Ami lecteur, tu reprendras bien un gros bol d’AFP et de Reuters ?

Allez, trêve de critiques stériles, peu constructives, aidons la presse à s’en sortir. Le Reflets Think Tank (RTT), une spin-off de ./Rebuild.sh, la société qui édite Reflets.info, propose ses services aux sites des journaux traditionnels. Nous pouvons encore sauver Lemonde.fr et peut-être Liberation.fr. Ecrire à rtt@reflets.info pour une prise de contact.

Plus sérieusement, il n’est pas inutile de s’interroger sur les raisons du désamour à l’encontre de la presse de la part des générations actuelles.

Le nombre de lecteurs de la presse écrite est en chute libre depuis des lustres. Les dirigeants des entreprises de presse ont testé à peu près toutes les solutions qui leur venaient à l’esprit. Autant d’échecs patents. La baisse du prix, la hausse du prix, la réduction de la pagination, la hausse du prix de l’espace publicitaire, la réduction du format, l e changement de couleur du papier, …

Jamais la presse ne se remet en question sur la qualité de ce qu’elle produit. Comme si les lecteurs se détournaient parce que « les articles sont trop longs« , parce que le prix du quotidien n’est pas assez, ou est trop élevé, parce que le cadeau fourni avec l’abonnement n’est pas assez wiiiizzzz, on en passe. Non, non, le lecteur ne se détourne pas parce qu’il met en cause la qualité des articles proposés. Ça, c’est impossible.

Et pourtant…

Qui n’a jamais lu un article sur un sujet qu’il maîtrise très bien et n’y a pas repéré des incongruités, des approximations, des erreurs patentes, des compromissions évidentes ? De là à généraliser sur le mode « s’ils se trompent sur un sujet que je connais, ils doivent écrire n’importe quoi sur tous les sujets« , il n’y a qu’un pas. Que les lecteurs franchissent allègement.

Qui n’a jamais remarqué que sur les sites des journaux, les articles sont tous les mêmes, parce que simplement, les journalistes sont transformés en machines à couper et reformuler (un peu) des dépêches AFP, Reuters ou Bloomberg ? Et encore, quand c’est modifié par un humain parce que la plupart du temps, les dépêches sont propulsées par le système d’information, sans modification.

Un exemple ?

Aujourd’hui, la hausse du chômage dans l’Union européenne est annoncée par Eurostat. Vous le savez, une partie de la presse veut taxer Google pour la citation de ses articles à forte valeur ajoutée dans Google News. Regardons donc ce que la presse a produit pour ce sujet qui fait à l’instant même où l’on écrit ces lignes, la « Une » de Google News.

Chez nos amis du Nouvel Obs, dirigé par une grande connaisseuse du monde de la presse (on y reviendra), une très belle dépêche AFP, citée comme telle :

Et bien entendu, autour de cet article à très forte valeur ajoutée, une pub pour la Sodexo, une autre pour les téléarlarmes, une autre pour les week-end romantiques, une autre pour Generali, une autre pour une voiture Polo et un pavé pour des campagnes Adwords de Google…

Maintenant, Francetvinfo, un site de France Télévision. Toujours un article rédigé à base d’AFP (c’est signalé en bas de l’article) avec… zéro valeur ajoutée. Cette fois, pas de publicité pour illustrer les contours de cet article illuminant le lecteur par son analyse pertinente.

Passons au troisième site évoqué en « Une » de Google News sur le sujet du chômage en Europe : La Tribune. Devenue « pure player » en raison de difficultés économiques importantes. Que nous apporte-t-elle de plus ?

Un article qui ne mentionne pas l’usage de l’AFP. Pourtant, on y retrouve des phrases issues de la dépêche :

Autour de l’article, toujours à forte valeur ajoutée AFPiène, pas moins de neuf espaces de publicité.

Avec toute cette bonne volonté des journaux (je n’ai pas dit des journalistes), le lecteur n’a que l’embarras du choix. Les analyses sont poussées à l’extrême, les prises de positions variées, on apprend beaucoup à la lecture de ces articles proposés par la crème de la presse française, et il est important de lire tous les articles sur le sujet, car ils diffèrent (au niveau des virgules et des retours chariot).

Les critiques des lecteurs vis-à-vis de la presse sont parfois pas toujours) justifiées. Et ce n’est pas en écrivant des articles plus courts, en augmentant le prix de vente des journaux, que l’on sauvera la presse écrite dans ce pays. Il faudrait peut-être avoir le courage de l’autocritique, laisser les gens de presse faire des journaux et renvoyer les financiers faire de la finance dans les entreprises classiques (oui, une entreprise de presse n’est pas une entreprise comme les autres). Le chemin est long et probablement trop ardu pour ceux qui sont à la tête des groupes de presse. Ils vont donc probablement les mener à la faillite en klaxonnant.

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


54 thoughts on “Ami lecteur, tu reprendras bien un gros bol d’AFP et de Reuters ?”

  1. J »amais la presse ne se remet en question sur la qualité de ce qu’elle produit. Comme si les lecteurs se détournaient parce que « les articles sont trop longs« , parce que le prix du quotidien n’est pas assez, ou est trop élevé, parce que le cadeau fourni avec l’abonnement n’est pas assez wiiiizzzz, on en passe. Non, non, le lecteur ne se détourne pas parce qu’il met en cause la qualité des articles proposés. Ça, c’est impossible. »

    C’est malheureusement exact… et ce n’est pas prêt de changer : http://www.acrimed.org/article3890.html

    1. Bof, je ne suis pas partisan de jeter le bébé avec l’eau du bain. Il y a du bon et du mauvais dans ces écoles. Mais j’ai croisé pas mal de journalistes 3.0 qui en sortaient. Des gens plein de passion, qui ne digèrent pas bien le sorytelling ambiant, qui ont des idées de sujets qui décoiffent. Et pourtant, ils sortaient des écoles en question, ESJ, CFJ… Il y a de tout, partout.

      1. Bien d’accord avec toi, kitetoa, le problème des journaux, ce ne sont pas les journalistes, mais bien plutôt leur direction.

        Direction souvent sans direction claire (oui, mauvais jeu de mots).

        Regardez côté Prisma Presse/Media avec leur magazine Neon : non seulement les ventes ne décollent pas, mais les pubs pour ce magazine, souvent choquantes, passent dans Geo, National Geographic, etc, etc… et choquent certains lecteurs qui finissent par se désabonner.

        Une stratégie hara-kiri, donc.

      2. Petit commentaire pour faire la pub pour 2 canards qui ne sombrent pas dans la facilité :
        1) Le Canard Enchaîné, même si leurs indignations sont parfois bien sélectives (la couverture du 11 septembre, par exemple, parfaitement en phase avec l’attitude schizophrène du reste de la presse)
        2) Le Monde Diplomatique, et ses articles de fond parfaitememnt documentés.

  2. Et ils vont nous dire que si on adhère à la version payante, on aura droit à des articles riches, documentés et intéressants…
    Sauf que pour vendre un Château Margaux, on ne te fait pas goûter de la villageoise.

  3. Petite Chanson:

    Ami pigiste, Ami pigiste
    Trouve ta dépêche
    Et surtout ne la modifie pas
    Et copie sur ton stitus, sur ton blogus, sur ton twitus sur ton fabus.
    Il est nôtres
    Il à pompé sa dépêche comme les autres
    C’est un fumiste
    Et ça se prétend journaliste

    Désolé j’ai pas pu résister

  4. C’est scandaleux de dire qu’il n’y a pas de valeur ajouté: ils ont tous un titre différent… et heu… bon…

    Mais la tendance à trouver des responsables partout (sauf chez les responsables) quand une industrie tourne mal, c’est pas nouveau, et ils sont pas près d’admettre qu’ils doivent changer de direction pour s’en sortir.

  5. Pourquoi les médias « traditionnels » ne réussissent pas à ramener à eux les lecteurs qui les quittent?
    Incompétence? paresse intellectuelle?
    Et qui nous dit qu’en investissant les médias, les financiers n’avaient pas en tête autre chose que simplement placer leurs sous tout en diffusant des idées « saines »(Dassault dixit).Par exemple il est évident qu’un périodique qui diffuse des niaiseries ne sera pas disponible pour raconter des choses que l’on veut cacher. Occuper ainsi le terrain vaut bien quelques pertes financières si les cadavres restent dans le placard, ne croyez-vous pas?

    1. Je ne crois pas. Les financiers se font une idée de la presse qui ne correspond pas à la réalité. Bernard Arnault en a fait les frais.

      A l’époque (la nuit des temps) on disait que les industriels se « payaient une danseuse » lorsqu’ils achetaient un journal.

  6. Très bon article qui s’applique parfaitement… à la presse nationale.
    Prends n’importe quel journal de la PQR ou un tant soit peu spécialisé dans un domaine pour constater que les articles AFP en sont qu’une minorité…

    1. Mmmhhh… La PQR est un autre souci. Je pourrai en parler (mais je connais moins bien) dans un autre papier. Ceci dit, l’enfilade de papiers chiens écrasés rue Dominique, Mort du centenaire ancien champion de boules de Trucmuche-sur-Oies, je ne sais pas si c’est mieux que l’AFP…

    2. Si c’est pour remplacer des dépêches par 90% de faits divers et le reste de sport, alors il faut également se poser la question de la sélection qualitative des contenu journaliste par l’audience des lecteurs…

      1. @Goldy On voit que tu ne lis pas souvent de presse locale…
        @kitetoa Si ce n’était pas « mieux que l’AFP », les gens ne paieraient pas pour lire ça et la France entière serait abonnée à la presse nationale. C’est loin d’être le cas.

  7. Je me suis demandé, en accordant le bénéfice du doute, si la recopie des dépêches AFP était uniquement pour les non-abonnés ?

    Quelqu’un a-t-il un abonnement à un de ces journaux, y-a-t-il une valeur ajoutée ?

    1. Bien sûr qu’il y a une valeur ajoutée dans tous les journaux. Toute la rédaction d’un journal n’est heureusement pas affectée à la copie de dépêches. Mais il faut chercher pour trouver.

      Lire le papier, pas juste la version en ligne du journal.

  8. Mmmmh, avec le respect qui est du à ton rang ( :) ), je me permets de te faire remarquer ce léger détail.

    Ces crétins de la presse, et ces « journalistes » dont pour ma part je remets carrément en question la valeur ajoutée intrinsèque, oui intrinsèque monsieur,

    pourraient au moins varier avec des remix de dépêches Ria ou China je sais plus quoi au hasard.

    Or, jamais.
    Et ça, surtout quand ça concerne des sujets brulants, ça a une SIGNIFICATION très très sérieuse au regard des principes du journalisme, et du rôle du journalisme en démocratie.

    Signé : un non journaliste ;)

    1. Un abonnement à un fil d’agence, ça représente une somme assez lourde (Mais variable, ça se négocie au cas par cas). Un journal qui est abonné à la fois à Reuters, AP, et AFP, c’est rare. Alors Ria ou Xinhua…

      1. Et mince, je venais de te taper un commentaire un peu long et puis comme erreur dans mon mail ça ne l’a pas validé page error. Et comme le « cache » de Reflets est faiblard hum, tu peux pas récupérer ce que tu as tapé en faisant back.

        La flemme de recommencer, comme un parisien quoi.

        Bien à toi.

        Ps. On recausera

  9. Je partage le constat de cette presse Mainstream. On pourrait d’ailleurs l’étendre à toute l’information Mainstream d’une manière générale : on retrouve les mêmes biais dans les médias papier/TV/radio.

    Sauf que…l’information de qualité (qui contextualise, prend le temps d’argumenter, etc) existe : Le Monde Diplomatique, certaines revues… mais cette presse n’a aucune visibilité et n’est jamais citée. De plus, cela demande toute une démarche personnelle (remise en cause de l’existant, recherche proactive) que la majorité des gens ne suit pas. Certains se plaignent de ne pas avoir le temps, mais s’ils commençaient par se réapproprier leur temps de cerveau disponible sur autre chose que la lecture de Métro/20minutes/DirectMatin/JT20H…

    Tout ça pour dire que la remise en question de ce type de journalisme doit être faite, mais sans oublier de nous remettre également en cause, nous, lecteurs.

  10. En tout cas je partage completement votre avis!
    Le matin dans le train apres avoir fait un tour sur reflets et agora je passe a google news et sur un meme sujet tous les articles se ressembles! On n apprend rien et on a l impression que si l AFP ou Reuters sort une info, cette info a valeur de vérité absolue
    J ai dailleur souvent l impression d etre pris par un imbecile car les « journalistes » ne remettent jamais rien en question. Et souvent il semble que je ne soit pas le seul quabd je lis les commentaires a la fin des articles..
    Comme vous dites La presse va t elle se remmttre enfin en question un jour? Surement pas si elle est gérée par de grands groupes..

  11. Bonjour,

    Je cite:

     » « s’ils se trompent sur un sujet que je connais, ils doivent écrire n’importe quoi sur tous les sujets« , il n’y a qu’un pas. Que les lecteurs franchissent allègement.  »

    J’avoue avoir passé ce pas depuis longtemps.

    Heureusement qu’il y a une presse spécialisée, qui elle ne fait pas d’approximations…

    Merci Reflets.info entre autres :)

  12. la presse main stream est utilisée comme un outil de spinning par des groupes d’interets dont ce n’est pas le metier. ce qui ne veut pas dire qu’ils soient débiles, ils savent tres bien ce qu’ils font. quand a la qualité des articles publiés, la question a se poser serait surtout : pourquoi force t’on les pigistes a ecrire/reprendre de la merde… on peut lever une partie du voil si on tourne ses cristalins vers le colmatage permanent de la barque presse ecrite que finance les contribuables francais

  13. Moi je trouve que votre article montre quelque chose qui doit aussi gêner les journaux, à savoir votre méthode comparative. Au-delà d’un soi-disant vol de contenu ou manque à gagner pour les journaux c’est aussi ça le problème : En un coup d’oeil à google news on remarque tout de suite que tous les articles ont des phrases voire carrément des paragraphes communs.
    Le site rend les choses beaucoup plus flagrantes ca doit bien gener aussi cette presse soit-disant de qualité…

    Comme dit plus haut, au moins pour les journaux gratuits on s’y attend, et du coup si la presse payante a le même niveau de qualité, pas étonnant de se faire bouffer

  14. Juste une question, qui n’enlève rien à la fumisterie du travail de fond de la presse en général:

    Quand La tribune et Le Nouvel Obs copicollent l’AFP ou Reuters, les payent-ils ?
    Est-ce le cas pour Google News ?

    J’essaie juste de trouve le début d’un commencement de légitimité pour cette étalage de pub…

    1. Les fils Reuters, AFP, et autres (Bloomberg, etc) sont payants. La presse paye le droit d’utiliser ces contenus.

      Google a passé des accords spécifiques avec l’AFP par exemple pour publier les contenus.

  15. ce qui me troue le c*l, dans tout ça, c’est qu’avec leur maitrise du ctrl+c ctrl+v, ils aient pas été foutus d’arriver aux gains de productivité qui auraient permis de dégager 3 anciens francs pour l’arbre de noël de leurs actionnaires …
    putain quand on voit la productivité de la rédaction locale d’un canard de la presse régionale ( remplir 4 à 5 pages de texte à partir d’une info aussi trépidante que la recherche des oeufs de pâque dans le jardin du presbytère sans curé pédophile, ou le match de foot à 4 du championnat poussin de l’ecalier B, faut le faire , au quotidien ) … on se dit que les parisiens c’est que des feignasses …

  16. A mon avis les lecteurs en ont surtout ras le bol de cette presse « idéologisée » prête à travestir toutes infos non conforme à sa façon de voir les choses. Et a présenter toute infos sous le jour favorable à ses idées.

    Cà n’est pas ce que recherche la plupart des lecteurs.

    D’ailleurs en plein débat sur les niches fiscales, il ne me semble pas avoir lu un seul article sur la niche fiscale dont bénéficient les journalistes…juste un exemple parmi tant d’autres.

  17. Il y a des articles non AFP dans certains journaux mais ils les mettent pas assez en valeur.

    Les UNE sont AFP.
    Une partie des informations global sont afp, normal car il y a plus de reporter envoyé en urgence sur les évènement a part quelques rare chaîne et autre correspondant.

    Les consommateurs de contenue ne recherche plus la qualité. (D’un certain coté elle est dur a trouvé)

    Les chefs de rédaction on a pouvoir maitenant réduit, il ne doivent pas faire de vague, ont des effectifs réduit, et viennent se faire tapé par leur supérieur quand il publie des choses qui fachent.(C’est du vécu)

    Bref je suis pessimiste :x.

    Bisous a certain contributeur du Monde il y a parfois des bloc intérrésants

  18. J’ai moi aussi pas mal critiqué le copié/collé de dépêches, mais je pense maintenant qu’il faut un peu nuancer cet avis.
    Comme il a été souligné dans d’autres commentaires, ces « articles » sont ceux accessibles dans les parties gratuites des sites internet. Pour avoir accès à des analyses plus fouillées, des explications de spécialistes, il faut être abonné ou payer quelques euros. Je trouve ça parfaitement normal. C’est Edwy Plenel qui rappelle constamment qu’une information, ça se paye.
    Sauf que le net a débarqué avec son cortège de sites d’information gratuits; et les journaux du métro sont apparus. Tous fonctionnent sur le même système : la pub omniprésente finance l’abonnement aux dépêches et le salaire (pas mirobolant, je pense) de ceux qui les recopient. Eh bien je trouverais anormal d’avoir plus en ne dépensant pas un rond. Tu le sais bien, Reflets, tu en souffres depuis tes débuts, le journalisme gratuit ça ne nourrit pas son homme, à moins de vraiment mettre de la pub partout, et encore.
    Les médias « historiques » se sont adaptés en se créant des sites internet pour relayer ces dépêches et… Et quoi ? Je cherche encore l’intérêt qu’ils peuvent en tirer. Peut-être financier, vu qu’ils étaient déjà abonnés aux flux de dépêches, pas de dépenses supplémentaires mais des gains grâce à la pub. Ou alors c’est une question d’égo : si le voisin est sur le net, hors de question que nous n’y soyons pas. En attendant, nous avons pléthore de sites qui disent la même chose, quand un seul suffirait.
    Le Canard Enchaîné n’a jamais cédé à l’appel du net, ayant cerné cette absence totale d’intérêt, et il ne s’est jamais aussi bien porté. Ce qui vient également d’un traitement particulier de l’actualité et des enquêtes bien à eux, inédites. Un détachement par rapport à cette actu de dépêches, donc.
    Voilà pour la partie gratuite, maintenant rien ne dit que la valeur ajoutée promise lors du paiement soit effectivement là. Je pense que c’est surtout ça, le problème de la presse aujourd’hui…

        1. Je suis un peu las depuis quelques temps de tous ces gens dont certains « étrangement affamés » venus de trop d’endroits et qui me demandent de dire des choses, plein de choses, et plus encore,
          tel un pissenlit larousse
          hebdo.ch/img/Articles/91634/68_Grasset5.jpg

          Cela me rappelle des heures sombres de mon histoire… :)

          Merci de ton intérêt Hélène.

  19. Bonne démonstration des arguments de l’article avec la reprise ad nauseam du fil AFP sur le chômage..
    Peut-être certains vont-ils se décider à lire la presse qui fait du travail de journalisme, outre le Diplo, c’est-à-dire Fakir, CQFD et autres…Pour la PQR, je ne connais un seul titre pas percuté de plein fouet par le marché.

  20. Marrant de voir qu’apparamment une partie de l’algo de Google news est basé sur la vitesse de « rafraichissement » (les changements de page) des sites indexés. Cela peut expliquer la course à la « fraicheur » des publications en ligne et la remontée systématique en une de google news de titres comme 20 minutes ou le parisien. Une prime au copier-coller de dépêche en somme, ce qu’on appelle dans le milieu la « réactivité »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *