Quand Jean-Jacques Urvoas raconte n’importe quoi au Point sur le PRISM français…

Le Point nous a gratifié aujourd’hui d’un article en forme de démenti sur l’étendue de la surveillance opérée par la DGSE, façon PRISM dans lequel Jean-Jacques Urvoas, député PS du Finistère, spécialiste du renseignement et
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

27 thoughts on “Quand Jean-Jacques Urvoas raconte n’importe quoi au Point sur le PRISM français…”

  1. « Par ailleurs, je vois mal une base de données crée pour en effacer les contenus au fil de l’eau »
    « créée », avec troizeuh.

    N’hésitez pas à partager la future réponse du député (sic) !

    1. « sic » signifie qu’on rapporte un texte fidèlement, le plus souvent pour s’autoriser la(les) faute(s) de grammaire/ortho/… initiale(s).
      Je ne comprends pas l’usage ici. :)

  2. Très chouette article, qui de surcroît permet de bien recontextualiser les choses pour les derniers venus qui n’auraient pas tout suivi de la saga Amesys.

    Mais, une question me taraude : si la DGSE enregistre tout, elle le fera probablement aussi pour cette article.
    Cet article parlant des enregistrements de la DSGE, cela crée une référence circulaire.
    Y a-t-il un espoir que cela fasse exploser leurs machines ?
    [/absurdités]

  3. J’attend sa réponse inéxistante avec impatience ! Ah merde suis je bête dis donc. Il ne répondra pas.
    Dès que le mot AMESYS est laché ou BULL ou EAGLE ou LYBIE, le monde devient mué. C’est embetant tout de même

    1. On verra bien.

      En attendant, bravo et merci a Kitetoa.

      C’est la bonne méthode, interpeller directement les journalistes et politiques.
      Ils sont coincés entre mentir, ignorer/se chier dessus, ou décider d’agir, et ça peut que faire du bien.

      On reconnaitra les vrais comme ça.

  4. Merci pour cette excellent article,continuer comme ça!!!Je voudrai bien s’avoire combien a couté le prix de ce Datacenter et les mégawatts consommé fait pour nous espionné???Et nous on se prive pour résoudre la crise alors que nos impots serve a nous surveillé de manière illégal

  5. Bonjour doctes gens,

    cela fait quelques temps que je vous lis (2011 déjà…), et à mon humble niveau à part informer mes proches de la situation, que puis-je faire ?

    – la plupart de mes interlocuteurs sont résignés ou trop attachés aux « services gratuits » tout en acceptant d’être le produit
    – à titre personnel à part utiliser https et chiffrer mes courriels (il faut déjà avoir des correspondants compréhensifs) , j’ai l’impression que c’est
    * insuffisant (quoi d’autre ?),
    * inutile (merci les métadonnées et DPI),
    * perdu d’avance car quand même surveillé…

    Donc pour le fils de madame Michu que je suis, sauf erreur de ma part, je ne vois pas trop de solution…
    Peut être qu’une piqûre de rappel avec un article qui ne dénonce pas une situation, mais qui rappelle, aux non techniciens que nous sommes, quelques bonnes pratiques serait la bienvenue.

    Cordialement,

    1. Pendant les questions lors d’une conférence passionnante une personne à posé la question suivante :

      « qu’est-ce que nous pouvons faire ? »

      L’intervenant lui a répondu :

      « quand je donne une conférence en occident les gens me demande ce qu’ils peuvent faire, sur le reste de la planète les gens me racontent se qu’ils font. »

      Passionant…

      1. Eh oui, c’est bien cela, l’occidental est un fainéant qui regarde la fin du monde sur son poste de télévision.

        C’est beau, je cours de ce pas en faire une chanson.

        « Il vit sa vie par procuration… »

  6. C’est l’apanage du politicien. Ils mentent, de façon éhonté et quasi systématique. Parfois ils ne mentent pas, c’est juste de l’incompétence.

    Mais le pire c’est qu’une fois mis devant le fait accompli ils vont soient ne pas répondre, soient continuer dans leur mensonge jusqu’à ce que justice tranche pour au final (si tout ça va jusqu’en justice) se morfondre en excuses, nous jurer que c’était la première et la dernière fois.

    Bien sur ils ne sont pas tous pourris, mais je pense que cela vaut pour la majorité. On n’a pas eu besoin de reflets pour se rendre compte que c’était des pourris mais un SUPERBE travail de vrai journaliste de la part de toute la rédaction nous en apporte la preuve tangible tous les jours.

    Encore une fois merci, j’espère qu’on va pouvoir vous lire encore longtemps sur la toile.

  7. Cette volonté parlementaire de contrôler les services secrets sous couvert d’une CCAR dont les membres désignés seront à n’en pas douter des incompétents notoires qu’il sera nécessaire de mettre sous surveillance, se voient doté soudainement « d’une efficacité accrue et reconnue» ! Les personnels de la DCRI sont déjà trop nombreux, 75% du personnel ne devraient pas posséder d’accréditation au SD. En rajouter devient problématique, et dans toutes les affaires d’Etat médiatisées, il ne se passe pas 12 heures sans que le presse titre des secrets de l’instruction ! Mais ce n’est pas pour autant que la vérité que vous devez aux victimes n’éclatent au grand jour. Non Monsieur Urvoas, le renseignement n’est plus un monopole d’Etat, excepté pour le KGB soviétique, les parlementaires devront légiférer ! Je vois donc là une dérive très inquiétante de la judiciarisation des missions secrètes d’actions militaires paralysant justement toutes actions immédiates requises en certaines circonstances et ceux qui sont désignés pour ces opérations qui l’exécutent déjà au péril de leur vie, pèseront en prime, la menace d’une mise en examen ! Au nom de la transparence républicaine ? Publiez déjà votre patrimoine ! Que les investigations judiciaires soient conformes au Conseil constitutionnel préconisé en 1977, nous sommes d’accord. J’avais par ailleurs suggéré qu’un groupe de magistrats dûment accrédité au SD ferait parfaitement l’affaire du contrôle. Les parlementaires qui peuvent déjà demander des comptes en commissions ou lors des auditions et rapports des chefs d’état majors sont « astreints » au respect du SD. Mais astreints n’est pas accrédités ! Si c’est pour prendre le modèle outre Manche (Intelligence and security committee) qui publie son rapport annuel dont tout le monde s’en fout car il ne nous apprend rien que l’on ne sache déjà, CCAR et DPR paralyseront les services et n’ont aucun intérêt pour la Nation, si ce n’est de nous augmenter encore les impôts.

  8. Les liens suivants sont-ils une coïncidence ?

    Négation de la cybersurveillance de masse en France Jean-Jacques Urvoas Finistère Penmarc’h Câble Africa Coast to Europe « enjeu lié à la cybersurveillance et la sécurité du territoire »

    David

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *