TMG apporte des solutions aux problèmes que la loi ne se pose même pas

Nous vous faisions hier un bref récapitulatif de l’indéniable potentiel comique de TMG, et de la volonté des ayant droit, à travers ses solutions, de porter des atteintes manifestes à la liberté d’expression… le tout évidemment, sous
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

13 thoughts on “TMG apporte des solutions aux problèmes que la loi ne se pose même pas”

  1. Normalement j’apprécie bcp vos articles car ils expliquent bien de manière non pédagogique les problèmes techniques, seulement dans cet article c’est survolé dans le dernier paragraphe sans rien expliquer, c’est dommage.

    1. D’habitude c’est de manière pédagogique tu veux dire ;-)

      C’est vrai que la citation du rapport est imbuvable par son écriture, et votre conclusion n’est pas mieux par sa technicité, que seule une poignée de lecteurs auront saisie.

  2. Assigner Google et Microsoft en justice pour ca, je pense qu’ils on oublier que ses sociétées on des milliards de dollards juste pour nourir leurs avocats.

    J’espere que le proces sera publique, on va bien rigoler.

  3. …qui vaut une plainte à notre confrère Electron LiBRe pour…
    …soiT ils sont en train de nous vendre ici une solution de merde, non testÉE…
    …tue son industrie, et investiT des millions d’euros…

    …votent aveuglément des lois pour ces gens(tiret)là…

    …Visiblement, l’ALPA et TMG onT un peu de mal…

    …car sachez que nous avons déjà les contre(tiret)mesures…

    …Vous par(r)iez combien qu’il est impossible de vous alignER sur des TTL moyennant un petit script à la con de 3 lignes de randomisation ?

    HTH

    1. C’est souvent ce qui arrive dans les rapports pompeux destinés a étourdir ceux qui le lisent, de peur qu’ils ne comprennent ce qui se passe.

      La citation veut simplement dire que dans le cas ou un site bloqué change d’adresse IP, il n’y a pas de raison pour qu’un juge soit appelé pour bloquer la nouvelle IP. Ils proposent donc tout simplement de débloquer l’ancienne IP sur laquelle était le site et de bloquer la nouvelle.

      Malheureusement pour eux, l’assertion qui dit qu’une IP = un site est particulièrement fausse.

      Une IP peut correspondre à plusieurs à plusieurs sites, et un site peut avoir plusieurs IP.

      Bluetouff proposait donc, avec un simple programme, d’intervertir les adresses IP qui mènent au site, afin de rendre leur système complètement caduque.

  4. Mais vous êtes méchant reflets,vous ne comprenez donc pas que c’est pour la lutte contre les vilains pédophile qui utilise google? Heuresement que des société comme orange,tmg et bull existe pour un internet propre vantant la belle industrie du disque et les gentils député ouvert d’esprit et ne cumulant aucun mandat .

    :)

  5. « Que ça vous coute une blinde »

    Euh, bin, non, puisqu’à la fin, c’est nous (toi, moi, les lecteurs de reflets et les joyeux contribuables) qui vont payer leurs aneries. Donc bon, qu’ils s’amusent à bloquer avec openoffice qui lui est gratuit, et surtout, que cela ne coute rien.

    Dans les deux cas, l’efficacité sera nulle, mais je préfère un inefficace gratuit :-)

  6. @Bluetouff,

    Ils ont fait des simulations des « serveurs de tests » sûrement ^^

    J’ose même pas imaginer la gesion DNS par TMG. Vu leur compétence en manière de sécurité informatique ça va être au mieux la fête au phising, au pire une véritable jungle, favorisant les nuisible et les vrai délinquants.

    Mais bon d’un autre côté ils vont favoriser le développement d’un nouvel type de « Web » que l’on retouve sur les réseaux Freenet et consort. Et là bon courage messieurs de l’ALPA/TMG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *