Sephora, La Redoute à Roubaix ?

La grande déglingue des circuits pharmaceutiques s’est accélérée et arrive à son terme. Quelque 60 à 80% des bacs de médicaments viennent de Chine ou d’Inde. Un bateau bloqué, les Chinois qui nous font les
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

5 thoughts on “Sephora, La Redoute à Roubaix ?”

  1. Désolé Doc, j’ai du mal à vous suivre.

    Y-a-t-il un but à votre article ? Je ne le vois pas, sauf peut-être une crise de nostalgie en mode « cété mieux avant », et c’est un peu maigre.

    La seule phrase cohérente est celle de la fin : « Toute la chaîne pharmaceutique est déglinguée, les médecins ont besoin des pharmaciens, les patients de médicaments, il faut faire quelque chose ». Et cette phrase est immédiatement démolie par celle qui suit, qui nous parle de SEPHORA.

    Aller chez SEPHORA pour se fournir en médicaments, pourquoi pas, ce n’est pas le cœur du problème, quel est-il selon vous ?

    1. Le doc ne répondra pas à la question car il n’a pas accès à Reflets (trop compliqué).
      Mais pour avoir discuté de son article, je peux dire la chose suivante :

      il est plus facile de trouver des produits de beauté dans une pharmacie qu’un vaccin. Ce qui pose un petit souci parce qu’est plutôt chez Sephora que l’on va pour ça. Quand on va dans une pharmacie, on espère trouver des médicaments que l’on ne trouve plus parce que les pharmaciens ne veulent ou ne peuvent stocker. En revanche, ils ont beaucoup de place pour les produits de « parapharmacie »…

      1. Salut Antoine,

        Trop compliqué ? Il semble en effet que les modes de communications des Internautes soient devenus complexes, mauvais présage pour les autres, ça.

        En fait, j’avais deviné de quoi il retournait, sauf que ce n’était pas si limpide… Et, bien que cela ne soit pas si évident, j’essayais d’aider le Doc à améliorer sa rédaction (Un de ses articles antérieurs avait affolé les trolls).

        D’autre part, il se trouve que je vis de l’autre côté de l’atlantique, où la notion généralisée de « drug store », éventuellement traduit – ou non – dans le langage local, correspond assez exactement à sa description.
        Il y a cependant un distinguo entre les parfumeries et les pharmacies, probablement par une notion de « luxe » (pas forcément fondée sur le critère du prix). Mais je comprends que ces gens veuillent gagner leur croûte.

        « My point is » que cela ne change pas grand-chose, un pharmacien reste un pharmacien. Par contre, effectivement, le fait que les grands laboratoires médicaux fassent un lobbying forcené auprès des médecins (j’en sais quelque chose, j’en ai une à la maison), et en parallèle propulsent les prix des médicaments dans la stratosphère, ça, oui c’est un problème majeur.

  2. Comme si les bénéfices de tous les acteurs de la chaîne pharmaceutique, des médecins à l’industrie n’étaient pas déjà bien juteux il faut encore qu’ils pressent jusqu’au zeste par des économies mesquines quitte à mettre en danger les patients et oser sortir que c’est la faute à Padbol quand une couille se produira.
    Il n’y a pas moyens de court-circuiter cette bande de crevards ? Des médicaments sans brevets produits localement ? Des pharmacies responsables qui vendent autre chose que des huiles essentielles ? Des médecins indépendants des labos ?

  3. Ayant un cousin qui travaille dans la production de médicaments, je peux en effet confirmer que tout vient de chine: c est les seuls a produire les substances chimiques qui sont à la base des médicaments (autrement dit le problème n est pas seulement de ne plus avoir l usine qui fait les petites gélules à avaler mais déjà le produit pour mettre dans ladite gélule n est plus fabriqué en europe).

    En ce qui concerne les pharmacies, je serai plus partagé que l auteur. Oui les pharmaciens sont surtout des commerçants (qui a dit epicier ?). donc ils mettent en avant ce qui marge le plus. Mais n ont ils pas mangé leur pain blanc tout comme carrefour qui va se faire devorer par Amazon ? A quoi bon essayer de reguler ce qui va disparaitre alors qu il faut concentrer son energie sur ce qui va emerger ?

    N etant pas medecin et probablement naif, je suppose (et espere) que les penuries de medicaments sont sur des medicaments non vitaux: si vous ne prenez pas de vitamine D aujourd hui mais demain, ca ne change pas grand chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *