Amesys et la minute comique de Gérard Longuet

Notre ministre de la défense nous prend vraiment pour de gros niais. En réponse aux questions des parlementaires (allez courage encore 10 !), plus précisément une question de Christian Paul, portant sur la vente d’un  système d’interception « NATIONWIDE », le ministre, dont la fille, Tiphaine Hecketsweiler, n’est autre que la directrice de la communication du groupe Bull, récite ce qui ressemble fort étrangement à la ligne officielle (risible), d’Amesys :

« La question que vous posez est fondamentale, car elle suppose le détournement d’emploi de tel ou tel type de matériel. Et en ce qui concerne les télécommunications, force est de reconnaître qu’à cet instant aucune commission interministérielle d’exportation de matériel de guerre n’a été sollicitée à un moment ou à un autre pour ce type d’exportation, parce qu’il y a eu détournement d’objet à cet instant. Quel est notre devoir ? C’est d’adapter naturellement l’administration des exportations des matériels de guerre. Mais pouvons-nous imaginer à tout instant ces détournements ? Vous allez bientôt nous reprocher pour des exportations alimentaires ou de biens d’équipements de troupe, par exemple de vêtements, de demander des autorisations. Ce n’est simplement pas possible ! Dans le cas particulier, je tiens à vous donner transparence absolue, pour l’ensemble des demandes de commissions interministérielles, nous n’avons jamais été sollicités »

On vend des stylos m’sieur… enfin des vêtements !

Cette réponse,  n’est pas inintéressante. On y apprend qu’ « aucune commission interministérielle d’exportation de matériel de guerre n’a été sollicitée », ce qui veut en gros dire qu’un système d’interception global, couplé à des un système de stockage gigantesque et une base de données indexant les conversations de tout le pays, vendu à un dictateur n’est pas considéré comme une arme….cherchez l’erreur. Soit le ministre fait ici preuve d’une grande hypocrisie, soit il a un petit souci de compréhension de la vocation première d’un tel dispositif, soit on flaire de près ou de loin une sorte de « léger conflit d’intérêt ». Mais le cynisme du ministre ne s’arrête pas là puisqu’il ose comparer une aide alimentaire ou vestimentaire à un GLINT/EAGLE…. gonflé le mec !

Ouais mais c’est des stylos Nationwide tu vois …

Plus drôle maintenant, selon le ministre (ou plutôt les petites notes internes d’Amesys annonçant une campagne de communication dont Bruno Samtmann, le directeur commercial d’Amesys, nous a donné un chouette avant goût sur France 2), le régime de Kadhafi aurait « détourné » l’usage d’un GLINT/EAGLE, système d’interception des communications « NATIONWIDE » pour en faire de… l’écoute globale, à l’échelle d’une NATION… in english in ze text : NATIONWIDE. C’est quoi que ne comprend pas Monsieur Longuet dans le terme « NATIONWIDE » ?

De quel détournement parle Monsieur Longuet quand le régime libyen, formé par des équipes françaises qui compilent des documentations où apparaissent des listes d’opposants écoutés tant sur le sol libyen que britannique ou américain ?

Regardons ensemble en détail ce que la France à vendu à la Libye pour prendre la mesure du « détournement » dont parle monsieur Longuet :

Nous sommes donc en face d’une grosse boiboite qui « enregistre, décode, stocke et affiche le trafic intercepté ». Tout ce dont on a besoin pour traquer du terroriste ou du pédophile. Ce sur plusieurs câbles ou fibres de 10 gigabits secondes ! Il y a beaucoup de pédophiles en Libye vous comprenez et ils sont tous terroristes aussi, donc plusieurs dizaines de gigabits/seconde ne seront pas de trop pour les traquer. D’ailleurs, Amesys a bien dimensionné son système pour que par défaut, l’ensemble de la population libyenne puisse être nazipédoterroriste, on en perdra pas une miette.

Ce bout de la brochure est tout simplement exquis. Il est en parfaite contradiction avec les déclarations d’Amesys qui prétendait avoir vendu un système d’écoute portant sur « quelques milliers de connexions Internet, mais qu’il n’opérait pas de centre d’écoute. Ce qu’il y a pour écrit sur cette plaquette, c’est que le système vendu écoute un peu plus que qu’une poignée de connexions (déjà par le volume) mais aussi par technologies :  « Microwave Links, PSTN, GSM networks or even Satelitte networks » (microondes, réseaux téléphoniques commutés, GSM et même satellite ! ben voyons, il est de notoriété publique que les communications pédosatellitaires sont une menace grandissante en Libye…   Et quand on ajoute Internet à ça, ça nous donne un système d’interception global dont la volumétrie est adaptée à l’échelle d’une NATION. Jusque là tout est bien noir sur blanc écrit sur la plaquette commerciale, nous sommes toujours à la recherche d’un quelconque « détournement »… éclairez nous monsieur le ministre !

Allez rions un peu encore une fois sur les déclarations d’Amesys dans le Figaro début septembre :

 « Amesys n’opère aucun centre d’écoute téléphonique ni internet à aucun point du globe »

 qu’ils disaient… C’est amusant car là encore, sur la plaquette commerciale, Amesys met pourtant bien en avant son savoir faire en la matière :

« Thanks to many years of experience working for Intelligence agencies, Amesys can help you to build a real monitoring center based on the intelligence philosophy. Our expert engineers will be there to help you f rom the deployment to the training of your investigators including also operational and technical training. » 

Oui monsieur Longuet nous prend gentiment pour des cons, mais la lecture dans l’hémicycle  d’un communiqué de presse qui pourrait très bien émaner de sa propre fille ne nous convaincra pas… désolé… allez question suivante !

Twitter Facebook Google Plus email

22 thoughts on “Amesys et la minute comique de Gérard Longuet”

  1. et du coup une cht’ite question : est-ce que Reflets a pris contact avec ces quelques personnes qui aimeraient que cette affaire avance (dans le bon sens hein) pour leur fournir des arguments difficilement contestables ?

  2. Bonjour Reflets merci encore et toujours pour vos articles (je peux pas encore remercier avec mes dons).
    J’ai trouvé une petite faute pas méchante « ministre ne s’arête pas là » il manque un « r » et ça donne, « ministre ne s’arrête pas là »
    Une petite autre « Et quand on ajout Internet à ça », il manque un « e », « on ajoute ».

  3. Merci pour ces précisions, si on doutait encore des compétences de nos « zompolitiks » ((c)michel colucci).

    En relisant lesquesitons des parlementaires, je me suis arrêté sur celle de Hervé Féron (Question N° 118710). Quelle joie d edécouvrir qu’Amesys est également…. préparateur auto. :o).

    Tout est bon dans le cochon….

  4. Juste au dessus de « Ouais mais c’est des stylos Nationwide tu vois … » il devrait normalement y avoir une iframe.
    Chez moi elle s’affiche pas, c’est normal docteur ? C’est que chez moi ?
    Même en ouvrant la source de la iframe à part, j’ai un zoli 403 : Forbidden :'(

  5. Quoi qui n’en a pas que compris le Longuet (le-ministre aux cent casseroles au c.. récupéré par son parti pour lui faire une virginité) ?
    Et alors le guéant pas-très-vert il fait quoi face à ce délinquant qui ne comprend pas le français ?
    EXPULSÉ le Longuet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *