L’information, l’indignation, la politique, le journalisme, les réseaux sociaux en 2 tableaux

Attention merveilleux public ultra attentif à l’esprit plus critique qu’une armée de philosophes pré-socratique, ceci est un exercice moderne d’analyse de la situation de patinage dans la semoule dans laquelle se trouve ton pays chéri, la France.

Mais ça pourrait s’appliquer ailleurs aussi.

La question de départ est : mais comment que ça se fait qu’avec autant d’outils d’informations, de gens connectés qui crient au scandale, rien ne change et qu’on a Fabius dans un ministère (c’est un exemple) ?

Hein ?

Pourquoi ?

C’est dingue quand même ! Avec les murs Fesse de bouc, les gazouillis incessants d’affaires terribles de corruption en veux-tu en voilà, y’a rien qui s’passe. Bizarre. Les journalistes sont sur tous les fronts, ils ont des zordinateurs raccordés aux zinternets, les gens peuvent s’abreuver à des tas de sources d’info comme jamais avant, et pourtant, ça bronche pas. Alors, le Docteur Menkevick vous a concocté deux infographies pour tenter une explication du phénomène. Attention, rien ne vous oblige à adhérer à cette explication, et ce n’est pas la peine  non plus d’insulter l’auteur des ces superbes dessins. Mais p’têtre qu’il y a un truc à réfléchir. P’têtre bien, non ? Même si c’est gênant…

Avant :

journalisme-1

 

Après :

journalisme-2

Twitter Facebook Google Plus email


38 thoughts on “L’information, l’indignation, la politique, le journalisme, les réseaux sociaux en 2 tableaux”

  1. J’ai une question: y a-t-il un lien entre la quantité d’information manipulée (toujours plus grande), la qualité de l’information (de plus en plus mauvaise) et la durée de rétention de l’information (de plus en plus courte) qui pourrait expliquer la deuxième infographie?

  2. Il ne faut pas oublier que les journalistes sont surtout payés pour ignorer certains faits. Mais également, pour discréditer certaines opinions.
    La population continue de « s’indigner, agir, manifester, demander des comptes. »
    Mais la presse ne parle que des évènements inoffensifs.
    Nous pourrions faire une liste des réactions populaires dont les « Infos » ne parlent pas. Ou alors avec consternation.

  3. « Il ne faut pas oublier que les journalistes sont surtout payés pour ignorer certains faits. Mais également, pour discréditer certaines opinions. »

    Vos sources ? Vous pouvez apporter des preuves de cette affirmation ?

    « Payés pour ignorer certains faits ? » : c’est une plaisanterie ?

    « Mais la presse ne parle que des évènements inoffensifs. » :
    Ah bon ? Et l’affaire Cahuzac ? Bettencourt ? Amesys ? Karachi ? Et les dizaines d’autres affaires qui sortent en permanence ?

    « Nous pourrions faire une liste des réactions populaires dont les « Infos » ne parlent pas. Ou alors avec consternation. » :
    Quelles « infos » ? Celles que vous regardez ? Il y a largement le choix pour s’informer, et la moindre « réaction populaire » est traitée, toujours. Regardez NDDL : il y avait le choix pour s’informer à ce sujet, et la presse a fait son boulot. Les gens de la ZAD ont été entendus, les média ont informé : pas tous dans le sens que chacun souhaiterait, mais c’est normal, cela s’appelle la pluralité de l’information. Sinon, il faut vivre en URSS. Mais, attendez…ça n’existe plus, non ?

    Les gens sont informés, mais ne font rien. Pourquoi ? A cause des journalistes ? Allons donc, elle est bien bonne… Avec Cahuzac, la presse a tenté d’écarter l’événement, le minimiser ? Non. Enfin au début certains, oui. Mais rapidement, elle a fait son boulot.

    Et la population, elle a demandé quelque chose après Cahuzac ? Non plus. Elle tweete la population, elle facebook, elle commente, elle s’indigne et signe des pétitions Avaaz.

    C’est bien, c’est formidable. Mais ça ne fait pas changer grand chose. Pourquoi ne fait elle rien d’autre ? Parce qu’elle craint le froid l’hiver et la chaleur l’été, la pluie en inter-saison ?

    1. Yohan je veut te faire l’amour tous de suite !!

      C’est trop sa !!

      La pétition Avaaz waouh c’est trop bien, les politiciens ils voiyent les signatures sur internet ils rigolent.

      Par contre tu fait une manif avec 15 gus un dimanche devant la maison du politiciens la il va comprendre.
      C’est la qu’il faut russé.

      Les gens pense gagné une bataille avec 2 cliques sur internet lol.

        1. Moi sa me dérange pas vu que l’on me comprend.
          Par contre je voit que sa te fait rager donc sa procure un peu de plaisir.

          Sinon attaqué la forme plutôt que le fond tous en balançant une critique sur les jeunes c’est quoi l’idée ?
          A part te faire passé pour un vieux con a mes yeux bien sur …

          1. Je dois dire que je suis d’accord avec jzkhaz. Tu aurais pu écrire un commentaire constructif et éventuellement, à la fin, faire une remarque sur l’orthographe de jzkhaz.

            Au lieu de ça, tu as choisi d’être pédant, hautain et méprisant. Félicitations.

        1. ouais j’aurait pu aborder que les journalistes sont essentiellement financés par des industriels mais ce n’est pas forcement vrai et c’est répété ici et ailleurs à souhait.

          et sinon oui je pense que ce cadeau nuit à l’objectivité et me semble injustifié.

          1. Je ne suis pas salarié du journal. Seulement pigiste. Donc je ne sais pas ce qu’ils font de leur abattement.

            Il faut le leur demander.

            Sais-tu combien de professions en France bénéficient de cet abattement ?

          2. >Donc je ne sais pas ce qu’ils font de leur abattement.

            pour moi c’est, dans une certaine mesure, comparable aux distinction type légion.

            >Il faut le leur demander.

            Ouais je vais le faire.

            >Sais-tu combien de professions en France bénéficient de cet abattement ?

            Non et toi ?

          1. Bon…allons-y : je suis journaliste, j’ai droit à 7500 € d’abattement fiscal. Et comme je vis avec quelqu’un qui gagne plus que moi, parce que je suis journaliste et que c’est pas la gloire niveau fric, ça permet de…quoi au juste ? Faire baisser un peu la pression fiscale ? Possible, mais en tout cas pas tant que ça, puisqu’on a commencé à payer des impôts en 2008, en travaillant depuis 1990…et qu’avec moins de revenus cette année, on paye pareil d’impôts avec l’abattement de journaliste. Tacler les journalistes dans leur ensemble, sans connaître le milieu, est à mon sens ridicule. Je travaille pour un gros organe de presse public, je choisis mes sujets, je ne suis jamais censuré, je ne bouffe dans la main de personne. Je fais mon métier. Qui est de vous informer, d’analyser des sujets, de permettre le maximum d’expression, de critiquer, etc…Tout ça pour moins de 20 000 € par an. Avant, comme informaticien, je rentrais 35 à 40 k€ par an. Tu veux ma place actuelle ?

            Et vendre de la lessive ? Franchement, vous, vous vendez quoi dans votre métier ? Il vaut mieux être sourd que d’entendre ça. Toute profession à ses brebis galeuses, ses vendus, de là à en faire une généralité, c’est simplement lamentable. En plus, je vois plein de jeune stagiaires d’écoles de journalistes arriver dans la rédaction, et je ne vois rien de ce que vous décrivez. Comme chez plein de journalistes plus âgés, qui sont réellement épris de leur métier et font bien leur boulot. Les journalistes en bavent, s’accrochent, sont précaires, et malgré tout sont une épine dans le pied du pouvoir. Les organes de presse privés peuvent être des censeurs, mais dans l’absolu félicitez-vous de vivre ici et pas ailleurs : 80% de la planète ne connaît pas la pluralité et liberté de la presse qui sévit ici bas. Même s’il y a des critiques à faire…

          2. > je suis journaliste, j’ai droit à 7500 € d’abattement fiscal.

            Pour quelle raison ?

            > parce que je suis journaliste et que c’est pas la gloire niveau fric,

            je le sais tres bien.

            > sans connaître le milieu,

            Qu’en sais tu ?

            > Je travaille pour un gros organe de presse public, je choisis mes sujets, je ne suis jamais censuré, je ne bouffe dans la main de personne. Je fais mon métier.

            Tu mange au moins dans la main de vos annonceurs et de vos lecteurs, et SCOOP ! tous les travailleurs font pareil, journaliste ou pas, nous mangeons dans la main de nos clients, sinon nous crevons.

            > Tu veux ma place actuelle ?

            Non.

            > Et vendre de la lessive ? Franchement, vous, vous vendez quoi dans votre métier ?

            Oui car pour beaucoup de media le client est l’annonceur (le vendeur de lessive) et non pas le lecteur.

            > Les organes de presse privés peuvent être des censeurs, mais dans l’absolu félicitez-vous de vivre ici et pas ailleurs : 80% de la planète ne connaît pas la pluralité et liberté de la presse qui sévit ici bas.

            D’accord donc si y’a pire alors ça va alors…

            Ne vous méprenez pas. je ne bave pas tant sur la profession de journaliste que sur leurs cerveaux disponibles^W^Wlecteurs et c’est d’avantage ça le sujet de l’article. Je n’ai jamais dis « tous pourris ».

    2. Remontrance sur la forme plus que sur le contenu : lorsqu’on reçoit un post comme celui-là, il y a deux possibilités :
      1. C’est un troll
      2. Le type se trompe (fut-ce lourdement)
      Comme je ne connais pas GaelF, je préfère la seconde car moins désagréable. Mais dans les deux cas tu réponds à tout le monde et pas seulement à lui. Et c’est pour cela que j’apprécie moyen, car figure toi qu’il m’arrive assez souvent de me tromper, auquel cas je te garantit que l’humiliation est superflue.

      Donc, comme c’est par écrit, il ne coûte pas cher d’attendre de se calmer un peu, çà permet de mieux faire passer le message au lieu de braquer GaelF. Ceci étant, je ne le connais pas et ne vais pas non plus en faire un fromage.

      Pour la partie positive (sur le sujet de ton article en forme de question), le sujet est bien dérangeant et ne parle pas bien des politiques… ni des « citoyen lambda » comme quelqu’un m’a dit un jour.
      Perso, je ne suis pas sûr qu’on ait besoin des politiques si on ne peut pas compter sur eux, c’est une simple règle de réciprocité. C’est un peu comme les banquiers : si tu n’as pas besoin d’eux, tu peux compter sur leur appui (mais bien sûr ça n’a aucun rapport).

      PS : si vous continuez avec des capchas aussi durs, je vais attraper une méningite.

  4. Images amusantes, mais un peu simplistes.
    Certains mouvements d’ampleur, j’entends par la des manifestations physiques dont certaines tres mediatisees (voir les mouvements « Occupy… » qui ont fleuri dans plusieurs villes importantes) n’ont donne aucune reaction des politiciens. Des gens motives, reunis sur de longues periodes, et aucun resultat.

    Ou est le probleme?

    Pour moi, c’est surtout que les politiciens ont reussi a faire passer le message TINA. Pas d’alternative, pas d’autre choix que de continuer avec eux au pouvoir. Si nous ne pouvons leur prouver le contraire, si nous les laissons au pouvoir malgre leurs abus – meme reconnus et condamnes en justice – le message que nous leur envoyons en reponse est simple: « ok, il n’y pas d’alternative, continuez comme avant meme si nous ralons. De toutes facons, nous n’y pouvons rien. »

    Nous votons en boucle pour les memes. Cahuzac ejecte est une exception (et encore, je demande a voir s’il ne va pas revenir dans deux-trois ans). Reegardez le nombre de politiciens de retour apres une condamnation. Parfois meme reelus au suffrage universel direct. Vous croyez vraiment qu’il ne vont pas se sentir intouchables?

    1. Peut-être que le peuple est juste profondément blasé et en a plus rien à foutre.
      Peut-être qu’en dehors d’en parler entre eux façon « politique de comptoir » les gens voient que l’action dans la rue ça ne mène à plus grand chose, à part de dire « pfff, encore une grève? »
      Peut-être que les hommes politiques sont tellement déconnectés de la réalité qu’ils ont réussi à se déconnecter de leur électorat, car quand je vois le premier tour à brignolles avec plus de 60 % d’abstention et que ça ne choque PERSONNE chez les hommes politiques, à quoi bon se lever le cul pour aller voter puisqu’ils n’écouteront pas?

      A quoi sert une démocratie si les élites n’en font qu’à leur tête ?

      Le second tour a Brignolles a eu lieu, 55 % d’absention, victoire du FN avec 53% des voix.
      Réaction à gauche: « c’est la faute de l’UMP »
      Réaction à droite: « c’est la faute de la gauche »
      Réaction à gauche de la gauche: « c’est la faute à l’UMP qui fait de l’anti communisme, c’est la faute aux VERTS et aux média, c’est la faute au PS »
      (source: http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/14/brignoles-la-victoire-frontiste-seme-le-malaise-a-droite-et-a-gauche_3494991_823448.html et http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/14/a-brignoles-la-hausse-de-la-participation-a-profite-au-candidat-du-fn_3495152_823448.html )
      Le graphique sur le report des voix est assez explicite sur le phénomène.
      A ce niveau là, c’est du déni de réalité chez les hommes politiques. Comment ne pas être blasé quand on voit ça?

  5. Pour sortir un peu du cadre Franco-francais, c’est la meme chose au niveau mondial.

    Les leaks sur la NSA: Au mon dieu! Facebook Google et Apple sont des vendus et donnent nos informations a la NSA.

    Vous avez arrete d’utiliser ces services/produits ? Pour une tres grande majorite la reponse est non!

    Par contre je vais poster un truc sur facebook pour dire que je suis contre !

    Yalla!

  6. Il manque la « famille » des barbapapa dans cette infographie, pour ne parler que de cette absente. Mais bon, comme je ne suis pas journaliste, je n’ai peut être pas tout compris au jeu des « familles ».

    Bonne semaine.

  7. Je suis curieux, c’était quand ce « avant » où les politiques ont tiré des leçons d’affaires sorties par les journalistes ? En France j’entends. Chirac, Giscard d’Estaing, Mitterrand ont été mouillés dans des affaires ce qui ne les a pas empêchés d’être réélus. Papa Jean-Marie a une batterie de cuisine derrière lui ce qui ne l’a pas empêché de terminer au second tour…

  8. J’ai bien conscience que ce genre de chose http://nsa34.casimages.com/img/2013/10/15/131015012344362938.jpg ne peut pas être accepté par les journalistes de profession, et sera rejeté de telle ou telle manière avec force arguments.

    Ca me semble pourtant mériter réflexion.
    En plus, cela concerne de mon point de vue (et celui de bien des étrangers) quelque chose que l’on retrouve dans l’ensemble des corps constitués français actuels. C’est donc éminemment explicatif.

    Pourquoi et comment cela advient?
    Ca se sont des vraies questions, la première d’ordre historico-philosophico-culturalo-politico-poilaudo, la seconde très « concrète » de nature systémique-processus-psychosocio-socio-etplus.

    Des vraies questions car elles portent sur la maladie générale d’un pays, son syndrome et ses symptômes, et donc les remèdes possibles pour aider à débloquer la situation.

    Poil au menton.

  9. Nous sommes en train de faire une belle boucle illustrant le second tableau …
    Si ce croquis est divertissant et pas trop à côté de la place, je trouve quand même qu’il est sacrément geignard; On lit presque le « Mais-euh, pourquoi suis-je le seul qui fait ce qu’il faut ?! » publié avec force larmoiements depuis un bureau/chambre.

  10. Ces slides posent de bonnes questions mais le premier me dérange.
    Je ne crois pas trop au « c’était mieux avant ». Ma jeunesse y est peut-être pour quelque chose mais je ne me souviens pas avoir connaissance de beaucoup de politiques qui ont réagi face aux questions du peuple. Les VGE, Mitterand, Chirac et Cie ont trainé de nombreuses casseroles et pourtant VGE et Chirac sont toujours là et siègent toujours au conseil constitutionnel…

    Je ne trouve pas que beaucoup de choses ont changé. Les « Affaires » sortent toujours grâce à une minorité de médias indépendants comme le Canard et aujourd’hui Médiapart. Les médias mainstream se contentant de relayer l’info après souvent une période de vide où l’on sent qu’ils se demandent s’ils y vont ou pas.

    Ce qui a changé, je pense, c’est Internet qui a créé une sorte de grosse caisse de résonance et qui alimente cet imbroglio et ce bruit incessant duquel rien ne sort et dont les politiques continuent de se foutre royalement.

    Mais le printemps arabe a montré que tout n’était pas perdu (même si le résultat final n’est pas une franche réussite, c’est le moins qu’on puisse dire…). Le peuple peut encore réussir à exprimer son opinion. Encore faut-il qu’il en ait envie…

      1. Bien sûr. Je voulais dire que la population avait le pouvoir de se révolter sans forcément passer par la case journaliste, comme l’indique la première infographie. C’est surtout ça qui me dérangeait: le journaliste posé en unique source d’info…

        1. Tu devrais t’intéresser aux problématiques du journalisme citoyen en Tunisie. Pas mal de choses bien, mais de vrais problèmes qui n’ont pas aidé la révolution, avec entre autres tout ce qui touchait à la diffamation, les rumeurs et autres (fausses) informations citoyennes relayées et non vérifiées. En France, la presse, les média (et donc les journalistes) sont considérés comme le quatrième pouvoir. Les 3 autres pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) aimeraient beaucoup que l’information devienne quelque chose de peu crédible, avec un maximum d’acteurs qui se décrédibilisent en relayant tout et n’importe quoi : ainsi, il leur sera possible de dire que tout ça n’est pas sérieux, qu’Internet est un fatras de mensonges et de délires, etc…

          Pour ce qui est de la « révolte », l’infographie n’en parle pas : la population s’indigne, agit, manifeste » : les politiques réagissent. Il y eut des démissions, des reculs sur des lois parce beaucoup de monde dans la rue. Pas des révolutions, mais des reculs des politiques, une prise en compte de l’ire populaire. Ce n’est plus le cas. L’information est devenue une sorte de grand grésillement planétaire et maintenant, ce n’est plus le journaliste la seule source d’info. Les citoyens en créent de l’info, les lobbies aussi, les cabinets des politiques, les mafias…en réalité, il y a pléthore de sources d’info et d’infos. Tout ça tourne au final un peu à vide, enfin, pour ma part, c’est ce que je pense. D’ailleurs, en tant que journaliste, j’ai souvent l’impression de pisser dans un violon, selon l’expression consacrée.

          Mais la population peut se révolter, avec ou sans journalistes. Le tout est qu’elle sache pourquoi. Avec ou sans l’Iphone5 ? En ligne ou dans la rue ? Avec ou sans crédit à la consommation ? Avec ou sans écran plat de 150 pouces ? Pour demander quoi ? La baisse des tarifs EDF ? Des tickets restau pour tous ?

    1. Ca devait vous intéresser si vous ne connaissez pas déjà cet exposé ci de Jorion. Sujet : travail, monnaie, valeur, keynes, crise, dette, intérêt, dexia, méritocratie, etc, plein de choses en fait. Très stimulant. Très clair. 2 heures mais bien remplies partie réponses au public comprise.

  11. Bonjour Docteur.

    Ha mais c’est pas de la relation clientèle ça non ?
    Là sur la seconde infographie, à l’endroit de la flèche noire qui tourne en rond : entre la population et l’élite, on les devine bien les automates à miroir : les centres d’appels (pour changer le monde tapez 1), les services de rézossocio (écris sur ton mur du monde mondial), les pétitions en ligne, les débats (pour ou contre le mariage gay de la peine de mort du nucléaire, alors pour ou contre ? Mmmh ?), les démarches qualitay (bienvenue dans la roue du hamster jovial),

    On canalise en boucle avec des méthodes industrielles grâce à tous ces merveilleux outils.

    Reste à définir qui met en oeuvre et maintien en fonction ces canalisations. Sûrement quelques plombiers fous milliardaires et égocentriques.

  12. Hum, la presse traite certes de certaines infos importantes mais à quel prix ?
    A coté de ça, on a droit à des affaires de quartier (je ne dis pas que c’est inutile et pas important) qui devraient rester des affaires de quartier au lieu de devenir des affaires d’états. Ca traite de fait divers peu important à coté des choses importantes (écologie – commerce d’arme – science etc)
    Oui ça ouvre des débats souvent intéressant dans le fond mais est-ce donc réellement ce qu’on attend comme info ?
    Mon ancienne patronne avait sorti à un stagiaire :
    « oui mais enfin ! (oui elle avait commencé comme ça :D) vous avez une masse de travail à accomplir ! Il faut savoir faire le tri ! Vous analyser, et vous opérer en conséquence ! Ce qui est important et qui ne peut attendre, on le fait de suite et vous vous concentrer dessus ! Le reste, vous le ferez quand le rush sera passé » C’est simple, net, et il ne faut pas être débile pour comprendre que c’est d’une logique (en théorie) implacable.
    Les journalistes TV sont pour la plupart à mes yeux des guignols (je parle des journalistes de nos jolies chaines BFM, TF1, itélé, vous m’avez compris)
    Les vrais sujets sont traités puis oubliés dans l’oubli intersidéral de « l’information TV » (exemple ? On peut parler de Snowden par exemple. On en parle oui, mais pas du sujet à traiter en lui même, on parle de sa cachette au fin fond de la Russie…)
    L’information tourne, au ralentit mais elle tourne, elle est seulement noyer dans la masse de connerie qu’on t’inflige quand tu allumes ton poste de télévision.

    De toute façon, on pourrait écrire un roman la dessus. On peut déjà commencer quand on ne connait pas trop le sujet par regarder le docu les nouveaux chien de garde. C’est un minimum. Ou encore pas vu pas prit.
    Des classiques qui sont criant de vérité et que Mr tout le monde pourra comprendre facilement (enfin j’espère)

    Bon je m’arrête là ! Pour l’illu (je voulais parler de ça à la base mouhaha) c’est une très bonne illu.
    Ca représente bien l’état actuel des choses niveau gouvernement et la différence de point de vue entre gouvernement et peuple. 2 mondes bien différents.
    Le pognon.. Toujours le pognon…

  13. Pour que ca bouge faut qu’il y est la goute d’eau qui fasse déborder le vase, le truc qui met le feu aux poudre.
    Que certains en chient assez pour qu’ils se « disent » que « ouai bon ok si je fais rien ca commence a devenir tendu ».
    Après faut aussi qu’un tas de choses se regroupent, rassemblent… pour former un mouvement global.

    Le fait est qu’on en est arriver a l’un de ces stade dans l’histoire ou de simple mouvements par ci par là, des manif, des petites grève ne font plus rien du tout, que dalle, nada.
    En un sens c’est pas mal, ca dégage les illusions naïves et ca remet en perspective le questionnement de faire autre chose, autrement, de changer pour de vrai, réorganiser en profondeur.

    De facon radicale, en prenant a la racine les problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *