Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Algorithmes : l'avènement du monstre

Dans un premier article d'une série de trois (lire le deuxième ici), Reflets.info émettait l'idée qu'il était un peu enfantin d'imaginer la NSA mettant en place une telle infrastructure d'écoute planétaire sans avoir prévu les moyens pour traiter, analyser et exploiter les données collectées. Le deuxième volet de cette série évoquait le "système", cette entité qui développe de manière plus ou moins coordonnée la mise en place de ces outils de surveillance massive.

Dans un premier article d'une série de trois (lire le deuxième ici), Reflets.info émettait l'idée qu'il était un peu enfantin d'imaginer la NSA mettant en place une telle infrastructure d'écoute planétaire sans avoir prévu les moyens pour traiter, analyser et exploiter les données collectées. Le deuxième volet de cette série évoquait le "système", cette entité qui développe de manière plus ou moins coordonnée la mise en place de ces outils de surveillance massive. Le dernier volet de ces articles nous amène assez logiquement à creuser les répercussions de l'avènement du monstre, c'est à dire les outils permettant au système de tirer partie d'un volume insoupçonnable de données collectées dans l'ombre.

Les algorithmes ont fait l'objet de nombreux articles, y compris dans la presse généraliste. Certains s'émeuvent de la montée en puissance d'algorithmes suggérant aux utilisateurs les films, les livres, qu'ils devraient lire, en fonction de ce qu'ils ont déjà acheté ou consulté. Google, Apple, Amazon, Netflix, la Fnac et quelques autres seraient ainsi en train de créer la culture de demain, basée sur les best-sellers, eux-même poussés par les algos. Irait-on vers une culture uniformisée ?

La technique a toujours fait rêver les investisseurs, les politiques, les rois du marketing. Le big data et son corolaire, le data mining sont vus comme une nouvelle mine d'or. Alors, si ça marche pour des films,...