aussi critiquables les unes que les autres
    – d’autres trucs …

    1. Les propositions se font attendre ? Pourtant les critiques pleuves… J aime voir tout ces gens intelligents qui échange sur se sujet essentiel, même si ne pas juger avant d avoir compris n est pas bien intégrée, et croire que l on peut comprendre sans se pencher sur le sujet c est dur… Certain ne savent pas que la véritable révolution du peuple français était le10 août 1792, mais après il commente leur ennuie sur des forum alors Qu il pourrait au moins cultiver leur ennuie…

  6. En fait, je pensais cet article depuis une semaine, mais j’avais oublié le concept tout bête du contrat social au centre du jeu. Donc, j’avoue : oui :-) l’émission m’a décidé à l’écrire.

    1. Le contrat social c’est utile d’en parler mais je pense qu’il faut dénoncer aussi les failles, les disparités des conventions collectives ainsi que l’inefficacité voir les arrangements, la connivence trop fréquente la corruption entre syndicats, représentants du personnel employeurs idem pour l’inspection du travail et son efficacité, tout le monde dénonce les politiques mais personne ne s’attaquent à tout ceux qui sont complices et traîtres…

  7. Je m’attendais à tout sur reflets, mais pas un article promouvant le fascisme avec comme image d’introduction, un de leurs symboles.

    Moi, ce qu’y me fait rire dans votre discours, c’est surtout que vous oubliez un gros point, ceux qui financent les parties fascistes, c’est la bourgeoisie, le fascisme est un système ultra-ultra-capitaliste et il ne rapporte qu’aux grand-patrons. La population est transformé en esclave de façon direct (camp de travail) ou de façon indirect (suppression des syndiquas, du droit de grève, …), je ne vous raconte pas les marges que l’on peut se faire alors, c’est presque magique. Et cela doit être tellement grisant de manipuler la foule en jouant avec leurs croyances et leurs sentiments.

    Mais pour éviter cet affreux système qui se met en marche en silence tranquillement dans nos contrés, (le pire c’est peut-être dans nos chères têtes blondes de nos grande école actuel (cela promet pour les années à venir, c’est moi qui vous le dit)), il n’y a rien de plus efficace que de rappeler comment il s’est déjà mis en place avant et de savoir ce que c’est réellement (https://www.youtube.com/watch?v=xJYisZ7M3Us ).

    Mais après presque un demi-siècle de propagande anti-URSS, c’est normale de ne plus savoir faire la différence entre les rouges et les bruns. Alors allons droits au but et rétablissons la vérité, la Russie n’était communiste que sous Lénine, en gros plus ou moins deux ans. Après elle a viré progressivement vers un état fasciste sous Staline.
    Mais de ceux qui reste de nos jours de communiste, ce sont pour une grande part soit des fascistes qui sont persuadé qu’ils sont communistes. Soit des intellectuels qui ont compris que dans ce système utopique, il y avait une grosse faille, qui était de centralisé les pouvoirs. Et plus on centralise les pouvoir, et plus cela attire les fanatiques barbares désireux de pouvoir près à tout, en gros les plus mauvais d’entre nous tous.

    L’un des systèmes qui conviendrait le mieux actuellement, ce serait une démocratie athénienne 2.0 avec tirage au sort (cf. Étienne Chouard sur la démocratie et la constitution citoyenne), je ne vois pas d’autre alternative réellement viable. Sinon oui, effectivement, la seul autre alternative sera comme vous le dites un état fascisant.

    1. http://nantes.indymedia.org/article/24305
      http://chezfab.hautetfort.com/archive/2011/10/04/oui-je-me-suis-fait-avoir-par-etienne-chouard.html

      Et la défense de Chouard : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/09/12/141-qui-est-d-extreme-droite

      Sur le racisme, l’égalité hommes-femmes, la peine de mort : Chouard propose…devinez quoi ? Un référendum. Quand à sa définition du fascisme, elle est plus proche de celle d’un collégien de 4ème qu’autre chose. Inquiétant Chouard. Inquiétant, en réalité. Surtout qu’il peut soutenir Faurisson et Soral.

      Good luck avec Chouard.

      1. « Sur le racisme, l’égalité hommes-femmes » heu, pardon ? On peut légiférer sur ces trucs-là ? C’est quoi cette phrase, ça va où ? Tu as l’air sympa, mais tu n’as visiblement pas le niveau. Ce truc, c’est de la pure réaction, ça ne va nulle part.

        le lien que tu balances vers un blog bourré de fautes, avec le même argumentaire vindicatif, autoritaire et ignorant des choses basiques de l’histoire et de la politique terrestres, et les commentaires fermés (la marque de la vraie démokrassie, hein ? ;)) comment dire, n’arrange rien.

        Le coup du « Hé la gauche (hum) de gouvernement, laissez-nous un peu de mou, ou ça sera le fascisme » ce « discours »-là est *précisément* ce qui a cours depuis les 80s et nous a amené à cette situation pourrie.

        C’est un discours de victime middle-class face à son fils révolté, et qui veut noyer le poisson, se donner des excuses avec des mots énormes qui font se toucher les fils et empêchent toute réflexion.

        Quand tu te sens inspiré par France-Inter, c’est pas sur ton blog qu’il faut te jeter, c’est sur un livre.

        1. Tu comprendras bien, mon lapin, que l’égalité homme femme, le racisme c’est Chouard qui sort cette ineptie à soumettre à référendum, et je crois bien qu’il insère ça dans la parité politique… Sa défense sur son accointance avec l’extrême droite est ainsi faite : il met dans le même sac, le racisme, la peine de mort et la parité, dit, qu’il est pas comme les méchants, mais qu’il les laisse penser ce qu’il pense, et qu’il faudrait soumettre à référendum. Donc, au lieu de m’accuser de dire n’importe quoi, va lire ce que dit Chouard en lien et reviens.

          Ton analyse n’est peut être pas assez fine pour que je puisse répondre au fond, sachant que tu me fais dire ce que je n’ai pas dit. Pour France Inter ou les bouquin, allez, va, elle est facile hein ? T’es vexé ? Y’a quelque chose qui te dérange ? Ce serait gênant ? Tu veux faire la révolution, lapin ? Vas-y, fais la révolution…toi qui aurais lu des bouquins.

          Arf. Quand je lis ce que je lis et que je vois ce que je vois. Enfin bref : comme d’habitude, ne pas répondre aux commentaires, ça vaut mieux : le mépris y confine à l’aveuglement.

          Pour qu’au niveau histoire politique, dont tu me soupçonnes d’être ignorant, je te laisse lire ces articles. Oui, je sais, je les ai écrits. Sans avoir jamais ouvert un bouquin, tu penses bien. Juste avec France Inter :-) Et puis c’est basique, hein, c’est pas du lourd, en papier. Mais ça peut aider à suivre l’affaire. Et à ne pas comprendre tout à l’envers.

          Mais des fois franchement…

          http://reflets.info/manuel-de-politique-francaise-pour-les-nuls-1/
          http://reflets.info/manuel-de-politique-francaise-pour-les-nuls-2/
          http://reflets.info/manuel-de-politique-francaise-pour-les-nuls-3/

          1. Quand on voit le temps que ça prend juste pour faire passer une loi sur le mariage civil et l’adoption pour les homos alors que ça me semble utile et dangereux pour personne, je me dis que des référendums réguliers et pas tjs systématiques surtout quand l’assemblée est indécise ou trop divisée en 2 dans ses votes me semblent indispensable et pour cela il faut une nouvelle constitution …

      2. Chouard a fait (et continue) un travail remarquable.
        Je trouve que tu craches dessus un peu vite, en sous-entendant (tellement facile) qu’il a des idées d’extrême droite.

        En fait, toi qui aimes bien voir des complots un peu partout (cf tes thèses climato-réchauffantes), je ne comprends pas pourquoi Chouard ne te convient pas. Il devient peut être trop mainstream pour toi ? ;)

        Par rapport à ton article et au référendum, je pense que tu présupposes la population plus conne qu’elle ne l’est.

        1. Pourquoi ne proposent ils pas une nouvelle constitution eux qui veulent du changement ??? A ton avis c’est pour utiliser le pouvoir comme il est déjà utilisé ou pour le rendre plus juste et utile?

  8. Où se situe Etienne Chouard dans votre postulat ?!

    La véritable démocratie n’a jamais existé de toute façon dans ce pays, comme le rappel moody.
    Ceux qui prétendent le contraire sont aux mieux des idiots utiles au système.

    Quoi qu’il en soit, il est urgent de redonner leur sens véritable aux mots, Demos cratos c’est le pouvoir au peuple, aucune novlangue ne pourra changer cela.

    Cette imposture qui consiste à choisir nos maitres (eux-mêmes désignés par les pouvoirs de l’argent) tous les 5 ans et qui ensuite peuvent s’adonner aux pires abus et actes de haute trahison, sans que nous, peuple souverain, puissions nous y opposer, ça s’appelle une oligarchie et rien d’autre.

    Une fois le diagnostic posé il n’est guère difficile de comprendre que c’est là, la source de tous nos maux.

    C’est donc au peuple et à lui seul de reprendre ce qu’il n’aurait jamais dû confier à des aristocrates pour qui, la politique se résume à l’idée que s’en faisait Voltaire « un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne « .

    1. Entièrement d’accord.

      Autant je peux comprendre le choix qui a été fait en 1789 au regard du fait que les 3/4 de la population étaient illettrés, que les connaissances et savoir ne circulaient pas, que l’éducation était rare et se limitait à lire et écrire et surtout que c’était déjà un grand pas en avant.

      Autant, actuellement j’ai vraiment beaucoup de mal à trouver une justification pour une république oligarchique… Hormis le fait que chacun pense que tous les autres sont des cons et donc il ne faut surtout pas donner le pouvoir aux masses d’abrutis (sauf celui qui le dit bien sûr!).

  9. « C’est une politique qui met au centre de son discours et de ses actes quelque points faciles à reconnaître : la discipline (donc l’autorité, qui a été perdue, hein, bien entendu) »

    Selon Anna Arhendt, la disparition de l’autorité favorise l’éclosion d’un fascisme qui confond l’autorité et la violence, qui remplace l’autorité (essentiellement non-violente) par la violence et qui l’appelle autorité…. les relations humaines basées sur cette pseudo-autorité légitiment ensuites les comportements inhumains…

  10. Le problème c’est que ceux qui proposent un « nouveau système démocratique », chez les verts ou au FdG, n’en font pas une priorité, loin de là, ils n’osent pas. Ils préfèrent aller à la soupe, ou en sortir en nous faisant croire qu’ils n’en mangent plus, comme Mélenchon.

    Après, restent les pirates qui portent avec les occupyers et les indignés une réelle remise en question de la démocratie représentative, en la fusionnant avec la démocratie directe, tout en mettant l’accent sur le consensus, le dialogue dans la liberté. Mais pour ceux qui voient le monde dans deux cases, il n’y a rien à chercher chez eux je crois.

    Par contre je conteste totalement votre vision sur ce point « Pour faire simple et clair : si les politiciens ont toujours effectué des promesses qu’il ne tenait pas toujours entièrement, une partie importante de ces promesses était quand même mise en œuvre après l’élection, au cours du mandat présidentel. Des choses assez précises comme l’abolition de la peine de mort, la hausse des salaires, la baisse du temps de travail, les baisses de charges des entreprises, baisse des impôts, etc… Depuis quelques années, disons une dizaine, les promesses politiques de tous ordres ont pour leur grande majorité été abandonnées dès le mandat débuté, ou au cours du mandat. ».

    C’est l’un des problèmes de notre démocratie: promettre toujours plus au peuple infantilisé qui ne participe pas au processus démocratique, en dehors du vote. L’issue: la course aux dépenses publiques pour satisfaire divers électorats, un clientélisme légal. Et ainsi on enferme les générations suivantes dans la dette, dans la précarité, car les insiders veulent des privilèges et répétent depuis des décennies que leur enlever c’est en enlever à tout le monde, qu’un monde sans flexibilité est un monde qui n’est plus « progressiste ». Bref, l’atavisme français d’une société avec des ordres, des castes, plaît même jusqu’à la gauche de la gauche qui est très petite-bourgeoise. Mais ça, elle ne peut se l’avouer.

    1. Concernant le FdG, ils ont quand même fait le rassemblement à la bastille « pour la 6ième république »… C’est tout de même un des axe principal de leur programme.
      Après je suis d’accord, il y a aussi d’autres axes très forts ce qui peut donner l’impression que cette question est reléguée au second plan.

      Après je me demande dans quel proportion cette mesure n’est pas trop mise en avant pour ne pas être taxé de révolutionnaire et effrayer les électeurs. Je pense qu’un parti proposant seulement un changement de régime/constitution… aurait que très peu de voix.

      Personnellement, je trouve que le FdG est un des seul à proposer une sortie viable de ce système (si ça doit se faire par la voie « institutionnelle »). Les autres me font un peu peur (on continue à foncer dans le mur vs on casse tout!)

      1. Le FdG dénonce le contrat social mais il faut avouer que le peuple lui fait encore moins confiance qu’au FN. Je pense que Mélenchon en est conscient, il n’y a qu’à voir comment il s’est positionné aux législatives… et la claque qu’il a prise.

        Je pense que le principal but de Mélenchon actuellement est en fait de retarder la chute de l’UMPS, parce qu’il est conscient que si ça bascule, ça basculera à droite. Il est aussi conscient du fait que la vision du paysage politique français comme un segment est fausse, c’est plutôt un cercle où les extrêmes se rejoignent et la frontière est perméable. (*)

        Mais le FdG a-t-il vraiment un plan pour que ça bascule à gauche ? J’en doute… Sinon il n’aurait pas fait en sorte que Hollande soit élu. Parce que selon toute logique la balance a plus de chances de balancer du côté où n’est pas le pivot.

        (*) Au passage, au centre du cercle (c’est-à-dire où il n’y a rien) se trouve le libéralisme. Tous les partis français sans exception sont sur le cercle étatiste. C’est peut-être là qu’il faudrait chercher la réponse… http://www.autrement.com/ouvrages.php?ouv=2746732049

        1. Pour moi, aux législatives il a tenté le tout pour le tout. Et c’est pas passé. Et puis la campagne là bas était assez spéciale… Bref, je ne pense pas qu’on puisse en tirer la moindre analyse.

          Sinon, je ne vois pas ce qu’il fait spécifiquement pour retarder la chute UMPS. Et je ne vois pas quel serait son intérêt. Mais je dois pas tout connaitre.

          Sur la représentation de la politique sur un cercle où les extrêmes se rejoignent, j’ai vraiment du mal. Qui serait à l’extrême gauche et du coup assez proche du FN ? Je ne vois vraiment pas. Que ce soit Poutou ou Arthaud, je les trouve très éloigné du FN…

          « Sinon il n’aurait pas fait en sorte que Hollande soit élu ». Là j’ai du mal à te suivre. Mélenchon a tenté de passer devant le PS puis a choisi d’éliminer Sarko quand c’était fini pour lui. Qu’aurait-il pu faire d’autre ?

          Enfin, sur le libéralisme, je comprends pas ce que vous appelez l’étatisme… Généralement je prends cette remarque pour un appel à l’anarchie (pas au sens péjoratif). Mais je ne pense pas que c’était ça ta pensée.

          1. > Sinon, je ne vois pas ce qu’il fait spécifiquement pour retarder la chute UMPS. Et je ne vois pas quel serait son intérêt.

            J’ai peut-être pas été assez clair : si l’UMPS tombe maintenant c’est le FN qui en profite.

            > Qui serait à l’extrême gauche et du coup assez proche du FN ?

            Pas tant les politiques eux-mêmes, mais certains électeurs passent de l’un à l’autre je pense. Si on prend le FdG (qui certes n’est pas si extrême que ça) et qu’on compare au FN, les deux partis sont populistes (pas étonnant, c’est le seul moyen pour exister dans l’opposition), détestent le système financier, sont protectionnistes (le FN à l’échelle de la France, le FdG à celle de l’Europe)… et surtout proposent des alternatives à l’existant.

            > Mélenchon a tenté de passer devant le PS puis a choisi d’éliminer Sarko quand c’était fini pour lui. Qu’aurait-il pu faire d’autre ?

            Ne pas éliminer Sarko. Mais il n’est pas assez calculateur pour ça, et finalement peut-être que ça va lui réussir vu la politique d’Hollande.

            > Je comprends pas ce que vous appelez l’étatisme… Généralement je prends cette remarque pour un appel à l’anarchie (pas au sens péjoratif).

            Comme d’habitude il y a pas mal de versions de ce que ça veut dire. Pour moi, la différence de philosophie entre libéralisme et étatisme, c’est la manière dont on considère l’État : comme un allié et représentant du peuple ou comme un mal nécessaire dont il faut se méfier. Les dérives de l’État pouvant prendre des formes diverses, directes (putsch, élection d’un parti ouvertement fasciste…) ou plus vicieuses (propagande et censure masquées, limitation des libertés, oppression de minorités…). Ce genre de dérives n’est pas rare, et pas forcément dans des pays lointains (http://blogs.mediapart.fr/blog/edwy-plenel/050112/leurope-la-hongrie-et-le-fascisme-daujourdhui-lalarme-de-paxton).

            Ce n’est donc pas vraiment un appel à l’anarchie totale, mais un appel à moins de puissance de l’État, ce qui passe par moins de responsabilités et moins d’argent, l’existence de contre-pouvoirs forts et la défense des libertés individuelles. C’est (ou du moins ça a été) le point de vue majoritaire aux États-Unis, qui transpire pas mal dans leur Constitution, en particulier les amendements (Bill of Rights).

            Par extension les libéraux pensent qu’il n’est pas de la responsabilité de l’État de régler un certain nombre de problèmes, que l’État ne doit surtout pas contrôler la presse et les médias, et que ce graphique n’est pas bon pour nous : http://media.economist.com/sites/default/files/imagecache/290-width/images/print-edition/20120331_FBC840.png Ils ne verraient pas non plus d’un bon oeil l’existence de quelque chose comme le FSI…

            On peut discuter des dérives du libéralisme, mais le fait est que notre État est le plus puissant d’Europe et qu’aucun parti ne propose, s’il arrive au pouvoir, de revenir sur cette situation. D’abord parce que ce n’est pas dans la culture française d’admettre que l’État n’est pas forcément le mieux placé pour régler certains problèmes, et ensuite parce que pour diminuer volontairement un pouvoir qu’on viendrait d’acquérir il faut une sacrée dose de courage.

        2. Au centre il ya les girouettes libérales , et aux extrémités des extrémistes ce qui ne signifie pas obligatoirement que des fachos ou néo fachos, si les extrémistes se rejoignaient aussi facilement que tu le dis je pense qu’ils s’allieraient et se partageraient le pouvoir depuis lgtps. Regardes plutôt ce qu’est devenu l’UMP sans son manipulateur principal, sans doute aurais tu preferé que Mélenchon demande aux français de voter Sarko plutôt que Hollande !!! Tu te contredis en plus car si tu penses que l’hémicycle est un problèmeen soi c’est bien qu’il faut changer la constitution . Le problème concernant le front de gauche c’est l’image communiste qu’il donne et le fait que certains l’accuse de vouloir voler l’argent des riches seulement aujourd’hui avec tout ce qui s’est passé dans le monde et grâce à la crise certains ont ouvert les yeux et ne s’imaginent plus bêtement qu’une entreprise qui s’enrichie cherche à en faire profiter ses salariés et cherche à faire travailler plus de monde pour faire baisser le chômage, le capitalisme c’est le profit, la délocalisation, la mondialisation de façon continue et croissante sans aucune modération et sans aucune notion humaine des entreprises et on sait très bien qui touchent les énormes primes en laissant un peu de participation et de primes de façon degressive et hierarchique… Les entreprises qui fonctionnent bien n’embauchent pas systématiquement elle préfère le turn-over pour éviter les pblm, pour mieux continuer à mettre des carottes, à promettre des évolutions internes et grâce à certains quotas elle tente de se racheter une bonne image mais plus personne n’est dupe enfin presque car qd je lie certains commentaires je me demande si certains sont capables de voir ce qui est pourtant évidant. Même le nez dans la merde, ils continuent de dire que ça sent bon …Ah mais oui c’est vrai ce qui résonne comme ça sont bien souvent ceux qui dirigent ou gagnent correctement leur vie en estimant que les chômeurs sont tous des assistés, les immigrés aussi sans oublier des profiteurs même quand leurs grands parents sont français et que le système capitaliste est une réussite et le seul système permettant d’avancer , vive le progrès même quand il est inutile ou qu’il pollue ! Dommage que le progrès rende les gens de plus en plus inhumain et de plus en plus vénals et cons … Heureusement qu’il existe des gens, des dirigeants des gens riches et influents qui restent humains même si ils sont trop rares sinon j’imagine même pas le nombre d’esclaves qu’il y aurait !

  11. Le seul mode de « gouvernance » qui est un sens est l’Anarchie.
    Car il est le seul qui permette l’ordre et l’équilibre
    naturel des choses.
    Certains couillons dirons: « Oui, c’est la loi du plus fort..gna,gna..gna.. »
    Il me semble que la nature ne s’en sort pas si mal avec ce mode de fonctionnement. Et que le lion, bien que roi des animaux, ne règne pas sur le monde animal, ni le requin sur le monde aquatique.
    Voir taux de natalité tiers-monde/occident.

  12. Quand un état est surarmé (police nationale, police municipale, armée, CRS, renseignements intérieurs, fichiers innombrables);
    Et que dans le même temps, le peuple est méticuleusement désarmé.
    Le régime en vigueur a pour nom: DICTATURE.
    L’état est en guerre contre le peuple.
    En guerre économique en l’accablant d’impôts et de taxes.
    En guerre psychologique en l’assommant de psychotropes, d’alcool, de télévision et de sports.
    En guerre morale par les trois mots gravés au fronton des mairies.
    Les dirigeants sont morts de peur, il n’est qu’à voir l’armada dont ils s’entourent; et ils ont raison d’avoir peur.
    Car si quand on réduit un homme à la misère, on fait un désespéré;
    Quand on accable un désespéré, alors on engendre un démon.
    L’état tente de nous faire croire que les gens qui le peuvent, quittent le pays pour des raisons d’argent. FOUTAISES.
    L’état nous affirme que les pédophiles font plus de 20 000 morts par jour et par département.
    L’état: Entité malfaisante n’oeuvrant que pour son profit.
    Seul et unique responsable, direct et indirect de 11000 suicides par ans, la

  13. Les nouvelles: GoodYear annonce la fermeture d’une usine, 1700 emplois…
    P….n, mais pourquoi, comment c’est possible ?
    Et ben parce que: Avant les limitations de vitesse et les radars, moi, j’emmenais ma petite famille tous les week-end’s à la mer, à 180Km/h par l’autoroute, je ne montais que du Michelin haut de game.
    Maintenant, je monte des pneus de merde made in china, on ne va plus à la mer le week-end, et le fric on va le brûler en espagne ou en Yougoslavie.
    Définition: France: Pays de merde, peuplé d’alcooliques et gouverné par des cons.
    Et, un détail, pour l’association contre les violences routières: 45 ans de conduite, pas une rayure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *