Terrorisme : Valls et ses amis comptent sur votre tendance à la mémoire courte

Comment ? Il ne faudrait pas tout faire pour lutter contre les terroristes qui ont fauché autant de vies innocentes cette année en France ? Comment peut-on critiquer le Loi sur le renseignement, qui permettra
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

24 thoughts on “Terrorisme : Valls et ses amis comptent sur votre tendance à la mémoire courte”

  1. C’ est la technique du pied dans la porte. On profite d’une brèche d’émotion pour faire avaler n’importe quoi. Les gens sont nombrilistes et réagissent sur les reseaux sociaux. les infos du 20h sont comme le fast food, du tout prêt à digerer….

  2. Je partage tout a fait ton avis sur ce qu’il en faut pas faire pour luter contre le terrorisme.
    Néanmoins, les technologies de communication n’étaient pas celles qu’elle sont aujourd’hui. Et-ce que cela ne change pas les choses, vis a vis des mouvements terroristes que tu as cité ?

      1. En effet, mais une communication actuelle est bien plus volatile qu’auparavant non ?

        La trace laissé par l’envoie de ce message restera combien de temps, et combien de temps sera-il possible de voir que j’ai laissé un message ici (sans parler du contenu).

        1. Non, c’est précisément l’inverse, les communications actuelles laissent infiniment plus de traces durables qu’auparavant.
          J’ai connu le temps des publiphones à pièces, le temps où on appelais un bar pour parler à « jojo au flipper », le temps sans caméras de vidéo surveillance omniprésentes dans la rue, les transports, la moindre boutique.

          A cette époque, on me faisait peur avec l’URSS (KGB) et la RDA (Stasi), en me parlant de l’insupportable poids qui pesait sur ces populations sous surveillance perpétuelle, où le moindre écart de conduite ou de pensée était très sévèrement puni.

          On me rassurait alors en me disant que nous avions de la chance, nous ne craignions rien, nous étions dans le « monde libre ».

          1. Sauf qu’a ce moment, tu ne pouvais pas déclencher une bombe a partir de n’importe quel endroit, avec un téléphone portable, par exemple.
            Les traces, oui, mais quelles traces chercher parmi les milliards de communications, et sous quels délais ?
            En plus de ça, comment tu peux savoir ce que j’ai envoyer ici, a supposer que ce soit un message privé ? Il n’y a rien que le stockage qui se fait sur ce serveur, et les trames qui ont transités. Il faudrait lire tous les paquets pour savoir que mon message était un message à surveiller ?

            Encore une fois, ce n’est pas pour critiquer, mais plus pour analyser comment on peut faire pour assurer sureté (qu’on assimile trop a sécurité), et vie privée.

          2. Réponse à Beanux mais pas de bouton répondre sous son commentaire :
            heeeuuuuu « déclencher une bombe à partir de n’importe quel endroit avec un téléphone portable »
            => Tu sais de quand date l’utilisation des signaux radio ??? et je te garanti qu’une émission d’un signal radio bien choisi laissera infiniment moins de trace qu’une com passant par les réseaux 3/4G, ca pourra se faire de très, très loin et ne sera pas plus compliqué à mettre en oeuvre…

          3. Réponse a Pierrot, manque du bouton.

            Pour les ondes radios, ça demande les compétences en électronique, et bien plus que juste remplacer le vibreur/batterie de ton téléphone.
            Et la réception de très loin, j’ai de gros doute, ok, la radio grande onde toussa, mais ton antenne sur ta bombe, ta certitude de réception et d’absence de brouillage quelconque par des structures métalliques etc.

            Non, non artisanalement parlant, le téléphone, c’est moins cher, plus simple, plus fiable, et plus facile d’accès.

          4. On est d’accord, ça demande un minimum de compétence, mais il fut un temps c’était une des technique utilisée (et effectivement j’ai pensé au grandes ondes, mais on a pas vraiment besoin d’être si loin non plus), m

      2. Après réflexion, et pour répondre au dernier titre: « Avec quelles armes lutte-t-on contre le terrorisme ? ».

        Déjà, doit-on lutter contre le terrorisme, ou le prévenir (empêcher les gens de devenir terroristes)?
        N’est-il pas déjà trop tard une fois qu’ils se sont radicalisé ?
        Doit-on se radicaliser contre des gens qui se radicalisent ?
        Pourquoi les gens se radicalisent ?
        Que revendiquent-ils ?
        Si il ne revendiquent rien n’y a-t’il pas des revendications cachés inconscientes ? On ne s’intéresse pas au mouvement juste parce qu’il promet 72 vierges au ciel ….

        ça rentre un peu dans le thème de « comprendre, c’est excuser » de Valls.

      1. Donc il faut cibler tous les explosifs et les moyens de les produire ?
        C’est « impossible », charbon, sucre, désherbant et c’est parti.

        De toute façon, plutôt que la lutte, il faut essayer de partir sur la prévention, comprendre et prévenir les gens de se radicaliser.

  3. De ce que j’ai lu les principales mesures du texte sont *en cas d’état d’urgence* :
    – possibilité pour les policiers d’utiliser leur arme hors temps de service (avec irresponsabilité pénale)
    – assouplissement des contraintes de perquisition / fouilles
    – retenue possible de 4h sans garde à vue

    Bref : plus de pouvoirs pour la police. Tout cela peut se discuter, on peut en effet penser que l’essentiel était déjà possible, et que ce n’est qu’une loi « médiatique ». On peut aussi penser que le boulot « humain » et les moyens humains sont plus importants que ces extensions de pouvoir.

    Mais je ne vois pas le rapport logique entre tout ça et les assertions comme « La Démocratie cesse-t-elle d’être la Démocratie lorsqu’elle utilise les mêmes armes que ceux qui veulent la détruire ? » ou « En l’état actuel du texte, la France peut basculer dans la dictature en une semaine. »…

  4. Au milieu de tout de bazar, la réaction de nos élites, dites « socialistes » à l’apparition des étudiants sur les sujets récents est assez intéressante : oui, ces jeunes cons ont la même réaction que les vieux barbus de Reflets, de LQDN et autres groupes de gus dans des garages.

    Comme le dit très bien Kitetoa, le roi est nu et les enfants n’ont aucun problème à dire à voix haute qu’ils se font mener en bateau. Cambadelis sait à quel point ils sont réfractaires à la novlangue (a propos, pas trop la honte, l’ancien, d’avoir retourné ta veste ?).

    Serions-nous en route pour un nouvel an 1968 ? Sauf qu’avec des Valls et autres Cazeneuve, cela va devenir sanglant. Que pensent-ils raconter aux parents de ces mômes, lorsqu’ils vont les tuer au non de rien ?

  5. « La planque de Salah Abdeslam n’aura été découverte que grâce au coup de téléphone d’un de ses amis. Tout comme celle d’Abdelhamid Abaaoud, tué le 18 novembre à Saint-Denis lors d’un assaut du RAID, avait été révélée aux enquêteurs français par une jeune femme proche de sa cousine, Hasna Aït Boulahcen. Les deux principaux fugitifs des attentats du 13 novembre n’auront été localisés que grâce à des témoignages spontanés. Un symptôme des limites des services de renseignement français et belges. » – LeMonde.fr
    Mais non, mettons des boires noires chez les opérateurs pour arrêter les terroristes.

  6. A lire, la série d’enquêtes édifiantes de Médiapart sur les armes des Kouachi/Coulibaly. Vendues par un ex-mercenaire, militant d’extrême droite, et par ailleurs informateur de la gendarmerie. Armes achetées « neutralisées » et facilement remises en état de fonctionnement, à la faveur de législations très permissives dans certains pays européens. Et le peu d’intérêt qu’ont eu les enquêteurs pour remonter la filière.

    Si seulement une fraction de l’énergie qu’ont mis « nos » politiques pour contrôler internet l’avait été pour contrôler le marché (légal) des armes, on aurait un peu avancé..

  7. Pour lutter contre le terrorisme, il faudrait cesser de le soutenir en Syrie, comme la France l’a fait pendant 5 années, en appuyant le groupe d’Al Nusra (branche terroriste syrienne d’Al Qaïda) que l’alors ministre Fabius avait félicité parce qu’il faisait du « bon boulot »!!! Ces prétendus rebelles modérés n’ont jamais, au grand jamais combattu pour installer la démocratie en Syrie comme notre gouvernement et nos medias ont voulu nous en convaincre. Depuis 2011, l’objectif de ce groupe terroriste et de celui qui est venu le « remplacer » en juillet 2013 (l’état islamique d’Irak et du Levant ou Daesch) a toujours été de transformer un pays laïque où la liberté d’expression religieuse était exemplaire en un pays où règnerait l’Islam wahhabite radical comme en Arabie Saoudite, allié de la France…. Pour des raisons d’ordre économique, la France est otage de ce pays obscurantiste et des pays du Golfe en général dont les tyrans luttent contre la Syrie pour des intérêts essentiellement géopolitiques et économiques encore plus que religieux, comme on voudrait nous faire croire.

    Comment nottre pays peut-il donc lutter contre le terrorisme alors que ces pays (alliés) le financent?

    En faisant le grand écart.
    Une politique d’échec qui a abouti aux attaques terroristes de Paris. De quelle manière?
    D’une part, la France n’avait pas réussi à convaincre ses alliés occidentaux de bombarder Damas en septembre 2013 (trahissant ainsi l’attente des prétendus révolutionnaires, en fait des terroristes islamiques qui réclamaient une telle ingérence afin de leur prêter main forte pour s’emparer du pouvoir syrien) et d’autre part, notre pays s’est vue « obligé » (subissant différentes pressions) de participer à la coalition internationale contre l’EI et donc de bombarder de temps à autre les repères de ces groupes djihadistes. Du point de vue terroriste, une double trahison dont ils se sont vengés. Et effectivement, cela risque de ne pas être fini.

  8. Plutôt d’accord en général, mais il y a dans l’article une grosse hypocrisie :

    « Disposions-nous des « boites noires », des systèmes d’écoute sophistiqués, des IMSI catchers, pour lutter contre elle ? Cela a-t-il empêché la Démocratie de prendre le dessus ?
    (…)
    Surprise ? Ces terroristes ne sont plus actifs, une partie d’entre eux sont sous les verrous ou viennent de sortir de prison après de longues années de détention. »

    Internet et les moyens de communication actuels n’existaient pas lors des guerres et des action terroristes précédentes, cet argument n’a donc pas de sens. Il est logique et légitime que l’État évolue, comme les criminels et terroristes, avec les moyens technologiques (ça ne signifie pas que toutes les mesures liberticides doivent être prises sans recul, la question est à étudier pour chaque mesure spécifique).

    « Le terrorisme n’a pas de bord politique ou idéologique. C’est une façon de combattre un pouvoir en place. »

    Ceci est bien entendu complètement faux. Les terroristes agissent toujours dans une optique idéologique, pour défendre une cause spécifique, dont la légitimité varie grandement en fonction des cas.

  9. La démocratie suppose au préalable le respect du Peuple et non d’une partie. Comment respecter la démocratie quand on ne représente de moins de 20% du Peuple (et 12% pour les dernières partielles)?
    N’utilisez pas de grands mots pour vos sombres desseins. Soyez au niveaux de vos desseins, sombres et ternes.
    La brillance n’est pas pour vous. Laissez la au Peuple que vous êtes indignes de conduire ….

    http://wp.me/p4Im0Q-ZW

  10. Mouais… Je suis plutôt d’accord sur l’inefficacité des lois et de la surveillance de masse mais c’est parce qu’ils sont mal utilisés (surveillance de masse au lieu de cibler les terroristes).
    Dire que le terrorisme a toujours existé et que le risque zéro n’existe pas, certes c’est vrai mais ça ne fait pas avancer le débat.

    Ça revient à dire que si on ne fait rien les terroristes finiront par mourir de mort naturelle.
    C’est sûr, mais c’est pas une solution à mon avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *