Valls : un déchaînement pâtissier

Manuel a peut-être un super-pouvoir,  celui de déchaîner des vocations au sein du « peuple français ». Après l’enfarinneur, spécialisé dans le saupoudrage de candidat, voici un homme qui aime les tartes, et tente d’en poser une
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

7 thoughts on “Valls : un déchaînement pâtissier”

  1. Ce qu’a dit Valls, entre autre, après cet incident : « On ne peut pas accepter la violence. »
    Moi sur la vidéo, je vois un individu « A » qui gifle avec le bout des doigts un individu « B ». « A » se fait alors pousser / plaquer par « C » contre une grille qui s’effondre et retient la chute de « A ». Dans le même temps (et pour une raison qui m’échappe puisque hors champ), une dame d’un certain age est bousculé, perds l’équilibre et tombe lentement en arrière. Son col du fémur est sauvé par la grille de tout à l’heure retient également sa chute.
    Ce que j’en conclus, c’est que sans cette grille, on aurait eu un menton un petit peu rouge (alors vous me direz, « B » est un spécialiste du coup de menton, donc c’est assez grave) contre deux blessés plus ou moins grave.
    S’il est clair que l’on ne peut accepter la violence, essayer de la combattre en tapant plus fort, ça n’a jamais fonctionné qu’à court terme.

    1. Etonnant (ou pas) ce commentaire de Valls. Un petit détour par des dires de Dom Hélder Câmara :
      « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres. Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

      Dans cette vidéo, on a les trois ; c’est pas mal comme exercice pour un marmot ça : « vas-y petit, dis-moi qui sur cette vidéo représente chacune de ces violences ».

  2. YouTube supporte le HTTPS. https://www.youtube.com/watch?v=yIy5svcyu9Q
    Pourquoi ne pas mettre un simple lien (alors qu’inclure un élément de YouTube lui permet d’avoir des informations via le champ referer de HTTP) ? Vous pourriez d’ailleurs en profiter pour mettre un lien vers un logiciel qui permet de télécharger les vidéos sans leur JavaScript privateur (comme youtube-dl), et leur JavaScript est probablement pas très respectueux de la vie privée.

  3. « Qui sème le vent récolte la tempête », cette maxime est d’actualité.

    Comment la classe politique au complet (je crois) peut-elle encore oser dénoncer le geste de cet homme victime, comme des dizaines de millions d’autres Français, de la violence politique et policière grandissante ?
    Et le voilà qui pérore encore le poulet, celui qui de chef de la police devint Premier Sinistre, celui qui n’a pas hésité à lâcher les forces du maintien de l’ordre établi sur le peuple, incitant les chiens à mordre pour défendre une politique de plus en plus asociale, libérale ?

    Il ose encore se dire courageux quand il ne marche qu’entouré d’une demi-douzaine de flics et ose porter plainte à l’encontre d’un citoyen qui va, lui, devoir répondre de ses actes devant la justice !!!

    Les violences politique, économique et policière sont autrement plus insupportables que ce petit camouflet et le fait est que j’en viens à espérer un véritable changement dans la gestion de ce pays .
    Le peuple gronde …

  4. Les dépôts Debian et Ubuntu (Linux) proposent également via le gestionnaire de paquets APT la bibliothèque de sous-programmes C libquantum64, qui implémente la simulation d’un registre quantique. Une interface permet de lui appliquer des opérations simples comme la porte de Hadamard. Les mesures se font soit (comme sur un véritable calculateur quantique) qubit par qubit, soit pour plus de simplicité sur le registre entier.

    Les implémentations des algorithmes de Shor et de Grover sont fournies à titre d’exemple, ainsi qu’une interface pour la correction d’erreur quantique (QEC) et le support de la décohérence. Les auteurs en sont Bjorn Butscher et Hendrik Weimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *