Wikileaks révèle la guerre menée par Microsoft contre le Logiciel Libre en Tunisie

Business is business, et au vu de nombreux cables issus de Wikileaks concernant Microsoft, on pourrait ajouter, ‘Business as usual’, tant l’attitude de Microsoft en Tunisie, même si elle est jusqu’ici ce que la firme
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Fabrice Epelboin

Ancien directeur de publication de ReadWriteWeb France, cofondateur de plein de trucs, e-guerillero fi Tounes, spécialiste intergalactique de l'infowar, réincaranation de Nostradamus tous les 26 du mois par temps agité à très agité.

19 thoughts on “Wikileaks révèle la guerre menée par Microsoft contre le Logiciel Libre en Tunisie”

  1. Fouille un peu avec Google, tu trouvera des affaire de corruption de gouvernements par Microsoft concernant l’inde, le Quebec, la Suisse, la Hollande, la France, la Jordanie, etc, etc, etc… C’est hallucinant… je ne réalisai pas que c’était à ce point non plus… Très similaire à ce qu’il s’est passé en Tunisie, la complicité pour espionner les population en moins (enfin, on espère).

  2. Tu dis que des Américains envisagent un procès contre Microsoft dans cette affaire ? Il y a moyen d’avoir un lien pour en savoir plus sur cette procédure ?

    Après la libération, en France, on a nationalisé Renault pour collaboration avec l’ennemi. Ce serait intéressant de voir la même chose arriver avec Microsoft Tunisie.

    1. Pas d’info public pour le moment, c’est le résultat de conversations que j’ai eu avec plusieurs associations et ONG qui défendent les libertés sur internet. Comme avec Bluecoat en Syrie, on fourni souvent des éléments qui terminent dans des dossier juridiques :-)

      Ca me parait impossible de nationaliser MS en Tunisie :D Par contre, une grosse donation de Bill pour compensation et une lourde promotion de l’open source qui très clairement produit plus de valeur sur place, notamment en terme d’emploi, serait la bienvenue.

      Microsoft joue très gros là dessus, un faux pas et ils se retrouvent à être le nouveau Sony du prochain LulzSec…

      1. Donc ce serait une attaque contre Microsoft aux US ?

        Pourquoi dis-tu que la filière Tunisienne de MS ne pourrait pas être nationalisée ? Ils pourraient tout à fait être jugés pour complicité avec l’ancien régime. Qu’arrive-t-il en ce moment aux membres du gouvernement qui ont espionné les Tunisiens ?

        Le régime de Ben Ali est-il accusé de crimes contre l’humanité ? Je ne crois pas mais si c’est le cas et que des infos glanées par des employés de MS ou via des interceptions rendus possibles par ces certifs y ont servis, il est possible que MS se retrouve en face de GROS problèmes.

        1. Parce que nationaliser une filiale n’a pas vraiment de sens, tout ce qui est Microsoft en Tunisie dépend de Microsoft USA, qui en cas de nationalisation cesserait immédiatement de coopérer et ferait disparaitre de facto la filiale…

          D’un point de vue juridique, aux USA, oui, Microsoft risque très gros, mais leur lobbies sont assez puissant pour éviter ça. D’un point de vue appels au boycott, là aussi, ils risque gros surtout si cela a un impact sur leur cours de bourse, enfin, ils pourraient devenir une cible pour un paquet de groupes de hackers hostiles, qui au vu de leur réaction de mépris pourraient s’énerver rapidement…
          http://reflets.info/la-gadgetophrase-de-microsoft-est-arrivee/

          1. Si seulement le monde associatif pouvait se réveiller et se rendre compte que le logiciel libre est un passage obligé pour eux…

    1. Google et la Tunisie ? Ben… En pratique, Google est au courant de la situation de l’internet Tunisien depuis mai 2010 par mes soin. En juin, quand Slim Amamou m’a transmis les information sur une opération de phising sur Gmail, j’ai immédiatement averti la directrice des affaires institutionelles de Google France, il était 9h du mat. Sa réponse était la suivante : ‘écoute, là, ils dorment au siège, dès qu’ils arrivent au bureau, je les appelle et je reviens vers toi’. Dans la soirée, la totalité du pays était passé en https d’office.

      Par la suite, quand j’ai forcé la main à la presse Française en criant à la censure des vidéo de massacre en Tunisie par YouTube (le sujet était tabou dans la presse, la vidéo a été censuré parce que la violence et le porno sont censurés sur Youtube, c’est dans les CGU), Google m’a appelé en me hurlant dessus. Je leur ait expliqué que c’était un moyen pour faire réagir les média Français aux massacres de Kasserine, et ça n’a pas raté : du jour au lendemain, tous les journaux Français se sont misà taper sur Google le méchant qui censurait alors qu’eux même censurait depuis deux semaine tout sujet sur la Tunisie. Google n’a pas bronché, a encaissé le coup et nous a filé des instruction pour tagguer de façon spécifique les vidéo afin que leur service de modo les laissent passer.

      Par la suite, ils ont complètement revu leur modération sur Youtube du fait du printemps arabe…

      Voili voila en ce qui concerne Google… Question collaboration avec les dictatures, je pense franchement qu’ils se sont brulé les doigts avec les chinois et qu’ils ne retenterons pas le coups de si tôt. Pour la Tunisie, il n’y a strictement rien à leur reprocher, bien au contraire.

      1. Hear! Hear! Merci de ces infos !

        Il serait temps que l’on arrête de mettre dans le même panier totues les grosses boites. Google fait de vrais efforts pour obéir à son « don’t be evil », si on ignore leurs actions on les encourage à y renoncer.

        Ils ont été très éthique dans leur retrait de Chine, ils offrent plein de services qui permettent de contourner les divers censures. Un des fondateurs dit qu’avoir grandi en URSS donne des convictions comme ça…

  3. Merci Fabrice
    Merci reflets.info

    Je voulais écrire une longue tirade, suite à ce magnifique article et tout le travail préalable que je devine nécessaire pour l’accoucher, mais finalement, je n’ai qu’une chose à dire : merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *