LQDN pose les bonnes questions : qui pour répondre ?

La Quadrature Du Net vient de publier aujourd’hui un article dénonçant les pratiques de collaboration du gouvernement auprès des services de renseignements anglais dans le cadre de la surveillance des communications de la population française.
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d’autres médias. Ni « désengagé » ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

23 thoughts on “LQDN pose les bonnes questions : qui pour répondre ?”

  1. Là nous sommes en plein cœur du socialisme « mille huit cent quatre vingt quatrien » la surveillance, la surveillance, la surveillance …
    « Georges » l’avait bien prédit, le socialisme ne peut pas dériver autrement.

    1. Bien que le socialisme de « Georges » n’ait pas grand chose à voir avec celui de notre gouvernement. Et n’oublions pas que la droite a aussi participé à la mise en place de la surveillance.

      Sinon, la fin de l’article sur les limites de la démocratie représentative aurait peut-être mérité un peu plus de place. Mais l’article, bien que court, met bien en évidence le contraste entre le silence français et les actions, même de façade, entreprises ailleurs…

    2. Tu l’as vu ou toi le socialisme dans le gouvernement ? Le financement est public mais les boites sont privées. Le marché de la surveillance est un des rare qui se porte bien, très très bien. Il vend de partout, aussi bien au privé qu’au public. Non si tu cherche une raison à la surveillance, elle n’est pas la. Ou alors tu pars du principe qu’une bonne partie de l’UE est socialiste, plus les US. La matraque et la caméra est simplement l’apanage de n’importe quel gouvernement ayant peur d’une partie de sa population, peu importe son bord politique. Et ce type de surveillance est bien trop tentant pour ne pas l’utiliser.

      Pour ce qui est de l’article, il faudra mettre certains responsables au pied du mur. Mais comme dab quand ça sera le cas on aura des fusibles qui joueront leurs rôles, les vrais responsables seront plus en place et les mesures prises seront détournées car prévues depuis longtemps.

    3. En réponse à la quarantaine et quelques uns, si, si des pestiférés gratouillés vous dis-je, mais anonymes, secret médical oblige:
      “ Le socialisme, c’est la philosophie de l’échec, le crédo des ignares et le prêche des envieux ; sa mission est de distribuer la misère de manière égalitaire pour le peuple.” Winston CHURCHILL 1953

  2. @Zelectron:

    Merci de nous éviter le débat binaire et stérile – Reflets n’est pas l’endroit pour ça. Il existe des publications plus adaptées à l’activité consistant à dresser tous contre tous.
    Qui plus est, personne n’a de leçon à donner à personne dans ce domaine. Fadettes, Perben2 et al., c’était sous Sarkozy, non? Bref, l’honnêteté intellectuelle élémentaire exige de tous les renvoyer dos à dos.

    1. Vous donnez des leçons en prenant prétexte d’un constat pour « interdire » ?
      Par ailleurs les « qualificatifs » binaire et stérile appartiennent à une forme de pensée qui m’est étrangère pour le moins.
      Nous parlons d’éléments d’aujourd’hui (les précédents sont déjà dans les oubliettes de la ripoublique) qui sont grandement améliorés à la fois par une technologie puissante et le besoin du pouvoir actuel paranoïaque (comme ses prédécesseurs d’ailleurs)

  3. C’est le problème de l’UMPS aujourd’hui. Où j’habite, le candidat le plus à gauche (PS tendance Valls), c’est à dire plutôt au centre, propose au milieu de mesurettes sociales plus de caméras et plus de police municipale comme tous les autres candidats en fait (UMP, FN et dissident du PS).
    Le problème aussi c’est que la population veut plus de surveillance, et du coup ça arrange tout le monde. J’ai l’impression que tout le monde s’en fout, pour nous lecteurs de reflets, libristes, barbus c’est inconcevable mais si on est les seuls à demander des comptes voilà ce qui se passe, un silence assourdissant !

    1. «Le problème aussi c’est que la population veut plus de surveillance»

      Ca c’est vite dit, bien trop vite même.

      On la lui vent constamment, une couche d’insécurité, une couche de réponse magique camérabienveillante… (et la tripoté de lois qu’on sait)

      Que les gens aient envie d’etre tranquille, rien de plus normal, faudrait juste pas manipuler tout ca, dans un tout autre but qui plus est.

      1. Ce que je vois à travers l’exemple de ma commune de moins de 30 000 habitants, assez aisée et tranquille, qui est à gauche depuis 40 ans, c’est que quoi qu’il arrive, le candidat qui gagnera mettra plus de caméras de « vidéo-protection » (à part Valls je n’en ai pas vu beaucoup au PS qui ce sont mis à la novlangue) et plus de police municipale. Là ils sont d’accord !

        On dirait que « mettre des caméras » c’est le mot clé à placer pour ratisser large auprès des électeurs, peut-être parce que « baisser les impôts » ça ne marche plus qui sait ?

        À part ça quand je discute avec les gens en général, rare sont ceux qui disent qu’il faut plus de caméras effectivement, mais encore plus rares sont ceux qui sont dérangés par le fait qu’il y en ait de plus en plus. Puisqu’ils n’ont rien à se reprocher…

        Moi personnellement ça me fait vraiment flipper.

      2. Ils ne veulent regarder la réalité en face, et pourtant ils n’en veulent pas de la surveillance, la vraie.
        Ils offrent leur vie privée à Facebook, à Google et après ils se plaignent de recevoir des spams ou des appels téléphoniques.
        Ils s’en foutent qu’il y ait une caméra pour les filmer tant qu’ils n’ont pas à regarder leur image en face.

  4. J’avais envoyé une lettre à François Hollande (au moment de « l’affaire » avec Julie Gayet où notre président a insisté sur toutes les chaines que « C’est pas bien d’observer la vie privée du président » ) pour lui rappeller qu’il ne parlait jamais de l’affaire prism alors que la vie privée de tous les citoyens français était compromise et que c’était d’autant plus important que ses histoires de fesse.
    Malheureusement je doute que cette lettre ait été lue.
    Faudrait une action forte pour les faire réagir un peu. :/

  5. En Allemagne, l’affaire des écoutes de la NSA a fait du bruit. Pourquoi pas en France. Le fait que Mme Merkel ait été personnellement écoutée y est peut-être pour quelque chose.

    Mais je crois surtout en une autre raison. La France a depuis longtemps du côté technologique 10 ou 15 ans de retard sur l’Allemagne et les US. Les français sont peu cultivés en informatique et en langues. Leur horizon est un peu embrumé sur ces questions et ils ne voient pas bien ce que ça implique. D’ailleurs, ils n’y réfléchissent même pas.

    Par contre, on est des champions de l’individualisme. Un peu la mentalité de pays sous développé. La prise de conscience collective, la responsabilité sociale, le civisme, c’est pour plus tard et pour les autres. Regardez comment on se conduit sur la route dans les pays du Nord, germains, anglo-saxons, scandinaves, et regardez comment on jette les paquets de cigarettes vides et les sachets de MacDo vides par la fenêtre de sa voiture en France, regardez la saleté qu’il y a autour de chaque parking au bord d’une nationale (je suis dans le Sud et il est vrai que c’est pire que dans le nord). Ici, on s’en fout des autres, du collectif etc. Quand on vote, c’est pareil : on vote pour celui qui nous donnera plus d’argent (cf la campagne Sarko) ou nous en prendra moins. Bien sûr, il y a des exceptions. C’est bien ce que je dis : c’est des exceptions.

      1. Je sais, je l’ai lu.

        Je ne dis pas que la France ne sait pas faire les écoutes, au contraire. Elle vend son « savoir écouter » aux potentats étrangers comme elle vend son armement, que le dictateur tourne les armes contre le peuple ou contre les voisins, le marchand d’armes s’en moque. D’ailleurs les tyrans et pays belliqueux sont les meilleurs clients.

        Je dis que les français ne se sentent pas concernés du fait d’être espionnés par leur gouvernement et par la NSA. Ca leur est apparemment égal et je me demande comment c’est possible qu’ils y soient aussi indifférents (« je n’ai rien à cacher »).

        1. Je me demande pourquoi les français ne réagissent pas alors que les allemands réagissent. Et donc les 2 idées que j’ai eues, c’est que :
          1. l’immense majorité des français a très peu de connaissances en info, n’a pas lu Orwell, et ne perçoit pas les conséquences pernicieuses du fichage. Je me souviens d’un touriste qui me racontait en Inde avoir demandé un visa pour aller dans une zone ethnique (zone où une ethnie vit d’une manière traditionnelle, et donc protégée). Le fonctionnaire indien lui a sorti ce qu’il avait fait, où il était, et des choses qu’il avait dites en Inde 15 ans avant. Ce pourquoi le visa était refusé. Et c’était de la fiche carton. Et la « résolution » du fichage automatisé d’aujourd’hui n’a plus rien à voir.
          2. Il n’y a pas de conscience de la responsabilité sociale de chacun. La mentalité (en tout cas dans le Sud) est celle d’un individualisme forcené. Chacun pour soi, les autres on les jetterait dans le fleuve.
          Voilà, je me demande, alors ce sont des pistes …

  6. Même un certain nombre de français qui ont lu Orwell ne saisissent pas que la dystopie en question concerne le socialisme et sa dérive … je comprend qu’ils soient troublés pour le moins.
    Pour mémoire, j’ai lu quelque trois mille SF,

  7. Il me semble que nous sommes face à un comportement tout à fait logique de notre « monde » tel que structuré actuellement. (pas besoin de complots ou d’aliens pour ça) Que ce soit en termes de répartitions des pouvoirs, d’intérêts financiers et politiques croisés. Les connaissances scientifiques rendant cette modification possible et surtout, plus efficace. Le dérive vers une « dictature consensuelle », proche de certaines dystopies n’est que la conséquence logique de nos structures sociales, et surtout « à mon sens » de l’échelle de gestion, laquelle amplifie ces effets structurels.

    1. Je trouve ce diagnostic très bien décrit et je me permets « d’en rajouter une couche ».
      Concentration de pouvoirs entre les mains d’une élite politico-financière qui n’a d’autre but que de concentrer toujours plus d’argent et toujours plus de pouvoir, servie par une technologie qui se développe ad hoc.
      Elite qui n’a aucune morale, même pas limitée par le cadre légal qu’ils contournent et étendent au fur et à mesure et au gré des affaires.
      Corollaire de la dérive financière et ultralibérale de l’économie promue par les US et que la commission européenne propage chez nous. Cette dérive est suivie par une autre dérive venue des US : la dérive sécuritaire. Bientôt ils feront voler des drônes au dessus de nos routes pour nous flasher et couperont le moteur par télécommande en appelant le panier à salade.
      Y-a-t’il un autre antidote que la vigilance et finalement la révolte du peuple ? Or presque personne ne bouge ni ne dit mot en France : les principaux medias nationaux participent à la l’abrutissement en ignorant les sujets importants pour rester dans l’actualité insignifiante, et la majorité des français obnubilés par la galère quotidienne ne sont au courant de rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *