Accaparement de terres agricoles en France : quel est le plan des Chinois ?

(Partie 2) Le procédé et les acteurs des rachats de terres agricoles décrits dans le premier article, permettent de comprendre le « comment » de cette opération orchestrée par un entrepreneur français installé en Chine et les
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

18 thoughts on “Accaparement de terres agricoles en France : quel est le plan des Chinois ?”

  1. Ouais, pareil, belle plongée dans les marécages de l’agrobizness. Mais pour Chambrisse (papier 1, le fait que le nom exact du racheteur ait été changé ou tronqué, cela est-il tout à fait légal ? Bon c’est pas ça qui va changer la donne, mais on dirait presque qu’ils se sont dissimulé. A moins ce que le greffe ait rein compris (« International investment company limited » au lieu de Hong Yang International investment company limited…)

  2. A vous entendre on a l impression qu il n y a pas de terres cultivables en Chine et qu il faut aller en Chine. Pays bien plus petit.
    Pensez vous la terre chinoise impropre a l agriculture ?

    On peut acheter francais pour vendre a des francais…

    1. La question est surtout: es-ce que les terres agricoles de Chine peuvent produire pour les 1,2 milliard de leur population ??

      Et certaines pratiques agro-industrielles font que les chinois se méfient de leur propre produits (Lait).

      1. J imagine bien les chinois manquer de lait pour accompagner leur cafe chaud et ces croissants chauds au petit dejeuner…

        Ah non, ca ne se passe pas comme ca…

        J imagine bien une chine surpeuple 13 fois plus grande que la france.
        65×13= 650 + 195 = 845 millions…
        Ah ben ca fait pas tellement 1.2Md compare a la France vu la surface.
        D autant plus que la chine concentre sa population sur des villes en moyenne plus grande.
        Malgre les deserts ca fait plus de place pour cultiver.

        A ce propos, une question subsidiaire:
        Tu vois moi je suis un gros capitaliste et moi j aime bien le pognon.
        Pourquoi irais je m amuser a jouer au fermier sachant que l elevage laitier souffre a cause des prix neozelandais ?
        Sachant que je pourrais juste acheter pas cher mon lait en France pour le revendre chez Carrefour en Chine.
        (Ces envahisseurs d’INDUSTRIELS Francais qui rachetent la Chine).
        Tu sais moi j aime le pognon, pas les Vaches.
        Ca c est bon pour Jose Bove…

        Ps: il y avait un site web de la safer qui donnait le prix des terres par departement. Je vous recommande de vous en servir comme reference.

        1. En réponse à la question subsidiaire, je doute que les investisseurs des fonds de pensions qui achètent ces terres chaussent des bottes chaque matin pour se taper 10 heures à remuer le fumier en trouvant cela jouissif.
          Vaches et bonshommes, ça doit peser kif-kif dans leurs cervelles.

          En revanche, je crois bien que face à une menace d’effondrement économique mondial, ils pensent judicieux de transformer leur monnaie de singe en foncier productif de matières premières cotées en bourse dont le cours ne pourrait qu’augmenter dans une situation de chaos planétaire.

  3. Le lait produit en France est damé de toxico chimiques issus de la nourriture des vaches et des prophylaxies.

    On sait que c’est le lobby du lait qui nous en a fait bouffer toute notre enfance alors que notre corps n’en avait pas besoin.

    On observe même des changements épigénétiques sur les populations du nord de l’Europe qui ont été biberonnées au lait de vache.

    Les industriels chinois font les même erreurs que les européens 25 ans plus tard.

    Je trouve que c’est un gros problème pour les enfants chinois.

    Ça serait intéressant de prévenir la population chinoise sur les risques de biberonner les enfants au lait de vache. Et peut-être mettre en danger les projets de ces 2 affreux capitaines d’industrie chinois et leur caniche français.

    Vive l’allaitement ! (quand c’est possible bien sur)

  4. C’est la première fois que je lis autant de conneries sur ce sujet
    1000 € à l’ha
    Vous n’avez aucune connaissance à cette sujet, vous ne tenez pas compte des dettes bancaire qui sont déduite de la valeur des parts…

    Les chinois faire du lait hahahahahahahahaha
    Il n’y a plus une seule vache sur l’exploitation !!!

    Signe, quelqu’un de mieux placé que ce journaliste…

    1. Du lait en poudre infantile, oui, à cause des scandales de la contamination par la mélamine. Quant aux vaches, si elles ne sont pas encore, là, elle peuvent être installées sur ces terrains. Dans des fermes-usines. Parce qu’une multinationale du lait en poudre qui achète des SCEA, ça n’est pas, à notre avis juste pour faire les malins. Mais à vous lire, vous avez l’air d’avoir une grande « connaissance de cette sujet », ins’t it ? Eclairez-nous de vos connaissances… Curieux nous sommes…

  5. bonjour, cela me rappelle la fin des années 70 et la construction des halles dans Paris  » il criait la France vendue au Japonais  » .
    tout même le peuple de France a la mémoire courte et le relent de nationalisme dans tous les domaines a comme une odeur de déjà vue .
    maintenant ça n’enlever rien au problème de la spéculation et de ce que soulève l’article..

  6. C’est marrant ca va un peux fdans le sens de ce que j’ai vu dans ce documentaire dans l’envoyé spécial sur lactalis déjà banni de pluzz.

    La Chine avais fait d’énorme stock de lait en poudre ce qui à fait monter le prix du lait puis vie maintenant avec un minimum d’importation de lait ce qui à fait chuter le prix du lait en bourse de façon drastique. Les éleveurs ne sont plus rentable et ferme donc leurs exploitations.

    Est ce que c’était prévu de longue date ?

  7. « Positivons »:
    – en 2015 les quotas laitiers ont été abolis.
    – En 1983 on avait un peu moins de 400 000 producteurs qui avaient 7.1 millions de vaches et des trayeurs de pis qui avaient des petites mains pleines de cals.
    Ça sortait quand même 25 milliards de litres à l’année ! Sacré fromage !
    – En 2012 on avait un peu moins de 70 000 producteurs qui avaient 3.6 millions de vaches et des trayeurs de pis qui avaient changés de méthode.
    Qui sortent quand même 24 milliards de litres à l’année ! Belle amélioration des rendements !
    Note : une vache ça chie aussi ! Mais ce n’est pas la ligne de cette intervention (ça mérite un chapitre à part le caca).

    Le lait et les chinois … c’est sur que leur production locale n’a plus la cote.

    La traite automatique quand la vache le demande démontre qu’avant on les martyrisait les pauv bêtes. Leur rythme c’est du 2.5 fois par jour, pas deux !

    On sait bien faire la sélection génétique, on place des robots de traite auto et le paysan, tu peux lui demander d’aller voir ailleurs (il a du temps pour faire autre chose, au mieux – la nourriture ça s’automatise aussi).

    Tu colles des capteurs sur les bêtes (et même dedans, histoire de les avoir en mode « télé-réalité »).

    Au final, si les chinois viennent chercher ce genre de méthode chez nous …

    Les quotas rendaient ce genre de chose impossible.

  8. La suite pas la fin…
    Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 21 décembre 2016.
    PROPOSITION DE LOI
    relative à la lutte contre l’accaparement des terres agricoles et au développement du biocontrôle,
    http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/14/propositions/pion4344/(index)/propositions-loi

    C’est qui, qui?
    Des députés LR se sont opposés à un volet de la loi Sapin 2 qui vise à protéger les agriculteurs de la spéculation sur les terres.
    http://www.liberation.fr/futurs/2016/12/13/quand-la-droite-joue-contre-les-paysans_1535002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *