"On ne fonde pas la citoyenneté sur l'inutilité sociale"

Laurent Bonelli est sociologue (université de Paris X – Nanterre). Membre du centre d’études sur les conflits (www.conflits.org) et codirecteur de l’ouvrage La Machine à punir. Pratiques et discours sécuritaires, L’Esprit frappeur, Paris, 2004.

Reflets : Doit-on chercher une explication précise (unique) aux violences qui ont secoué les banlieues?

Laurent Bonelli: Il y a plusieurs séries de facteurs. On a eu tendance à unifier plusieurs choses différentes. Avant tout, que s’est-il passé réellement? A Clichy, il y a deux jeunes qui sont morts et un autre qui a été blessé grièvement. Ca a donné lieu dans la ville à une flambée de violences réactives qui s’est traduite par des affrontements des jeunes avec la police, ce qui est quelque chose de finalement assez classique. C’est en tout cas commun depuis une vingtaine d’années, lorsque des jeunes meurent lors de contacts directs ou indirects avec la police. Deuxième chose, à la différence de ce que l’on a pu voir au cours des années passées, il y a eu une extension, ou tout au moins, il y a eu des violences ailleurs. On a dit, « les violences se répandent », alors qu’en fait ces violences sont différentes. Alors qu’à Clichy, on a vu 2 ou 300 personnes affronter durement la police, on observe ensuite des destructions de voitures, de conteneurs poubelles, par des petits groupes de 10 ou 15 personnes qui après disparaissaient sans chercher l’affrontement. Les policiers eux-mêmes l’ont noté, il ne s’agit pas de la même chose. Si l’on comprend facilement la violence réactive immédiate, il faut faire un retour en arrière pour comprendre pourquoi des voitures brûlent si souvent dans les quartiers, même hors des périodes de troubles (21500 en 2003, soient 60 en moyenne par nuit). Cela renvoie à deux grands phénomènes de fond. D’abord la transformation des quartiers populaires ces vingt dernières années et des conditions de vie des populations qui y vivent. Ce sont des quartiers que l’on a construits dans les années 1950-70 qui étaient à l’époque des quartiers de mieux-être social lorsque l’on essayait de résorber les taudis. Dans les années 1970, ces quartiers vont voir leurs populations les plus favorisées partir, pour devenir propriétaires dans l’un des multiples lotissements qui couvrent la France à cette période (maisons Bouygues, maisons Phénix).

Dans le même temps, les deux choc pétrolier et les transformations du système de production, en un mot, le passage au post-fordisme, c’est à dire un chômage de masse combiné à une précarisation des statuts, vont toucher très durement les populations qui restent dans ces quartiers. Elles s’appauvrissent et se précarisent. Et notamment les jeunes. Ce qui se casse entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1980, ce sont les modes ordinaires de reproduction des milieux populaires. Avant, un fils d’ouvrier devenait ouvrier. En intégrant l’usine, un jeune intégrait aussi un mode vie, des normes et des valeurs, qui incluaient d’ailleurs la résistance syndicale. A partir de cette époque, les fils d’ouvriers deviendront de moins en moins des ouvriers. D’abord en raison chômage de masse qui les affecte, ensuite parce que dans le même temps, on a prolongé dans le système scolaire les enfants des classes populaires. C’est une massification de l’enseignement, ce qui ne signifie pas pour autant démocratisation. La première réponse du gouvernement socialiste en 1981 au problème du chômage des jeunes, c’est le prolongement scolaire. C’est un marché de dupes parce que cette prolongation ne change pas la donne. Là où le bac était une chose très importante dans les années 1960, si tout le monde a le bac dans les années 1980, ça ne vaut plus rien. L’inflation scolaire s’accompagne d’une déflation de la valeur des titres scolaires.

Ca a eu des effets douloureux sur les classes populaires. Le discours sur la démocratisation scolaire tombe à plat puisque l’Ecole ne transforme pas les hiérarchies sociales. Cette déception s’est traduite notamment par une perte de l’autorité de l’institution scolaire. Beaucoup de jeunes vont contester l’autorité scolaire parce qu’il y a un hiatus entre les promesses de l’institution et ses réalisations pratiques.

Certaines fractions des jeunesses populaires se retrouvent de la sorte sans affectation professionnelle, sans affectation scolaire et ces formes de non affectation sociale vont créer des problèmes. Car elles enferment dans l’immédiateté. On a tous besoin d’une prévisibilité minimale, de savoir de quoi demain est fait, pour prévoir ce que l’on fera après demain. C’est nécessaire pour formuler un quelconque projet, qu’il soit de loisir, immobilier, matrimonial, etc. Une des conséquences des transformations industrielles dont on parlait, c’est qu’à la différence des ouvriers des années 1960 qui pouvaient se projeter dans l’avenir, soit parce qu’ils avaient des contrats stables, soit parce que la conjoncture permettait de quitter un emploi pour en prendre un meilleur, certains jeunes des générations suivantes n’ont aucune possibilité de voir plus loin que leur contrat d’intérim. On assiste dès lors chez certains d’entre eux à un retour des formes d’indiscipline qu’on connaissait au début de la période pré-industrielle, à l’époque où les statuts étaient justement très précaires, où les gens étaient des journaliers. On retrouve le monde des petits vols, de la récupération, de la débrouille quotidienne.

Le retour des désordres juvéniles est sans doute une conséquence non voulue et inéluctable de la précarisation du travail non qualifié.

Depuis le milieu des années 1980 et avec une accélération dans les années 1990, pour répondre à ces types de comportements les gouvernements successifs ont mis l’accent sur des formes de résolution policière. Il existe des modes d’action policiers très différents. Celui qui a été choisi depuis le milieu des années 1990, c’est celui de la police d’intervention qui s’oppose à celui de la police d’investigation ou de proximité. A un travail d’enquête qui permet d’arrêter des coupables ou à un travail de présence et de liens avec la communauté, on a préféré une pratique du « saute dessus ». C’est une police qui patrouille, qui s’arrête, qui arrête et qui repart. L’exemple concret, c’est la BAC, la brigade anti-criminalité dont les policiers se perçoivent comme des prédateurs. Leurs écussons en disent long sur leur philosophie : tigres, cobras, loups, lions, rapaces, etc. Ce sont des unités très militarisées. Par leur armement et leurs logiques. L’une des logiques militaires est « qui peut le plus peut le moins ». C’est l’illusion, violement démentie au Kosovo ou en Irak, qu’avec un char, on arrête facilement des manifestants. La logique policière classique, au contraire, propose une montée en violence. C’est l’institution qui fixe le degré initial de violence. Si on part d’un très bas niveau de violence, les adversaires seront à un très bas niveau de violence aussi. Si la violence monte, on monte aussi. Ca se voit dans une manifestation avec des gendarmes mobiles qui au début on des calots sur la tête, mais qui, si le niveau monte, vont sortir leurs casques, etc. Dans les cités, on voit cette logique militaire qui s’impose. Les flashball sortent tout de suite. Dès le départ. Et qui entraîne un niveau de violence de départ plus fort de la part des gens qui vont s’opposer à l’institution policière. Un effet paradoxal de l’introduction des armes non létales comme le flashball ou les tasers est qu’elles sont utilisées souvent sans discernement : on sort l’arme plus facilement, son utilisation est moins encadrée puisque le risque de tuer est moindre.

Mais cette militarisation a des ressorts pratiques. C’est dû notamment aux consignes politiques. Les gouvernements demandent à la police de « reconquérir » ces quartiers.

Reconquérir les cités, cela veut-il dire que c’est pire qu’avant? Qu’elles sont devenues des « zones de non-droit », comme disent justement les politiques ?

Des zones de non droit, ce sont des zones où la loi de l’Etat ne s’applique pas. Cela n’existe pas en France. On peut parler de ce genre de choses en Colombie par exemple où des zones sont contrôlées par les FARC qui ont leurs propres lois, leurs propres systèmes de régulation. En France, on en est pas là. Il y a des cités où la police intervient avec plus ou moins de plaisir. Les policiers reçoivent comme consigne d’entrer dans les quartiers, mais ne savent pas véritablement ce qu’ils doivent y faire. Le contrôle quotidien, bi-quotidien, tri-quotidien de jeunes qui stationnent dans une cage d’escalier, ce n’est pas très intéressant. Ce qui intéresse les policiers, c’est le judiciaire, le grand criminel faisant le grand policier. Chaque contrôle de ce type est difficile puisque l’on est dans une logique de confrontation, de tension. En outre, la sociologie des policiers a changé. Les policiers sont souvent des gens qui viennent de milieux sociaux artisans, employés, majoritairement de petites villes de province. Socialement, ils sont très loin des gens des cités. Ils sont jeunes et ils sont tout seuls. Les policiers ayant une ancienneté demandent une affectation ailleurs et l’obtiennent. Ca se traduit par la peur et un rapport à leur pratique professionnelle qui est épidermique avec une vision « délit-répression ». D’où par exemple, l’explosion des délits d’outrage à agent. Il n’y a plus de distance au rôle. On aboutit à une confrontation ritualisée quotidienne. Les jeunes mettent la pression sur les policiers qui le leur rendent bien.

On retrouve ce contexte général, social, économique et policier, un peu partout dans les banlieues françaises. Ce qui implique qu’il existe un terreau favorable à des explosions. En novembre 2005, le lien entre ce qui s’est passé à Clichy et ce qui s’est passé ailleurs s’est opéré au travers des déclarations de Nicolas Sarkozy et du rôle des médias. Les déclarations du ministre, sur un registre très méprisant et les médias vont en effet synchroniser des situations locales. Auparavant, dans des situations similaires à celle de Clichy, les jeunes étaient présentés comme des délinquants, ce n’est pas nouveau. Mais parallèlement à ça il y avait des signes d’apaisement. La famille était reçue, etc. Là, Nicolas Sarkozy en a rajouté en posant un rapport de force. La télévision, quant à elle, a accrédité l’idée d’un mouvement général, notamment par l’exhibition de belles cartes enflammées et un discours catastrophiste. Elle a de la sorte participé de la dynamique d’extension des incendies.

Brûler la voiture du voisin ou une école, c’est un peu stupide comme moyen d’action pour se faire entendre…

Brûler des voitures ou des containers poubelle devient l’un des seuls modes de contestation qui leur soit accessible. L’accès à un répertoire pacifié de la mobilisation, comme une manifestation de la CGT, c’est quelque chose qui marque l’appartenance à l’espace politique légitime. Au 19ème siècle, la manifestation ou la grève étaient des choses illégales mais qui sont devenues légitime au fur et à mesure que les organisations qui les portaient se sont institutionnalisées. Aujourd’hui, les jeunes sont hors de l’espace politique légitime. Si l’on prend le vote, on est dans ces quartiers à 52% d’abstention en moyenne, 20% d’étrangers qui n’ont pas le droit de vote, 10 à 15% qui ne sont pas inscrits sur les listes. Donc on a un résultat de votants à peu près nul. Jusque en 1980, il y avait à peu près 70% des ouvriers qui votaient. Le PS, traditionnellement le parti de la gauche, n’est plus un parti ouvrier. En 1960, il y avait 35% d’ouvriers dans ce parti. En 1998, il y avait 5% d’ouvriers. Le PC, de son côté, a fait un choix dans les années 1980 qui consistait à défendre les ouvriers encartés contre les précaires, créant une compétition dans les milieux populaires. Il n’a pas su non plus intégrer le milieu associatif et les organisations communautaires.

On a donc des gens n’ayant pas accès à l’espace politique traditionnel et qui en sont rejetés quand ils essaient d’y accéder. Il suffit de voir les mobilisations contre les violences policières, par exemple, qui sont systématiquement disqualifiées en politique. L’histoire des mouvements issus de l’immigration, comme le mouvement de l’immigration et des banlieues (MIB) par exemple est lourde de ces rejets. On ne peut donc pas simultanément refuser l’accès aux arènes politique à des revendications profondément politiques et condamner la violence. En l’absence de débouchés politiques, brûler des institutions comme l’école, même si c’est tout à fait condamnable, c’est brûler l’expression d’une promesse déçue. C’est ici que l’on perçoit les effets réellement pervers des politiques néo-libérales. Les institutions sociales (de l’Etat ou des collectivités territoriales) doivent désormais gérer les conséquences, les effets les plus intolérables des politiques de ces trente dernières années. Un prof, un éducateur, ce sont eux qui vont avoir à gérer les conséquences de ces phénomènes, sans pouvoir peser sur leurs causes. L’une des naïvetés des politiques de la ville, ça a été de croire que l’on pouvait trouver des solutions pour les quartiers dans les quartiers. Un prof ou un éducateur peut être aussi bon qu’il veut, s’il ne peut pas assurer un avenir aux gamins, un logement, un emploi digne de ce nom, il est placé dans une situation très difficile. Cela dévalorise l’institution. Ils sont paradoxalement placés dans une situation où ils deviennent une sorte d’ennemi puisqu’ils sont obligés d’amener les jeunes à en rabattre sur leurs aspirations. On retrouve également cette situation de tension dans les bureaux de poste où les postiers sont amenés à gérer les effets de la misère, sur fond de RMI. Les agents de première ligne de l’Etat doivent gérer la misère au quotidien et cela amène parfois les gens à penser que les représentants de l’Etat ne sont pas forcément des alliés. Surtout que l’on demande à ces fonctionnaires de se placer dans une logique libérale de concurrence et de rentabilité au moment ou la situation sociale se tend dangereusement. Les agents d’EDF sont plus souvent perçus comme ceux qui coupent la lumière que comme ceux qui l’apportent. Sans compter les effets terriblement néfastes lorsque les policiers planquent dans des fourgons EDF ou se font passer pour des éboueurs.

Pourquoi les violences étaient-elles cantonnées aux banlieues?

Il y a un phénomène intéressant. Les jeunes, particulièrement les garçons, qui vivent dans ces quartiers ont un fort sentiment d’insécurité lorsqu’ils en sortent. La violence du regard de l’autre, du jugement sur leurs attitudes, le manière d’être ou de se mouvoir est l’une des manifestation les plus claire de la domination symbolique qui s’exerce sur eux. Et qui les conduit à se rendre principalement dans des lieux où ils vont retrouver leurs pairs. C’est à dire aux Halles par exemple et pas à Neuilly ou à Auteuil.

Le fait d’avoir du mal à exprimer une colère, à mettre des mots sur un problème peut se traduire par des actes de violence qui deviennent l’unique façon d’exprimer un mécontentement…

Le rapport à la violence adolescente n’est pas canalisé de la même manière selon les groupes sociaux. Au sein de la jeunesse bourgeoise il est canalisé d’une autre manière, via les clubs de sports, les clubs juvéniles, qui ne la laissent pas déferler sur la voie publique. Mais cette violence est très présente également. La violence est encore plus présente chez les jeunes agriculteurs. Le nombre de jeunes tués ou blessés dans des rixes est plus important à la campagne que dans les banlieues. Les bals de villages du samedi soir restent les plus meurtriers mais on voit rarement la presse faire ses gros titres sur ce sujet. A part « Bal tragique à Colombay : 1 mort »… Lorsqu’un jeune des milieux populaires use de la violence physique face à un jeune bourgeois, on n’est plus sur les mêmes modes de régulation de la violence et c’est pour cela que cela choque. La violence physique l’emporte de manière immédiate, mais sur le long terme, c’est l’autre qui gagne symboliquement. Il est meilleur à l’école, etc. Et ça, tous les deux le savent, consciemment ou inconsciemment… Dans un milieu agricole où la violence est une valeur partagée ou tout au moins acceptée, cela ne choque pas. C’est quand il y a des confrontations fortes entre des modes de rapports à la violence différents que ça choque. Sans oublier qu’il existe des formes de violences, moins visibles, qui sont toute aussi douloureuses que la violence physique. Racisme, discrimination et le plus répandu de tous, le racisme social, en sont des exemples.

La majorité a parlé de violences organisées et coordonnées…

Les banlieues comme force organisée de résistance, c’est quelque chose de très daté et qui a une source unique. Dans les années 1990 on parle de supprimer les Renseignements Généraux. A cette époque, leur fonction de renseignement politique traditionnel souffre d’une crise de légitimité, des scandales comme l’affaire Doucet les ont éclaboussés. Ils vont alors faire quelque chose d’assez intelligent, il vont s’intéresser aux violences urbaines. Ils inventent le terme. Et ils vont évoquer le problème avec leur discours propre qui est politique: le monde est mu par des minorités agissantes cachées. Il faut donc, dans leur esprit, chercher qui est à l’origine des mouvements, qui ne peuvent pas être spontanés. On en arrive même à des situations paradoxales où l’on nous explique que s’il n’y a pas d’agitation, c’est justement que c’est très contrôlé, verrouillé même, par des minorités cachées. Mais dans le cas de novembre 2005, même la direction centrale des RG a nié le caractère organisé des émeutes.

Et l’avenir?

La question qui n’est pas posée et qui me semble essentielle est la suivante: quelle place fait-on à la jeunesse sans qualification dans notre société? On ne fonde pas la citoyenneté sur l’inutilité sociale. C’est une question éminemment politique, et qui ne peut passer que par des formes de réorganisation politique des milieux populaires à même de résorber les fractures qu’y ont creusé vingt-cinq ans de révolution conservatrice

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


8 thoughts on “"On ne fonde pas la citoyenneté sur l'inutilité sociale"”

  1. « Les jeunes, particulièrement les garçons, qui vivent dans ces quartiers ont un fort sentiment d’insécurité lorsqu’ils en sortent. La violence du regard de l’autre, du jugement sur leurs attitudes, le manière d’être ou de se mouvoir est l’une des manifestation les plus claire de la domination symbolique qui s’exerce sur eux. »

    En d’autres termes: les jeunes seraient victimes de la violence qu’ils participent à exercer?

    C’est bien fait.

  2. « La violence physique l’emporte de manière immédiate, mais sur le long terme, c’est l’autre qui gagne symboliquement. »

    Sur symboliquemenent < je tique.

    Je vis dans un quartier qui est devenu plus calme au fil des années.
    Il y a quelques années, la violence était visible, palpable, ressentie.
    Le commissariat de quartier a été fermé. On ne voit plus beaucoup les cars de crs.

    Etrangement, je me sens bien plus en sécurité dans mon quartier.

    Il y a un marché de la drogue très bien structuré et organisé qui tourne à plein régime. Pour que cette entreprise parallèle fonctionne encore mieux, la violence visible n'est pas souhaitée par ces dirigeants.

    « Mets un casque sur ton scooter ! » < ce n'est pas un policier qui parle mais un dirigeant d'entreprise et le salarié exécute illico…

    « On a eu pour consigne de lever le pied sur la drogue » < là c'est un policier qui parle.

    La paix sociale est assurée par les deux côtés…
    La violence n'est en effet plus visible…

  3. L’avenir ?
    La jeunesse sans qualification n’a pas attendu qu’on lui fasse une place (voulait-on d’ailleurs lui en faire une ?)

    La place où elle est. Elle l’occupe et y a développé des activités très lucratives. Elle a même su développer son marché via les infrastructures locales mises en place.

    A titre d’exemple :
    Une salle de concert a été ouverte dans mon quartier (très bonne programmation musicale d’ailleurs).
    Qui va au concerts ?
    Des jeunes du quartier ? Oh non ! (très minoritaires)
    Le public vient de loin et s’approvisionne avant et après…
    Ces « touristes » de passage m’ont parfois demandé où on pouvait trouver…
    Faudrait que je fasse un prospectus ! :)
    Peut-être qu’à l’avenir, cela sera fait directement par l’office du tourisme.

    L’avenir ?
    La jeunesse sans qualification est assez bien qualifiée pour comprendre que c’était à elle-même de trouver son utilité sociale… :)

  4. Allez encore un post. Je le sens ce sujet :)

    Ne nous inquiétons pas pour la jeunesse sans qualification.
    Elle se débrouille depuis un moment déjà.
    Elle trouve son utilité sociale.

    Quid de la jeunesse avec qualifcation par contre ?
    Elle est de plus en plus nombreuse, de plus en plus qualifiée.
    Elle, peut-être, croyait qu’on lui laisserait une place.

    Celle-là de jeunesse, elle risque d’être bien violente le jour où elle aura goûté au sang.

    Alors, là-haut, ils ont prévu l’assitanat pour s’assurer qu’elle ne morde pas ses maîtres.

    Me font rire ceux qui pestent contre les alloc’, le rsa, contre les fainénants etc.

    Jamais les maîtres ne retireront l’assistanat.
    Ils savent bien que les conséquences seraient terribles.
    Bien sûr, ils rognent par ci par là, mais sans y aller trop fort.
    S’ils prenaient des décisions radicales, genre « on stoppe complètement le rsa », ils se prendrait une violence radicale en pleine tronche.

    Pas cher payé pour une paix sociale.
    Franchement, sont forts là-haut.

  5. Et un dernier pour la route.

    La fête de mon quartier !

    Dans mon quartier, tous les ans, est organisé une fête.

    Une année, je vais à une réunion d’organisation de la fête.
    (j’étais membre d’une assoc sportive qui participait).

    Réunion : une vingtaine de personnes.

    A un moment, celle qui dirige la réunion pose cette question :
    « Pourriez-vous lever la main ceux qui sont habitants du quartier ? »

    Et là… Je tends le bras, pensant que d’autres bras seraient aussi levés… Ben me suis senti con…
    J’étais le seul !

    Tout le monde me regardait d’un air genre « Eh beh mon pauvre… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *