Lettre ouverte à Etienne Chouard

lettre-chouard

Cher Etienne,

je suis désolé des clameurs plus ou moins violentes et angoissantes qui résonnent à l’énoncé de ton nom et surtout suite aux critiques à l’égard de ta personne. Clameurs qui résultent d’un article suivi d’échanges plus ou moins agressifs sur un journal satirique en ligne, le bien-nommé Reflets. Mais je m’égare, ce n’est pas ta personne en tant que telle qui est en jeu, ni tes idées, ni ce journal, ni ma propre personne d’ailleurs, mais tes « amitiés et soutiens », et ton engagement politique. Parce que tu es quelqu’un d’agréable, de courtois, posé, intelligent, disons-le clairement, et comme nous avons une fois déjeuné ensemble, échangé nos points de vue, il me semble aujourd’hui important de rectifier certains de mes propos publiés ici qui pourraient être mal interpêtés.

Oui, tes fans interprêtent mal : mais quoi de plus normal que de voir les groupies défendre leur star aveuglément ? Ils pensent que je pense que tu es d’extrême droite ! Rooooooh, les imbéciles, pardon : les cons. Tu n’en as pas franchement le profil, au premier abord. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, l’extrême droite c’est difficile à définir parce qu’ils utilisent tous des discours qui étaient jusque là réservés à l’extrême gauche. Toujours est-il que j’étais honoré de te rencontrer, ce que je t’ai dit de but en blanc : je suis comme ça, très franc du collier. Je connaissais tes idées sur la démocratie par tirage au sort, avais visionné pas mal de tes vidéos, lu de tes interviews, mais n’étais jamais allé plus loin que ce seul aspect des choses : les idées, justement. Peut-on se contenter des idées ? Oui, certainement, si la personne qui les émet est d’une neutralité parfaite, ce que je croyais être le cas. Naïf que je suis !

Quelle ne fut pas ma surprise, donc, de trouver des traces assez étranges de soutiens de ta part. On me les a envoyés, c’est vrai, parce que des gens bien intentionnés cherchent à me donner des informations qui peuvent m’échapper, ce qui m’arrive parfois…il faut bien le dire. (Et puis je n’aime pas préjuger des gens qui développent des idées intéressantes en fouillant de partout à leur propos). Et là, que trouve-je ? Un commentaire élogieux de ta part sur un site faisant la promotion d’un documentaire lui-même dédié à l’apologie de Faurisson, le révisionniste de la Shoah. J’ai même fait l’effort de visionner le documentaire que je n’ai pas pu finir : quand Faurisson sort ses plans de chambres à gaz et justifie ses recherches scientifiques pour prouver qu’elles n’ont pas existé, une envie de vomir m’a empêché de rester devant l’écran. Nous avons tous nos limites, les miennes se situent là.

Depuis, ton éloge a été remplacé par un commentaire du Nouvel Obs. Mais il est resté un bon moment sur le site, ce soutien de ta part, plus d’un an si je ne m’abuse. J’ai donc continué ma recherche sur tes soutiens et amitiés. J’avais un peu tiqué, lors de notre rencontre, à propos de Soral dont tu trouvais « pas mal d’idées intéressantes », mais bon, Soral…ce n’est pas non plus un type très dangereux si on est un peu réaliste. Puis il y eut Asselineau, ce transfuge du RPFIE, le parti de Pasqua et De Viliers. Asselineau, un  ancien directeur de cabinet du même Charles, au conseil général des Hauts-de-Seine. Asselineau, un souverainiste qui ne développe rien d’autre que les idées de Marine Le Pen mais en se cachant d’être de son bord. Lui aussi, tu le soutiens.

Puis Ménard, Robert, que tu soutiens lui aussi, parce que tu le trouves « très intéressant » pour sa « défense formidable de la liberté d’expression » : Robert Ménard, ce journaliste ultra réactionnaire qui sort aujourd’hui un bouquin intitulé « Vive l’Algérie française ». On croit rêver. Et toi, de répéter : je ne fais pas de politique ! Mais si, bien entendu que tu en fais, Etienne !

Alors, dans un élan de sympathie toute fraternelle, pétri d’une naïve envie de comprendre, telles sont mes questions : pourquoi soutenir Asselineau, faire des commentaires positifs sur Soral, un éloge de Faurisson, pourquoi aller vers des partis ou des mouvements politiques précis (de la droite nationaliste) tout en déclarant ne pas « en être » (de la politique) ? Le tirage au sort ne se mettra pas en place avant des lustres. Et ses chances de parvenir à remplacer le système actuel, déjà très réduites, le seront encore plus si celui qui en fait la promotion, toi, se rapproche en permanence de ceux qui créent des barrages, des clivages, et attirent les contestataires énervés pour mieux empêcher qu’une véritable expression politique populaire et libérée des dogmes poussiéreux puisse se faire.

Si ta personne n’est pas importante, mais tes idées le sont, quel besoin de te trouver des soutiens auprès de cette droite nationaliste, ces personnalités aux discours puants (Ménard, Faurisson) ? Pourquoi aller donner ton avis sur l’Europe (tu as fait ton job au départ, en 2005 à ce niveau là, non ?), puisque c’est le système par tirage au sort qui t’intéresse ? Ce ne sont pas l’Europe ou la sortie de l’euro qui doivent te motiver, normalement : ou bien alors c’est un programme politique que tu développes ? Mais là, ça ne colle plus, n’est-ce pas ? Si ?

Je suis certain, malgré mon peu d’importance et ma notoriété très relative, que cette lettre trouvera écho chez toi et que tu y répondras avec la courtoisie qui te caractérise.

Bien à toi.

Jovan Menkevick.

 

PS (ajout du 25/01/2013) : comme de nombreux commentaires demandent les preuves de ton soutien au documentaire sur Faurisson, le révisionniste, je joins cette copie d’écran du site qui en fait la promotion, http://holocauste.com

C’est en cliquant sur « avis » que l’on trouve ton soutien, ainsi que celui d’Alain Soral et Jean Bricmont.

soutien-faurisson

Twitter Facebook Google Plus email

44 thoughts on “Lettre ouverte à Etienne Chouard”

  1. Bonjour Yovan,

    Je comprends bien ton point de vu. Mais ce que j’ai du mal à comprendre, c’est que la plupart des gens ont besoin de situer qui est la personne qui développe une idée, en regardant dans tous les coins pour vraiment découvrir qui est cette personne.
    N’est il pas possible de simplement prendre une idée, se demander si elle est pertinente et si oui, se l’approprier ? Ce serait tellement plus simple… Juger des idées en elle-même et non pas en fonction de qui les développe.

    Si je fais régulièrement référence à Etienne Chouard, c’est surtout aux idées qu’il développe qui sont, je trouve, très pertinentes.

    1. On peut évacuer la personne de ses idées dans notre propre argumentation, je suis d’accord. Mais humainement, je ne sais pas rencontrer quelqu’un sans prendre en compte le contexte de ce quelqu’un (historique, psychologique, etc). Et partager une idée, même sans connaitre personnellement l’auteur de ces idées, ce n’est pas évanescent, c’est aussi une rencontre. C’est humain.
      Ensuite, après cette rencontre, oui, on peut l’évacuer de notre argumentation.

      1. Quand bien même on accorde une importance absolue à des idées, il est bon de savoir qui est réellement la personne à « l’origine » de ces idées.
        Comme ça, juste pour voir, au cas où on souhaiterai pousser avec lui dans le sens de ces idées.

        Il est peut-être bien placé pour faire en sorte que ces idées prennent forme ou tiennent une place plus importante pour plus de personnes.

        Mais ça serait bête que ces idées soient influencées par des entités politiques et donc le développement du débat et de ces idées biaisé.

        1. Bon, je voulais répondre à Silu et en plus je dis idée beaucoup trop de fois dans mon court message.
          Pardon aux familles.

        2. C’est intéressant de savoir : ok.

          Que ce soit essentiel et que ça juge de l’intérêt de l’idée (comme je le ressent en filigrane dans la lettre) : non.

    2. Bonjour,
      On ne peut pas se concentrer sur les idées en occultant le milieu d’où elles viennent ni les personnes qui les véhiculent.
      C’est le fond du problème avec le FN par exemple qui dénonce, des choses, en dit d’autres très vrais, mais au final, quand on regarde le « programme », c’est vide et d’autres idées qui n’ont jamais été évoquées lors de conférences ou autre, y font rage.

      C’est le problème avec toutes ces « sectes » et ces « gourous ».
      il y a des idées, mais il y a aussi celles dont ils ne parlent parlent pas. Celles qui font tiquer, qui font vomir, voir sont totalement hallucinantes d’inepties.

      Snow.

      1. Oui, mais ça, c’est parce que tu ne *veux* pas te concentrer sur les idées en mettant de côté la personne qui l’énonce.

        Pouvoir, tu peux. Faut juste garder ça dans un coin de la tête et savoir le ressortir et en tenir compte au bon moment, pour éviter de potentielles « dérives ».
        Après, si tu n’as pas confiance en ton appréciation personnelle, ton jugement, et ton intellect pour savoir faire cette part des choses, c’est dommage.

        Je suis persuadé que t’es pas plus con qu’un autre pourtant :).

        1. C’est normal de prendre en compte la source d’une idée, en tout cas c’est humain. Plein de gens bien ont des idée, si on prend l’exemple de Soral, toutes ses idées « gaucho-compatibles » sont accessibles ailleurs que chez lui chez des personnes de gauche, pourquoi le citer lui ? A partir du moment ou Chouard commence a avoir des sympathies pour des fachos, et également pour certaines idées pas toujours très fiables, il est juste contre-productif de continuer de le citer comme source de la démocratie et du tirage au sort, il faut revenir à des sources plus sûres comme Bernard Manin ou Yves Sintomer. Tant que l’idée de démocratie et de tirage au sort reste le monopole de Chouard, on pourra les assimiler au fascisme, les fans des idées de Chouard ont tort de rester fans de Chouard, ils devraient se contenter du tirage au sort et ostraciser Etienne Chouard comme on ostracisait les personnes qui avaient des sympathies oligarchiques pendant la Grèce antique.

    3. si c’est les idées qui t’intéressent tu n’es alors pas obligé de cité leur origine.
      surtout que l’idée du tirage au sort (qui est stupide d’ailleurs) n’est pas nouvelle, puisqu’elle agitait déjà par exemple les révolutionnaires de 1789.

      connaitre le parcours et la position d’une personne peut être intéressant pour comprendre ses idées: c’est faire de l’histoire sociale. Mais les idées en elles-même doivent circuler librement. On n’a pas à mon avis l’obligation de citer toutes ses sources (en plus personne ne le fais vraiment, on en oublie forcément), parfois on va dire quelque chose qui a déjà été dit par plusieurs personnes: doit on citer tout le monde?
      Non! si on cite quelqu’un c’est qu’on aime bien et qu’on a envie de faire plus que l’idée que l’on cite elle-même.
      Sinon, l’auteur d’une idée qu’on reprend peut être tout a fait détestable, ça veut pas dire que l’idée est mauvaise. Foucault par exemple a écrit de chouettes choses alors que c’était un prof. Sans parler de Marx qui a formidablement oeuvré pour faire scissionner la 1ère internationale alors que son oeuvre reste fondamentale (tiens! au fait, il en pense quoi chouard de l’exploitation capitaliste?)

    4. Oui, c’est certain. Bien entendu. D’ailleurs, l’économie d’un pays s’est totalement redressée en quelques années grâce aux idées fort pertinentes d’un homme, et certains osent le dire haut et fort, ce qui n’est pas rien : http://www.alterinfo.net/Comment-Hitler-s-attaqua-au-chomage-et-relanca-l-economie-allemande_a67584.html

      Méditons mes frêres, méditons les idées, sans juger les hommes qui les défendent, car l’idée prime ! Aïe.

      1. ça me fait penser au fameux « chicago boys » et leur gourou friedman…. et de leurs fabuleux test grandeur nature au chilie, en argentine, au brésil, en uruguay….

  2. Finalement même Yovan a besoin d’un gourou, un gourou à son image, et dans le système actuel. Mais Chouard en a rien à foutre d’être un gourou et il reste un simple citoyen qui se pose des questions.

  3. C’est la fête à Yovan, à ce moment.

    Pas le temps de tout lire, malheureusement, mais j’aime ces critiques de nos partis basés soit sur des idéologies dépassées ou totalitaires (FN, FdG, Communistes, etc.) , soit sur un profond mensonge au peuple (UMP, PS, FN aussi).

    La politique est à réinventer, en France comme ailleurs, et je pense que cela passera par les initiatives locales, les appels au partage et à l’entraide.

    Après tout, l’utopie d’aujourd’hui est la réalité de demain…

  4. Je ne sais pas si Etienne Chouard lit Reflets, mais je vais le voir en conférence dans une semaine, je pourrais lui donner cette lettre :D
    Mais je pense déjà connaître la réponse : peu importe le bord politique et les conneries nauséabondes de certains, il suffit de prendre UNE bonne idée venant de ces personnes. Si cette bonne idée n’est pas liée au reste pour rester bonne, alors on la garde. Sinon, on jette.

  5. Moi ce qui me fascine le plus, c’est l’effet fourmilière du truc… C’est à se demander si les partis n’ont pas des botnets qui scan le nom de leur gourou ou du parti pour ensuite aller stalker les auteurs des articles qui ne vont pas dans leur sens.

    Tu donnes un grand coup de pied dans la fourmilière façon « Yovan High Kick » et tu te retrouves avec la fourmilière complète sur tes fringues, qui te lâche pas, qui mord, qui te suit, bref, l’horreur.

    Je crois que celui qui m’aura bien fait rire c’est M Roos … Tu lui presses le nez, il sort encore du lait et il pense tout connaitre sur la vie, la politique etc … Tellement endoctriné qu’il ne parle pas de ses propres idées au sein de l’UPR mais des idées du Gourou, en répétant le discours sagement apprit…

    l’endoctrinement politique et religieux sont les pires fléaux des années à venir.
    méditons.

    Cordialement

  6. Je suis lecteur de Reflets et militant à l’UPR et je dois dire que j’ai vraiment du mal à comprendre la prise de position de Yovan Menkevick sur cette série d’articles.

    « Asselineau, un souverainiste qui ne développe rien d’autre que les idées de Marine Le Pen mais en se cachant d’être de son bord »

    Ha bon ?

    Hop : http://www.marinelepen2012.fr/le-projet/politique-etrangere/europe/

    « Dans le cadre de l’article 50 du Traité de l’Union Européenne, il convient d’initier une renégociation des traités afin de rompre avec la construction européenne dogmatique en total échec. Il faut désormais jeter les bases d’une Europe respectueuse des souverainetés populaires, des identités nationales, des langues et des cultures, et qui soit réellement au service des peuples par des actions concrètes. »

    On nous propose une autre Europe là…

    Tien et au PS :

    http://www.parti-socialiste.fr/dossier/le-projet-de-francois-hollande (p12) « Je veux réorienter la construction européenne. » : Une autre Europe plus social, bla bla bla…

    oh wait, PS = FN, nan j’déconne.

    Bref bien loin de l’idée de sortir de l’UE…

    1. mais c’est quoi la france?
      on l’emmerde, non?
      y’a quoi en commun entre un sidérurgiste, un paysan, un juge, un banquier, un kanak, etc?
      Dans le lot de ceux qui se disent (et se sentent fiers) français je peux te dire que j’en emmerde beaucoup et eux me le rendent bien: y’a qu’à voir le temps qu’il faut attendre avant d’être pris en stop (bravo la « fraternité » au passage)
      Moi je veux sortir non seulement de l’europe, mais aussi de la france, et de n’importe quelle région. A la limite j’habite une ville ou un quartier mais là encore qu’est-ce que je vois? la guerre de tous contre tous!
      Vous croyez pas qu’il est là le problème?

      1. Grosso-modo vous êtes une sorte d’indépendantiste. Après vous ne faites pas l’amalgame entre des gens qui aiment leur pays (les valeurs que celui-ci représente, son histoire…) et des personnes au comportement qui vous déplaisent.

        Je ne pense pas que le problème soit là : une nation c’est un peuple, un peuple c’est une histoire et des souvenirs communs (enfin il me semble).

        Après j’aime bien les Allemands, les Anglais, sortir de l’UE ne m’empêchera pas de coopérer avec eux ou de visiter leur pays.
        Mais le sens initial de mon commentaire n’était pas là, il était dans l’amalgame et le manque (ou la qualité) de la source de ces propos.

  7. Tu dors plus en ce moment pour pondre moult articles en pas longtemps?

    Tu sais que c’est pas bon pour la santé ? :p

    (je sais, ce commentaire est inutile je sais… –>[] )

  8. Voila un article bien construit et argumenté. Un article plutot agréable à lire bien qu’il s’attaque à une personne que j’apprécie (enfin surtout ses idées puisque je ne connais pas l’homme).
    C’est cet article qu’il aurait fallu écrire dès le début au lieu du pamphlet agressif sur les sectes religieuses.

      1. @snow, number #4

        Tiens? ce genre de commentaire inutile est mis en ligne (ou pas:), bon par contre pour ceux qui n’arrange pas l’auteur, motus et bouche cousue, mais tout se sait dans le réseau des réseaux :)

        1. Non, c’est juste qu’il y a un BOFH en second qui est un nazi-gaucho-stalinien de l’espace qui a tendance à appuyer sur le bouton corbeille ou indésirable sans aucun discernement. Au pif, au fil des commentaires haineux. Pour mémoire, vous êtes dans son salon et il n’aime pas recevoir des gens qui lui crachent à la tronche ou qui insultent ses amis. Etrange hein comme comportement ?

  9. La meilleur façon de débattre avec quelqu’un en évitant de parler des idées reste de critiquer la personne.

    Rien de nouveau en ce bas monde : L’argument ad hominem consiste à opposer à l’adversaire sa propre conduite ou ses propres paroles

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Argumentum_ad_hominem
    attaques personnelles théorisées par Schopenhauer
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Argumentum_ad_personam
    remis au gout du jour par un certain Mike Godwin.

    Le procédé une fois qu’il a été identifié, souligne surtout l’incapacité de son auteur a utiliser une autre forme de rhétorique que celle des attaques personnelles.

    J’en suis peiné. Critiquer une personne pour ses fréquentations. Voyons Yovan, si j’admire Noam Chomsky, qui a soutenu Faurisson alors je suis pestiféré aussi ? Ou alors il y a une exception pour Avram Noam Chomsky…

    Comme le disais Beatrice Hall, en souhaitant résumer la pensée de Voltaire « I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it ».

    Permettre à des personnes de s’exprimer, même si on ne partage pas leur idées c’est là faire preuve de grandeur et de magnanimité.

    1. Tout comme Amicalement, je vous dirai qu »il y a une très forte différence entre Chomsky et Chouard sur ce sujet.

      C’est dommage que vous ne la conaissiez pas.

      1. Salut Kitetoa,
        merci pour le commentaire, j’apprécie le vouvoiement, en espérant qu’on y mettra fin ce soir à la cantine :)

        Comme le souligne prince2phore un peu plus bas: « …pour le commentaire élogieux de Chouard sur Faurisson ? Je ne trouve rien de rien… » Si le seul rapprochement réalisable, c’est le fait qu’il est publié sur le site de Soral, mouais…

        C’est le cœur même de la dialectique : « discutons des idées » vs « lui fachos moi pas parler »(reductio ad Hitlerum)

        Encore une fois la réalité de la pensée n’est pas manichéenne, c’est pas FB (j’aime/j’aime pas). De la même manière je peux avoir une certaine aversion (très forte aversion) pour notre ancien président et surtout son style, je peux aussi apprécier certaines décisions positives de sa politique, Martin Hirsch et le RSA.

        Clairement Soral, concernant la construction de sa rhétorique ne s’embarrasse pas des pédigrées douteux des personnes à qu’il cite. Étant donné ses obédiences passées on comprend son parti pris en matière de « jugeons des idées, pas des accointances » ni de la mauvaise fois de Faurrisson qui rencontre d’ailleurs autant de mauvaise fois de ses détracteurs …

  10. La droite, la gauche, et maintenant l’extrême-droite et l’extrême-gauche… Au départ, la droite, c’était les royalistes ; la gauche, les libéraux (ancêtres de nos néolibéraux) et les radicaux colonisateurs – socialistes, communistes et anarchistes n’étaient pas « de gauche ». Puis c’est devenu les conservateurs face aux progressistes à-tout-va. Je ne suis pas un conservateur ni un adepte de la religion du Progrès.
    Tout ça me fait furieusement penser à une chanson de Philippe Katherine où l’on aurait « à droite, à gauche » à la place de « juif, arabe ». Je ne sais même pas de quoi vous parlez quant à ces jalousies de clocher. La politique – les idées – m’intéresse, pas les coteries.

    1. Attention brave homme les libéraux en politiques ne sont pas les mêmes que les libéraux en économie (tel les néo-libéraux). Tu constatera d’ailleur que les libéraux en économie (tel Friedman) préconisent l’utilisation de méthodes non libérales permettant de contraindre en empéchant toute liberté politique d’action: par exemple la BCE indépendant de tout pouvoir politique, ou pire l’organisme qui gère le MES et le TSCG qui ne peut pas ni être poursuivi en justice ni être contrôlé.
      Il y aurait encore beaucoup à développer sur le sujet.

  11. Serait-il possible d’avoir une source pour le commentaire élogieux de Chouard sur Faurisson ? Je ne trouve rien de rien sur la toile alors que je me targue d’être un bon googleur :P

    Ce qui m’intéresse en l’espèce est de vérifier s’il y suis un raisonnement foireux, c’est la seule chose qui m’intéresse.

    d’avance merci, même punk je suis sûr que vous ne mentionnerez pas un truc pareil sans source (et si l’original a été retiré, vous avez apparemment un copie à nous communiquer non ?).

  12. Bon ben je crois que cette lettre a fait des heureux dans le camps de « l’incriminé ».
    A t on un retour de la part de M Chouard ?

  13. J’ai trouvé les articles précédents mauvais, je trouve celui-ci très bon. J’espère qu’il permettra à des supporters de Chouard de se rendre compte que Chouard dérive dangereusement et qu’il est temps de s’en émanciper. On entend souvent dire des fans de Chouard que peu importe qui dit une bonne idée, si c’est une bonne idée il faut la prendre, reprenant ainsi le discours de Chouard qui lui parle de « discernement ». Eh bien Chouard par ses fréquentations donne une image pour le moins de plus en plus troubles, et les idées qu’il développe (critique des Lumières, etc…) proviennent de plus en plus de théories réactionnaires. Si la personne qui propose les idées n’importe pas, j’ai une proposition : choisir les personnes qui n’ont pas d’affinités fascistes pour appuyer ses idées. Chouard dérive, shuntez-le et citer Manin et Sintomer. Vous trouvez que Soral a parfois des bonnes idées ? Sachez que ses idées gauchisantes il les prends chez des gens de gauche, trouvez ses sources. Et au final je pense que la source compte, d’une part pour l’image qu’on veut donner comme je l’ai dit : si vous citez un facho, ne vous étonnez pas qu’on vous traite de facho, même si le raisonnement n’est pas exact. Et d’autre part les personnes d’extrême droite ont, je l’ai remarqué, une fâcheuse tendance à avoir des idées d’extrême droite.

    1. Est ce que votre raisonnement n’est pas au niveau de la pensée
      un modèle du bien et du mal, de la reproduction d’un nouveau modèle de pensée dominante ?
      On sélectionne les meilleures idées qui se retrouvent au dessus, donc la pensée dominatrice se confirme et ainsi on re-stratifie la société.
      Chouard c’est aussi la recherche de la cause des causes, il remet en cause le système, or avec le modèle de pensée dominant, nous nous attendons à ce qu’il se comporte comme un bon élève, c’est à dire qu’il reproduise un milieu qui nous soit identifiable or il ne le fait pas et notre réflexe c’est de dire c’est un fasciste.
      Bref je lis ce billet à travers la pensée de Zizek et la réflexion qu’il a eu sur les intellectuels socialistes qui défendaient le modèle yougoslave et qui ont été terriblement « affectés » par l’échec de « leurs pensées ».

  14. « Pourquoi soutenir Asselineau, faire des commentaires positifs sur Soral, un éloge de Faurisson, pourquoi aller vers des partis ou des mouvements politiques précis (de la droite nationaliste) tout en déclarant ne pas « en être » (de la politique) ?  »

    Simplement parce qu’on peut être partiellement d’accord avec quelqu’un… Juste sur un ou deux points mais ne pas être d’accord sur le total.

    En fait ce qui est pénible dans tes articles, c’est ce ton juste un poil condescendant… Fais attention, à ce rythme, tu va fonder ta propre secte politique… :-)

  15. Elles sont en PS, les preuves. Ici même. Ajoutées aujourd’hui. Et puis ce billet http://reflets.info/bon-ben-puisque-chouard-ne-repond-pas-parlons-de-son-blog/ donne un peu plus de billes. Il faut visionner la vidéo jusqu’au bout. C’est important de se faire une idée complète. Le docu sur Faurisson, on peut aussi regarder, mais il faut avoir l’estomac solide. A moins d’être un « penseur » qui cherche la « vérité »…

  16. blablabla… débattre… blablabla… débattre… C’est pourtant simple : « Je suis prêt à expérimenter tous les plats qu’on voudra, mais on ne discute pas recettes de cuisine avec des anthropophages. » Jean-Pierre Vernant

Comments are closed.