Microsoft a réussi la prouesse de rentrer dans la loi de finance Tunisienne

microsoft revolution Fabrice Epelboin vous parlait pas plus tard qu’aujourd’hui du rôle de Microsoft dans la censure et la répression en Tunisie. Il faut croire que l’entreprise américaine a su très rapidement retisser sa toile puisque cette dernière est carrément entrée, et pas n’importe comment, dans la loi de finance tunisienne.

Les postes révèlent des sommes assez conséquentes liées à l’exploitation de ses logiciels. On peut parler de licences vendues à prix d’or et on serait curieux d’en connaitre les modalité exactes. Le constat que l’on peut faire à la lumière du document ci-dessous, c’est que Microsoft coûte particulièrement cher aux tunisiens. Voici les lignes que nous avons extraites et qui seront portées du budget de l’état au crédit de Microsoft (les sommes sont exprimées en dinars tunisiens :

 

  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour la chambre des députés : 40 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour la chambre des conseillers : 15 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour la présidence de la république : 51 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le premier Ministère :  242 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de l’intérieur et du développement local :  483 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de la justice et des droits de l’homme : 1 088 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère des affaires étrangères :  118 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de la défense nationale : 91 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère des affaires religieuses :  17 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels  Microsoft pour le ministère des finances :  624 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels  Microsoft pour le ministère du développement et de la coopération internationale :  73 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières :  203 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche : 843 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de l’industrie et de la technologie :  93 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère du commerce et de l’artisanat :  114 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft  pour le ministère de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire :  258 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft  pour le ministère de l’environnement et du développement durable :  48 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère du tourisme :  15 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère des technologies de la communication :  22 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère des transports :  59 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère des affaires de la femme, de la famille de l’enfance et des personnes agées : 53 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de la communication :  30 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine :  131 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de la Jeunesse, des sports et de l’éducation physique :  173 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de la santé publique :  837 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère des affaires sociales, de la solidarité et des tunisiens à l’etranger : 323 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique : 1 500 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (projets nouveaux) : 57 000
  • Exploitation des licences des systèmes et logiciels Microsoft pour le ministère de la formation professionnelle et de l’emploi :  59 000
Nous laissons à votre discrétion le soin de faire la douloureuse.
Et voici le document en question :

jo1022010

Twitter Facebook Google Plus email

16 thoughts on “Microsoft a réussi la prouesse de rentrer dans la loi de finance Tunisienne”

    1. Thank you for your entire hard work on this blog. My motehr takes pleasure in engaging in investigations and it’s obvious why. Almost all notice all of the powerful manner you render valuable things on this web blog and even increase response from visitors on the subject matter then my daughter is truly starting to learn a lot of things. Enjoy the remaining portion of the year. Your performing a terrific job.

  1. Ah ? Moi j’étais à 7 660 000.

    Ben touff si ca va dans les licences serveur et qu’ils y vont à grand coup de licence sql …

    Quoi que même avec ca ils en ont équipé des postes …

    En revanche si c’set que pour les licences seven … très lourde la douloureuse

  2. Soit une ardoise de 7660000 Dinars doit environ 3900000 €. Sont pas trop regardant avec le précieux denier du contribuable d’un pays en reconstruction.

    @Fabrice, le foutage de gueule, c’est plutôt de la part du ministère du budget tunisien. Qui est-ce qui rédige les bons de commande ?

    Il faut aussi rappeller que MS innonde les écoles d’ingé africaines de docs, de licences et formations gratuites. Une fois chez leur employeur, les ingés sont tout prêts pour développer et intégrer du MS mais doivent apprendre quasiment ex nihilo les technos libres ou concurrentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *