L’Express a vu le chasseur qui a vu l’ours qui a vu les Américains

On pourrait la faire longue. Mais on essayera de la faire courte parce que réexpliquer en permanence, c’est lassant. On aurait pu réécrire avec moult détails que « la cyber guerre, ça fait des cyber-morts », ce
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

31 thoughts on “L’Express a vu le chasseur qui a vu l’ours qui a vu les Américains”

      1. Sans déconner… Jennifer… Rendre compte aussi mal d’un article bien écrit (rendons à César, toussa) avec un français aussi déplorable. Ce n’est pas humain. Jennifer, c’est son vrai prénom ?

  1. « De deux choses l’une, soit les auteurs de l’article n’ont rien compris à ce que leurs sources (techniques, elles) leur ont raconté, soit ils se sont fait enfumer… »
    Ou mieux encore, voir le sketch de Coluche sur les journalistes:
    « Les journalistes ne croient pas les mensonges des hommes politiques, mais ils les repetent. C’est pire. »

  2. Bonjour

    article intéressant mais une remarque :

    pourquoi d’un coté écrire « Si vos sources veulent rester anonymes, demandez-leur pourquoi »…

    …et de l’autre écrire « Du côté officiel, cette fois, les sources contactées par Reflets sont sur la même longueur d’ondes. »

    Pourquoi ne pas citer vos sources officielles ? ;-)

    Bonne journée

  3. j’ai du raté un truc dans l’évolution de la presse, mais depuis quand un journaliste peut écrire

    « Selon les informations recueillies par l’Express auprès de plusieurs sources [ici anonymes si j’ai bien lu], leurs conclusions fondées sur un faisceau de présomptions »…

    et surtout le publier…

    l’express = minute ?

    1. tss tss…
      L’Express n’est pas Minute. Fort heureusement.

      Ces mots sont une façon de présenter une information. Les auteurs me contrediront si je me trompe, mais voilà à peu près le scénario :
      – pendant quelques semaines/mois, les auteurs recueillent des informations
      – ils croisent les informations pour en vérifier l’authenticité (c’est pour de vrai ou pour de faux ce que m’a raconté truc ? Est-ce que machin confirme ça ?)
      – Tout le monde leur dit : surtout ne dites pas que c’est moi qui vous ai dit ça, je perdrais mon job.
      – il faut trouver une façon de dire les choses sans impliquer les sources.
      – on invente une phrase genre : de sources concordantes, on indique que. Le passage « leurs conclusions fondées sur un faisceau de présomptions » est un peu maladroit. Je pense que ce qu »ils voulaient dire était quelque chose du genre : plusieurs informations permettent de désigner les USA comme les commanditaires du piratage ». Mais cela aurait probablement impliqué de donner quelques détails techniques pour appuyer et éclairer le propos.

  4. Bonjour,

    Cette attention portée à ces mots : « éviter la publication ce genre d’imbécilités. Ces imbécilités ne sont pas sans conséquences. »

    Imbécilité avec un seul l est une ancienne écriture, qui ne se retrouve plus… sauf dans le correcteur d’orthographe.
    Imbécillité s’écrit en fait, avec deux « l ». Deux « l » pour mieux voler… comme vous volez dans les plumes de ces journalistes avec la cyberguerre?

    .

  5. bonjour,
    pour quelle raison d8 aurait-elle montré de sogs de connexion à reflets.info ? je veux dire, y a-t-il une raison logique pour qu’ils aient fait une capture d’écran d’un truc concernant ce sit spécifiquement ? N’y a-t-il pas là une conspiration !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *