Turquie: Le réveil du PKK (1/3)

C’est la rentrée. Le temps se met au gris. Et le moral tend à évoluer dans la même direction. Les français, revenus de vacances, reprennent le chemin des bureaux, des usines, des open-space, se posant
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

13 thoughts on “Turquie: Le réveil du PKK (1/3)”

  1. Merci pour l’article qui est clair et enrichissant.

    Attention à la légende de la troisieme photo, je suis pas sûr que Recep Tayyip Erdoğan y soit deux fois dessus ^^ (d’autant plus qu’il ressemble fort à Lula)

  2. « la réaction de la diplomatie turque a été exemplaire » …
    Pas d’accord sur ce point, la « flottille sur la paix » a été instrumentalisée, et le fiasco de l’assaut israélien était attendu par le gouvernement turc pour lui permettre de rompre les relations militaires avec Israel.
    Il faut regarder ce retournement d’alliance avec le coup de balais qu’a subit l’état major de l’armée ces derniers mois, sous prétexte de complot militaire.

  3. Très bon article, vivement la suite !
    2 ou 3 petites remarques quand même. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de « réveil du PKK », chaque année le conflit entre la Turquie repart de plus belle.
    J’ai aussi un peu de mal avec l’AKP, parti « d’islamistes modérés ». Islamiste modéré c’est un peu antinomique, c’est ce que disent les médias qui mélangent un peu tout ^^. Personnellement je dirais plutôt parti islamique modéré (ou musulman modéré éventuellement).

  4. C’est ce genre d’article qu’il faudrait voir plus souvent sur Reflets.info.
    Le contenu de votre site s’approfondit vraiment à la rentrée, bon courage pour la suite et continuez comme ça.

  5. Ctrl+F « pétrole » : rien ;-)

    Pourquoi ne pas parler de ce noeud du problème ? Si le Kurdistan existait en tant que pays, il possèderait la sixième plus grosse réserve du monde. La Turquie et l’Iran ne sont pas près de lui faire un si gros cadeau. Et évidemment (et légitimement) les kurdes ne sont pas intéressés par une indépendance qui ne leur donnerait pas aussi les droits d’exploitation du sous sol. Sans le pétrole, ce pays, enclavé et aride, serait déjà indépendant, mais le ne voudrait peut être pas !

  6. le sujet et bien ecrit mais mal interpreter je connais tres bien lhistoire du kurdistan et de la turki et voir meme de lirak les turk jouent ds tous les tablo et en fezant sa personne ne lui reproches ses masacres sur les kurde je me demande pourkoi tu parle pas de sa ya des choze vrais ds cet article et je saluent ton ecriture mais malheureuzement jen ai peur des mauveze information sur les kurde avec pluse de rnseignement je serai volontiers de tecouter sur dotres sujet a bientot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *