Surprise : La Tunisie utilisait des technologies Françaises pour espionner sa population

Dans la suite du long épisode (qui est loin d’être terminé) sur les technologies de surveillance utilisées par les Etats, Reflets, qui sait avoir une longueur d’avance, révèle depuis quelques semaines la possibilité (une formulation journalistique) de l’utilisation d’une ou de plusieurs installation Amesys pour écouter la population Française en redirigeant vers des législations peu regardantes (comme la Libye de Kadhafi) une partie du trafic internet du pays des Droits de l’Homme et du fromage.

C’est le dernier épisode en date – ponctué par un coup d’éclat dont Wikileaks a le secret – d’une très longue investigation qui remonte à plus d’un an. Les nostalgiques pourront jeter un oeil a ces entretiens télévisés, qui datent d’avant le printemps arabe, à l’époque où les marchands d’armes numériques avait le courage (ou l’inconscience) de venir échanger avec les membres de Reflets sur un plateau TV (ici et ici).

Aujourd’hui, après Reflets, Owni, ou le Wall Street Journal, c’est Wikileaks qui publie une série impressionnante de documents, brochures et présentations habituellement destinées au petit cercle de l’armement numérique.

Parmi ces documents, l’un d’eux, relevé par un TnTweeple, prouve ce que tous ceux qui s’intéressent au sujet et à la Tunisie soupçonnaient depuis longtemps : la présence de technologies Amesys/Bull en Tunisie, surveillant à peu près tout ce qui bouge, en particulier dans le milieu des affaires et de la finance. Rassurez vous, les personnalités politiques, les blogueurs et le monde des avocats ne sont pas oubliés.

Edit : On nous souffle dans l’oreillette que la présence d’emails tunisiens écoutés dans les manuels Amesys ne signifie pas forcément que la Tunisie ait utilisé des technologies Amesys. Ce qui nous fait dire deux choses :

  • Il n’y a personne qui travaille au service de la com’ de Bull et Amesys ? Pour une fois qu’ils ne seraient pas présent dans une « démocratie » du genre de celle de Ben Ali, pourquoi ne pas venir démentir ?
  • Si la Tunisie n’a pas fait appel au savoir faire d’Amesys, c’est encore plus intéressant.

Edit 2 : On nous souffle dans l’oreillette que finalement, si… Amesys pourrait bien faire aussi des affaires en Tunisie. Mais pas forcément sur de l’écoute réseaux comme elle avait si bien su le faire en Libye, au Qatar, au Maroc ou ailleurs. A suivre… 

Le sens des affaires affuté de la famille Trabelsi se dotait ainsi d’un atout supplémentaire : pouvoir cibler au mieux ses proies. On est d’autant plus efficace dans une négociation qu’on connait le compte bancaire de son interlocuteur et son bilan comptable aussi bien que lui. Accessoirement, on évitera au passage d’aller perdre son temps à racketter une entreprise déficitaire qui s’avèrerait, même si on la vole, une mauvaise affaire.

Mais au delà des capacités des logiciels développés par Bull et destinés à surveiller la population, du simple échange de mail en passant par les comptes bancaires, les conversations téléphonique ou les chats, le fait que le manuel du logiciel en question ait été réalisé à l’aide d’exemples de surveillance d’employés de la Banque Internationale Arabe de Tunisie révèle que le pays qui a initié le printemps arabe a probablement été le premier à faire l’objet de l’installation de telles technologies.

Trois millions d’internautes, le taux de pénétration d’internet le plus élevé du continent Africain, la Tunisie est, pour une nation comme la France, une étape clé dans la mise au point de l’internet civilisé. L’étape ultime permettant non seulement de résoudre les nombreux bugs d’une technologie de pointe pas encore au point, et une dimension qui permet par la suite d’appliquer tout cela à un pays plus grand. Disons 10 fois plus grand, en terme de nombre d’internautes, comme… La France.

Twitter Facebook Google Plus email


8 thoughts on “Surprise : La Tunisie utilisait des technologies Françaises pour espionner sa population”

  1. m’enfin !
    faut bien qu’ils testent leurs outils les pauvres. imaginez ça marche pas en France, ça plante les DNS, les FAI sont pas d’accord, toussa…
    faut bien trouver un pays qui accepte ! (ou pas)

    moi je dis, faites encore des tests dans deux ou trois pays avant de venir nous chi.. présenter votre technologie :)

  2. Je viens de voir l’article dans 20minutes.
    C’est plus que soft («on a livré du matériel, on ne savait pas ce qu’ils allaient en faire»). À lire l’article, on a l’impression qu’un standard téléphonique tout à fait classique a été livré. Encore un article qui manie le mensonge le plus redoutable: le mensonge par omission.

    Les commentaires ont l’air écrit par un service de comm’ qui noie le poisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *