Les vaccins : irrationalité française et faiblesse du discours

Du haut de mes quarante ans de médecine, je n’ai connu aucun accident lié aux vaccins. Un seul vaccin était dangereux, l’antivariolique. Il datait du dix-huitième siècle. Les derniers cas de variole en France ont
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

17 thoughts on “Les vaccins : irrationalité française et faiblesse du discours”

  1. Intéressant de voir un article santé sur Reflets, merci.

    Sur la question des vaccins on peut lire beaucoup de choses divergentes (que se soit sur Internet ou au format papier comme le mag Nexus), et j’ai moi même été assez soupçonneux sur ceux-ci ces dernières années. Le problème principalement soulevé étant les adjuvants, où l’aluminium est venu remplacer le phosphate de calcium.

    En tout cas, ce n’est pas en rendant les vaccins obligatoires que ça va arranger les choses s’il n’y a pas d’explications (détaillées) associées. J’aurais tendance à penser le contraire.

      1. Il y a vraiment des gens qui sont contre la vaccination en général ?
        C’est pas un homme de paille qu’on agite quand on veut discréditer les gens qui ne sont pas à priori pour donner carte blanche au labo pour faire les prescriptions de vaccins ?

  2. Et sinon… Si on arrêtait les arguments d’autorité, les « moi en X années de médecine j’ai jamais vu un accident »… ?
    Pour moi le problème est simple :
    − Le vaccin est très peu risqué, pas cher, et utile : je me fais vacciné
    − Le vaccin est peu risqué, pas cher, et pas forcement utile : je veux voir les morts ! Je ne vais pas me faire vacciner en même temps que 60 millions d’autre citoyens pour un truc qui tue 30 personnes par ans)
    − Le vaccin est peu risqué, cher, et utile : Je demande pourquoi il est cher…
    − Le vaccin est peu risqué, cher, et pas forcement utile : sérieusement ? (On est bien dans ce cas là n’est-ce pas ? concernant le projet de nouvelles obligations)
    − etc,

    Bref… Il y a d’un coté des labos qui essaient de se faire du fric, avec l’aide « gens raisonnables et bien qui pointent du doigt l’ignorance en parlant de la variole ». Et de l’autre, des gens qui en ont marre du bullshit, qui ne font plus confiance au ministère de la santé pour prendre des décisions raisonnables. On reparle des 12 milliards de dose contre la grippe du poulet, qui ont ensuite été refilé en loucedé dans les autres vaccins ?

    Et d’ailleurs, en passant : La France métropolitaine *n’est pas* dans l’hémisphère sud
    Mais les gens qui voyagent doivent eux se faire vacciner, c’est normal, pour ne contaminer ni les gens de leur lieu de destination, ni ceux de leur lieu de résidence à leur retour.

    Le ministère de la santé, et le corps médical a perdu une grande part de sa crédibilité. Ne blâmez pas les gens pour ça, assumez ! N’essayez pas de convaincre, expliquez, argumentez. Montrez les études (TOUTES!), peut être que certaines sérieuses montreraient que l’humanité y gagnerait vraiment si chacun se faisait vacciner. Si je pouvais effectivement contribuer à résoudre le problème de la rougeole en Afrique en me faisant vacciner demain, mais j’irais sans hésiter !

    Les gens n’ont pas envie de mourir, les gens sont altruiste globalement, ils peuvent prendre des risques pour le biens de tous, beaucoup de gens font des dons de moelles, etc. Si une vaccination est bonne, alors il sera aisé de les convaincre. Bref, arrêtez de prendre les gens pour des jambons en agitant votre doctorat, et parlez leur comme s’ils étaient aussi raisonnables que vous pensez l’être.

    1. Totalement d’accord avec toi.
      Quand on sait que nous somme les plus gros consommateurs de médoc de l’europe, et quand même temps les caisses maladies sont vides, alors que les fabricants sont aux CAC40 …
      Je me considère plus comme une vache a lait, qu’une personne à vacciner.
      Je part du principe ou la santé est un bien public non une entreprise du CAC40….

      SuperMacron (futur tueur en séries)

    2. Je me permets de reprendre certains tes arguments:

      – Les labos privés sont des entités assoiffées de fric.
      Oui, mais ils feraient sans doute plus de fric en vendant (plus cher) des médicaments pour soigner des maladies que des vaccins pour éviter qu’ils tombent malades. Je pense que les vaccins rapportent beaucoup moins d’argent que les crêmes pour te dérides ou te faire mincir, ou certains traitements lourds (VIH, cancer)…

      – Arrêter les arguments d’autorité.
      Ok pour discuter même si on est pas spécialiste,, mais il faut se méfier aussi des arguments d’ignorance. On entend beaucoup de conneries sur les vaccins de la part de non scientifiques. L’introduction sur l’expérience du doc (bienvenue sur reflet) n’a pas valeur de preuve, elle me semble néanmoins introduire l’article en donnant la raison de l’indignation de l’auteur.

      − « Le vaccin est peu risqué, pas cher, et pas forcement utile : je veux voir les morts ! Je ne vais pas me faire vacciner en même temps que 60 millions d’autre citoyens pour un truc qui tue 30 personnes par ans) »
      Il y a biais sur le raisonnement: Une vaccination massive fait reculer une maladie, le nombre de vecteurs diminue alors. La probabilité de contracter la maladie est alors basse et le vaccin a l’air inutile. Sauf que si beaucoup de gens ne se font pas vacciner, la maladie va revenir de plus belle.

      – « Montrez les études (TOUTES!), »
      TOUTES, comme si on dissimulait l’étude cachée qui explique tout? Alors, non, la science ne marche pas comme ça, les sciences du vivant encore moins. Il faut juger des études dans leur ensemble (je n’ai pas dit à la majorité non plus): une étude unique qui contredit toutes les autres a toutes les chances d’être foireuse. D’ailleurs, quand on a un résultat surprenant, on s’empresse de répliquer (et donc de publier) pour vérifier.
      Mais ça tombe bien, on a pas mal d’articles qui sont des méta études (chercher « meta-study », ou « meta-analysis » dans pubmed https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/ par exemple ), à savoir des études qui reprennent le plus possibles de publications scientifiques pour comparer les résultats.
      Bien sûr, tu trouveras plus de publications sur les vaccins récents (papillomavirus) que sur les anciens car on publie mal des méta revue sur des choses considérées comme acquises depuis des années…

    1. Pas de lien prouvé pour la plupart des accusations qui mettent les vaccins en cause. Merci d’aligner les sources quand on part dans l’idée de démonter une pratique médicale qui sauve des vies et évite de lourdes maladies (lourdes pour le corps de la personne, son entourage, séquelles incluses, économiquement donc pour la société…).
      D’autant plus que souvent ce sont certains vaccins qui sont accusés et pas tous. C’est vraiment une remarque pour se faire remarquer et pas pour discuter.
      Au fait, étonnant que le vaccin contre l’hépatite B accusé de provoquer la SEP chez les ados/jeunes, à présent administré aux nourrissons ne provoque plus rien. Soit les nourrissons sont plus balèzes pour éviter la SEP soit le lien de cause à effet (jamais prouvé, plutôt réfuté mais pas non plus écarté pour précaution) n’existait pas et il s’agissait simplement d’une corrélation…

  3. Combien de maladies neurodégénératives après une vaccination,l’aluminium est un neurotoxique reconnu,nous ne sommes pas tous égaux quant à sa tolérance ,l’éternel bénéfice risque,choisi ton camp camarade..

    1. Pas de lien prouvé pour la plupart des accusations qui mettent les vaccins en cause. Merci d’aligner les sources quand on part dans l’idée de démonter une pratique médicale qui sauve des vies et évite de lourdes maladies (lourdes pour le corps de la personne, son entourage, séquelles incluses, économiquement donc pour la société…).
      D’autant plus que souvent ce sont certains vaccins qui sont accusés et pas tous. C’est vraiment une remarque pour se faire remarquer et pas pour discuter.

      1. Au fait. La dose fait le poison. Il y a aussi la question du long terme, du cocktail, et de la micro-dose étalée dans le temps. Sauf que c’est clairement pas ce que vous dites, ou alors va falloir s’exprimer plus précisément.
        Dernière pour la route : on neurodégénère parce qu’on vieillit en tant que population. Faudrait pas l’oublier hein.

  4. Bonjour,

    Ayant eu moi même ce questionnement en tant que parent il serait en effet bon d’avoir des explications claires à ce sujet.
    D’un côté nous pouvons lire à droite à gauche que les vaccins ont des effets, parfois néfastes et parfois plus dangereux… D’un autre l’Etat qui nous fait comprendre que ne pas se vacciner et faire vacciner c’est risquer une contamination mondiale…
    Ce qui est clair c’est que en tant que simple être Humain il y a forcément des risques à recevoir une maladie, même « inactive », pour préparer le corps à se défendre et vu le nombre d’êtres Humains personnes ne peut garantir que TOUT le monde aura LA même réaction.
    Je rejoins Simon sur l’altruisme des gens, mais il faut toujours rapporter ça au risque. Me faire vacciner sans risques pour éradiquer des maladies je suis pour à 100%. Si je prends le risque d’être gravement malade pour une maladie qui ne tue que peu de personne, est-ce vraiment nécessaire ?

    La question ne peut être trancher simplement dans un sens ni dans l’autre et nier le fait que se vacciner n’est pas risqué car, de votre point vue et avec votre expérience, vous n’avez jamais connu cela n’est pas un gage de sureté. Nous sommes, d’après les derniers relevés, 64 millions de personnes à vivre en France (en métropole). 64 millions a avoir des états de santé et des réaction immunitaires différents…

    Pour ma part si une maladie risquée et contagieuse doit être éradiquée en se faisant vacciner alors le jeu en vaut la chandelle. Par contre si il faut passer en 3 piqures 7 maladies avec des adjuvants qui à l’heure actuelle n’ont pas été déclaré comme dangereux, mais qui n’ont pas été prouvé comme inoffensif sur mon enfant… Pardonnez moi d’être prudent, mon enfant comme la société pourrait le payer un jour mais je préfères prendre ce risque.

    1. Pour répondre à une bonne partie de ces questionnements, mais sans vous dire qu’ils ont une parole d’or, car il est toujours intéressant de varier ses sources :
      http://menace-theoriste.fr/reponse-maman-antivax/

      Perso si je choppe une maladie à cause de quelqu’un qui n’a pas voulu se vacciner par égoïsme (et pas par impossibilité), je lui défonce sa gueule…
      Ça ressemble beaucoup à l’idée que « moi je suis pas malade, je veux pas payer la sécu des autres » ou bien « je m’en fous je paierai mes soins, j’ai de la thune, je veux pas qu’elle aille aux autres ». -> Et si seuls les gens qui empruntaient la route devaient la payer ? Et si je ne payais que pour le trottoir que j’utilise et pas celui des autres, connard ? Voilà ma réponse à ces gens. On vit en commun. Même notre santé est partiellement « commune », on dépend des autres pour tout un tas de choses et ils et elles dépendent de nous.

  5. Doc, bienvenue au monde post moderne, celui de la Manif pour Tous, de François Fillon et d’Emmanuel Macron. Mais tous ces preux ne sont que les avatars modernes (les plus visibles) d’un phénomène qui a bien survécu au modernisme. Il vous suffit de lire plusieurs des commentaires à votre article.

    Cependant, ayons un peu d’humilité : ce courant de pensée ne se limite pas à la France, et une bonne partie du monde vit encore dans les cavernes sur ce sujet.

    Car, reconnaissons-le, l’argent est bien mieux placé en bourse que dans les soins de santé, ces derniers devraient être réservés à l’élite ploutocratique. Demandez à nos amis américains qui sont (par dizaines de millions) en train de le découvrir. Pas chez nous bien sûr, nous sommes bien plus discrets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *