Salut à Toi ! (#Sectes politiques : the end…)

punk

Comme les commentaires d’une certaine partie de la netosphère ont afflué pour s’indigner de ces pauvres et misérables écrits traitant de la politique française, écrits qui vilipandaient les figures de la rébellion politique en carton-pâte qui sévit sur la dite sphère du « ouaibe » (commentaires plus passionnants les uns que les autres, il faut bien l’avouer) : mettons les choses au clair, et une bonne fois pour toute (non mais quand même, putain, c’est dingue ! – j’ai essayé de faire plus long et encore plus indigeste, j’ai pas réussi, NDLA)

Ici, sur ce site internet, sur Reflets, il y a plein de choses différentes. Et si tu as un bac +5 en informatique avec un beau diplôme en carton glacé (obtenu à grands coups de copiés-collés de code écrit par d’autres), diplôme que tu as offert à ta mémé (toute fière de toi) et que tu ne supportes pas que ça ne parle pas tout le temps de tes jouets préférés (les zordinateurs), c’est le même prix : C’est gratos.

Mais sache que Reflets n’est pas un mag d’informaticiens qui parle uniquement aux informaticiens. Ni un repère de spécialistes de la sécurité et de la surveillance numérique, même si ça en parle, et « pas qu’un peu bien ». Reflets c’est un site avec des types qui s’apprécient (important, crucial, vital…) et balancent ce qu’il leur plaît…de balancer. Mais ces types ont en commun quelque chose qui a dû échapper à quelques uns qui geignent à tour de bras quand on vient toucher à leurs icônes ou à leurs croyances militantes : ce sont des punks.

reynders-clebs

Ca t’en bouche un coin, hein ?

Et ouais, tu croyais qu’ils étaient morts les punks ? Qu’ils s’étaient fait bouffer par les clebs de ton voisin à qui tu rends service (au voisin, pas aux clebs) en paramétrant sa box en échange d’une gâterie de sa nièce qui fait des études de droit ? Mais non, qui que tu sois, petit gauchiste bien-pensant, vieux ou jeune, électeur de droite en pleine crise révolutionnaire ou penseur chouardien de la démocratie 2.0, les punks ne sont pas morts. Ils sont ici. Et ils te bouffent ce que que tu penses, sans même se soucier du qu’en dira-t-on… Ca t’en bouche toujours un coin ? T’as bien raison. Petit visite guidée du monde des punks en ligne.

9fdb6e1131_Hack-the-Planet

Fuck you all

Il faut commencer par définir ce qu’est un punk.

Un punk, c’est quelqu’un, qui depuis 1977, est mort. Parce que le punk est né en 77 et puis il est mort en 77. Marrant non ? Le punk ne croit en rien. Que dalle. Il s’en tape la crête, qu’elle soit extérieure ou intérieure (la crête). Mais le plus important : c’est un clown. Un clown qui a décidé que la société était tellement merdique, tellement crétine, bourgeoise et hypocrite (ce qui va de pair), autoritaire, infantilisante, qu’il fait tout pour souligner cet aspect des choses. Il rote, pète en public, boit des 16 (ou des Kro, au choix) dant la rue en tirant la langue à la populace, se jette contre ses potes en criant n’importe quoi sur n’importe quelle musique, même la danse des canards.

Illustration française, à méditer sans modération.

Oui, tu as bien entendu : même la danse des canards. Et ça c’est important, internaute à la gomme qui se prend très au sérieux et croit qu’il a tout bon : le punk apprécie la danse des canards (à partir de 2 grammes d’alcool dans le sang, surtout). Information capitale, qui espérons-le, retiendra ton attention tout au long de ce passionnant article ethnologique et historique, comme seuls les sites vraiment destroy savent les produire.

Fuck you all again (and god save the queen)

Si tu as connu le réseau des réseaux avant que la chiasse du ouaibe deux zéro et ses vitrines clinquantes ne l’envahissent, tu sais que la punkitude s’y est réfugiée. Parce que dehors, c’était plus possible. Essaye d’aller commander un demi au comptoir avec une crête, un blouson en jean décoré par de jolies chaînes faites d’épingles à nourrices, tu comprendras. Et au final, le net, pour les punks, c’est pas mal aussi. Même qu’ils arrivent à continuer à y déconner sévèrement. Parce que les punks, au fond, c’est avant tout des gens qui démontrent l’absudrité du monde dans lequel on vit. D’où le slogan : « no futur ». Ca claque, non ? Et ils déconnent les punks, donc. Genre un peu surréalistes des fois. Décalés. Mais sérieux aussi. Mais sans se prendre au sérieux. Parce qu’il est à poil le punk. Tout nu comme un ver, le punk : il s’expose, sans chercher à plaire. Imagine un punk qui voudrait séduire, c’est ridicule. Exemple :

perruque-homme-punk-deguisement-rockeur-originale-

Oui, oui, on en est là.

Cet article part en eau de boudin, tu ne saisis pas ce qu’il signifie : tu es né après 1986, avant 1960, tu n’aimes pas les cachous ou ne sais même pas ce que c’est, tu détestes les mobylettes et préfères les scooters, tu kiffes grave les parfums de marque, le pape, les stars du porno épilées ? C’est bien. On t’aime. Parce que le punk n’est pas méchant. Ni haineux, surtout pas. Tout n’est qu’une affaire de mascarade. Parce que le monde est une mascarade. Et c’est cette mascarade que le punk dénonce, et comme le punk est lui-même une mascarade à lui tout seul…la boucle est bouclée.

Donc, si tu détestes les gens qui déconnent tout en cherchant à faire réfléchir, les journalistes qui boivent plus que de mesure mais n’ont pas la tévé, les Béruriers noirs, les substances qui te font comprendre qu’on est tous salement baisés pour pas mal de temps, le hard-core, les gens qui foutent la merde, les filles faciles et bêtes, la danse des canards, les néons au fluor, le punk et la mousssaka : alors, change de journal en ligne (et retourne lire l’intégral de Marx en bande-dessinée).

C’était un message d’un membre de la secte illuminée des punks de Reflets.info

Merci à tous, et à bientôt sous les cocotiers !

Yeaaaaah…
Blurp.

do-it

Au passage : lien sponsoring d’un excellent journal tout en finesse qui fait plaisir là où ça fait du bien : http://jetenculetherese.over-blog.com/article-pourquoi-j-ai-arrete-la-fac-86654484.html

Non, pas de remerciements, ce n’est pas la peine…en plus c’est vraiment gratos. Et dans le monde de l’illimité, ça n’a pas de prix.
On vous aime, on vous dit…

Twitter Facebook Google Plus email

46 thoughts on “Salut à Toi ! (#Sectes politiques : the end…)”

        1. Heu,…sauf que je parlais des punks bénévoles de Reflets :-)

          Kitetoa paye à prix d’or un bouffon en costard cravate qui fait de la comptabilité pendant que les contributeurs (écriteurs d’articles) de Reflets s’échinent jour et nuit, la langue pendante, sans même recevoir une bibine. On est exploités : putain de lutte des classes…

      1. Je ne bois pas d’alcool non plus mais je te paye une bierre et aux lecteurs aussi si l’occasion se présente.

        je crois que je n’ai pas ri autant depuis longtemps. Merci pour ce papier.

  1. j’aime beaucoup et cela explique bien les articles précédents (lus rapido parce y’a du boulot quand même, mais appréciés aussi).

  2. Agitateur de valeurs pour bouger les lignes établies, précieux garde-fou pour une humanité jamais vraiment accomplie.
    Merci ;)

    1. Quoi ? Nan pas du tout, c’est des journalistes punks (mpfrrt) t’as pas compris ? (relis l’article, ça explique bien say koi les punks, perso j’ai appris plein de choses :D un vrai dossier de presse) et c’est pour ça que fuck us all, c’est pourtant pas compliqué. On peut dire ce qu’on veut, c’est même simplissime.

  3. Pourquoi vouloir se categoriser sous le nom de punks? Pourquoi même vouloir être catégorisé? Laissez donc les autres tenter de mettre un nom sur ce que vous êtes et de rigoler devant leurs tentatives grotesques et insipides pour vous classer :D

    Pour info, vous êtes classé dans mon esprit comme non classé (ça reste une catégorie, mince alors :p)

  4. « Vous avez compris maintenant ?! J’écris c’que j’veux et j’vous emmerde, vous avez rien à dire ! Fuck off ! »

    Ok, Ok, Ok, … on sort l’étendard de la punkitude… y’a plus rien à dire ni à faire. Je prend note et m’en vais chialer mon aigreur mesquine sur d’autres sites, pour, ensuite, revenir ici doctement lire ce que j’aime et ne rien dire. Ne rien critiquer surtout. Puisque « rien n’est vrai, tout est permis » comme dirait le nouveau punk d’ubisoft !

    C’est noté Yovan … L’esprit Punk permet tout. Je chie dans la bouche de celui qui me prouvera le contraire. En attendant, « le grand soir » c’est vraiment de la daube. Y sont nuls c’est gens au groland ou alors ils croient que l’esprit punk c’est de faire de la daube qui en est. Ben non les gars ! c’est de faire de la daube qui en est pas bordel ! https://www.youtube.com/watch?v=-zwkkXO55Y4

    Tiens d’ailleurs bientot on sort une nouvelle Net-Tape de son qui tâche, je viendrais te poster le lien sur ton prochain article ;)- et j’arrêterai les critiques.

  5. Ouaiiiiis, moooort aux vaches, mort aux condés, vivent les enfants de cayenne, à bas ceux d’la sur’té !

    N’empêche, parler de punk quand on parle de politique, c’est une sorte de point Godwin en négatif, non ?

    Au lieu de :
    « Ca sert à rien de parler avec toi, t’es un nazi »
    On a :
    « Ca sert à rien que tu viennes me parler si t’es pas un punk »

    Et puis faites gaffe quand même, quand on voit le parcours de M. Alain Bonnet de Soral, on voit bien que la punkitude n’immunise pas contre la connerie.

    Allez, mooooort au GIEC, mort à Jean Jouuuzeeeel, vivent les enfants d’allègre, à bas les climatooomancieeeens !

    1. « Allez, mooooort au GIEC, mort à Jean Jouuuzeeeel, vivent les enfants d’allègre, à bas les climatooomancieeeens ! »

      Tu pourrais rajouter « à bas le principe de précaution, la dose fait le poison »….

      c’est moi ou ça fait slogan ?

  6. Salut à vous les Rantanplan et aussi aux mamies diplômées.
    Pour ma part je suis de 54 alors tjrs hippie avec cheveux longs oui oui je sais c’est plus à la mode mais la gandja oui, allez Boum shankar les punks et un jour je ferrais un article
    sur le : Fêtes la mort pas la paix…

  7. Salut à toi qui est keupon.

    C’est presque dommage de devoir se justifier, en fait c’est peut-être même incompatible avec le fait d’être punk.
    Mais bon ça fait quand même du bien à lire.

    PS : si j’ai le choix je préfère la 16.

  8. C’est marrant comment on peut se reconnaitre dans un article. La fin en particulier. Pourquoi j’ai arrêté la fac ? Parce que j’étais avec des bouffons qui ne savent que OBÉIR. Maintenant, pendant mon temps libre, je peux apprendre comment fonctionne NetBSD et plein d’autres trucs et faire du sport par exemple. Pas le sport qui a 100 ans d’âge. Mais un truc plus vieux.
    Vous voulez savoir utiliser votre ordi et votre corps: ALLEZ À la FAC et ne LISAIE pas refl9ts.

    Merci Yovan :)

  9. XPLDR, enfin quelque chose de valab’ sur ce maudit Reflets !
    Tu nous invites quand c’est que tu tues tes chiens et que tu découpes ta gonzesse !!

  10. Les punks, c’est tellement … vintage.

    Tu te reclames punk et tu insinuais que certains ici étaient nihilistes (et que c’était pas bien?)

  11. La jeunesse emmerde le ……….
    Plus jamais de …..

    « Le monde est une vraie porcherie
    Les hommes se comportent comm’des porcs
    De l’élevage en batterie
    A des milliers de tonnes de morts
    Nous sommes à l’heure des fanatiques
    Folie oppression scientifique
    Nous sommes dans un état de jungle
    Et partout c’est la loi du flingue
    Prostitution organisée
    Putréfaction gerbe et nausée
    Le Tiers-Monde crève les porcs s’empiffrent
    La tension monte, les GI’s griffent
    Massacrés dans les abattoirs
    Brûlés dans les laboratoires
    Parqués dans les cités-dortoir
    Prisonniers derrière ton parloir
    Et au Chili les suspects cuisent
    Dans les fours du gouvernement
    En Europe les rebelles croupissent
    Dans les bunkers de l’isolement
    Un homme qui éclate en morceaux
    Dynamité par des bourreaux
    Des singes conduits … la démence
    Beethov’ devient ultra-violence
    D’un côté l’système monétaire
    De l’autre l’ombre militaire
    Tout fini en réglement d’comptes
    A coup de schlagues le sang inonde

    Flic-armée porcherie
    Apartheid porcherie
    Dst porcherie
    Et Le Pen porcherie

    Grouene grouene gronch
    Grouic grom grouic
    Grouinc grouinc…… »

    Parole Porcherie – Bérurier Noir

    Circulez !
    Merci Yovan !

  12. Je suis outré par cet article, vraiment. Sans parler des illustrations un peu douteuses… Moi qui croyait que les punks étaient morts :/ Merde… enfin « mince » !

  13. Plus de punks, dehors ? ben je sais pas ou tu vis mais t’as dû rater une étape.

    Oublies pas que l’extrême majorité des punks (99,98%, j’ai compté) est dans la rue, bourrée, sentant la pisse, en train de pleurer en crevant de froid.
    C’est bien beau de se revendiquer d’un mouvement quand on le suit pas.
    C’est comme un clodo qui aurait trouvé un logement et qui dirait « c’est bon, tous les clodos sont safe, on peut passer a autre chose ».

  14. Bonjour la secte des punkeviks car pas d’erreur c’est bien un mouvement sectaire encore et encore la punkitude.
    Combien d’adeptes virtuels bêlant, applaudissant, suivent le gourou des lieux ?

Comments are closed.