Les menstruations de la honte

Il n est pas très habituel de lire des choses au sujet de la contraception sur Reflets mais quand contraception cohabite avec sociologie, Reflets semble un bon lieu pour une telle réflexion. Il n’a certainement
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

36 thoughts on “Les menstruations de la honte”

  1. Ce que tu décrit sur la relation médecin, médicaments, patients est valable pour beaucoup de spécialités. Les patients et les effets secondaires des traitements sont trop souvent pas où mal pris en compte, et beaucoup de médecins ne savent pas remettre en cause leurs pratiques/ordonnances quand on le leur signale. Si les pratiques de la ginecologie évolue, c’est l’ensemble de la médecine qui en profitera. Donc bravo pour ce témoignage, en espérant que ça servira à quelque chose. (Et je remercie mon père d’avoir fait de moi un mec.)

  2. L’utérus permet aux femmes de diriger le monde depuis les coulisses, on va pas vous plaindre qu’il y ait un revers à la médaille en prime.

    Au fait, en parlant de vierge Marie, qu’est ce qui est le plus crédible / probable :
    – une femme accouche de l’enfant d’un représentant de dieu alors que son mari ne n’a jamais touchée
    – son mari est le cocu le plus célèbre et le plus crédule de l’histoire de l’humanité

    CQFD j’ai envie de dire.

    Bon plus sérieusement, je compatis pour les problèmes de stérilet. Par contre le pamphlet féministe on peut s’en passer.

    1. « diriger le monde depuis les coulisses »
      Ce qu’il ne faut pas lire…

      Non, justement, le pamphlet féministe a parfaitement sa place ici, il parle de réalités concrètes, partagées par de très nombreuses femmes, est totalement raccord avec le reste de l’article et n’as certainement pas besoin de ta permission ou de ta validation pour être légitime.

      Btw, merci pour l’article Calypso.

    2. « Diriger le monde » carrément. C’est vrai qu’au vu de la situation globale des femmes dans le monde, elles ont vraiment l’air d’être aux manettes. D’ailleurs c’est bien connu on a toujours pu reconnaître les dirigeants au fait que ce sont ceux qui sont le plus victime de violence et qui ont le moins de libertés.

      Que cherches-tu à montrer avec le passage sur Marie?

        1. bah ça se comprend très bien, ce qu’il veut dire : un complot féministo-stalinien dirige le monde « en coulisse », tenir des propos féministes c’est abusé, parce que quand même, de quoi elles se plaignent, après tout, elles « dirigent le monde ». avec en prime un « mmmmh, c’est interessant, mais » pas du tout paternaliste. en conclusion, c’est un pauvre type, qui incarne en trois ligne l’essentiel de ce pourquoi le féminisme existe. le sexisme (puisque tu utilise ce mot) c’est pas que les blagues sur les blondes, les viols dans les rues sombre et l’image post coloniale que se fait l’occident des hommes dans les pays pas assez blancs. c’est aussi les connards dans ce genre (t’as vu la blague ?) qui peuvent pas s’empècher de donner leur avis sur comment une meuf devrait mieux parler d’un truc qui ne le concerne pas. c’est le même type qui se prend pour un parangon de vertu, alors qu’il est farci de stéréotypes dégueulasse et que les blagues sur les blondes, même s’il les raconte pas ou se retient d’en rire, il les as dans la tête toute la journée.

          1. Selon moi, il dit que les hommes ne sont pas rationnels avec les femmes, c est donc elles qui dirigent.

            J ai arrete de lire ton message a « complot »

  3. Merci pour ce témoignage.
    Dans un autre registre, j’ai eu moi aussi a subir les d’effets secondaire d’un médicament.
    J’ai depuis découvert que la seule motivation des labos pharmaceutiques est de vendre le plus de médicaments possible, de faire le plus de bénéfice possible et ce peu importe les effets secondaires (hélas souvent invalidants, parfois mortels).
    Bon courage à vous.

  4. Je suis amusé de savoir que tu digresses tellement sur les regles.
    Des qu un truc touche au sexe, ou a l anus ou aux excrements, ca fait rire une partie de la societe.
    Tu dois te sentir victime de discremination maintenant parce qu au 19eme siecle, on avait des prejuges sur les femmes et l hysterie.
    Ne penses tu pas qu en insistant bien sur un sujet qui ferait ricaner aussi, par exemple sur le depistage du cancer du la prostate, qu il n y aurait pas moyen de faire… du baratin sur les mysteres du plaisir masculin…
    Oh, on pourrait, mais je pense que ca t interesserait un peu moins si c est moi qui en parle.
    (Je serais tres partial… evidemment)
    Je pourrais en parler moi (et ecrire du baratin) mais je suis trop pudique pour parler de mes fluides corporels (tous sont sales pour certains, c est comme ca … c est pas juste pour les femmes…).
    Imagines toi un « couillosaure ». C est drole… (une image ?)
    (Tu sais les couilles, les testicules, les roustons, le ballon de foot, les boules, les baloches).

    Ah la la, les feministes du 21eme siecle…
    Retrouve le texte du canular de sokal ou lis ca:
    http://www.liberation.fr/debats/2016/05/31/canulars-academiques-les-maitres-a-penser-demasques_1456452

    C est dingue ce qu on permet comme enormites des que le propos commence par « feminisme »(s).
    Comment arrivez vous a faire office de « surmoi » a une partie de la societe (sous le pretexte que vous trouvez toujours moyen de culpabiliser les gens a cause d un prejudice que les femmes subissent/subiraient… ), tout en servant de metre etalon en science sociale (avec le pouvoir politique indirect qui en decoule)… tout en faisant entre 0.07% a 0.2% a l election europenne (ridicule), tout en servant de reference morale dans des emissions de la tele (sous le leitmotiv creux et devoyé d egalité) et le tout pour au total que le grand public assimile presse regime, droit de vote et feminisme…

    C’est presque plus incroyable que l election de Trump (qui a ete voté par des femmes).

    1. Ton canular, il provient de carnet Zilsel et moque avant tout la philosophie de Badiou. Il y a un article complet et très interessant critiquant des théories « féministes » obscures (au sens, peu claires, très peu claires! Un peu comme du Badiou ^^) sur le même site: https://zilsel.hypotheses.org/2343 . En revanche, l’existence de théories contestables dans un domaine ne disqualifie évidemment pas ce dernier. Sinon, Mafessoli disqualifierait toute la sociologie et Badiou toute la philosophie des sciences.

      En féministes interessantes à lire, loin des phrases incomprehensibles de ce canular, il y a par exemple Christine Delphy qui vaut le coup d’oeil.

      1. Je disais ca parce les deux (sokal et l autre) commencent par « les feministes » ou un truc assimile.
        Sokal se dit cependant feministe.
        Je comprends quand meme que c est bien pour donner une tonalité qui va etre accepté.
        La sociologie est aussi bonne que la methode qui est utilisee pour la produire, sachant qu elle a de lourde implication politique.

  5. Eh bien. Je pensais que le public de ce site savait lire un message en entier, et était moins extrémiste.

    Faut vraiment que j’explique ce que veut dire « plus sérieusement » ? Genre, par opposition à ce qui est écrit avant ? Y’a bien que des féministes pour comprendre ça de travers. Ou alors elles ont leurs règles…

    (vous m’excuserez mais quitte à me faire allumer, autant que ce soit pour quelque chose)

  6. Oui, la médecine moderne et la manière dont les labos usent pour nous faire tester toujours de nouveaux trucs qui vont, à défaut de nous soigner, leur rapporter plein de fric, sont un des principaux soucis de notre système de soins. Et ça concerne les hommes, les femmes, et les enfants.
    La gynécologie n’échappe malheureusement pas à la règle balance bénéfice/risques qui déshumanise totalement la notion de soin et d’accompagnement de la personne en souffrance.

    Après que dire devant les pratiques mêmes des actes gynécologiques? La pose d’un stérilet diffère d’un médecin à un autre. Certains médecins vont prescrire un médicament qui assouplira le col de l’utérus afin de faire moins mal au passage, d’autres (dans d’autres pays malheureusement pas en France), poseront un petit anesthésiant local pour ne pas provoquer de douleur. Et d’autres (relativement nombreux) procèdent à l’acte sans anesthésiant, sans petit ovule pour assouplir le col. Pourquoi, alors qu’on est dans un pays où la lutte contre la douleur est devenue une règle, pourquoi se permet-on des actes douloureux sans même se préoccuper de la douleur de la patience et sans même l’anticiper? Et on peut citer beaucoup d’actes gynéco ou obstétricaux qui sont dans ce cas là et spécialement en France. Cela me fait penser aux cas des enfants à qui on a refusé très longtemps de poser des pompes à morphine pour apaiser leur souffrance.

    Quant au pamphlet féministe, je suis la première surprise de lire que j’ai fait un pamphlet féministe. Je ne suis pas du tout une ardente féministe, j’ai d’ailleurs plein de reproches à faire au féminisme d’aujourd’hui qui, je pense, se trompe parfois de lutte. Et j’avoue ne pas vouloir rentrer dans cette division de la société qui voudrait monter un bloc contre un autre. Cela ne me semble pas la meilleure solution si on veut régler nos problèmes de coexistence. Mais j »ai voulu souligner que la santé des femmes n’est pas vraiment très considérée, ni très prise au sérieux. Il suffit de voir comment on nous parle dans certains services hospitaliers quand on vient pour se faire avorter. Il suffit aussi d’observer l’approche de la douleur, l’accompagnement de l’angoisse du patient pour constater que les femmes et les hommes ne sont pas traités de façon égale dans le soin. Et je pense que si je devais devenir une féministe acharnée, je commencerai mon combat dans les cabinets médicaux et à fortiori gynécologiques.

    En tout cas, je voulais remercier Bannimoy pour avoir alimenté si bien mon moulin avec son commentaire dégoulinant et d’avoir ainsi montré que mon propos sur le regard posé par les hommes sur nos fluides corporels et nos « petits » désagréments féminins n’a pas évolué pour certains. Vraiment merci Bannimoy!

    1. Relis moi plus haut.
      Ton article (ce n est pas un pamphlet), s appesanti beaucoup trop sur les menstrations pour ne pas que cela soit noté.
      Pourquoi choisir un tel titre, d ailleurs ?
      Peut etre que si tu as fais medecine, tu as pu jouer a des jeux de bizutage tres amusant du style « le jeu de la glaire cervicale ».
      Je comprends bien que le public medical a besoin de depasser le degout que peut inspirer un corps humain (meme non dysfonctionnel).
      Pour le reste, ton message qui s appesanti tres largement sur les menstruations (une non-information), sera reçu comme feministe par le grand public, parce que les feministes sont ceux qui font de la femme quelque chose du registre du sacré.
      (Voir mon message plus haut, pour l explication par rapport aux regles).
      Regarde les reactions d insultes, tu crois qu on les aurait, si nous n etions pas dans le registre du sacré ? (Du sacré « feministe »).
      Impression accentuée par une attaque de la societe d avant et une mise en avant de la feminité.
      (Je ne vais pas faire une liste de citations)
      C est assez pour sonner feministe.
      Comme dit, si je m amusais a faire un texte similaire, mais pour homme non homosexuel, on me taxerait de pipi-caca (normalement pas bien).

      Citation:
      « le regard posé par les hommes sur nos fluides corporels et nos « petits » désagréments féminins n’a pas évolué pour certains.  »

      Et quel devrait etre un regard correct ?
      Que c est normal ?
      Ai je dis le contraire ?
      C est naturel ?
      Ai je dis le contraire ?
      Que ca ne devrait pas etre tabou ?
      Si on merite des insultes (sans argument) a etre divergent, ca l est toujours. On est juste passé du tabou malsain au tabou divin.
      Or le tabou divin, tres peu pour moi.

      Faut il se vautrer dedans jusqu a en faire le titre d un article qui parle d autre chose ?

      1. mais…. C’est son article non? Elle peut parler de ce qu’elle veut non? Pourquoi ne pourrait-elle pas évoquer son avis sur les menstruations? Je veux dire, tu peux vouloir critiquer son propos après, mais je ne vois pas pourquoi elle aurait trop parlé d’un sujet, aurait-il été le seul de l’article.

        1. Quand bigard fait des sketchs sur des trucs pipi caca sous pretexte de « decomplexer », c est quoi les reactions ?

          Moi je lis ca et si je ne passais pas deja moi meme pour un mec cradot, je trouverais ca inconvenant…
          Si j etais responsable de l edition de ce site, jamais je n aurais diffusé l article en l etat…
          On est sur le journal « hara kiri » ou sur un site d information technologique ?

          1. mais en fait on s’en branle que tu trouve ça inconvenant… les menstruations, c’est en gros une semaine sur quatre de la vie d’une femme entre dix et cinquante ans… pourquoi ça te dérange autant que l’une d’entre elle parle de ce qui représente 10 ans de sa vie ? avec les types comme toi, les règles, c’est soit une « maladie nécéssaire », soit un truc sale et tabou… comment tu te sentirait toi, si une semaine sur quatre ta bite virait au vert et que, globalement, la morale considérait ça comme sale et « inconvenant » ? pourquoi les femmes devraient se sentir mal à l’aise d’un truc dont elles sont pas responsables ? parce que tu trouve ça « incovenant » ? et les stérilets hormonaux, c’est pas de la technologie peut-être ?
            pour information, je me retiens très très fort de te traiter de charogne et de souhaiter ta mort dans d’atroces souffrances.

    1. La question n’est pas stupide. Il est intéressant pour certaines femmes qui ont des contre indications médicales pour le stérilet en cuivre (règles hémorragiques, endométriose etc…). Mais elles ne sont pas la majorité. Mise à part cela il est vanté parce qu’il arrête complètement les règles mais à quel prix pour certaines femmes…
      Il a tendance maintenant à être proposé systématiquement sans aborder les autres modes de contraception.

      On oublie parfois, à force, qu’il y a plein d’autres modes de contraception tout à fait efficaces, mais on nous les propose de plus en plus rarement.

  7. Il y a – comme le dit bien Calypso – un effet de soumission à l’examen gynécologique en France. Examen qui est abusif dans bien des cas. Je comprends que beaucoup de femmes aient pu se retrouver avec un DIU hormonal alors qu’elles n’en voulaient pas ou n’ont pas été informée. La notion de consentement éclairé est encore très floue pour nombre de praticiens dans ce pays.

    Ce que j’ai du mal à comprendre c’est que le corps médical nie l’existence d’effets secondaires liés au MIRENA. C’est un dispositif hormonal qui diffuse en continu comme l’implant. La pilule a les même effets secondaires, on le sait depuis les années 1960. Sans même lancer des études on pouvait avoir l’intuition que ces problèmes allaient apparaître avec un DIU hormonal. Je vois bien quelques explications : incompétence (les médecins en France n’ont pas l’obligation de se former en continu), ignorance (peu lisent l’anglais, donc les articles récents c’est pas la peine), lobby de Bayer (pas forcément le premier facteur) et paresse des praticiens.

    Pour toutes ces questions sur le corps des femmes, je recommande vivement le roman de Martin Winckler « Le chœur des femmes », c’est une lecture indispensable. Et pour les plus pressé, lire son bouquin sur les règles dispo sur son site : martinwinckler.com/IMG/pdf/tout_sur_les_re_gles_pdf_final.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *