Time Machine : Le débat sur les gaz de schiste de l’automne en exclusivité !

(Reflets a développé une technologie de pointe permettant d’effectuer des voyages dans le temps. Pas physiquement, mais via le net. La technique en question ne nous permet pas de ramener du son et des images mais visionner des vidéos et les retranscrire est possible. Notre premier voyage dans le futur a été modeste puisque il fut un saut d’à peine un mois en avant dans le temps.

Nous n’avons pas trop pu choisir le thème, c’est un peu lui qui s’est imposé à nous, et ce fut celui du débat sur la transition énergétique qui aura lieu le 14 et 15 septembre prochain. Une émission grand public, basée sur le débat, animée par un certain Yves C. sur la chaîne publique France5. Nous vous livrons aujourd’hui la retranscription d’une partie du débat, en exclusivité puisque cette émission n’a pas encore eu lieu !)

L’animateur derrière une grande table présente brièvement le thème du jour :

— Aujourd’hui nous abordons, dans le cadre du débat sur l’énergie, la problématique des gaz de schiste. Indépendance énergétique, manne financière, prix des combustibles, pouvoir d’achat, faux procès et problèmes environnementaux possibles, les gaz et huiles de schiste sont l’objet de nombreux conflits entre leurs partisans et leurs opposants. Pour nous permettre de mieux comprendre ces ressources non-conventionnelles, les enjeux qui les entourent, nos deux invités, pas franchement en accord sur le sujet, Bernard Shellman, représentant du centre en expertise économique pour la sauvegarde de l’humanité, bonjour Monsieur Shelman…

L’invité, en costard cravate, la cinquantaine permanentée sourit de toutes ses dents blanches et dit bonjour.

Et Monsieur Bazir Ringard, c’est bien comme ça qu’on prononce ?

Le deuxième invité, en chemise de lin froissée et queue de cheval poivre et sel répond un « oui » embarrassé.

Vous êtes, le représentant d’un collectif anti-gaz de schiste ardéchois « nopasaran les gaz de schiste » et membre du parti écologiste « le parti des écologistes », c’est bien ça ?

L’invité répond positivement.

Bien, alors avant de commencer, un petit reportage pour mieux comprendre ce qu’il en retourne, et nous entamons le débat.

Le studio disparaît et une image de groupe de quinquagénaires sur la place d’un village apparaît, tous plutôt baba-cool et en pleine discussion. La caméra s’approche, un moustachu énervé répond à une question muette, explique que des camions devraient venir pour débuter une exploitation de gaz de schiste. Débat. Nouvelle image du village avec des CRS. Interviews. Explications. Re-CRS. On comprend qu’on est en 2010, en Ardèche. Nouveau plan, dans de grand bureaux avec vue imprenable sur Paris. Un responsable de chez Total explique pédagogiquement que la technologie a évolué, l’extraction des gaz de schiste n’est plus du tout polluante. Explications techniques du responsable. Retour en studio.

L’animateur sourit de façon carnassière.

Alors, Monsieur Shellman, on imagine bien de quel côté vous êtes, mais quand même, toutes ces personnes inquiètes qui ne veulent pas voir arriver les pétroliers dans leur région, on peut les comprendre, non ? Je rappelle que vous êtes responsable d’un groupe économique…

Oui, mais justement, cher Monsieur Yves C., ça ne fait pas de moi quelqu’un d’impliqué, je ne suis pas pétrolier, vous comprenez. Je n’ai qu’un analyste expert en économie, mais aussi scientifique, parce que vous avez omis de le préciser : je suis ingénieur avant tout, et je connais parfaitement ce type de technologies, mais bon, passons.

L’animateur donne l’impression d’être embarrassé et grimace un sourire.

La réalité, c’est que ces inquiétudes, tout à fait entendables et justifiées avaient lieu d’être !

Yves C. hausse un sourcil et feint l’étonnement. L’invité écologiste à la queue de cheval n’a toujours pas bronché et semble un peu inquiet.

Vous voulez dire que les collectifs anti-gaz de schiste ont raison de se méfier et de refuser les forages ?

Oui, mais je vous ai bien dit, « avaient », puisque comme l’explique très bien votre reportage, si la technique de forage horizontal par fracturation hydraulique pouvait causer des problèmes environnementaux, ce n’est plus du tout le cas à l’heure actuelle ! Ces personnes avaient raison en 2010, mais aujourd’hui, elles ont tort !

L’animateur se tourne vers le deuxième invité :

Qu’avez-vous à répondre à ça Monsieur Ringard ? Les collectifs anti gaz de schiste savent-ils que la technologie a changé, qu’elle est sans danger pour les nappes phréatiques aujourd’hui, ne consomme que très peu d’eau, une eau qui est recyclée d’ailleurs, et que la technologie actuelle ne peut pas causer de séismes ou d’autres dommages ?

Le quinqua à la chemise en lin se tortille sur sa chaise avant de répondre :

Oui, enfin, bon, ça reste à prouver tout ça, hein. Nous ce qu’on voit, c’est qu’ils veulent venir forer, et ça ne sera pas sans problèmes pour l’environnement, c’est certain ! Nous, au collectif, on est prêts à se battre, et au parti des écologistes, aussi : le gaz de schiste ne passera pas chez nous !

L’animateur sourit et le relance avec un ton un peu paternaliste :

Oui, d’accord, on comprend bien, mais quand même, refuser une technique polluante qui ne l’est plus, et ne pas vouloir l’admettre… Vous ne voulez pas vous remettre en question, c’est ça ?

Mais non, mais…

Monsieur Shellman le coupe :

Le problème c’est l’idéologie ! Se priver d’une telle chance pour un pays comme le nôtre, uniquement par idéologie, c’est un peu triste quand même… Parce qu’on oublie un facteur très important dans ce débat, c’est l’indépendance énergétique ! Les américains ne nous ont pas attendus, eux. Le prix des carburants ne va pas cesser de grimper en France, alors que si on exploitait les gaz de schiste, toute la donne changerait : les Français pourraient enfin retrouver du pouvoir d’achat. Vous imaginez le litre de carburant à moins d’un euro ? Le chauffage à moitié prix ? Et puis c’est plus de 60 milliards d’euros qui rentreraient dans les caisses de l’Etat chaque année. Le problème de dette peut se régler avec les réserves que notre pays possède, et ça, c’est inestimable, cher Yves C.

L’animateur se tourne vers l’autre invité :

Ce n’est pas vraiment votre problème l’aspect économique, mais quand même, vous êtes conscient de tous ces aspects qui sont centraux, Monsieur Ringard ?

Oui, bien entendu, mais ce n’est pas le problème Monsieur C., nous parlons de la transition énergétique, il y a le changement climatique,  la nécessité de passer aux énergies vertes et les gaz de schiste empêchent cette transition ! Et puis, il y a les paysages qui seront détruits par les puits, les routes pour y accéder, les camions qui vont faire des allers-retours, et le gaz qui peut remonter à la surface ! Et l’émission de Co2 des gaz de schiste, l’effet de serre, pourquoi ne pas en parler ? Je…

L’animateur le coupe.

C’est très intéressant ce que vous dites, et justement, nous avons un petit reportage…

L’image commence à disparaître…

COUPURE DE LIAISON

Nous avons eu un problème technique à ce moment précis. Lorsque le problème a été résolu, l’émission se terminait. Nous vous livrons les derniers mots du présentateur :

Et bien merci Monsieur Ringard, Monsieur Shellman. Nous espérons que vous, téléspectateurs, avez pu vous faire une opinion sur cet enjeu des gaz de schiste, et pouvez désormais décider de leur intérêt ou de leur danger. Demain soir : « est-il nécessaire d’interdire le harcèlement de rue » ? Merci, et à demain…

 

Twitter Facebook Google Plus email


51 thoughts on “Time Machine : Le débat sur les gaz de schiste de l’automne en exclusivité !”

    1. Personnellement je ne suis qu’a moitié amusé. Car même si le coté caricatural de la chose est évident il n’est pas moins vrai que c’est vers des émissions comme cela qu’on se dirige. Même si c’est déjà plus ou moins le cas.

      Quoi qu’il en soit -et pour rester dans le débat- de mon point de vue ce gaz ne risque que de nous amener des problèmes, je le refuse.

  1. Les collectifs anti-gaz de schiste sont une farce monstrueuse. La vraie bataille oppose le lobby pétrolier au lobby nucléaire, qui fait le maximum pour freiner le développement de l’énergie fossile dans notre pays (gaz de schiste, terminaux méthaniers…).

    1. Je suis une farceuse parmi tant d’autres , t’as qu’à voir là : http://tux-pla.net/785.
      On est nombreux parce qu’on aime la déconnade. Mais il y en a qui l’aiment encore plus, ce sont tes petits frères de Shell, Total, Vermilion, Schuepbach, 3Legs, Hess et Balkany-Toreador, gazonor, l’amicale des lobbyistes-foreurs et tant d’autres. Ils n’arrêtent pas de sortir des vannes, genre on pollue pas, le prix de l’énergie va baisser. Des toufous. Il y a même un film à leur gloire. Là : http://www.youtube.com/watch?v=iXL1jpIBskI . Qui prouve juste que ce disent les détracteurs monstrueux farceurs est justifié…
      Votre plan comm’ commence à être lourd-grave. Tout est beau, rien ne pollue. Vous payez des journalistes pour qu’ils chantent vos Iouanges. Ben nous, c’est qu’on n’est pas futés, hein, on change pas d’avis. Et les preuves que les GDS c’est de la merde s’accumulent. Sans parler de la bulle financière qui approche : manque de rentabilité due aux investissements de plus en lourds pour épuiser des puits dont la capacité a été surestimée de 60 à 80%, hausse du coût du sable, de l’eau, du guar, des terrains. Acidents de plus en plus graves du fait du je m’enfoutisme de tes potes…

      1. Désolé, ça n’est que la stricte vérité ! Tant que le lobby nucléaire (dont les militants anti-gaz de schiste sont les pantins) sera plus fort que le lobby pétrolier, il n’y aura pas de gaz de schiste et de terminaux méthaniers.

        Cela va probablement changer à l’avenir car l’industrie nucléaire française a subit des échecs critiques à l’étranger (Abu Dhabi, Fukushima…). Rien ne pourra alors arrêter la fracturation hydraulique.

        Mais cela ne fait pas partie du débat public, les citoyens ne devant pas avoir d’avis sur des sujets autres que le pouvoir d’achat, l’immigration ou l’insécurité.

        Dans l’absolu, rien de justifie l’existence de ces deux industries désastreuses pour l’environnement. A moyen terme, la région de Montélimar est condamnée mais la dépendance de la France aux énergies non renouvelables ne sera pas résolue.

    2. euh … houston, we have a problem …
      le fond du probléme c’est pas une bataille de lobbyes …
      le fond du probléme c’est qu’une R4 transportait une famille pour 4 litres de pétrole aux 100 km en 1964 et que 48 ans plus tard, on fait moins bien …
      le fond du probléme c’est que chaque progrés en matiére d’efficacité énergétique est absorbé par l’introduction de gadgets inutiles mais indispensables … sous l’impulsion de la secte des « commerciaux » ( voir cette logique du sur-équipement à l’oeuvre dans le monde de la bagonle qui fait qu’au fil du temps le poids du véhicule croit considérablement, le summum étant atteint par la bagnole électrique ) … et de quelques imbéciles de gauche qui ne pensent qu’industrie lourde … ( cf l’illusion des panneaux photo-voltaiques/outils de production électrique industriel, un exemple parmis tant d’autres ) …
      Déjà, on entend des gens accepter l’idée que « c’est bon pour l’emploi » …
      AMHA, on a pas le c*l sorti des ronces …

      1. Ceci est hélas le résultat d’un calcul cynique des pétroliers : la qualité des carburants produits ne cesse de décroître (mettre de l’éthanol est la dernière trouvaille). Qui dit, carburants de qualité moindre dit consommation plus élevée, dit aussi coûts de production plus faibles, et donc plus de bénéfices pour les pétroliers.

        1. Source ?

          Cela est juste totalement faux. La qualité des carburants est en hausse (indice d’octane, capacité massique, quantité de particules fines …) et très strictement normée, cela à la demande des constructeurs automobiles qui en ont besoin pour concevoir des moteurs en diminuant les tolérances. Alors ok, les grands méchants capitalistes sont tous dans le meme sac et ils veulent se faire du fric aux dépends des gentils consommateurs, mais il faut arreter un moment.

          Non, le fait que la consommation des voitures explose (et elle commence à descendre) est lié à deux facteurs : l’augmentation du poids des voitures (une R4 pèse 500kg, une 206 pèse plus d’une tonne) et l’augmentation des puissances demandées par les consommateurs.

          Ces deux facteurs étant liés à la demande, le poids vient d’une augmentation des normes de sécu et des gadgets, et la puissance …

  2. cette histoire reste une problématique assez basique :
    – l’ingénieur qui réfléchit court terme : rentabilité / emploi / investissement … ouais brouzouf quoi
    – l’écolo qui réfléchit long terme : évolution du paysage rural, modification de la faune et de la flore, mais qui est incapable de le défendre parce son idéologie il la vit mais ne sait pas l’argumenter …

    déprimant de vérité

    ça fait toujours bizarre sur reflets ces articles à contre courant de la ligne éditoriale plus classique, celle du journaliste d’investigation qui a du amener pas mal de votre public à lire vos proses.

    Il n’empêche que c’est agréable à lire :)

    1. Je viens surtout ici pour lire les articles plus techniques, mais ce genre d’article est également intéressant. C’est un genre de critique des media qui complète les autres articles et qui aide peut-être à prendre un peu de distance, pour les «purs» techniciens (ceux qui ne lisent que linuxfr et pas acrimed).

      (par contre les articles sur la photo, je zappe).

    2. Je me permet juste une petite remarque : L’ingenieur ne peut faire que ce que ses boss lui demandent. Parce que faire du court terme ca va à l’encontre total d’un travail satisfaisant. ses chefs font ce que les marketeux ont decidé…

      Donc tape sur les donneurs d’ordre stp, l’ingénieur ne peut concevoir que ce dont on lui donne le budget pour malheureusement. :( On a deja vu tant de brillantes idées sabordées parce que ca allait à l’encontre des profits immédiat :(

  3. Cela me rappelle doucement gasland, ou on voyait une personne qui utilisait un puits dans son jardin. Ses parents et ses grands-parents avant elle l’utilisait. Peu de temps après les forages, son eau et devenue inflammable(oui oui l’eau prenait feu). Il montrait ce qui en sortait.Une eau opaque, et gazeuse visiblement impropre à la consommation qui lorsque elle était chauffée faisait apparaître une couche de plastique.
    Pour se dédouaner le pétrolier à fait analyser l’eau. L’eau est évidement propre à la consommation. On passera sur le détail que le labo est affilié au pétrolier cela est sans doute sans importance.
    Il demandait ce qu’il se passerait si il versait un peu de son eau « propre » dans un réservoir d’eau potable.
    Il semblerait ce type de chez total n’ai pas compris que la ressource la plus précieuse que nous avons est l’eau. Non le pétrole.
    J’ai 26 ans et je suis ulcéré que des types soient prêt à hypothéquer une composante de mon avenir pour quelques euros.

    1. Est bien naïf qui croit en « l’eau pétillante » au sortir du robinet! Et bien plus encore en « l’eau inflammable ». Que celui qui croit fermement que « la fiction gasland » ne regarde jamais « la soupe au choux »!
      Avant de se faire une opinion sur une problématique, ayez un minimum d’analyse de cette problématique, faite un travail critique sur ce que l’on vous dit et ce que l’on vous montre. L’être humain est un être doué de raison… enfin je le croyais.

  4. A ce propos je vous signale un article expliquant que la question des gaz de schistes est utilisée comme « travaux pratiques » à l’Ecole de Guerre Economique
    http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/Gaz-de-schiste-2011-probleme-mondial/p-22663-Gaz-de-schiste-en-France-preparer-les-esprits-pour-leur-autorisation-.htm

    Ce qui va dans le sens de votre petit texte « d’anticipation » , très bien

  5. On voit se reproduire ce schéma assez souvent dans la télé. les chaînes sont possédés par des empires médiatiques qui ont tous intérêt à voir une réalité plus qu’une autre, alors ils orientent l’opinion publique d’une certaine façon.
    On parle de liberté de la presse mais dans les fait c’est surtout liberté de répéter (des idées ou autre), tout ça pour ensuite vendre de la connerie aux gens.

    La télé, c’est vraiment pourri, et ce billet nous le montre avec drôlerie et brio.

  6. Mouais, les gentils écolos contre les méchants pétroliers…

    Je suis complètement d’accord avec les problèmatiques que soulèvent les écolos (préserver la planète, le pouvoir du pognon toussa), en revanche leurs « solutions » se limitent à refuser toutes évolutions technologiques sous prétexte qu’une poigné de c*n*rds font n’importe quoi en terme de sécurité pour grappiller quelques euros. Je pense qu’au lieu de ce focaliser sur les technologies, ce sont bien les moyens de les mettre en oeuvre, et comment « garantir » un contrôle par des entitées publiques de ces mises en oeuvre.

    Du coup ils condamnent tout:

    -les OGM pas bien, alors lorsque on arrache les plantes de l’INRA, bah oui chacun sait que ces salauds de scientifiques sont à la solde de monsanto, et tant pis pour les africains, ils n’ont qu’a continuer de crever de faim…

    -les téléphones portables c’est dangereux, la preuve j’ai vu un mec cuire son oeuf avec sur internet… Et les scientifiques disent qu’ils n’y a pas de danger, mais ils sont payés par orange-sfr-bouygues-free, comment leur faire confiance, alors que ma belle soeur, elle, a mal à la tête quand elle voit un téléphone (ah bon, il était éteint?)

    -le nucléaire c’est pas bien, et on monte en épingle 2 catastrophes pour condamner la technologie, plutôt que de constater que dans les deux cas, avec un contrôle strict et réel, tout cela aurait pu être éviter, et on explique qu’il faudrait évacuer bien plus autour de fukushima. Mais alors qu’est ce qu’on attends pour évacuer la Bretagne! Et la fusion nucléaire, il y a nucléaire dedans donc ce n’est pas mien…

    -et maintenant les gaz de schistes, qui vont déclancher des tremblements de terre et foutre en l’air l’eau potable, la preuve le reportage « gasland », vu à la télé.

    Je trouve que ce discours écologiste n’a pas besoin d’être carricaturé… Alors même si tout ne fais pas parti du discours officiel d’EELV, c’est ce que j’entends de la bouche de leurs militants et sympathisants.

    Pour finir, il y a de la désinformation des deux côtés, les « gasland » et autre « le monde selon monsanto » sont vraiment des outils de propagande énonçant des énormités, mais lorsqu’elles sont dénoncées par les scientifiques, c’est toujours la même réponse: les scientifiques sont payés par les multinationnales, c’est un grand complot (sauf pour le réchauffement climatique, étudié par les gentils scientifiques).

    pour résumer en un mot, obscurantisme

    1. Certes, certes, mais pourquoi ces réactions arrivent elles ?

      – parce que malgré les promesses des industriels, des champs d’OGM ont contaminés d’autres cultures, à des kilomètres de distance ;
      – par que les études d’innocuité des OGM sont souvent réalisé par des labos à l’indépendance relative ;
      – parce que la puissance des lobbies fait que leurs intérêts arrivent plus facilement à l’oreille des gouvernants que ceux de la population ;
      – parce qu’il n’y a aucune transparence pour les activités stratégiques, générant de la méfiance et des conflits d’intérêts ;

      Bref, les gens réagissent car ils en ont marre de se faire prendre sans vaseline, régulièrement, au bénéfice de grands groupes.

      Après, les réactions sont souvent excessives, ce qui est regrettable, et empêche une recherche digne de ce nom en France (ça, et aussi le manque de fonds). Mais il arrive aussi souvent que les industriels se servent de l’excuse de la recherche pour imposer leurs désirs en force.

    2. Ah, ces sales écologistes obscurantistes ! Ennemis du progrès ! Ils organisent un retour à la bougie, vous vous rendez compte ?

      … Qu’est-ce qu’il faut pas entendre.

      Déjà, limiter l’écologie à EELV, c’est assurément faire des raccourcis dramatiques.

      Ensuite pour chacuns des points :

      – Les OGM ont été imposés par des grosses multinationnales bien sales (Monsanto: agent orange, tout ça…) sans processus démocratique (du genre nucléaire, nanotechnologies), sans analyse des risques, en dédaignant l’élementaire principe de précaution. Les OGM sont invasifs, contribuent à faire prospèrer une agriculture intensive poluante et inadaptée, et j’en passe. L’argument « c’est pour les Africains qui meurent de faim » est juste mauvais : on produit déjà assez pour nourrir tout le monde, ce n’est qu’une question de répartion, des gestion politique et économique…

      – L’adoption des téléphones portables à été faite sans étude aucune (qui ne peuvent de toute manière être crédible que sur moyen-long terme), sans encore une fois appliquer le principe de précaution. Les ondes ont des effets néfastes, c’est une certitude, mais ce constat est noyé dans la pub et la désinformation, vous avez dit lobbie des télécoms ?

      – Le nucléaire ne permet pas l’indépendance énergétique (l’uranium, il sort d’ou ? les déchets, on les exporte ou ?), n’est pas « bon marché » (prix de démantellement, frais annexes…), n’est pas « sûr » (oui-oui le nucléaire français est infaillible… On est bien tous prêts a prendre le risque de voir une région du monde rayée de la carte pour quelques milliers d’années…), n’est pas pérenne (les reservent d’uranium s’épuise, particulièrement avec l’industriallisation du reste du monde qui veulent leur part du gateau…), et surtout est un des symboles de la Technique-qui-résoud-tous-nos-problèmes, écartant bien loin la remise en question qu’on devrait tous faire…

      – L’exploitation des gazs de schistes est une fuite en avant. Quand bien même aucun dégât ne serait fait à l’environnement (hahaha…), ca n’assurera pas l’indépendance energétique de la france, ca reste une energie fossile en stocks limités… C’est de la poudre aux yeux pour qu’une poignée s’en mette plein les fouilles.

      J’ai essayé de faire court, mais l’argumentation étant un peu plus complète que « obscurantisme », il y a des petits raccourcis.

      1. Pour ce qui est de ma critique du discours écologiste, je maintiens, et pourtant je me considère comme écolo, je me fais ch**r à trier mes déchets, à réparer tout ce que je peux réparer, à ne changer d’ordinateur que lorsque c’est nécessaire (donc pour l’instant ça n’est pas arrivé en 10 an pour mon fixe, et 3 an pour mon 1er portable, et je suis développeur informatique), à acheter une batterie pour mon téléphone portable plutôt que d’en changer (alors que ça me coûte plus cher), j’achète du bio (pas parce que ce serait meilleur pour la santé mais pour privilégier une agriculture plus respectueuse)…

        Pour les OGM, je critique la manière de faire de Monsanto, je boycotte les produits contennant des OGM (lorsque je le sais), et je suis complètement d’accords qu’il y a une énorme problématique sur le côté invasif de la chose, mais il me semble indispensable que des entité publique comme l’INRA fasse des recherches sur de tel sujets.

        Sur l’adoption du téléphone portable, je suis assez d’accord avec vous, il me semble bien que les autorités n’ont pas fais leur travail à l’époque. Maintenant les ondes électro-magnétiques on connait bien, et ne vous en déplaise, à puissance limitée elles sont innofensives. Ce n’est pas le lobby télécom qui le dit (bien qu’il relaie le message), mais bien la science moderne.

        Pour le nucléaire, je n’ai jamais donné l’argument de l’indépendance énergétique, encore moins du prix, car pour un nucléaire au plus sûr il faudra payer plus cher. La pérénnité de l’uranium est un problème, effectivement, mais il y des axes de prospections prometteurs: les réacteurs à électron rapide, ca fonctionne, mais tant qu’on ne remplacera pas le sodium par autre chose, ce n’est pas assez sûr (justement). Et le reconditionnement du combustible qui est actuellement fort coûteux, c’est pour cela que les barreaux de combustible usagés sont stockés en attendant que l’on trouve des techniques plus économiques, car il faut comprendre qu’actuellement le combustible n’est utilisé qu’à 5% (un peu comme un crayon qu’il faudrait retailler). Et ces deux axes résolveraient la majeure partie de gestion des déchets. Je suis complètement d’accord pour faire un maximum d’économie d’énergie pour fermer un maximum de centrales nucléaires (voui je vais souvent sur le site de nega-watt), mais je vois difficilement comment on pourrait s’en passer, à moins de brûler du gaz ou du charbon, mais il y a un truc qui s’appelle le réchauffement climatique.

        Pour les gaz de schiste, il est possible de faire les choses proprement, mais ça a un côut c’est certain, c’est pour cela qu’il faut renforcer le contrôle citoyen pour imposer les mesures de sécurités aux acteurs industriels. Oui c’est une énergie fossille et sale (mais moins que le charbon pour les ges), donc il faudrait plutôt l’utiliser à court terme pour remplacer le charbon.

        Tout ceci, je le répète, ne sont que des outils qui font partis d’un panel comprennant les énergies renouvelables, les économies d’énergies etc… Mais croire que les économies d’énergies, le vent et le solaire suffiront d’assurer les besoins énergétiques de nos sociétés modernes et aussi con que de penser que seul le nucléaire suffise.

        mon message ne se limitait pas à obscurantisme, mais j’en maintient la conclusion. Je vais reformuler, les problématiques poser par les écolos sont essentielles pour l’humanité, j’en suis convaincu, mais nier ou refuser les réponses que peuvent nous apporter les sciences et techniques modernes par idéologie, c’est de l’obscurantisme.

        1. @Jaiff, sans critique aucune, il faudrait te renseigner sur l’impact des gaz et huiles de schiste sur le climat et particulièrement l’émission de GES ;-)
          Pour t’aider voici un article de H.KEMPF dans le Monde
          http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/29/climat-l-exploitation-du-gaz-de-schiste-serait-aussi-nocive-que-le-charbon_1708941_3244.html
          et une page ou tu peux télécharger le rapport de Robert W Howarth de l’université de Cornell dont il est question (cliquer sur le lien en rouge).
          http://www.news.cornell.edu/stories/April11/GasDrillingDirtier.html
          Et je confirme, tous les anti gaz de schiste ne sont pas « écologistes » en tout cas surement pas EELV ;-)

          1. Enfin de l’argumentation constructive (merci).

            Effectivement, j’étais passé au travers de cet argument. Si j’ai bien compris tes deux liens, la problématique GES concerne le methane qui s’échappe lors de l’exploitation des puits. Car brûler du gaz émet 2x moins de GES que le charbon pour la même énergie produite.

            Donc, s’il est possible d’améliorer la technique d’exploitation pour en limiter l’emission de methane, je pense que ça reste une voie intéressante pour remplacer le charbon, à la condition bien-sûr que ce soit imposé à l’exploitant (et qu’il y ait les moyens de contrôle public adapté).

            En revanche, si de telles améliorations ne sont pas possibles, alors je serai contre l’exploitation du gaz de schiste, et sans état d’âme.

            J’en reviens toujours à la même conclusion, il ne faut pas condamner une techno à priori parce que certains (beaucoup (beacuoup trop)) d’industriels se torche avec les précautions de base. Et consacrer notre énergie citoyenne (purement verte celle-ci) à imposer ces contrôles plutôt qu’à dire non à toutes avancées techniques.

            Concernant EELV, comme c’est la 2ème fois qu’on me le fait remarquer, je les ai cités car pour moi (et beaucoup d’autres je pense) ils représentent la vitrine officielle de l’écologie en France. J’avoue humblement qu’en dehors de negawatt, dont j’apprécie le discours car ils mettent en avant l’économie d’énergie (même si je pense qu’ils sont bien trop optimistes pour ce qui est de se passer du nucléaire). En revanche, je ne me suis jamais reconnu dans les autres mouvements que j’ai pu croiser, le dernier dont je me rappelle est « sortir du nucléaire » qui assène beaucoup trop de contre-vérités à mon goût.

            En revanche, et je le dis sans aucune ironie, j’accepte le discours de l’écologiste extrémiste qui est contre le nucléaire et tout le reste mais qui est prêt à s’allumer à la bougie. Car là il y a un débat qui mériterait d’être poser: être prêt à changer radicalement de modèle de société pour rendre nulle l’empreinte écologique humaine. Quand je parle de modèle de société c’est bien plus que de l’économie d’énergie et la société de sur-consommation, mais bien quasiment plus d’énergie, donc beaucoup moins d’innovations (au sens large, médecine etc…) et tout ce que ça entraîne.

          2. réponse à La Rose (deux derniers pointeurs et à ton poste d’après)

            Pour les deux derniers pointeurs que tu me soumets, je ne pense pas prendre le temps de les visionner car j’assimile ça à de la propagande, pour le premier je pense précher un(e) convaincu(e), pour le second, j’ai vu « gasland » du même auteur que j’assimile à de la propagande à cause des approximations et des contres-vérités qu’il contient, il a perdu toute crédibilité à mes yeux. Ce n’est pas la même chose que l’article du monde (sourcé par des études scientifiques), ou le 2nd qui est un papier scientifique, donc tout ça est relu et analysé par des gens qualifiés, qui doit faire un consensus entre spécialistes (ou du moins ne pas présenter d’abbération) pour être accepté, le propre et la force de la démarche scientifique, qui est la « moins pire » des méthodes pour s’affranchir du biais humain (même si, là encore, tout n’est pas rose, cnflit d’intérêts toussa).

            Pour la différence entre la sobriété et la bougie, je fais la différence. Je reprends (encore) le discours de négawatt qui prêche la sobriété, et auquel j’adhère complétement, mais je pense que malgré toutes les économies d’énergies possibles et inimaginaux (pour citer l’autre), on ne pourra se passer de générateurs d’énergies maîtrisables (en fonction du besoin de la consommation, et non en fonction de la puissance du vent ou du taux d’ensoleillement, qu’on ne maîtrise pas), donc des centrales à gaz, à charbon, ou nucléaire, cette dernière étant à mon sens la solution « la moins pire » à cause du défit le plus urgent que représente le réchauffement climatique. Mais je souhaite (honnêtement) me tromper, et si des économies d’énergies et des sources renouvelables suffisent, je serais très heureux de me passer du nucléaire comme du reste. Reste le smart-grid qui pourra être une réponse lorsque la technologie sera mature _ET_ qu’il y aura une évolution politique pour qu’un réseau électrique trans-frontalier soit possible.

            Le concept de la bougie, je l’ai utilisé pour préciser que je me sent plus proche des gens qui tiennent (et vivent) ce discours car nous sommes d’accord sur un point: notre modèle de société est profondément basé sur l’énergie (abondante ou pas), faire de l’énergie sans empreinte écologique me (et leur) semble un doux rêve. Donc ils refusent tout impact écologique et donc acceptent de se passer des avantages de notre société. Je pense que nous pouvons réduire notre impact écologique pour qu’il soit suffisament respectueux tout en maintenant notre modèle de société. Mais je le répète, c’est un débat légitime, mais ce n’est pas le même débat.

            Pour ce qui est des subventions, je suis nettement moins catégorique que toi car le photo-voltaïque a été énormement développé (et l’est encore) pour les sattelites (militaire, télécom etc…), et c’est un domaine où il y a eu, et il y a encore du ponion, et tout ce qu’ils peuvent gratter en efficacité photo-voltaïque ils le grattent, car dérrière les avantages financiers sont énormes. Pour l’éolien, subventionner la recherche serait foutre du pognon en l’air, le principe de la dynamo est franchement vieux, on a fait le tour, on peut certainement grapiller des pouillèmes mais à quel prix, on peut également gagner sur des sujets connexes (matériaux utilisés, aerodynamisme…) qui bénéficient (ou pas) de subventions et d’une recherche active. Mais dans un cas comme dans l’autre, le problème n’est pas tant de gagner en efficacité, mais plus fondamentalement qu’il y a des jours sans soleil et/ou sans vent, et que nous ne savons que très mal conserver l’énergie, la meilleur méthode étant, à ce jour, par l’énergie potentielle, en gros remplir ton barrage hydraulique.
            Un dernier mot sur les subventions, il ne me semble pas abhérent que les subventions aillent vers les technologies les plus prometteuses (je sens que je vais relancer une polémique), donc la surgénération nucléaire, ou mieux (et à plus long terme) la fusion nucléaire. Mais je te rejoins sur un point, la réalité fait que le lobby pétrolier est suffisament (beaucoup trop) puissant pour grapiller des subvantions qui seraient plus opportunes à d’autres domaines.

            Pour ce qui de la place de la réponse, ça devient le foutoir, peut-être nos commentaires sont trop long, je te propose d’ouvrir un nouveau fil si tu désire continuer cette discussion.

          3. A Jaiff,
            Dommage pas franchement le temps pour un fil ensemble toute la journée ;-)
            Mais bon, juste un truc, tu devrais au contraire regarder The Sky is Pink de Josh Fox, car justement il répond dans de court métrage (18mn) aux détracteurs de Gasland en citant ses sources et en donnant quelques explications et renseignements complémentaires. Il faut cesser de croire que nous sommes des fous furieux manipulés par Josh Fox, nous utilisons pour notre argumentaire bien d’autres renseignements et particulièrement de très nombreuses études scientifiques sérieuses Américaines, Québécoises et Françaises qui malgré leur sérieux sont ballayées d’un revers de la main par les pétroliers et les traitent d’ignares s’érigeant en experts à tout coup. J’aurais plus de 20 liens à te fournir pour lire ces études (en anglais) et même d’autres liens expliquant comment les lobbies industriels et leurs services communication travail (comme l’industrie du tabac et du plastique dont il y avait un bon exemple sur Arte ce matin) aller tiens je te mets le lien et tu comprendras ce que font les industriels des études scientifiques même sérieuses ;-) http://www.youtube.com/watch?v=HNzjyOIaVr0
            pour nous vendre TOUJOURS PLUS
            En plus c’est ludique ;-)
            Je ne me considère pas comme une passionaria illuminée, mais comme une citoyenne attentive et qui s’informe auprès des meilleures sources (enfin j’essaie).
            Belle journée.

          4. Et Jaiff aussi, tu m’as l’ai un fervent adepte du nucléaire, alors je te conseille une bonne lecture http://www.slate.fr/story/46785/nucleaire-eolien-energie-moins-chere-france
            J’ai trouvé cet article car j’aie entendu sur une emission de France 5 C dans l’air « electricité-gaz le coup de massue » que l’éolien coute 80€ le mégawatt ce qui est exactement le prix qu’à déterminé la cour des comptes pour le nucléaire si on tient compte (en partie) du démantellement ;-)

        2. (Petite parenthèse sur le bio : ca ne rime pas forcément avec écolo…)

          Le problème est surtout de penser que la Technique va résoudre tous nos problèmes.

          Il n’y a pas besoin de calcul compliqué : on consomme trop. Que ce soit à coup de nucléaire/gaz de schiste/pétrole (limités, polluants, pas viables) ou des energies renouvellables, on va consommer de plus en plus par habitant et être de plus en plus à le faire.

          Il faut donc revoir nos habitudes de consommation (et donc notre modèle de vie) et ne pas se voiler la face en se disant qu’on trouvera des solutions plus tard. Ou qu’on en a des miracles maintenant…

          On s’enfonce dans une course technologique, ou chaque solution crée ses nouveaux problèmes, souvent bien plus pervers et compliqués à résoudre…

          Pour revenir sur les OGM, non, je ne pense pas que ce soit utile. Ca ne l’est que dans une logique d’agriculture intensive, extrêment polluante, genératrice d’inégalités… D’autres modèles ont prouvés leur efficacité (agroecologie, permaculture…).

          L’utilisation des OGM est une réponse à l’usage de pesticides et d’engrais (dont les rendements s’écroulent sur long terme) induite par ceux-la même qui les produisent et les promeuvent …
          La nature est déjà très bien faite, pas besoin de pseudo manipulations potentiellement dangeureuses, pas forcément efficaces et encore moins utiles.

          Pour le nucléaire, tu t’axes sur le fait qu’on « va arriver à faire mieux » avec de nouvelles techniques, cf ce que j’ai dit sur la surenchère technicienne.

          Et pour ce qui est du discours écolo, si certains se bloquent sur des techniques sans savoir pourquoi, ca ne signifie pas que tout le monde agite en aveugle son drapeau « CONTRE » sans arguments. Mais ca les médias de masses le caricaturent facilement…
          Pour revenir au discours EELV (qui est malheureusement souvent le seul discours mis dans le sac « écolo »), il est peut-être finalement un des plus gros frein à l’écologie. Ils sont complètement trempés dans le dogme du progrès-qui-va-nous-sauver-plus-tard, avec notemment le « dévelopement durable » (défini comme un oxymore par Serge Latouche et autres objecteurs de croissance), qui nous conforte dans notre absence totale de remise en question (et donc souvent de réflexion), et dans notre foi aveugle dans ce « progrès ».

          Désolé pour ce barratin (pourtant j’ai tronqué sévère, fait des raccourcis et survollé des sujets important), mais c’est vrai que ce genre de problématiques soulève beaucoup d’autre problèmes, et s’inscrit dans un ensemble à changer…

          Résumer à la question « Pour ou contre l’exploitation du gaz de schiste ? » est une simplification abrutissante qui cache les questions et enjeux qui sont derrière. Mais c’est plus facile de manipuler le peuple par de courtes phrases qui se répondent par oui ou non…

          1. Aller Jaiff, un petit dernier pour la route ;-)
            Tu pourras voir dans ce documentaire québécois que pour les pétroliers et gaziers, les fuites de méthane ne sont pas un problème, que cela fait parti de leur « culture » et considère cela comme « la meilleure pratique de l’industrie de travailler comme ça »…
            Ecouter particulièrement l’argumentaire de la géologue de Talisman (à 2’20 – 2’45). Tu pourras aussi entendre qu’à Québec 19 puits sur 29 forés fuient… Et que la norme au Canada est de 300m3/jour soit l’équivalent ce qu’émettent 500 voiture par jour en GES…
            http://www.youtube.com/watch?v=fq6eloZi3yI

            Aller et pour finir, si tu veux comprendre comment on manipule l’opinion (tu dois être assez malin pour savoir dans quel but ;-) je te conseille ce film
            http://www.youtube.com/watch?v=fq6eloZi3yI&feature=share
            (penses à activer les sous titres en français).
            Voilà bon visionnage ;-)

          2. Je suis à peu prêt d’accord avec toi, la technologie n’est pas la seule clef pour sortir l’humanité de la merde dans laquelle elle s’est fourrée. Je le répète, je suis intimement persuadé que nos société doivent faire un effort sur l’économie d’énergie (et plus globalement, sur l’économie de matières premières), et c’est pour cela, je le répète, que j’apprécie le discours de négawatt.

            Mais je suis moins négatif que toi sur les avancées technologiques (déformation professionnelle peut-être). Je suis OK avec toi sur le « cours terme », pour faire simple et carricatural, depuis que le pognon à prit le pouvoir, la technique n’est plus au service de l’homme mais bien au service du pognon, c’est pour cela que j’aimerai que les états et les organismes internationaux aient beaucoup plus de pouvoir de contrôle sur coca et autres monsanto.

            En revanche, on ne peut nier l’évidence, la « surenchère » (je préfère innovation) technique règle souvent beaucoup plus de problème qu’elle n’en crée. Puisque l’on parle d’économie d’énergie, l’amélioration des moteurs à explosion, l’amélioration des techniques de constructions d’habitats, l’amélioration des composeants électroniques vont dans le sens d’une économie d’énergie énorme pour aucun effet secondaire (en tout cas je n’en voie pas pour l’électronique qui est mon domaine).

            Et en ce qui concerne le nucléaire, certe le diable se cache bien souvent dans les détails, mais le jour où on trouve un remplaçant au sodium pour la surgénération nucléaires (qui a fonctionnée pour de vrai, ce n’est pas de la branlette de scientifique nucléophile, mais actuellement stoppée purrement pour des problèmes de sécurité liés à l’utilisation du sodium), on améliore drastiquement deux problèmes majeurs du nucléaire actuel: les déchets et la disponibilité des ressources, pour, à priori, aucun inconvénient supplémentaire. Et encore mieux avec la fusion nucléaire, mais à un horizon beaucoup plus lointain, 20, 40 ou 100 ans…

            Pour en finir avec l’innovation technologique, qui n’est pas une panacée mais reste indispensable, c’est par l’innovation que les énergies éoliennes et solaires deviendront de plus en plus viables technologiquement (et non économiquement, ce qui viendra après), nottament par le smart-grid, l’amélioration du stockage, où encore l’amélioration du photo-voltaïque qui est une abbération écologique aujourd’hui, même si je pense qu’il faut continuer à améliorer cette techno pour la rendre enfin positive écologiquement. Je précise photo-voltaïque car le solaire thermique est très efficace, même si il prend beaucoup de place pour faire des centrales électriques.

            Pour les OGM, tu décris là encore la politique monsanto. Ce ne sont pas les axes de recherches de l’INRA. Par exemple, ces gens cherchent à diminuer l’impact écologique de la fabrication du papier en modifiant le matériel génétique du peuplier. Et de plus, tu peux leur faire confiance quant à limiter au maximum les risques de prolifération. Nous sommes donc bien loin de l’approche purement mercantile de monsanto et autre basf, à la fois sur les sujets, et sur la mise en application. Et je précise, je suis contre les OGM à la monsanto.

            Le discours écolo: je ne me fais pas d’opinion à partir des « médias de masse » car, pour ces problématiques comme pour d’autres ils simplifient à outrance pour que des sujets complexes rentre dans le format imposé. Mon opinion s’est faite en croisant des militants, en lisant la revue « sortir du nucléaire », en lisant les programme présidentiel d’EELV (oui encore eux, car je l’avoue je suis à souvent à deux doigts de voter pour eux car je trouve Cecile, Eva et Dany rafraïchissants dans le paysage politique, sans compter l’admiration que j’ai pour le parcours professionnel d’Eva) etc… Et je trouve que finalement il y autant de désinformation (volontaire ou pas) du côté écolo que du côté technocrate (où là il y a peu de doute, la désinformation est souvent volontaire). Mais je ne nous mets pas tous dans le même panier (voui je me considère comme écolo, pour le moins hétérodoxe), j’apprécie le discours de négawatt (même si je les trouve un peu optmimistes), et comme je l’ai répondu à quelqu’un d’autre, je suis prêt à discuter avec l’éleveur de chèvre du larzac qui n’utilise pas d’électricité (désolé pour la caricature), car il est cohérent: il réfute notre modèle de société et en accèpte les conséquences. Mais avec ce dernier, le discours ne porterait plus sur les technos à employer ou pas et comment, mais bien sur le modèle de société.

            Ma conclusion sera proche de la tienne, on ne peut résumer une telle problématique à « pour ou contre » et c’est justement ce qui m’énerve le plus, mais là c’est pire, reflets et la plupart des commentaires ont résumé la problématique à « contre », et il ne me semble pas que mon commentaire soit aussi simpliste que « pour », surtout que ce n’est absolument pas mon opinion. Si je devais résumer mon opinion, ce serait plutôt « pour sous certaines conditions, contre sinon ». En particulier pour les gaz de schiste, je ne suis pour que si le bénéfice écologique est avéré, en revanche je n’en ai rien a fiche que ça fasse diminuer le prix de l’énergie ou que ça améliore l’indépendance énergétique de la france (du moins ça passe en 2nd plan).

          3. Flute, j’avais pas mis mon com au bon endroit ;-)
            Mais pour répondre encore à Jaiff, attention à ne pas confondre sobriété et retour à la bougie… On peu vivre avec moins d’énergie avec le confort « moderne » ;-)et même un peu d’électronique…
            Et en ce qui concerne les renouvelables c’est justement la technologie et la recherche qui pourraient nous aider à les développer, si seulement les lobbying pétroliers ne captaient pas autant de subventions et autres aides financières déguisées pour rechercher de nouvelles méthode d’extraction (comme la fracturation hydraulique dont la recherche à été financée à 40% par l’UE – tes impots- dans les années 75 à 95 pour finalement que le brevet soit américain…) au détriment des renouvelables pour lesquelles on nous dit qu’il n’y a pas de pognon…

          4. Ingénieur informaticien, je suis pourtant aussi « impressionné » face aux créations humaines. Qui ne le serait pas ? Comment ne pas être enthousiasmé, au premier abord du moins, sur certaines inventions et les possibilités qu’elles apportent ? Mais derrière chaque création, chaque technique, se trouve son lot de problèmes, directs ou non.

            Je ne suis donc pas d’accord avec toi sur le fait que l’innovation technique règle plus de problème qu’elle n’en pose. Dans bien des cas, avec du recul, le benefice n’en vaux pas la chandelle.

            Puisqu’on est sur le nucléaire, prenons le comme exemple : le nucléaire résout (enfin…) nos problèmes énergétiques (énergie à profusion). Mais :
            – On a besoin d’une nouvelle substance, qu’il faut trouver, acheter/exploiter acheminer aux centrales
            – On génère des déchets, extrèmements « polluants », dangereux, qu’on ne peut que partiellement retraiter (generant de nouveau types de déchets) dont on ne sait pas quoi faire à part les enfouir.
            – Enfouir pose d’autre problèmes : contamination (pour lonnngtemps) des sites d’enfouissement.
            – Problème de mémoire sur les emplacement de ces déchets qui vont subsister durant des milliers d’années…
            – Les installations sont fragiles, sujettes aux risques naturels ou aux facteurs humains. Besoin de renforcer la sécurité, les gardes…
            – Les installations sont dépendantes de cours d’eau pour se refroidir, et les réchauffent au passage (avec les problèmes environnementaux que ça pose)
            – D’autres problèmes annexes : on s’habitue à avoir de l’energie (qui semble sortie de nulle part), on en consomme sans se retenir, sans réflexion, on s’habitue à un modèle qui se trouve être invivable.
            – Le processus de passage au nucléaire n’a pas été démocratique, mais dirigé par industriels et lobbies

            … et on pourrait sans doute continuer comme ca pendant un moment, je ne fait que survoller les gros problèmes visibles…

            On peut faire la même sur beaucoup de sujet (sans même parler des OGM, nanotechnologies…)

            De plus, je ne suis pas aussi confiant que toi dans des organismes comme l’INRA. Même si leur intentions semblent louables (du moins sur le projet du peuplier que tu décris), ils sont loin d’être irréprochables ! Les essais en plein champs sans avoir totalement cerné les dangers possibles est irresponsable.
            Quand bien même leur démarche serait totalement sûre (mais comment le savoir ?), est-ce vraiment important de déployer autant de moyens, d’énergie alors qu’il suffirait d’adapter la consommation et l’utilisation du papier ?

            Mais avoir un regard critique sur ces technique ne signifie pas, grossièrement, être contre toute invention, tout utilisation d’outils, loin de là (C’est la critique infondée qu’on fait aux objecteur de croissance)

            Simplement il faut prendre une technique et tout ce qui va autour, des possibles problèmes (environnementaux, sociétaux, sanitaires,…) aux applications néfastes possibles (militaires…). Soumettre l’ensemble a ce qui se rapprocherai d’un processus démocratique, et ne pas laisser hommes d’affaires, techniciens passionnés mais à courte vue, dicter l’évolution du monde.

            Enfin, pour approfondir sa réflexion sur la Technique, je conseille l’excellent « Jacques Ellul : L’homme qui avait presque tout prévu » de Jean Luc Porquet, qui introduit très bien la géniale oeuvre de Jacques Ellul dans sa réflexion sur la Technique.

      1. Ouahou l’argumentation en fait frétiller mes deux neurones.

        C’est donc clair, puisque je critique le discours des gentils écolos, je suis donc du côté des méchants pétroliers.

        Tu t’es renseigné parce que tu as vu gasland… J’ai pris la peine de me renseigner en regardant gasland, en lisant le n°301 du magazine « science & pseudo-sciences » de l’AFIS et en parcourant rapidement http://www.truthlandmovie.com/, mais j’ai beaucoup trop de sujet qui m’intéresse pour passer plus de temps sur ceui-ci…

        Je le répète donc, il faut instaurer des moyens de contrôles pour s’assurer que les industriels ne font pas n’importe quoi avec des technologies qui peuvent être bénéfique pour l’humanité.

        Mais merci à toi, tu as donc fourni un très bel exemple du discours manichéen que je critique justement.

        1. Au delà de l’influence numérique, la légitimité…
          Comme pour toute bonne propagande, orienter l’information, influencer l’opinion par des médias n’est pas suffisant. AEGE propose donc à Total la création d’un collectif “légitime”, qui devra laisser penser que toutes les sensibilités sont représentées, que la pluralité est respectée, impliquant une rigoureuse impartialité.

          Le pré requis

          Considérant la forte sensibilité du sujet, l’impact de notre démarche dépend de notre capacité à légitimer cette nouvelle parole et donc son émetteur.

          Nous proposons de constituer un Collectif Pluridisciplinaire (C.P.) motivé par la recherche d’un juste équilibre entre l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la prise en compte réaliste des contraintes économiques et le respect de l’environnement.

          A ce titre, ce collectif réunira : – Des scientifiques – Des philosophes – Des responsables politiques (toutes étiquettes politiques) – Des économistes – Des sociologues.

          Toutes les méthodes, même les plus basses sont bonnes à prendre, comme le recrutement d’un community manager spécialisé dans l’infiltration des forums de débat sur le sujet, ou pour commenter des articles, créer une page Wikipédia du collectif :

          – Plan d’action et Outils

          – “recrutement “ d’un ambassadeur qui soit à la fois scientifique et populaire (type Jerome Bonaldi)

          -Réalisation d’un film de vulgarisation présentant les arguments scientifiques par les scientifiques eux-mêmes. Contre-influence du film « Gasland » sous une forme didactique (schéma identique à l’émission « C’est pas sorcier » sur France 3 8– ou bien Truthlandmovie)

          -Création d’une page Wikipedia au nom du collectif et de ces travaux sur les gaz de schiste

          -Création du site et du blog et de la page Facebook du collectif avec diffusion régulière d’information objectives sur le sujet.

          – Mise en place d’un « community manager » ayant pour mission de – Infiltrer les forums débâtant du sujet – Animer la page Facebook – Commenter les articles traitant le sujet…

          – Création d’une exposition itinérante sous forme d’un roadshow (camion ou train) pour faire la pédagogie du gaz de schiste.

  7. La bonne campagne de propagande et de manipulation d’opinion publique a commencé:

    Elaborée et concoctée avec soins par des Officines politique surnommées: IE (Intelligence Economique), telle que l’EGE, l’AEGE et SPIN PARTNERS, travaillant toutes les trois en collaboration et dont TOTAL, est l’un de leur clients, parmis tant d’autres (EDF,GDF,AIR LIQUIDE, EADS, etc…),se réunissant tous les ans, pour se taper dans le dos, et se frotter les mains lors de leur galas « lobbying »
    http://www.ege.fr/download/plaquette_gala_09.pdf

    Cette Etude de propagande et de manipulation d’opinion publique a été Mandaté par TOTAL prêt à tout pour remporter les juteux contrats, en faisant du lobbying auprès des politiques, citoyens lambda, des Mass media et des journalistes (presse papier, web inclus, docs, émissions et journaux télé avec des « experts lobbyistes », celui que vous avez démontré dans ce billet en est un parfait exemple).
    D’autres s’en suivent: (celui de lesechos.fr et de l’ Editorial du Monde).
    Préparent des documentaires et reportages bidons, avec de faux experts (ou lobbyistes) afin de contrer « Gasland ».
    Scrutent, surveillent le net, les débats, les blogs, forums, afin d’ammener leurs « pions » pour fausser le débat et embrouiller le citoyen lambda, afin qu’il ai une opinion favorable dans ce débat.

    Tout cela dans quel but ?
    Faire copains/copains avec les gouvernants, pour qu’ils les aident financièrement grâce aux FSI, acceptent leurs lois (monople et control de l’energie), facilite la vie des dirigeants, pdg et actionnaires, (plus d’impôts grâce à l’optimistation fiscale et autres magouilles), pour qu’ils gagnent toujours plus de thuthunes, grâce à leurs placements en bourse, et autres bonus, garder leurs emplois, parce que ça fait quand même pas loin de 90 ans qu’ils sont là, et qu’ils ne vont pas se laisser emmerder, avec d’autres concurrents, et alternatives énergétique non dangereuse et non polluantes sur le long terme, et pour enfin faire accepter aux citoyens lambda jouant sur la corde sensible de son pouvoir d’achat, de la croissance, création d’emplois et de sa résponsabilté citoyenne (Le greenwashing en est un bon exemple),
    bref que c’est beau la propagande…

    PLus d’informations via ces liens:

    « LA PROBLEMATIQUE DU GAZDE SCHISTE
    La mission
    Notre cabinet d’IE a été mandaté par TOTAL pour réaliser une analyse critique du débat sur le dossier gaz de schiste.
    A partir d’une analyse critique des enjeux et des éléments de langage des soutiens et des détracteurs de l’exploitation du gaz de schiste, nous avons élaboré une campagne de contre information à mener contre les détracteurs de cette activité en France. Des préconisations seront apportées afin d’élaborer un plan de contre information afin de défendre la position de notre client sur cette problématique. »

    #GazDeSchiste : l’intelligence économique et la contre-information au service de Total:
    http://whistle.is/?p=67

    #EGE : une fabrique d’influence au service des grandes entreprises – #France @aege:
    http://whistle.is/?p=134

    Gaz de schiste en France : préparer les esprits pour leur autorisation ?:
    http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/Gaz-de-schiste-2011-probleme-mondial/p-22663-Gaz-de-schiste-en-France-preparer-les-esprits-pour-leur-autorisation-.htm

    Gaz de schiste : comment Total & Co travaillent l’opinion:
    http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/08/20/gaz-de-schiste-comment-total-co-travaillent-lopinion-234689

    1. En parlant de manipulation d’opinion, ils ont aussi préparé les étudiants de grandes écoles à l’accepter plus facilement. J’ai un parlé avec un polytechnicien qui me racontait que le gaz de schiste ne présentait aucun danger (bin voyons!) et que de toute façon, en France, il n’y en a pas tellement que ça. (ha bon?)

      1. Ca se passe, également dans les forums, blogs etc…, ou même ici, dans les commentaires de ce topic, un petit exemple ?:

        Techniques pour manipuler les forums sur Internet:

        http://korben.info/techniques-secretes-controler-forums-opinion-publique.html

        « Il existe plusieurs techniques dédiées au contrôle et à la manipulation d’un forum sur internet, peu importe le contenu ou les personnes qui sont dessus. Nous allons voir chaque technique et démontrer qu’un nombre minimum d’étapes suffit pour prendre efficacement le contrôle d’un  » forum incontrôlable.  »

        Technique #1 –  » FORUM SLIDING  »
        Si un post très sensible de nature critique a été posté sur le forum, il peut être rapidement supprimé grâce au  » forum sliding.  » Dans cette technique, un nombre de posts (ou « sujets » en français) sans rapport sont discrètement positionnés sur le forum et  » vieillissent « . Chacun de ces posts sans rapport peut être appelé pour lancer un  » forum slide  » (glissement de forum). Deuxièmement, cette technique a besoin de faux comptes. Ils sont nécessaires pour permettre dissimuler au public la manipulation. Pour déclencher un  » forum slide  » et  » purger  » les posts critiques, il suffit de se connecter sur chaque vrai ou faux compte et de répondre aux vieux sujets avec un message de 1 ou 2 lignes. Grâce à cela, ces vieux topics sont propulsés au sommet de la liste des topics, et les topics sensibles glissent vers les autres pages, hors de la vue du public. Bien qu’il soit difficile, voire impossible, de censurer le post sensible, il est maintenant perdu dans une mare de posts inutiles et sans rapports. De ce fait, il devient efficace et pratique de faire lire au public des posts sans rapport et non-problématiques.

        Technique #2 –  » CONSENSUS CRACKING  »
        Une deuxième technique efficace est le  » consensus cracking.  » Pour réussir à briser un consensus, la technique suivante est utilisée. Grâce à un faux compte, un message est posté. Ce message semble légitime et censé – mais le point sensible c’est que ce post possède une HYPOTHÈSE TRÈS FRAGILE sans preuve pour appuyer ce qui est écrit. Une fois cela fait et grâce à d’autres faux comptes, une réponse en votre faveur est doucement introduite. Il est IMPÉRATIF que les deux partis soient représentés, afin que le lecteur non informé ne puisse pas déterminer quel parti détient la vérité. Au fur et à mesure des posts et des réponses, la « preuve » forte ou désinformation est doucement établie en votre faveur. Ainsi, le lecteur non informé va probablement prendre la même position que vous et, si leur position est contre vous, leur opposition à vos messages va probablement être laissée aux oubliettes. Cependant, dans certains cas où les membres du forum sont hautement éduqués et peuvent contrer votre désinformation avec des faits réels et des liens vers des sites, vous pouvez  » avorter  » le cassage de consensus en démarrant un  » Forum sliding « .

        Technique #3 –  » TOPIC DILUTION  »
        La dilution de topic n’est pas seulement efficace lors d’un glissement de forum, elle est également très utile pour garder l’attention des lecteurs sur des problèmes sans rapport et non productifs. Il s’agit d’une technique critique et très utile pour causer une  » CONSOMMATION DE RESSOURCE.  » En implémentant un flux continu de posts sans rapport pour distraire et perturber (trolling), les lecteurs du forum voient leur productivité stoppée. Si l’intensité de la dilution graduelle est assez forte, les lecteurs vont arrêter de rechercher et vont simplement passer en  » mode commérage.  » Dans ce mode, ils peuvent plus simplement être éloignés des faits vers des conjectures et opinions profanes. Moins ils sont informés, plus il est facile et efficace de contrôler le groupe entier dans la direction que vous souhaitez. Il faut noter qu’une étude des capacités psychologies et des niveaux d’éducation doit être effectuée pour déterminer à quel niveau il faut  » pousser le bouchon « . En allant trop rapidement trop loin hors sujet, cela peut déclencher une censure de la part d’un modérateur du forum.

        Technique #4 –  » COLLECTE D’INFORMATION  »
        La collecte d’information est très efficace pour déterminer le niveau psychologique des membres du forum et pour rassembler tous les renseignements qui peuvent être utilisés contre eux. Dans cette technique, un sujet « je te montre le mien, montre-moi le tien  » est posté dans un environnement positif. Grâce au nombre de réponses fournies, il est possible de compiler plus d’informations statistiques. Par exemple, on peut poster  » votre arme préférée  » et encourager les autres membres du forum à montrer ce qu’ils possèdent. De cette façon, il est possible de déterminer par pourcentage inversé, quelle proportion du forum possède une arme à feu ou une arme détenue de manière illégale. Cette même méthode peut être utilisée en postant en tant que membre un sujet comme  » Quelle est votre technique préférée pour…  » Grâce aux réponses, les diverses méthodes utilisées par le groupe peuvent être étudiées et d’autres méthodes mises au point pour les arrêter.

        Technique #5 –  » TROLLING ÉNERVÉ  »
        Statistiquement, il y a toujours un pourcentage de membres du forum plus enclins à la violence. Dans le but de déterminer qui sont ces gens, il est nécessaire de poster une image sur le forum qui va délibérément inciter à une forte réaction psychologique. Grâce à cela, le plus violent du groupe peut être efficacement tracé grâce à son IP. Pour accomplir cela, il suffit simplement de poster un lien vers une vidéo d’un officier de police en train d’abuser de son pouvoir envers un individu innocent. Statistiquement, sur le million de policiers en Amérique, il y en a toujours un ou deux pris en flagrant délit d’abus de pouvoir et leurs activités peuvent ensuite être utilisées dans l’objectif de rassembler des renseignements – sans avoir besoin de  » simuler  » une fausse vidéo. Cette méthode est extrêmement efficace et, plus la vidéo est violente, plus la méthode est efficace. Il est parfois utile de  » influencer  » le forum en répondant à vos propres posts avec des intentions violentes et en déclarant que vous vous  » moquez de ce que les autorités pensent !!  » En faisant cela et en ne montrant aucune crainte, les autres membres du forum, plus discrets et non violents, peuvent révéler leurs vraies intentions. Cela peut ensuite être utilisé devant le tribunal lors d’une poursuite judiciaire.

        Technique #6 –  » ACQUÉRIR LE CONTRÔLE TOTAL  »
        Il est important de bien insister et de continuellement manœuvrer pour obtenir un poste de modérateur sur le forum. Une fois cette position obtenue, le forum peut être efficacement et discrètement contrôlé en supprimant les posts non favorables – et on peut éventuellement guider le forum vers un échec total et provoquer un manque d’intérêt de la part du public. Il s’agit de la  » victoire ultime  » car le forum n’est plus intéressant aux yeux du public et n’est plus utile pour maintenir leurs libertés. En fonction du niveau de contrôle que vous possédez, vous pouvez délibérément mener le forum vers la défaite en censurant les posts, en supprimant les membres, en floodant ou en mettant accidentellement le forum hors ligne. Grâce à cette méthode, le forum peut être rapidement tué. Cependant, il n’est pas toujours forcément intéressant de tuer un forum, car il peut être converti en une sorte de  » pot de miel  » pour centraliser et mal orienter les nouveaux et donc les utiliser pour vos besoins, sous votre contrôle.

        CONCLUSION
        Souvenez-vous bien que ces techniques ne sont efficaces que si les participants du forum NE LES CONNAISSENT PAS. Une fois qu’ils ont été mis au courant, l’opération peut complètement échouer et le forum va devenir incontrôlable. À ce moment, d’autres alternatives doivent être considérées, comme initier un faux problème juridique pour simplement faire fermer le forum et le mettre hors ligne. Cela n’est pas désirable, car cela empêche les agences du maintien de l’ordre de surveiller le pourcentage de la population qui s’oppose toujours au contrôle. Bien d’autres techniques peuvent être utilisées et développées et, au fur et à mesure que vous développez de nouvelles techniques d’infiltration et de contrôle, il est impératif de les partager avec le QG. »

  8. Quand à l’argument le prix des carburants à moins d’un euro? La bonne blague. la ressource serait soumise au lois d’offre et demande. Alors pourquoi vendre quelque chose 1 euros quand on peu le vendre 2 euros.
    Vraiment du foutage de gueule.

  9. 84% de l’électricité mondiale n’est pas produite par l’énergie nucléaire : http://nucleaire.cea.fr/fr/repere/img/ch3c.gif

    Les solutions pour produire de l’énergie électriques sans charbon, gaz ou atome sont nombreuses : « centrales solaires à concentration » (CSP) http://www.universcience.fr/fr/science-actualites/enquete-as/wl/1248100300723/energie-exploiter-le-soleil-du-desert/

    les centrales hydro-électriques sous-marines : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_hydro%C3%A9lectrique#Les_centrales_maritimes

    L’éolien, terrestre mais aussi offshore…

    En fait, il suffit de commencer, s’y mettre, en arrêtant de se planquer derrière son petit doigt avec des « oui, mais, cela sera-t-il suffisant pour 65 millions de personnes », etc…

    Avec imposition aux constructeurs d’optimiser la consommation électrique des appareils, subventionner les chauffages non-électriques, non consommateurs d’énergie fossile (filières bois, incinérations de déchêts, solaire individuel, etc…)

    Conjuguer toutes les filières de production électrique « vertes », les améliorer, semble une piste tout à fait sensée : création d’emplois, développement de nouvelles activités, baisse de la pollution, augmentation du pouvoir d’achat des populations…

    Ce qui est d’ailleurs préconisé par l’OFCE dans le cadre de la « lutte contre la crise économique européenne » : faire un grand chantier européen pour les énergies renouvelables « vertes » et « durable » (pas le nucléaire, qui n’est pas durable) : au lieu d’injecter des centaines de milliards dans les banques et demander de l’austérité qui tue l’économie, injecter des centaines de milliards pour des « chantiers géants » de production d’énergie renouvelable.

    Ce serait chouette.

    Mais au lieu de cette solution évidente, en accord avec les enjeux environnementaux, sociaux, économiques, de notre époque, il y aura un débat sur les gaz de schiste. Et bien entendu, les « experts » expliqueront qu’on « peut tout faire en même temps (gaz et énergies vertes) ».

    C’est triste, non ?

    1. Y a même pire !!! On nous « achète » en nous disant que les gaz et huile de schiste vont financer la transition, hahahahhah et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu !!!
      Aller, JM Ayrault ce matin sur BFM nous dit que si c’est propre on le fera, à force de nous le dire c’est bien qu’ils ont une idée derrière la tête et une méthode soit disant plus propre sous le coude…
      http://www.romandie.com/news/n/_Pour_Jean_Marc_Ayrault_le_debat_sur_le_gaz_de_schiste_n_est_pas_tranche64220820121058.asp?
      http://www.france24.com/fr/20120822-jean-marc-ayrault-le-debat-le-gaz-schiste-nest-pas-tranche
      http://www.rmc.fr/editorial/292342/les-gaz-de-schiste-au-menu-de-la-conference-environnementale/
      http://podcast.rmc.fr/channel38/20120822_invitebourdin_0.mp3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *