SOS Racisme plaide pour un régime Orwellien

Renforcer l’arsenal juridique contre internet, « principal outil de la diffusion de la haine raciale », pour Cindy Léoni, « il y a urgence à y mettre un coup d’arrêt ».

Le moins que l’on puisse dire c’est que la première sortie médiatique de la toute nouvelle présidente de SOS Racisme, dont le fondateur vient d’être nommé (à défaut d’être « élu » démocratiquement) à la tête du Parti Socialiste, est une catastrophe.

(intégralité de la vidéo ici)

Comme il est permis de douter que cette idée brillante sorte de ce qui lui sert de cerveau, il est – du même coup – permis d’avoir très peur de ce que nous réserve le nouveau pouvoir en place en matière de contrôle social et de mise sous surveillance de l’internet Français.

Dura Lex, Sed Lex

Initié dans un grand élan populaire dans les années 80 (full disclosure, j’étais à l’époque à fond là dedans), SOS Racisme a rapidement dégénéré en poussant le pouvoir en place vers une solution législative au problème du racisme. Solution qui s’est rapidement retrouvé être la seule et unique approche proposée par l’organisation.

Testing, et punition des contrevenants. De l’entrée de boites de nuits à l’envoi de candidatures à des offres d’emploi, la présidente de SOS Racisme convient elle même que les résultats font peur. A croire que la méthode est parfaitement innefficace pour lutter contre le racisme. Pourtant, il n’est nullement question de la remettre en cause, bien au contraire, SOS Racisme lance carrément un appel au gouvernement afin d’étendre l’arsenal juridique anti racisme Français à internet, afin d’y faire appliquer, par exemple, la loi Gayssot.

Surveiller (et bannir ?)

Par chance (pour Cindy), la méthode qui consiste à « surveiller et punir » se décline fort bien sur internet. Autre chance (toujours pour Cindy), les technologies qui permettent cela sont l’un des points forts de l’économie numérique Française. Elles ont été testées et approuvées par Ben Ali, Kadhafi et sont en cours d’installation chez Mohamed VI et dans de nombreux autres pays « amis de la France ». Tout va bien pour Cindy, ou presque. Elle oublie juste un détail : ces contrées sont loin d’être des démocraties. On y nomme les dirigeants plutôt que de les élire (comme Harlem Désir, en pratique… comme quoi…).

Autant il est permis de trouver des excuses aux ainés de Cindy – trop vieux pour comprendre internet – autant Cindy est absolument inexcusable. En plaidant pour l’instauration d’un Big Brother en charge de traquer sur internet les propos racistes, ce n’est ni plus ni moins la surveillance généralisée du peuple Français que Cindy préconise. Elle ne s’en rend peut être pas compte, mais est-ce une excuse pour autant ?

La surveillance de l’internet, si l’on s’en réfère aux propos de Cindy Léoni, est déjà l’une des missions dont s’est saisi SOS Racisme. Mais voilà : la tache est « titanesque », et comme le souligne pernicieusement le journaliste qui l’interroge, il est impossible de faire cela « à la main ». Cindy en convient, et en rajoute une couche : même en s’appuyant sur un vaste réseau de dénonciateurs (une tradition Française), pas moyen d’en venir à bout.

Que Cindy se rassure : la France, dans sa bienveillance, a su mettre au point des technologies suceptibles de surveiller une nation toute entière et de traquer sans répis les dissidents. Pétain en a rêvé, Amesys l’a fait. Peut importe que ceux-ci soient des opposants Lybiens sous Kadhafi, des militants des droits de l’homme Tunisiens sous Ben Ali ou des racistes Français sous Hollande, tout cela n’est qu’une question de paramétrage.

Evidemment, on sera invité à demander des comptes à SOS Racisme au cas – tellement improbable – où ceux contre lesquels elle lutte arriveraient au pouvoir en France, et modifieraient quelque peu le paramétrage du Big Brother voulu par SOS Racisme afin de surveiller autre chose.

Merci Cindy. Le Changement, c’est violent. Ceci dit, plus de doute, c’est maintenant.

1984, avec trois décennies de retard.

Rassurons nous, le réseau internet Français n’est pas encore prêt à être mis intégralement sous écoute. Il faudra pour cela en modifier de façon significativement l’architecture. C’est d’ailleurs le sens de la proposition 25 du rapport Bockel – signe que la remarque de Cindy s’inscrit dans une certaine cohérence en matière de politique du cyberespace national.

Une fois ces rectifications faites et les recommandations de Jean-Marie Bockel mises en application, on pourra enfin mettre la totalité de population française sous écoute, afin de traquer tout propos raciste en vu de le sanctionner. Pas d’affolement, étant donné la quantité d’infractions anticipée, le plus simple sera d’adjoindre à la surveillance un brin de censure – ce que préconise et met en œuvre dès à présent SOS Racisme. Ca tombe bien, ces technologies – surveillance et censure – sont faites pour fonctionner ensemble. Ca n’a donné aucun résultat probant jusqu’ici, raison de plus pour continuer dans le cyberespace, non ?

S’attaquer au racisme comme on fait le ménage : en mettant la poussière sous le tapis et en espérant que cela passera inaperçu ? On fait ça depuis trente ans, et ça commence à se voir.

Peut-être est il temps d’innover ?

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Fabrice Epelboin

Ancien directeur de publication de ReadWriteWeb France, cofondateur de plein de trucs, e-guerillero fi Tounes, spécialiste intergalactique de l'infowar, réincaranation de Nostradamus tous les 26 du mois par temps agité à très agité.


99 thoughts on “SOS Racisme plaide pour un régime Orwellien”

  1. Merci à Reflets de renouer avec l’info politique de première main et l’analyse acérée. Par contre, j’avais envie de dire, s’il y a un endroit au monde où l’on peut surveiller TOUT LE MONDE, c’est bien le réseau en général, et Internet en particulier.
    Jusqu’ici, ça n’à servi qu’à vendre de la lessive (et autres). J’avoue que ça doit titiller plus d’un décideur de s’en servir autrement.
    Enfin, je me suis mis à penser que le réseau étant une création américaine, il ont déjà une vue globale de tout ce qui s’y passe, à défaut d’avoir les moyens de tout surveiller – mais ça, ça risque de changer. J’ai raison, docteur, ou c’est ma conspirationnite qui reprend?

      1. Ce que je veux dire, c’est que le gars qui se débrouille pour acheter une AK-47, en général ça n’est pas pour tirer des pigeons en plâtre dans son jardin.
        Juste on est déjà peut-être dans un régime orwellien. Vous êtes bien placés pour le savoir, qui avez dévoilé les tractations d’Amesys autour du monde. C’est pour ça que je pose la question ici. Parce que je sais qu’il y a des gens qui s’y connaissent mieux que moi qui passent dans le coin. Je suis en mesure d’accepter que j’ai tort, ce qui fait que je ne suis pas un troll flooder de base… oh wait

          1. Tu veux ça???

            Recommandation n°25 : Réduire le nombre de passerelles entre les réseaux et l’Internet et introduire un système de surveillance des flux permettant de déceler les attaques informatiques, agréé par l’ANSSI et favoriser le groupement d’opérateurs d’importance vitale autour de système de détection partagés opérationnels 24/24

            Et les 35 à 44??????

            http://www.senat.fr/rap/r11-681/r11-681_mono.html#toc210

          2. Add on :

            et les 35 à 44 soulèvent des points extrêmement importants et non dictés par des considérations numériques

            Une autre fois…

          3. Fabrice, on 25 septembre 2012 at 9 h 57 min

            Après plus mure réflexion sur ce que tu as écris, je ne suis pas certain que tu es si bien compris que ça, en fait, notamment me concernant, ou par ailleurs concernant ce De Gaulle… :)

          4. On parlera peut être de tout ça un jour qui sait, cher Sir Fabrice de Epelboin.

            Je suis d’accord avec ce qu’il y a en filigrane de ce que tu viens d’écrire, d’autant plus que nous sommes en 2012 et que ces manières de penser et de faire sont totalement anachroniques.

            Nous sommes là au coeur d’un problème franco-français très très épineux.

            Bien à toi, Sir.

      2. Le réseau a beau être décentré, il passe en France quand même quasi exclusivement par une poignée de Fournisseur d’Accès à Internet. L’histoire nous montre que l’état n’a aucun scrupule pour faire levier sur ce point. Tant que certains FAI résistent à la pression, tout va bien.

        Combien de temps tiendront-ils ?

        1. Pour l’instant, l’architecture du réseau n’est pas du tout propice à la mise en place d’écoute globale, d’où la remarque sur la proposition 25 du rapport Bockel qui transformerait cette architecture afin de rendre ça possible (à moins qu ece ne soit qu’une troublante coincidence combinée à l’esprit tordu qui caractérise Reflets, mais en même temps, on en connait un rayon question surveillance de masse).

          1. « (à moins qu ece ne soit qu’une troublante coincidence combinée à l’esprit tordu qui caractérise Reflets, mais en même temps, on en connait un rayon question surveillance de masse) » bienvenue dans le mythe de la Caverne IRL

  2. Que du bonheur Reflets aujourd’hui! :)
    Mon coeur bat fort :)

    Question subsidiaire à la question conclusion, question pénible pour certains peut être, mais bon, les bonnes questions, c’est légitime :

    cette « individu » (???) a t’elle été victime de discrimination lors de sa nomination?

    Positive hein la discrimination, positivons, positivons :

    elle est en effet d’origine sénégalaise et israélienne.
    (dixit wikipedia my love : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cindy_Leoni)

    Je laisse chaque citoyen français répondre à cette question ouverte, comme il se doit en démocratie, ou en république, enfin, en France parait il :)

          1. Je n’ai pas compris de prime abord votre commentaire, puis je me suis relu.
            Oups, lapsus, diantre damned :)
            Je me demande bien ce qui a activé ce lapsus dans mes petites synapses.

            Avec mes plus plates excuses cela va de soi, et sans rancune j’espère…

  3. Vous leur avez envoyé l’article ^^ ?

    Ils retombent en effet dans l’un des pire travers de leurs opposants : ignorer et même, faire disparaître l’histoire. En voulant effacer ce qui a été dit.
    Ben oui, c’est le présent qui qui finit par devenir l’histoire, logique, hein ? Sauf s’il y a quelqu’un pour y appliquer un petit filtre :-/

  4. Merci ça fait du bien de lire cela j’en était même arrivé à la conclusion que l’info ne vous était pas parvenue :(

    Maintenant toutes ces associations (SOS-racisme mrap cran j’en passe etc…) sont devenues des embryons (qui s’est déja bien developpé avec cindy, on en voit les cornes ;) ) de danger. A quand un SOS-la-dictature-du-bin-pensant-devient-la-dictature-tout-court ou un Mouvement-contre-le-rapt-de-mes-Actions-Privées?

          1. Bien possible que je me sois mélangé les pinceaux dans la tête avec le cas google suggest, dans la même « lignée idéologique »…

            En tout cas oui, Licra, comme Mrap ou SoSRaces en sont de tous ces merveilleux projets…

            Et :( Comme tu dis!

            Le truc le plus énorme dans le genre « protéger les citoyens contre les racismes », ça me semble être Indect/01012014. Mais je suis cela un peu trop à la va vite entre mille machins, Manach lui par contre doit savoir dire très clairement quel est LE monstre le plus près grand et menaçant sur nos terres.

            Quelqu’un avait synthétisé après étude un peu poussée du projet indect.eu un truc rapide, posé là :
            http://www.numerama.com/f/120321_2-t-anonymous-appelle-a-manifester-le-28-juillet-contre-indect-le-mega-e.html

          2. La licra ca m’aurait étonné aussi… Concernant le mrap je les range tous dans le même sac peut etre parce que je ne les connais pas assez pour les differencier. Toutes elles jouent sur la culpabilisation et c’est insupportable. Si elles ont pu avoir une utilité à leurs créations, elles appliquent les mêmes méthodes qu’il y a 40 ans pour des problèmes fondamentalement differents, serieux on dirait des politiques.. Oh wait, en fait c’est tout à fait ça.

          3. Tout, et plus, est sur « leurs » machines :)

            Gaffe, ça va taper très haut chez les « malsains » en « pleines collusions », et « ils » ont détruit « socialement » bien des gens.

            Se border est possible.
            Mais il faut dépasser le hackerisme, et se rapprocher de forces et projets IRL qui sont convergents.

          4. (suite) Ce simple article est « courageux » étant donné les puissances politiques et les sommes en jeu.

            J’ai assisté à un truc Sos Racisme il y a « quelques temps » : ont parlé en tribune Joffrin, BHL, Mélenchon (!), Guigou, xyz…

          5. Mais non voyons Fabrice et 4K :)

            Heureusement d’ailleurs, car le FN (ou E&R…!), c’est pas ma tasse de thé non plus, très loin de là!

            On parlera de tout ça pardon toussa si un jour par exemple Reflets/Reflets fait une fête et que j’ai l’honneur d’être invité à passer, enfin, sauf si on est trop bourrés pour parler de quoi que ce soit de sérieux, je suis hyper-réactif aux psychotropes ;-)

            Bonne ap midi à la compagnie

          6. Laisse tomber « la fête » cher Sir Fabrice de Epelboin, c’était un private joke pour quelqu’un qui lit peut être :)

          1. Fabrice, je repensais à ton histoire rocambolesque :) Si tu as besoin d’un petit coup de main, par exemple pour préparer des questions, tu as mon email.

            Ps. Si ta maman au MRAP (???) arrive à te décrocher cet entretien, tu ne vas louper google suggest en tout cas, j’en mets ma main au feu

            Ps2. Tu devrais faire filmer cette rencontre, ça te rendra riche et célèbre et… « ciblé » si tu poses les bonnes questions – héhé

  5. Je ne comprends pas bien le passage sur le testing. Tester IRL et en anonyme des employeurs et des bailleurs, ça permet de manière tout à fait circonstanciée de démasquer des gens qui barrent le passage à l’emploi et au logement aux « trop arabes », aux « trop noirs » et aux « trop musuls ». Je dirais même qu’il n’y a pas assez de testing et que ça ne soit pas fait par des assermentés, de façon que derrière ça charcle et que les contrevenants soient punis (chuis un salaud de bobo bien pensant hmmm ? :). A ma connaissance ça n’a pas grand chose à voir avec Internet, et je ne vois pas le lien que tu fais avec les vraies conneries que Cindy Leoni propose pour nettoyer automatiquement (vraiment ? LOL) le web, les forums, les réseaux sociaux…
    ‘Fin bref, j’ai peut-être mal lu ?

    1. Le soucis, c’est quand tu applique le testing en masse à internet, tu ne crois pas. Parce que là, Cindy, elle ne parle pas du tout de tester des discrimination, mais bel et bien de lutter contre l’expression de propos racistes.

      Par ailleurs, si tu regarde l’intervention de Cindy, elle admet elle même que les résultats de décenies de campagnes de testing n’ont donné aucun résultat… Du coup, on peut tout de même légitimement se demander si ça sert à quelque chose, non ?

      1. Attends, pour le « en masse à internet » je suis 100% d’accord avec toi. Mais je ne pense pas que ce soit du testing, qui est une démarche ciblée, genre on va tester la boîte de nuit connue pour filtrer les bronzés, ou l’entreprise dont le DRH ne pose de RdV qu’aux gaulois-Dupont-Durand. Ca existe ça, et certains ont déjà dû s’expliquer en justice pour ce genre de faits non ?
        Pareil pour leur réseau de dénonciateurs, c’est pas non plus du testing, et là aussi je suis d’accord avec toi moralement c’est « questionable » comme disent les rosbifs, et question efficacité c’est moyen-faible.
        Après, que cette démarche ne soit pas la seule possible j’en conviens tout à fait, de même que le testing n’est pas l’apanage de SOS Racisme, et que cette asso devrait aussi se poser des questions sur certains aspects de son activité, oui, oui et re-oui ! Au final c’est tout de même pas de la faute de SOS, avec tous ses défauts et ses erreurs, si la majorité des loueurs et des sociétés privées sont des racetons de la plus vile espèce non ? :D

        1. En effet, tu as bien décrit la dérive : on commence par du testing ciblé (inefficace, mais bon, faut reconnaitre que ça injecte un peu de justice et ça fait du bien), puis la mise en place d’un réseau de dénonciateurs (on fait quoi le jour ou Marine Le Pen fait la même chose ? On lui objecte quoi comme principe moral ?) pour finir par la surveillance de masse et la censure. Une longue dérive qui a pris 30 ans.

          1. Oui. J’ai quand même du mal à croire que faire du ciblé porterait en germe cette dérive. C’est insuffisant oui, inutile j’ai du mal aussi.

    2. Et faire du testing sur sos racisme pour voir s’ils font aussi du testing sur ceux qui proposent des logements aux « musulmans seulement » ce serais une bonne idée aussi, rein que pour se marrer quand on verra le résultat sur cette assoc qui adore tant l’égalité de traitement.

  6. C’est cool ca !

    Mais quelle glorieuse idée, encore que si cela me permettait de ne pas me faire traiter de putain de francais cela m’interesse.

    Le racisme n’est pas que dans un sens (le sens le plus communément appréhendé)

    1. Des trop nombreux exemples rencontré avec SOS racisme j’ai peur que ce ne soit plus à l’ordre du jour.

      D’ailleurs pas mal d’anciens membres avaient confiés il y’a quelques années leurs doutes sur l’orientation et l’origine des directives que recevait l’association.

      Je n’ai pas accès à youtube présentement mais les vidéos et interviews sont toujours là.

    2. Ah ça suffit, hein, avec ces conneries de « racisme anti-français ».

      De ce que j’ai pu en constater, ceux qui avancent ce genre d’argument ont *systématiquement* des idées franchement nauséabondes de ce côté là, et s’en servent pour se dédouaner – « maaais d’abord, c’est eux qui font rien qu’à être racistes ! »

      Il n’y pas a faire la distinction entre « racisme anti-blanc », « racisme anti-arabes » ou autres. Il n’y a que le racisme, universellement débile.

      1. La plus pars du temps en effet les gens utilise cette argument se dédouaner.

        Maintenant que ceux qui brandissent la bannière de la lutte contre le racisme aient eux-même des critères sur ce qui est raciste et ce qui ne l’ai pas .. c’est malheureusement vrai. En tout cas je l’ai constaté par vécu.

        Maintenant c’est pas ma faute si dans les médias mainstream certains types de racismes font plus le buzz que d’autres :/

      2. C’est uniquement à cause des puants comme toi que d’autres deviennent « nauséabonds » comme tu dis si bien.

        Ce « racisme anti français » est tellement une « connerie » qu’il est bien plus répandu que ce que tu appelles les « idées nauséabondes »

        1. Je trouve l’article très pertinant. Aujourd’hui le gagne pain des médias c’est de taper sur une communauté pour occulté les probléme de la france ?

          Avec le « bug » facebook et les méchant musulman la presse en a des sujets intéressant dis donc ..

          1. Très pertinent, ben voyons ! Dénoncer le fascisme et l’extrémisme, ok sauf s’il vient de musulmans. Un très bel exemple de la conception de l’égalité d’AlKhanz et ses supporters.

          2. « Aujourd’hui le gagne pain des médias c’est de taper sur une communauté pour occulté les probléme de la france ? »

            Et bien évidement tu penses aussi que quand soso racisme tapait sur le FN dans les années 80 c’était pour la même raison je supposes.

            On peut remonter et sortir ça aux soixantehuitards : « Vous avez parlés de sujets inutiles pour occulter notre grande réussite économique ». De Gaulle y avait même pas pensé ! C’est tellement con mais ça marche tellement bien, la preuve !

  7. Bonne ? Ah ouai mais non. Je ne sais même pas si aujourd’hui SOS racisme fait encore de « bonne » chose.

    A par créer des clivages sociaux dans des quartiers. Parce qu’il y’a des critères pour être compris par certains membres de SOS racismes.

    ‘fin après avoir était emmerdé par une personne venant prôné le « touche pas à mon pote » et clairement m’entendre dire « Tu dois pas aimer assez le soleil pour être aussi blanc » j’ai du mal à croire que quelques choses de vraiment bon puissent encore sortir de cette association devenue une bureaucratie de la bonne pensé.

    N’empêche il m’avait énervé le con pour le coup !

  8. C’est tout à fait socialiste (de droite) de faire ce genre de chose. S’attaquer aux conséquences en laissant les structures, les causes toujours agir, par rétro-action aggrave ces mêmes causes. D’autant qu’en termes de liberté publique cette tentative n’apparaît pas la mieux inspirée ni la plus citoyenne…

  9. Tous les moyens semblent bons pour demander plus de contrôle des internautes. Encore une fois, une action « contre le racisme » en termes de surveillance de l’ internet aura des effets inverses. Je la trouve grave Cindy, si elle veut lutter contre le racisme, qu’elle dépense son énergie à organiser des concerts, des rencontres de quartiers, de voisinage, qu ‘elle favorise le dialogue et le partage entre les cultures, au lieu de vouloir feed les trolls qui ne manqueront d’en remettre des couches………

  10. Le sens du mot « racisme » a été bien dénaturé dernièrement. Si l’on trouve que l’Islam, ou la religion en général, est une idéologie malfaisante, on se fait traiter de raciste. Comme si la religion était inscrite dans les gènes…
    Que cet argument fallacieux soit utilisé pour réduire la liberté d’expression, c’était à prévoir. On ne peut évidemment pas compter sur l’État pour défendre cette dernière.

      1. Pour en revenir à Amesys et autres conneries de surveillance du net, vous devriez reprendre les arguments des hadopistes et les retourner contre eux. Souvenez vous : ne nous disent t’ils pas qu’empêcher le téléchargement illégal est légitime puisque après tout, dans la « vraie vie » quand vous voulez un CD vous passez par la caisse (comme nous le disent si bien les espèces de clips que l’on voit au début de chaque dvds). Eh bien le DPI, c’est comme si « dans la vraie vie » quand on parle à quelqu’un, même chez nous sans personne autour, nos paroles pouvaient être enregistrées et examinées. Autrement plus grave.

      2. Oups, je me suis trompé, enlevez s’il vous plait le message posté sous la réponse : »L’inverse est vrai également, de nombreuses personnes ne pouvant légalement affirmer leur racisme se servent de l’islamophobie comme d’un erzats politiquement correct. » Ainsi que celui ci.

        Merci

  11. Bon enfin quelqu’un qui dénonce cette association d’inutilité publique sans pouvoir être taxé de facho.

    Quoi que…vu comment Désir, sopo et consort arrivent a faire varier la notion de « fasciste », ça m’étonnerais pas, Fabrice, que vous vous retrouvez dans le sac un jour sans même vous en rendre compte.

  12. Pour en revenir à Amesys et autres conneries de surveillance du net, vous devriez reprendre les arguments des hadopistes et les retourner contre eux. Souvenez vous : ne nous disent t’ils pas qu’empêcher le téléchargement illégal est légitime puisque après tout, dans la « vraie vie » quand vous voulez un CD vous passez par la caisse (comme nous le disent si bien les espèces de clips que l’on voit au début de chaque dvds). Eh bien le DPI, c’est comme si « dans la vraie vie » quand on parle à quelqu’un, même chez nous sans personne autour, nos paroles pouvaient être enregistrées et examinées. Autrement plus grave.

  13. Juste pour faire remonter ce billet excellent de Fabrice (il y a un truc à faire avec l’interface amha, genre « billets plus anciens » en bas de home, et/ou « allongement de home page », car ils sont difficilement joignables pour le primo visiteur).

    Mozinor au meilleur de sa forme, ceux qui ne connaitraient pas encore le Caca de Désir doivent découvrir ce must :)
    http://www.dailymotion.com/video/k6a6oWzyZ8SEwG2yQkt

    Let’s lol

  14. Vraiment, à la relecture, cet article honore à la fois son auteur et la France pays des Lumières à présent éteintes et étouffées,
    mais Lumières qui doivent renaitre sous une nouvelle forme, cela va de soi, nous sommes en 2012 et en plein dans la révolution numérique comme ils disent par fainéantise les « récitants » et « dévots » :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *