L’étonnant expert judiciaire choisi pour plancher sur les cas Amesys et Qosmos

Le Pôle Crimes contre l’humanité du Tribunal de Grande Instance de Paris qui enquête sur le rôle des sociétés Amesys et Qosmos dans la vente d’outils de surveillance massive à la Libye de Kadhafi et
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

9 thoughts on “L’étonnant expert judiciaire choisi pour plancher sur les cas Amesys et Qosmos”

  1. Article 2 :
    « 6° N’exercer aucune activité incompatible avec l’indépendance nécessaire à l’exercice de missions judiciaires d’expertise ;

    Article 3 :
    3° Que cette activité n’est pas incompatible avec l’indépendance nécessaire à l’exercice de missions judiciaires d’expertise

    Article 4-1 :
    b) De l’intérêt qu’ils manifestent pour la collaboration au service public de la justice.

     » in http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=479AB199837EC0BBD338B65BE937B6BD.tpdila20v_1?idSectionTA=LEGISCTA000006083039&cidTexte=JORFTEXT000000628809&dateTexte=20151123

    Etre « lesRepublicains » ouvertement ça entr bien dans ces catégories, non ?

  2. Vu que le but est d etouffer l affaire, rien d etonnant qu un « expert » dans la ligne du parti soit choisit. et si ca suffit pas, on pourra « perdre » un partie du dossier (cas de la scientologie), muter le juge pas assez docile (incinerateur a la dixine d albertville qui impliquait Barnier) …
    Il n y a pas si longtemps, Kitetoa s est meme pris une condamnation pour un motif a priori futile non ?
    C est un peu comme en Russie. c etait la premiere sommation avant des ennuis serieux

  3. Article intéressant, vraiment pas discret de la part de « ceux » qui l’ont choisi comme expert dans ce dossier.

    Sinon c’est qui « les rares spécialistes parfaitement connus » du DPI à qui vous penser ?

    Parce qu’en France, dans le domaine R&D SSI, j’en connais un bon paquet qui savent parfaitement étudier et expliquer techniquement ce dossier… bon c’est sûr que dans le tas, il y’en a pas mal qui ont un devoir de réserve.

    1. Avec une culture DPI, un sens du bien commun et une capacité à aller en costard devant un tribunal, je proposerais bien Benjamin Bayart comme expert pour l’affaire en question (Ben quoi, c’est bientôt Noël, je peux rêver ;).

      Sinon, merci une fois de plus à Reflets pour leur boulot de journaliste (et allez, le Canard Enchaîné, cette info mérite d’être reprise!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *