Pourquoi le FN a déjà gagné les prochaines élections

Le Front National est un parti d’extrême droite qui tente depuis que sa présidence a été lâchée par son fondateur, Jean-Marie Le Pen, de s’affranchir de cette étiquette qui le marginalise. La nouvelle direction incarnée
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

35 thoughts on “Pourquoi le FN a déjà gagné les prochaines élections”

  1. +1 … a mon grand regret … mais comment faire face à des militants qui sont aussi englués dans ce merdier que les vrais gens qu’ils sont censé sortir du merdier ?
    Je sais pas , les petits pas, c’est épuisant … et l’absence de projet de société n’incite pas à mettre un pied devant l’autre …

    1. Il est clair que la laïcité ne fait partie du fond idéologique du FN. Mais ce n’est pas ce qui est en question ici. Il me semble que Yovan s’intéresse au +discours+ du FN quand celui-ci +prétend+ défendre la laïcité.
      Il souligne, à juste titre, qu’il y a une évolution profonde de ce discours et une confusion particulièrement malsaine qui se fait jour autour de ce thème. Et le FN n’est pas le seul acteur de ce rapprochement.
      C’est un constat amer et particulièrement inquiétant.

      1. Quand l’UMP organise des débats avec pour intitulé « Convention pour la laïcité » (intitulé en première instance « Islam et laïcité »), son représentant le plus marquant, qui est aussi président de la République à l’époque, va faire campagne 6 mois après) dans les « terroirs » pour parler des racines chrétiennes (et juives) de la France.

        Il fallait entendre Copé, Guéant, Besson à ce débat de l’UMP au printemps 2011 : les représentants juifs et musulmans étaient très mal à l’aise…j’y étais pour couvrir « l’événement » : un truc assez dingue en réalité. Ce cher collègue directeur de l’Express, Barbier distillait ses messages dans le hall… j’ai même des photos souvenirs… Ah, le débat français, le journalisme français…c’est beau, c’est beau…

        Editorial sur le site de l’UMP le 4 mars 2011 : « avec le débat sur l’identité nationale, nous avions collectivement fait le constat que notre Nation se fissurait en silence et notamment que la laïcité était mise à mal par les pratiques cultuelles de certains intégristes qui testent la République …un débat sur la laïcité en 2011 ne peut pas faire l’impasse d’une réflexion sur la pratique du culte musulman et sa compatibilité avec les principes de la République ».

        Hum, hum…

    2. C’est ce qu’il dit implicitement, en parlant de « aux français, chrétiens de souche et de cœur. » : c’est une laïcité qui n’a de laïque que le nom, dans le sens ou elle ne sert plus à permettre au peuple la liberté de conscience et de culte ( ce qui devrait être le but premier de la laïcité d’un état ) mais a défendre une morale héritée de cette « morale chrétienne » (avec le mariage homosexuel, l’avortement, etc…) et a faire en sorte qu’elle soit seule maitresse, ou que les autres soit assez minoritaire pour rester inaudible.

      Après, j’extrapole peut être, mais j’ai bien l’impression que cet article indique bien que le FN ne défend pas la laïcité en tant que telle ;-)

  2. Je trouve tout ça bien ficelé. Comme Amicalement, je pense que l’angle est bien trouvé.

    J’ai tilté sur la partie « politique qui n’en a que le nom », ça n’est pas (de loin) la seule chose dont le nom seul subsiste. On parle de démocratie, de laïcité, d’un tas d’autres choses sans se demander bien souvent « mais au fait, c’est quoi ce machin ? ». Et c’est bien dommage.

    Peu de choses à dire sinon. Continuez ! :)

  3. Ca faisait longtemps !

    Toi qui a l’air de trouver tout ceci si formidable c’est quoi ton opinion (diffusée sur arte) de ces putains d’afghanistans (homo)pédophiles qui aiment sodomisier de jeunes garcons déguisées en femme car les leurs, de « femmes », ils les cachent sous des draps ?

    J’ai trouvé ceci « passionant » (et assez gerbant) et c’est ETRANGE tous les « fan boys » n’en parlent jamais

  4. C’est peut-être hors sujet, mais parlons de la mondialisation. Des lobbys œuvrent depuis des années pour la libre circulation des biens et la suppression des taxes douanières.

    Admettons qu’il en soit de même avec les personnes. L’économie telle que nous la connaissons ne pourrait pas fonctionner. En effet, chaque individu rationnel choisirait son lieu de travail de sorte à maximiser ses gains. A cause de la concurrence, le coût de la main-d’œuvre serait à peu près homogène sur tout le globe. Il deviendrait alors pratiquement impossible de faire des bénéfices en faisant produire à un endroit et en vendant à un autre.

    Hors, l’économie mondialisée suppose que les individus circulent d’une part, communiquent d’autre part. Il est aussi très difficile de faire des échanges commerciaux en cloisonnant les valeurs culturelles.

    Le nationalisme, le racisme, l’islamisme, le communautarisme tombent à point nommé. En segmentant et en isolant les populations les unes des autres, une liberté de circulation restreinte est plus facile à justifier, de même que les inégalités entre pays. Il est donc possible de produire bon marché dans un pays A pour vendre dans un pays B.

    En outre, la suppression des frontières est une idée traditionnellement prônée par l’extrême-gauche. Si on y réfléchit bien, c’est l’idée libérale la plus débridée qui soit.

    1. « En outre, la suppression des frontières est une idée traditionnellement prônée par l’extrême-gauche. Si on y réfléchit bien, c’est l’idée libérale la plus débridée qui soit. »

      Il faut te remettre à jour : l’extrême gauche ne propose plus rien si ce n’est la défense des emplois et la lutte contre la finance internationale (NPA). Une sorte de gros syndicat d’enseignants abonnés au Monde Diplomatique (excellent journal au passage).

      Ensuite, le FdG n’est pas d’extrême gauche, et quand bien même il le serait, il ne prône pas la troisième internationale…ça se saurait.

      Sachant qu’en plus, la tendance à la gauche de la gauche est plutôt orientée protectionnisme et « limitation » des frontières en termes économiques, démondialisation, relocalisation, etc…

      « Hors, l’économie mondialisée suppose que les individus circulent d’une part, communiquent d’autre part. Il est aussi très difficile de faire des échanges commerciaux en cloisonnant les valeurs culturelles » :

      Encore une fois, je suis désolé de te contredire, mais tous les accords et traités européens ou mondiaux (OMC) stipulent la libre circulations des biens, de la finance, mais pas des personnes. Et quand ils y a « personne » sur le papier (Schengen), aucune harmonisation fiscale, du droit du travail n’ont été mises en place pour le permettre correctement (enfin si, pour les vacances, hein). Circulation : pour quoi faire ? Ben pour bosser…sinon la mondialisation ‘a pas besoin que les personnes se rencontrent. Y’a d’ailleurs un truc qui s’appelle Internet…

      « en cloisonnant les valeurs culturelles » : tu as tout dit…les valeurs culturelles…cloisonnées, mais à quel niveau ? Si c’est par les échanges culturels concrets, elles sont tout à fait limitées : les immigrés du sud viennent en occident pour trouver du travail, sortir de la misère, ils ne viennent pas faire des « échanges culturels ». Et les valeurs culturelles elles se font, bien décloisonnées, via le marché mondial de la culture. TV, films, musique : enfin ceux qui détiennent le droit mondial à déverser leur « culture » sur le reste du monde. Tu vois qui je veux dire ? Parce que la culture orientale, en termes d’échanges en occident, c’est assez modeste je trouve. Mais on doit bien pouvoir trouver un disque de Fairouz à la Fnac…

      Toujours est-il qu’il est très difficile de circuler si tu n’as pas un passeport d’un pays membre de l’OCDE. Par contre, si tu as quelques millions, ou des marchandises qui intéressent, fabriquées par des esclaves (parce que peu chères), là tu n’auras aucun problème pour les faire circuler. d’où que tu sois.

      Essaye d’aller te promener en Europe avec un passeport africain : tu vas déchanter très vite… et regarde les taxes douanières d’il y a 20 ans et aujourd’hui. Partout sur la planète… Amusant…

  5. J’écrivais la chose suivante le 25 avril dernier, entre les eux tours, in « Entre deux tours : la tentation néo-fasciste…? » http://reflets.info/entre-deux-tours-la-tentation-neo-fasciste/ :

    « Oui, nous sommes bien à une charnière, celle d’un système politique et d’une économie à bouts de souffle, et d’une population qui se raidit dans la crainte du lendemain, cherche des boucs émissaires et entre dans une vision du monde réduite qui la mène à « penser fasciste » sans même parfois s’en rendre compte.
    Pas la peine de dédouaner les électeurs du Front national, ils savent très bien ce qu’ils font, pour qui ils votent et la société qu’ils aimeraient avoir. Cette société est basée sur les principes fascistes de l’exhortation de la nation, des racines culturelles, de la reprise en main par la force pure et contraignante des valeurs d’origine, de l’élaboration d’une « communauté des sources » qui se défendra des envahisseurs ou enfants d’envahisseurs, celle des justes qui n’ont rien à se reprocher opposée à ceux qui la minent. Il y a 6 millions et demi de français qui ont cette orientation de pensée, ils votent FN. Et Peut-être bien encore 8 ou 9 millions en adéquation avec cette vision mais qui votent Sarkozy. Celui qui a créé le ministère de l’immigration et de l’identité nationale, a poussé à la politique du chiffre qui a engendré 800 000 gardes à vue par an, organisé les quotas d’expulsion d’immigrés clandestins, couvert le territoire de radars et de caméras de surveillance : la liste est longue… Mais tout ça, sans « être raciste », puisque le racisme n’est plus d’actualité : on ne fait que régler des problèmes, basés sur des constats. »

  6. Très bon article, très bien rédigé, dont je partage totalement le point de vue (en clair, on est dans la m….)

    Par contre, petit bémol : vous n’avez pas évoqué EELV, qui est au final, selon moi, LE seul parti à ne pas être tombé dans le combats sur les valeurs que vous évoquez.

    Mais le résultat est le même que votre constat : ils se sont fait écraser et leur discours n’a pas percé.

  7. « L’avantage de ce glissement de la politique vers la morale et les valeurs, est qu’il permet d’évacuer le vrai débat politique, l’opposition des idées »
    Je crois qu il y a la une erreur majeure. Les idées qu on peut defendre sont basées sur des valeurs. C est a partir de ses valeurs qu on va construire une vision de la societe et donc des projets, des lois …
    Par exemple, sous l ancien regime (pour prendre un exemple non polemique) l egalite n etait absolument pas une valeur importante pour la societe. On etait noble ou roturier et donc traité comme une merde ou non (par exemple un noble avait envoye ses valets rosser Voltaire car c etait bien bon pour lui)
    c est vrai que dans certains cas, des « valeurs » sont utilisés comme appeau afin de faire voter des gens contre leur interet matériel (ex les petits blancs chretien du sud des USA pour G W Bush) mais ca ne justifie pas l abandon de toutes valeurs dans le combat politique. Car le PS ou l UMP ont abandonné toute reference a des valeurs quelle quelle soient! Le gaullisme a disparu, le PS a l idée europeenne honteuse .. seul reste des stratégies electorales dont tout le monde sait qu elles n ont aucune valeur

    Quand au succes electoral du FN (comme parti), il est programmé vu que Flamby semble incapable de sortir la France de l orniere.

  8. Bel article.
    L’extrême droite qui « siphonne » les thèses d’extrême gauche , il y a un précédent historique : les nazis avant 34, année de la liquidation de Röhm et virage à droite toute.
    Charlie Hebdo, la veulerie gauchisante la plus crasse, rien n’a changé. Je me demande ce que ça fait de se retrouver en protection policière 7/7 quand on a craché sur l’état policier pendant des années. Une expérience surréaliste ?

    1. Il y a quelques CRS devant les locaux, j’appelle pas ça une protection policière 7/7 j.

      Et au passage, il y a une différence entre un État policier et État où la police qui fait normalement son travail.

      1. C’est en tous cas ce que prétend Charb: « Je préfère avoir deux fonctionnaires de police à mes côtés, comme ça, pendant ce temps-là, ils ne sont pas en train d’expulser des Roms, c’est le bon côté des choses »
        http://www.lepoint.fr/societe/charlie-hebdo-annonce-que-son-site-internet-a-ete-pirate-19-09-2012-1507843_23.php
        Mais bon, ils prétendent tellement de choses à Charlie Hebdo (pendant un moment ils ont meme prétendu etre de gauche, c’est dire!)

    2. Ce n’est pas très gentil pour les surréalistes. Mais en même temps quand on voit l’évolution d’un Malet… Cela dit Malet n’avait plus rien de surréaliste dans les années 80.
      On pourrait donc dire que c’est une expérience post-post-surréaliste.

  9. Allez, c’est TSCG aujourd’hui, soyons fun :)

    Cher Yovan, je crois que tu commets une erreur dans tes développements autour du concept d’espace démocratique que tu utilises.

    Tu sembles limiter cet espace démocratique à

    d’une part les devenus affligeants organes institutionnalisés qui ne participent quasiment plus à la démocratie (demos-kratos) mais au contraire l’étouffent, je pense évidemment aux partis, au parlement, au gouvernement, à la présidence, même au conseil constitutionnel, aux divers officines et cercles, et puisqu’il faut les pointer du doigt aux masse media, c’est dire à quel point mon diagnostic est dur

    d’autre part à ce/ceux qui dans la société a/ont réagi aux sales effluves et aux mensonges et manipulations de l’ensemble des acteurs sus cités.

    Mais de mon point de vue l’ « espace démocratique » est bien plus vaste que cela. Il me semble que en parallèle de la putréfaction et du renfermement sur eux mêmes des organes institutionnalisés, de réels et nombreux espaces démocratiques au sens propre se sont développés, ont été expérimentés, et dans des champs qui ne se limitent pas à la pure question politique.

    C’est un peu comme si la vie qui émane de la société et du peuple ne pouvait décidément pas être encadrée et éradiquée complètement par les forces puissantes citées précédemment.
    Elle trouve des voies pour continuer à exister.
    Elle est menacée, certes, et les tendances prises par les « institutionnalisés » sont très inquiétantes, affirmées et confirmées, et de nature clairement anti-démocratique.

    Mais comme l’espace démocratique les englobe, « ceux là », et non le contraire bien qu’ils le croient par suffisance et stupidité, je garde espoir pour l’issue de toussa, un espoir inquiet c’est vrai car l’étape dictatoriale et oppressive est largement engagée par « ceux là ».

    Bon mardi à toi.

  10. L’espace démocratique, dans un système représentatif et médiatique est, à mon sens très limité pour les « citoyens ». Si les consomm…pardon, les citoyens, ouvrent des espaces de discussions, de remise en question, de propositions, ceux-ci sont très limités, et même quand ils prennent de l’importance, ils sont théoriques. Donc produisent une forme de « fiction ».

    Pourquoi ? Puisque tout ce qui peut être proposé, discuté par le « peuple », (pardon, la masse populaire, les administrés, enfin disons les 90% qui n’ont ni accès aux sphères du pouvoir politique, ni ne peuvent aller festoyer toute l’année dans l’Olympe mondial) n’a aucun effet concret. Le politique dispose, agit en total décalage avec les aspirations des consommateurs de la nation, se fait élire en trahissant immédiatement ses engagements qui lui ont permis de gagner les suffrages.

    Le pouvoir politique ne craint rien, et surtout pas le peuple, il le fait savoir. Si le peuple commence à grogner, ce qui peut arriver, le politique est immédiatement en mesure de créer une « union nationale » (républicaine) et très sincèrement, envoie les forces de contrôle et de préservation de l’unité républicaine. Voire l’armée si la grogne prend la forme d’émeutes.

    Sachant qu’une ennemi intérieur (mais extérieur aux valeurs républicaines partagées par le plus grand nombre) est bien mis en avant : il s’appelle l’islamisme radical. Et l’Etat, le politique, nous en protègent. Cette équilibre permanent dans le déséquilibre, massivement communiqué par les mass-médias est le meilleur moyen de paralyser toute forme de changement. Qu’il soit pacifique ou non.

    C’est pourquoi, à mon sens, et c’est mon sens, je l’assume, chacun est libre de penser que je me plante, l’issue favorable ne se situe pas dans une prise de position politique établie, ni dans une lutte contre, etc…

    Le champ politique est mort, comme Dieu est mort chez Nietzsche si tu vois ce que je veux dire. C’est mon avis et cet article explique pourquoi je pense cela.

    Il reste par contre des « solutions » face à ce constat, et celles-ci sont très intéressantes, et offrent de très belles perpectives d’avenir.

    Ces issues passent par une sortie des « valeurs », de la « morale », de la « croyance » (n’importe lesquelles : politique, écologique, économiques, religieuses, etc…).

    Ce refus de prendre position, ce refus de s’insérer dans un cadre idéologique permet de se mettre au travail. C’est-à-dire produire des espaces, neutres : de travail, de vie, de culture, de lien social, etc…

    Juste parce que l’énergie que tu mets à produire ces espaces n’est pas perdue dans la « lutte » contre, ou la « promotion de » : ces luttes et promotions, toujours bien embarquées idéologiquement ne créent qu’une chose : du discours, des dissensions, et sont en plus récupérées par la machine à faire du pognon qui sait très bien faire cela. Si la lutte écologique fonctionnait, ça se saurait, nous ne serions pas dans l’état de délabrement environnemental dans lequel nous sommes…

    Je répète donc que les hackerspaces sont une voie intéressantes, et que comme ils sont avant tout le fait de passionnés de technologie, il faut créer des hackerspaces d’autre chose que de la technologie : agriculture, habitat, bio-diversité, sociologie, économie…

    Et monter des projets, pour le pied, et parce que ça nous servira. L’orientation est toujours la même : s’autonomiser, se rendre le plus indépendant possible de la machine qui broie, retrouver le sens du partage social réel et physique : je peux me passionner et bosser sur des techniques de maçonnerie avec des « mecs de droite » : quand on s’embarque là dedans, plus personne n’est de droite ou de gauche. Parce qu’en réalité, quand on est passionnés et qu’on partage des choses, on retrouve le sens de l’humanité. Et on sort de l’illusion. Et ça fait du bien.

    Faire est salvateur. Dire et faire savoir est important. Mais ne changera pas la donne. En tout pas la mienne, ni la tienne. Alors que si on fait des trucs concrets, ça nous changera notre environnement, et ça changera notre rapport au monde.
    D’où le fait qu’Internet est génial, mais aussi une sacrée saloperie pour l’homme debout…

    Bien à toi.

    [Ma compagne m’a lancé sur la construction d’un four à pain. Excellent. En plus on va inviter les voisins qui le veulent, à faire cuire leur pizzas, pains et quiches chaque semaine. Si ils veulent bien.]

  11. Tout a fait d’accord avec Yovan concernant ce billet.
    Le problème FN n’est pas un problème politique en premier lieu mais surtout un problème idéologique ancré dans bon nombres de partisants qui peuvent voter ailleurs (PS, UMP, FDG, etc).

    En PNL on appelle cela un ancrage.

    Exemple au travers des médias :
    Sur BFM, Karabatic était le « meilleur joueur de l’histoire du hand français » il y a quelques temps. Aujourd’hui il est « d’origine serbe ».

    http://www.pnlarticles.com/lancrage-en-pnl-cest-quoi/

    POur les flémards du clic :
    Définition =>
    “Réponse acquise et entretenue sous l’effet d’un premier stimulus auquel on associe un second stimulus, qui est ensuite substitué au premier et qui provoque alors la même réponse que le stimulus initial.“
    […]
    « ➫ Choisir un état désiré.

    ➫ Choisir une expérience passée où cet état émotionnel a existé.

    ➫ Choisir un stimulus unique qui permettra d’ancrer l’état désiré.

    ➫ Ressentir l’état désiré en visualisant l’expérience passée et poser l’ancrage.

    ➫ Répéter et valider l’ancrage.

    Il existe plusieurs types d’ancres :

    ➡ Les ancres gestuelles, kinesthésiques. Une ancre kinesthésique est associée à un geste (claquement de doigt, poing serré etc…). Veiller à utiliser des gestes discrets.

    ➡ Les ancres visuelles internes et externes. Une ancre visuelle est associée à une image interne (mémorisée, VAKOG Int.) ou externe (ce que je vois présentement dans la situation vécue. Attention à être sûr de la retrouver à chaque fois que vous en aurez besoin.)

    ➡ Les ancres auditives. Une ancre auditive est associée à un son (musique, mot, phrase prononcée intérieurement)

    ➡ Les ancres portatives. Une ancre portative est associée à un objet que l’on porte sur soi (montre, boucle d’oreille, pendentif etc.) Attention; si vous utilisez une ancre portative, pensez à l’avoir sur vous pour retrouver votre état interne associé.

    ➡ Les ancres spatiales. Ce sont des ancres associées à des emplacements précis dans un lieu. Les acteurs de théatre les utilisent à un endroit de la scène pour apprendre un texte précis. a n’utiliser que dans des cas où vous êtes sur de pouvoir retrouver les mêmes emplacements pour un état interne donné que vous souhaitez appeler.

    L’efficacité d’un ancrage réside :
    1- Dans l’intensité de la visualisation et du ressenti dans la quatrième étape.
    2- Dans la congruence du choix de l’ancre en fonction de l’état désiré et de la situation vécue.
    2– Dans la répétition de l’ancrage. Faite sle jusqu’à ce que l’état interne désiré apparaisse instantanément.
    Des exemples de techniques d’ancrage sont développés dans l’Espace exercice. »

  12. C’est une version plus longue d’une chose que je dis parfois: « sur le terrain des idees, battre l’adversaire avec ses propres armes revient a lui donner la victoire. »

    Gagner en assumant ses idees, c’est donner tort aux idees que l’on etait cense defendre. Qui est le vainqueur quand je finis par gagner aux poings alors que je pretendais que la force ne resoud pas les debats? (C’est caricatural, mais clair.)

    Dans un simple combat pour la survie, les armes importent peu: le vainqueur est le dernier debout, point. Mais dans une joute d’idees, le choix des armes est a l’inverse plus important que d’ecraser son adversaire.

    Dommage que notre societe d’apparences ne s’en soucie plus: elle glisse vers ce qu’elle pretend execrer. Au final, on y perd simplement en verite, en honnetete, mais qu’importe si nous sommes de toutes facons si prompts a nous mentir a nous-memes?

  13. Monsieur Yovan ne parlez pas de politique car vous n’êtes pas de taille, trop de blabla indigeste et pré-mâché et trop peu de références. La victoire du FN aux prochaines élections, tout le monde peut le prédire, il suffit d’aller au bistrot du coin pour entendre ce genre de discours qui ne date pas d’aujourd’hui.

    Une seule chose est sûre, nos pays démocratiques se radicalisent et les peuples deviennent idiots car ils ne déchiffrent plus rien, noyés qu’ils sont sous les idioties.

    Dans cet article, vous mélangez tout, vous collez des étiquettes à gauche et à droite, vous contribuez à l’ignorance généralisée et je ne vous en félicite pas.

    Dommage, il y a parfois des choses intéressantes sur ce site.

  14. J’aime beaucoup cette analyse de Yovan. C’est exactement ce pourquoi je me désintéresse de la politique : des dialogues de sourds (pensée unique VS pensée unique) mais aucun PROJET.

  15. Je vote toujours aux extrèmes, c’est ma façon d’etre centriste.
    je me sert de la contine des trois petits cochons à haute voix dans l’isoloir pour départager les concurrents.
    La tête des scrutateurs est un moment de joie à chaque élection renouvelé.

  16. Excusez moi pour ce déterrage (je me fait tout les articles RSS mis de côté) mais ça ne fait pas de mal :
    « … Charlie Hebdo … défenseurs de la laïcité et de la liberté d’expression. » => Et bien ils ont quand même réussie malgré eux.
    « mais qui se droitisent avec un Valls au ministère de l’intérieur » => C’est réglé maintenant… oh wait !!!
    « L’insécurité est une valeur sure, qui se discute non pas en termes de causes, d’étude et compréhension des racines de cette violence » => Franchement, je ne me souviens pas une seule fois avoir entendu un discours politique dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *