Thierry Breton, nous avons une idée pour Atos et ses lanceurs d’alerte

Reflets souhaite modestement s’inviter dans le débat malheureusement un peu confidentiel qui s’est engagé entre Atos et la Lettre A. Cette dernière a publié des articles critiquant le manque de protection des lanceurs d’alerte au
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

9 thoughts on “Thierry Breton, nous avons une idée pour Atos et ses lanceurs d’alerte”

  1. Excellent, tant sur la forme que sur le fond, comme d’habitude.
    Juste pour améliorer la lecture:
    Toutefois, les mauvais coucheurs risque -> Toutefois, les mauvais coucheurs risquent
    l’entreprise qu »il avait -> l’entreprise qu’il avait

    1. On peut aussi apprécier son éthique en lisant les vieux cables de wikileaks.

      Exemple :  » « I privatize everything I can, » he explained.  »
       » Breton noted, however, contrary to the common
      perception in the U.S., it is no more difficult to fire
      employees in France than in the U.S. In fact, recalling his
      time as head of Thomson when he needed to close several
      factories in the U.S., Breton explained that when unions are
      involved, firing people in the U.S. was even more difficult
      and time consuming than in France.  »

      https://wikileaks.org/plusd/cables/05PARIS5301_a.html

      Ou encore : « Reforms, he said were necessary, particularly tax
      reform. The ISF (the Wealth Tax on all capital and real
      property), he said was the most urgent item in need of
      reform. He called the tax « stupid » and a barrier to
      increasing investment in France.  »

      https://wikileaks.org/plusd/cables/05PARIS5232_a.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *