Les militaires américains sont des branquignoles

Décidément, ils n’en ratent pas une… Souvenez-vous… Il y a quelques temps, Wikileaks diffusait les câbles diplomatiques américains. Les Etats-Unis arrêtaient Bradley Manning et le faisaient apparaître comme le grand méchant loup ayant renseigné le super vilain Julian Assange.

 

 

Il était mis au secret et traité comme les Etats-Unis savent si bien le faire depuis qu’ils ont légalisé la torture. Pourtant, si les câbles ont pu fuiter, c’est que le gouvernement américain et surtout les militaires, ont tout fait pour que cela arrive. Ils ont créé les conditions de la fuite. Cela ils ne l’admettront pas, pourtant, c’est une réalité difficile à nier. On apprend par ailleurs aujourd’hui que les mêmes militaires qui ont mis en place l’infrastructure nécessaire à la fuite veulent aller encore plus loin. On attend donc avec impatience les prochaines fuites massives. Bien plus massives que celles des câbles…

Explication…

Le 11 septembre a secoué les militaires et le gouvernement. Version officielle : on a rien vu venir et les maigres informations dont nous disposions n’étaient pas correctement partagées et exploitées. Du coup, il faut tout partager. On invente donc le concept de « Net Centricity ». Tout doit être « Net Centric ». Net quoi ? En clair toute information pouvant permettre de lutter contre le terrorisme devait être accessible immédiatement à tout « Warfighter ». C’est à dire à toute personne qui est engagée dans les opérations militaires américaines. Et ça, ça fait beacoup de monde tout d’un coup.

 

 

Les faucons (Paul Wolfowitz en tête) ont tout fait pour que l’information soit accessible. Aux commandes ? La DISA. Cette agence militaire est chargée de sécuriser les réseaux utilisés par les militaires et le gouvernement. Pour tout vous dire, ils ne sont pas très efficaces. Mais c’est une autre histoire.

Là où ils ont excellé, c’est dans la mise en place de ce plan. La « Net Centricity » a tellement bien été appliquée que les câbles ont pu fuiter. Ce n’est pas WikiLeaks qui a permis cette diffusion d’informations. Ce sont les faucons qui ont cédé à une « mode », un concept d’ouverture totale, consistant à offrir au « Warfighter » toutes les informations (y compris les plus futiles) pouvant supposément lui être utiles dans l’analyse d’une situation, afin qu’il prenne la bonne décision. Lorsque quelqu’un pointe la lune de son index, il n’est pas toujours idiot de regarder l’index pour voir à qui il appartient…

Le magazine américain Signal (ça me pique les doigts d’écrire ça) nous apprend aujourd’hui que la DISA va faire du « 2.0 », proposer l’accès à l’information sur des plateformes mobiles, créer des communautés virtuelles d’intérêts pour mieux partager l’information. Bref, créer les conditions d’une plus grosse fuite. On attend avec impatience le Facebook des troufions réalisé par l’inénarrable DISA…

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


4 thoughts on “Les militaires américains sont des branquignoles”

  1. Je trouve ça bien moi la transparence des services secrets américain. Franchement je préfère ça que ce qu’on avait avant. Je vois pas pourquoi critiquer les États-Unis sur ce point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *