L’écologie, ce n’est pas réduire sa pollution en Co2 #LesMoissonsDuFutur

Les Moissons du futur, ce nouveau documentaire de Marie-Monique Robin, réalisatrice entre autres des films Le Monde selon Monsanto et Du Poison dans nos assiettes, est incontournable. Il pose les véritables problèmes et enjeux écologiques planétaires, qui sont ceux de l’agriculture. Il sera diffusé demain, 16 octobre 2012, sur Arte à 20 h.

Ce n’est pas « la planète » qu’il faut sauver, mais l’humanité : si l’être humain dans son ensemble ne parvient pas au XXIIe siècle, ce ne sera pas parce que des prévisions de +4 °C se révèleront exactes ou pas, mais bien parce que la crise alimentaire et agricole en cours aura atteint des sommets inconnus jusque-là.

En réalité, ce documentaire, Les Moissons du futur est une ode à l’espoir : ce voyage à travers la planète, de l’Amérique centrale au Japon, en passant par l’Amérique du Nord, l’Afrique de l’Est et l’Allemagne, démontre que des solutions écologiques, d’agro-écologie, existent et sont déjà appliquées. Ce sont ces solutions qui peuvent nous « sauver » du désastre, et elles sont agricoles.

Parce que les arbres et les plantes cultivés sont la vie, que la pollution humaine n’est pas celle des rejets de CO2 (bien qu’on trouve quelques morceaux de discours « réchauffistes » dans le documentaire, politiquement correct, français oblige) mais bien celle des pesticides et engrais chimiques qui épuisent les terres, tuent la biodiversité et condamnent les êtres humains à terme.

Dans ce documentaire, il y a de l’économie, de « l’écologie véritable, centrée sur les réalités », de la science, des analyses politiques, et des êtres humains qui démontrent que la voie tracée par l’agro-industrie depuis 60 ans n’est pas tenable et doit être abandonnée. Les affirmations totalement fausses sur l’impossibilité de cultiver sans la chimie continuent d’influencer le plus grand nombre alors que c’est l’inverse qui s’avère exact. C’est là que l’écologie doit travailler. Le reste n’est que diversion.

Il faut prendre ces 90 minutes pour regarder ce documentaire, si l’on s’intéresse aux véritables problèmes écologiques mondiaux. Et que l’on est prêt à accepter que l’écologie est autre chose que la simple communication des gouvernements, avec pour but réel le contrôle social desdites populations.

Pendant que les adeptes du Grenelle convainquent les foules de réduire leurs émissions de CO2, les êtres humains et les terres crèvent sous les coups de boutoir de l’agrochimie et du lobby des OGM qui amènent des solutions contre le réchauffement climatique. Y aurait-il comme un paradoxe étrange ? Les « écologistes » français, défenseurs du GIEC et de la politique environnementale, devraient se poser la question.

 

Twitter Facebook Google Plus email

65 thoughts on “L’écologie, ce n’est pas réduire sa pollution en Co2 #LesMoissonsDuFutur”

  1. « Pendant que les adeptes du Grenelle convainquent les foules de réduire leurs émissions de Co2, les êtres humains, les terres, crèvent sous les coups de boutoirs de l’agro-chimie et du lobby des OGM qui amènent des solutions contre le réchauffement climatique. »
    Il faudrait arrêter de dire n’importes quelles conneries pour le plaisir d’avoir raison. Le Grenelle a été une vaste farce et nous n’avons absolument pas réduit nos émissions de CO2 ! De plus, les climatologues et le GIEC n’ont rien à voir avec un quelconque lobby OGM, qui n’a jamais amené des « solutions » contre le réchauffement climatique ! Plus ça va plus tu tombes dans le grand n’importe quoi, au rythme actuel les « articles » ne seront bientôt plus lisibles, (à part peut-être dans Causeur, le niveau s’en rapproche dangereusement…)

  2. Allez, je ne résiste pas : ce document du gouvernement établit les données sur le Co2 et sa réduction, avec les secteurs concernés. Ca marche plutôt pas mal. Bien entendu, ce n’est pas top, la réduction n’est pas tout le temps là. C’est pourquoi des taxes arrivent tout juste, comme celles sur les poubelles, calculées non pas sur les déchets réels des habitants, mais par le nombre d’habitants. Que tu balances ou pas plein de déchets, si tu es famille nombreuse tu payes un maximum. Et ça douille sévère… Mais bon, on s’en fout : il y a la carte grise taxe Co2 aussi, qui taxe les « riches », enfin pas que, parce que les vieilles bagnoles des pauvres, c’est plein de Cà2, donc taxons les pauvres aussi. Les modèles de luxe arrivent avec émission réduites, comme les 4X4 verts.

    Tiens pour le Co2 : ça bosse dur en France…

    http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Reperes/2012/Climat_ed_2012/REPERES%20Chiffres%20cl%C3%A9s%20climat%20ed%202012_FR-BD.pdf

    Et puis il y a de partout plein d’infos là dessus :

    « La charte d’engagements volontaires de réduction des émissions de CO2 des transporteurs routiers de marchandises

    Le Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et l’ADEME, en concertation avec les organisations professionnelles du secteur du transport routier de marchandises, ont élaboré une charte intitulée « Charte d’engagements volontaires de réduction des émissions de CO2 ». Lancée officiellement le 16 décembre 2008, cette démarche est identifiée par le logo « Objectif CO2. Les transporteurs s’engagent ».
    http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=22274

    « Emissions de CO2 : la France deuxième en Europe pour les voitures propres

    http://www.rtflash.fr/emissions-co2-france-deuxieme-en-europe-pour-voitures-propres/article »

    On est les CHAMPIONS ! ouais !

    La France a baissé ses émissions carbone depuis le Grenelle. Elle continue à le faire. Et comme elle émet 1% de l’émission totale de la planète, l’effort engendre l’équivalent inverse niveau effet de serre à celui d’un pet de chameau dans l’atmosphère. Donc, si la France arrête toute émission de Co2, il reste 99% de Co2 rejeté dans l’air. Efficace comme stratégie.

    Mais quand on y croit, on y croit.

    « Tous ensemble, tous ensemble contre le Co2…tous ensemble, tous ensemble… »

    P.S : il faut absolument consulter ce site qui est mourir de rire bien que déclaré très « sérieux »…
    http://www.planetoscope.com/co2/261-emissions-mondiales-de-co2-dans-l-atmosphere.html
    Extrait : « Sans surprise, le niveau d’émissions progresse dans les pays émergents (+ 7,6 % au global contre 3,4 % pour les pays développés). Les plus fortes progressions ont été en Chine (+ 10,4 %) et en Inde (+ 9,4 %) »

    Les salauds ! Salauds de pauvres ! Putain, ils vont nous tuer ces cons !

    Tous responsables du CO2

    Chaque personne contribue quotidiennement aux émissions de CO2 : un ménage français en rejette en moyenne 16.400 kilos par an dans l’atmosphère.

    « En changeant un peu ses habitudes, chaque individu peut agir de manière positive sur ce phénomène. Des efforts peuvent ?tre faits en matière de transports (covoiturage, transports en communs, vélo…). »

    Le vélo ! Ah le vélo ! Comme c’est bien ça pour les travailleurs ruraux, le vélo.

    Enfin bref, tu as parfaitement raison : le GIEC, les réductions de Co2 n’ont rien à voir avec rien, c’est juste pour tous nous sauver.

    Merci d’être là pour nous éclairer Ivan. Merci encore…

    Les lobbies ne sont pas reliés à la politique du GIEC, mais non, pas du tout :

    http://www.invivo-group.com/dossier/18/page/2/les-biocarburants-une-voie-d-avenir

    Et pour les OGM, tu devrais lire des choses comme ça, chez Monsanto :
    « Les chercheurs publics et privés travaillent pour l´avenir au développement de plantes correspondant aux attentes des consommateurs, aux besoins des agriculteurs et au souci de la préservation de la biodiversité.

    Outil complémentaire de l´agriculture de demain, les biotechnologies ne sauraient être rejetées par principe alors que les bénéfices actuels sont réels (utilisation raisonnée des pesticides, augmentation des rendements, diminution des mycotoxines – toxines de champignons microscopiques responsables de graves intoxications chez les animaux d´élevage -,

    ->contribution à la lutte contre le changement climatique) et les bénéfices potentiels futurs sont très prometteurs.

    Certaines de ces innovations, tel le maïs résistant à la sécheresse, devraient être mises sur le marché d´ici 2012 aux Etats-Unis.

    http://www.monsanto.fr/parlons_ogm/les_ogm_cest_quoi/il_nya_rien_de_nouveau.asp

    A plus de te lire. Moins péremptoire, et surtout moins diffamant à mon égard : ça devient limite quand même…

    1. Diffamant ?

      Tiens Yovan, quand tu fait une citation, fait la en entier
      [citation]
      Extrait : « Sans surprise, le niveau d’émissions progresse dans les pays émergents (+ 7,6 % au global contre 3,4 % pour les pays développés). Les plus fortes progressions ont été en Chine (+ 10,4 %) et en Inde (+ 9,4 %) »

      Les salauds ! Salauds de pauvres ! Putain, ils vont nous tuer ces cons !
      [/citation]

      Et maintenant la même sans être tronquée là où ça t’arrange
      [citation]
      « Sans surprise, le niveau d’émissions progresse dans les pays émergents (+ 7,6 % au global contre 3,4 % pour les pays développés). Les plus fortes progressions ont été en Chine (+ 10,4 %) et en Inde (+ 9,4 %)

      Notons que les pays développés « externalisent » une grande partie de leurs émissions via leurs implantations industrielles dans les pays émergents et donc par le biais de leurs importations.

      En outre, sur l’autel de la rentabilité, ces sites pourtant récents ne suivent pas toujours des normes environnementales aussi strictes que dans les marchés traditionnels. »
      [/citation]
      Ha ben dis donc, c’est pas pareil du coup !

      1. si, en fait c’est assez kif …

        suffirait que foxconn file du bio à ses ouvriers, et fasse des smartphones garantis low CO2 durable équitable et tout pour que ça fasse kiffer l’écologie officielle … enfin les environnementalistes quoi !

        1. Tu veux parler de ces affreux « réchauffistes », ces pseudo-scientifiques qui font qu’a essayer de nous laver le cerveau à coup de publications dans Nature pour imposer une dictature mondiale de la Pastèque (Vert dehors, Rouge dedans) manipulés en sous main par les lobbys des Dirigeants Institutionels du Charbon et du Kérosene d’un coté et par les Nucléaristes Officieux Orientant le Baromètre de l’autre ?

          Pour Foxconn, tu as raison. Peut-être qu’il vont proposer le bio à la cantine au prochain comité d’entreprise de l’usine de Longhua :D

      2. «  »Extrait : « Sans surprise, le niveau d’émissions progresse dans les pays émergents (+ 7,6 % au global contre 3,4 % pour les pays développés). Les plus fortes progressions ont été en Chine (+ 10,4 %) et en Inde (+ 9,4 %) »

        Les salauds ! Salauds de pauvres ! Putain, ils vont nous tuer ces cons ! » »

        Et toi ta version c’est « les pauvres sont bons et généreux, ils ne peuvent polluer plus que nous qui sommes riches donc coupables. Ils en savent plus que nous sur la nature, sur l’écologie… »

        Et on s’étonne après que Le Pen monte…

    2. @Yovan : si tout le monde raisonne comme toi, personne ne fait jamais d’effort.

      Le « pet de chameau » de 1% est déjà un bon début. 1%+1%+1%…etc cela ne finira évidemment pas par faire 100% mais c’est toujours mieux que rien.

        1. Les efforts…vous êtes marrants…mais où vont-ils les efforts ? Vous planez à deux mille là, faut arrêter la télé. On vous vend de la lutte contre le réchauffement avec des bagnoles écologiques ! De l’isolation des habitations : vous êtes conscients de l’aberration du truc ? Pendant que l’agro-chimie tourne à plein régime, que tous les crédits sont balancés dans la lutte contre le carbone, il y a l’équivalent d’un stade de forêt qui disparait chaque jour…et vous voulez additionner les 1% de la France avec le reste de la planète en…diminution de carbone ? Mais on nage en plein délire là…

          Allez voir où passe l’argent de lutte contre le changement climatique, regardez comment l’agriculture paysanne est traitée, comment les politiques de l’énergie s’organisent et les problèmes d’eau qui s’accumulent…les problèmes de pollinisation.

          Du pur délire.

          Ou de l’inconscience complète. Mais dire qu’on ne sait pas, c’est grave ? Vous semblez ne pas connaître très bien le sujet. Putain, faites l’effort de vous pencher dessus avec un minimum d’objectivité au lieu de vouloir avoir raison sur du vent.

          Le but n’est pas de savoir qui a raison ou tort sur le réchauffement climatique, le but est d’ouvrit un tant soit peu les yeux sur le sujet, qui est politique, économique, social.

          Donc, acceptez de chercher plus loin au lieu de placer des +1 et des théories de bonne volonté qu’on entend à longueur de journées sur les ondes, les écrans et qui ne sont que du marketing pour un business qui déplace totalement les enjeux environnementaux réels.

          1. « Le but n’est pas de savoir qui a raison ou tort sur le réchauffement climatique »

            Ah oui ? Et c’est sans doute pour cela que tu accumules les approximations, les contre-sens, les arguments pseudo-scientifiques sur la question du réchauffement climatique et que tu t’estime diffamé chaque que l’on te montre que tu te plantes et qu’en plus tu creuses ?

            « le but est d’ouvrir un tant soit peu les yeux sur le sujet, qui est politique, économique, social. »
            Parce que tu considères sans doute que la multiplication d’épisodes météorologiques extrèmes liés au réchauffement climatique comme les canicules n’ont aucune conséquences sur l’agriculture, l’évolution des éco-systèmes, la bio-diversité ?
            Comme le dit wtf, « L’écologie, ce n’est pas QUE réduire sa pollution en Co2. »

            « Vous semblez ne pas connaître très bien le sujet. Putain, faites l’effort de vous pencher dessus avec un minimum d’objectivité au lieu de vouloir avoir raison sur du vent. »

            :D :D :D

            Elle est bonne celle-là !

    3. Mes posts ne passent plus. Mais il va falloir dégonfler du bulbe, un petit peu. Tu as réussi à montrer quoi ? Une soupe d’insinuations basées sur… du vent, une fois de plus, car il n’y a rien pour appuyer tes insinuations. Et de ton côté tu n’es capable de citer que des climato-sceptiques proches des néo-cons et des libertariens.
      Je rappelle quand même qu’il y a 2 ou 3 faits têtus dont celui là : 95% des climatologues font des GES la cause du réchauffement. Après, bien sûr il y a toujours des tarés pour vouloir prouver que la terre est plate…
      Je n’appelle pas ça du journalisme, encore moins de l’analyse, c’est tout.
      Qui sont les climato-sceptiques ? Des non climatologues, financés par le lobby pétrolier.
      http://www.slate.fr/story/18809/qui-sont-les-climatosceptiques-giec-allegre-courtillot-
      http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/qui-sont-les-climato-sceptiques_931831.html

    4. Le TaGV (lire TaGéVé) un mode de « Transport aérostatique à Grande Vitesse » grâce à l’énergie d’origine photovoltaïque. Sorte de vaisseau aérien, il est d’un concept et d’une construction très économiques, 100% écologique et 100% sécuritaire et conviendrait très bien pour les lignes aériennes intérieures en Afrique, en Chine, en Inde, en Russie, en Australie ou en Amérique du Sud).

      Communiqué 1

      « Didier Delmotte, citoyen français, ancien Président fondateur et propriétaire de la compagnie Air Littoral qu’il a créée en France en 1972, dirigeant un bureau d’études indépendant, vient de déposer un brevet en Suisse avec extension internationale et a l’honneur de vous présenter un nouvel aéronef révolutionnaire dont l’une des nombreuses applications est un dirigeable à la fois aérostat et avion nommé AEROSTAT-PLANE qui s’inscrit entièrement dans une politique de développement durable, avec structure en bois (spruce aviation) et propulsion électrique (ou hybride) avec 1 à 3 ha de surface photovoltaïque selon les modèles.

      De par sa forme rectangulaire et profilée d’aile d’avion, son aérodynamisme est tel qu’il peut voler avec ou sans hélium en fonction de la puissance installée à bord. Selon les modèles et la motorisation, électrique ou hybride avec turbopropulseurs, les capacités de charge sont de 100 à 300 tonnes sur 1.800 à 24.000 km à des vitesses allant de 185 à 555 km/h.

      L’AEROSTAT-PLANE ignore le crash, il est donc de ce fait le véhicule, toutes catégories, le plus sûr au monde. Cette particularité, unique, facilitera grandement l’automatisation totale de ce type de vaisseau aérien, tel un drone géant sécuritaire télécommandé.

      Didier Delmotte précise que de ce dirigeable, il a été développé une version « bombardier d’eau » pouvant larguer jusqu’à 300 tonnes de liquides, ce qui pourrait résoudre tous les problèmes d’incendie dans le monde, ainsi qu’une version « gros porteur » pouvant transporter 1.400 personnes sur 6.000 km avec un confort et une sécurité incomparables, et ce à des prix défiants toute concurrence ».

      Le projet pourrait générer dans le monde, un million d’emplois sur vingt ans. Didier Delmotte ajoute que tous les pays du monde peuvent fabriquer L’AEROSTAT-PLANE, car
      Il s’agit d’une technologie de fabrication simple et de certifications existantes FAR et/ou JAR accessibles à tous.

      Il est précisé que le financement du projet est assuré par la Fondation Indépendante du Développement Durable Didier Delmotte (FIDD) qui recherche des partenaires industriels « avionneur ».

      Documentation technico-commerciale préliminaire illustrée sur demande.

      Contacts : didier.delmotte2@orange.fr 0033139977159 et 0033675575142

      TaGV (said TaGéVé) an aerostatic means or “Transport aérostatique à Grande Vitesse” thanks to energy of photovoltaic origin. Air vessel, it left is a concept and a construction very economic, 100% ecological and 100% safety, and would be appropriate very well for the interior air lines in Africa, in China, in India, in Russia in Australia or South America.

      Official statement 1

      Didier Delmotte, French citizen, former President founder and owner of the company Air Littoral that it created in France in 1972, directing an independent engineering and design department, have just deposited a patent in Switzerland with international extension and have the honor to present a new revolutionary aircraft to you of which one of the many applications is an airship at the same time airship and named plane AEROSTAT-PLANE which fits entirely in a durable policy of development, with structure in wood (spruce aviation) and electric propulsion (or hybrid) with 1 to 3 ha of photovoltaic surface according to models.

      From its rectangular and shaped shape of wing of plane, Its “aérodynamisme” is such as it can fly with or without helium according to the power installed capacity on board. According to the models and motorization, electric or hybrid with turboprops, the load capacities are 100 to 300 tons out of 1.800 to 24.000 km at speeds going from 185 to 555 km/h.

      AEROSTAT-PLANE be unaware of the crash landing, it is thus of this fact it vehicle, all categories, more safe in the world. This characteristic, single, will largely facilitate the total automation of this type of air vessel, a such remote-controlled safely giant drone .

      Didier Delmotte specifies that of this airship, it was developed a version « water bomber » being able to release up to 300 tons of liquids, which could solve all the problems of fire in the world, as well as a version « large transport aircraft » being able to transport 1.400 people out of 6.000 km with an incomparable comfort and a safety, and this at defying prices any competition.

      The project could generate in the world, a million employments over twenty years. Didier Delmotte adds that all the countries of the world can manufacture the AEROSTAT-PLANE, because they are a simple technology of fabrication and existing certifications FAR and/or JAR accessible to all.

      It is specified that the financing of the project is ensured by the Foundation Independent of the Durable Development Didier Delmotte (FIDD) which seeks industrial partners “airframe manufacturer”.

      Preliminary technical-commercial documentation illustrated (in French) on request.

      Contacts: didier.delmotte2@orange.fr 0033139977159 and 0033675575142

  3. Ah Ah ! tu vas t’en faire des ennemis à force Yovan ! on dirait presque du harcèlement « pour que ça rentre bien dans nos têtes »…

    Pourtant sur le fond, je suis d’accord avec toi, par exemple je pense que les grands risques écologiques sont à chercher du coté de la biodiversité et non du réchauffement climatique.

    Mais l’accumulation d’articles sur le sujet, traitant au passage une bonne partie de la population de cons, c’est pas le meilleur moyen que je connaisse pour se faire entendre. C’est un peu l’histoire de rantanplan ( et on est tous des rantanplans..) si tu matraque qu’il ne faut pas y croire, on va être tenté d’y croire … si tu matraque « ne lisez pas » … t’as compris le principe.

    J’ai eu l’occasion de participer à une conférence d’Hubert Reeves, j’ai été très attentif à ce qu’il appelle la « sixième extinction ». Selon lui et d’autres scientifiques ( désolé je n’ai aucune source, mais peut être la conf se trouve sur le net) nous serions rentrés, au vue de la vitesse de disparitions des espèces dans une 6ème extinction. La 5ème étant celle des dinosaures.Et le « grand mal » serait celui-ci car à chaque extinction, l’espèce dominante disparaît pour laisser la place à d’autres. A celle plus capables de s’adapter…

    Saurons nous nous adapter ? Au vu des directions prises, j’aurais tendance à penser « pas sur » …

    1. D’accord avec toi, Guillaume, Hubert Reeves est d’ailleurs une excellente référence par l’étendue de son savoir.

      Dire que ce monsieur nous alerte depuis des années sur les problèmes écologiques et le nucléaire, mais on ne l’invite que pour regarder les jolies étoiles filantes en août.

  4. Merci pour l’info sur le reportage, MM Robin fait de l’excellent boulot.

    Quant à ton climato-scepticisme, c’est gentil de revenir dessus, mais ça devient lourdingue. Surtout en mode #parano, #contrôle_population, #NOM, etc.
    Et je ne vois pas ce qui te permet de juger que TU as raison sur le réchauffement climatique, un peu d’auto-critique ou de discernement serait intéressant.

  5. Excusez-moi, j’aurais dû faire comme il se doit : « L’agro-‘écologie peut aider à luter contre le réchauffement climatique et sauver l’humanité ».

    Puis, dire : « L’agro-écologie, en plus d’être le moyen de sauver l’humanité, est aussi le moyen de sauver la planète contre le réchauffement climatique ».

    Toutes mes excuses, j’avais oublié le dogme. Vraiment, je suis désolé. Ne m’en veuillez pas trop, hein. Dire ce que l’on pense, c’est vrai, ça craint un peu. Surtout quand ce n’est pas ce que pense la majorité. Ca craint quand même de dire qu’on pense quelque chose en le développant et en l’étayant. Parce que développer, ou répéter quelque chose contre une conviction établie et assenée depuis des années est donc prétendre avoir la vérité ? Retournement sémantique intéressant. Décidément, ce lavage de cerveau a tellement bien fonctionné, que rien ne peut y contrevenir. Juste poser des questions, ou dire qu’il y a des diversions gênantes, ça craint… ben oui, certainement. Les paranos ne sont peut-être pas là où on le croit. Quant au contrôle de la population…alors là…je me marre doucement, si c’est un complot, dis donc, vachement bien foutu.

    Donnez-moi la ligne du parti : je vais la suivre désormais. Je sens que je vous agace, non ? :-)

  6. Va dire à un asthmatique, que le C02 et le rejet de particules dans l’air n’existent pas? Et si cela touche les asthmatiques, je pense que cela ne doit pas se limiter qu’a eux.
    Après en ce qui concerne le réchauffement climatique, je ne dis pas que tu as tort, car réellement personne ne peut dire si oui ou non, le CO2 a un vrai impact (car les calculs à affecter ne sont du même ordre que ceux pour la météo, et quand l’on connaît la précision de la météo …). Mais il est évident que nos glaciers fondent à une vitesse supérieure au normal naturel. Donc il doit sûrement y avoir un lien quelque part avec nos émissions de gaz, peut-être que finalement ce n’est pas le CO2, mais seulement les autres particules de combustion qui sont responsables de cette effet de serre.
    Mais si un volcan islandais peut en une simple éruption de 10 jours faire baisser la température d’une année d’un degré et entraîner des mauvaises récoltes, alors j’imagine très bien nos productions de particules avoir un impact sur le climat après deux siècles d’industrie basé sur le charbon et le pétrole.

    1. en même temps , le volcan islandais, en bloquant une bonne part du nomadisme aérien qui pollue pas ( j’ai jamais entendu l’écologie officielle brailler contre le transport aérien ou le transport maritime , mais c’est vrai qu’ils permettent d’importer du bio équitable durable de l’aut bout du monde ) il limite aussi un gros paquet de rejets direct dans les hautes couches de l’athmosphére …

      1. Viens brailler sur le transport aérien ou maritime pour voir si tu ne vas pas te faire traiter de « passéiste » ou autre « retour à l’âge de pierre »…

        Les éoclogistes sont malheureusement obligés de mettre de l’eau dans leur vin, et seule une petite minorité (certes très communicante) participe du greenwashing.

        Allez donc voir sur le site de l’Alliance Ecologiste Indépendante, par exemple (http://www.alliance-ecologiste-independante.com/) et lisez notamment leur prose sur les Verts en home page. Puis lisez leurs valeurs (http://www.alliance-ecologiste-independante.com/nos-propositions/nos-valeurs) et leur programme (http://www.alliance-ecologiste-independante.com/nos-propositions/nos-propositions-concretes).

        On est ici très loin de certains opportunistes qui surfent sur une « mode » écolo.

  7. Juste pour être sûr, on parle bien du CO2, ce gaz essentiel à la vie de toute la végétation de la planète et sans lequel il n’y aurait plus de récolte pour nourrir le bétail que nous sommes en train de devenir!?!

  8. Je suis comme Guillaume, je pense que le risque est plus fort du côté de la biodiversité que du réchauffement et malheureusement le CO2 en est un facteur de risque. On en parle moins mais l’océan absorbe une quantité importante de CO2 et cela contribue a en augmenter l’acidité. Cette acidification entraînent certaines espèces à avoir du mal à constituer leur coquille et fait peser du coup un risque sur ces espèces et toute la chaîne alimentaire dont elles font parties. Aller voir cet article qui semble objectif:

    http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/07/23/01029-20120723ARTFIG00483-climat-l-acidification-des-oceans-altere-la-faune-et-la-flore.php

    Notez qu’a la fin de l’article, ils expliquent qu’il semble que les poissons s’y adapte facilement. Reste à voir pour les espèces à coquillage.

  9. rions un peu :
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/15/mettre-un-prix-sur-l-environnement-une-question-naturelle_1774978_3234.html

    « Chacun devrait payer pour sa dépendance, son utilisation et ses impacts sur la biodiversité s’il souhaite que ça continue à être disponible ». Faut-il un marché de la biodiversité à la manière de celui existant en Europe pour le carbone et visant à permettre des réductions d’émissions de CO2 ? Faut-il des taxes, des redevances ou des systèmes de facturation de « services »

    euh je dééééééconne ? tain, j’ai comme un doute …

  10. « Pendant que les adeptes du Grenelle convainquent les foules de réduire leurs émissions de Co2, les êtres humains, les terres, crèvent sous les coups de boutoirs de l’agro-chimie et du lobby des OGM qui amènent des solutions contre le réchauffement climatique. »
    Beubeul à 5 francs.
    T’as vu où, que les foules sont convaincues blabla par les adeptes du Grenelle ? Tu veux que j’te dise ce qui les convainc, les foules ? C’est ça : la hausse galopante du prix de l’essence, le prix astronomique de la bagnole en entier et de son entretien, les radars et les flics partout. C’est ça qui remplit les bus là où y en a, les autres – et y en a encore un paquet, vivotent en bichonnant Titine jusque 300 000, histoire de bouffer jusque 40% du fric du ménage (avec l’explosion du prix du logement depuis 25 ans, tu l’as dans l’os Boloss). Les discours des grenelleux mais on en a rien de rien à secouer mon pauvre, tout le monde sait que c’est juste de la merde corporate. Même les écolos. On est sur la perte de biodiversité, l’érosion des sols, les magouilles des cartels. Ras le cul de tes sermons à la mords moi l’noeud et de ta fixette sur le réchauffement.

  11. @ Amicalement, à propos de la vidéo de J. Testart

    J’ai le plus grand respect pout J. Testart.

    Son discours est clair et précis. Et ce qu’il dit à propos des OGM me semble juste évident. Même si ce n’est pas du tout ma spécialité.

    Tiens un texte du même Testart dans lequel il évoque l’affaire du GIEC et Allègre, paru dans Politis en 2010.

    http://www.knowtex.com/nav/la-science-allegre-et-nous_14063

    Je me permet de citer un passage assez long :

    « Pourtant, la posture d’Allègre ne peut pas suffire à lui donner raison, surtout si on connaît les arrangements avec la vérité dont le personnage est coutumier depuis plus de trente ans mais qu’il camoufle soigneusement.

    Comment choisir où est la « bonne science » entre les travaux du Giec et les insultes d’Allègre ? Le débat sur la réalité et surtout sur l’origine des changements climatiques introduit une nouveauté dans les rapports entre science et société : ici, il ne s’agit pas d’expertiser des artifices mais le savoir lui-même. Cependant, la question porte des conséquences immédiatement politiques et économiques, et il est alors tentant de donner raison au Giec parce que ses conclusions, largement consensuelles, desservent les intérêts des lobbies industriels. Dans l’affichage médiatique, les négationnistes du climat sont largement gâtés (la plupart des débats opposent un membre du Giec à l’un d’eux, comme si tout se valait) parce qu’ils rassurent et qu’ils encouragent la pulsion de consommer. Pétroliers, constructeurs d’automobiles, banquiers ou marchands d’OGM, tous les puissants soutiennent les « savants » qui œuvrent afin que rien ne change dans nos modes de vie… jusqu’au mur final.

    Pourtant, prétendre que l’ennemi objectif des méchants est forcément celui qui porte la vérité est un peu facile et tricherait avec la raison. Quand le verdict des experts est conforme aux intérêts des puissants, comme il arrive presque toujours, le citoyen doit s’interroger sur la qualité vraie de la vérité scientifique. Mais on ne peut pas supposer que la complaisance nourrisse les rapports du Giec, insupportables pour les apôtres de la croissance infinie. Alors, ces rapports ne pourraient être invalidés que par l’erreur. Pourtant, sauf peccadilles dûment dénoncées par les climatio-sceptiques, on peine à croire que des erreurs significatives aient pu passer inaperçues lors de l’élaboration par des milliers d’expert. Ainsi, par la seule raison, ceux qui ne sont même pas climatologues sont amenés à soutenir les résultats du Giec contre les élucubrations d’Allègre ! »

    Voila : respect !

  12. Le film de Marie Monique Robin me fait repenser à deux autres documentaires l’un de Coline Serreau, solutions locales pour un désordre global , ou l’on retrouve les époux Bourguignons (agro-ecologie ;brf;semis sous couvert), Pierre Rabhi (agro-écologie), Dominique Guillet(kokopelli), Joao Pedro Stedile (mvt des sans terres amerique du sud), Vandana Shiva (Navdanya), Devinder Sharma(agronome en Inde)… et l’autre de Dominique Marchais, le temps des grâces , rencontres en France de paysans agriculteurs éleveurs avec notamment Marc Dufumier qui sont absolument complémentaires et en phase avec le travail de MM Robin. Ces 2 docs sont visibles sur youtube. On découvre dans ces 3 films des gens qui font, pour la plupart depuis longtemps et jusqu’à récemment dans l’indifférence la plus totale, qui font bien et en équilibre ; donc oui ya moyen de faire autrement que ce que proposent les portes-flingues que l’on voit en début de séquence comme Bruno Lemaire qui prétend que les pesticides ont toujours existé…
    Le documentaire se termine avec Marc Dufumier, qui annonce une nouvelle agriculture « savante », beaucoup plus fine que celle pratiquée actuellement, qui remplace l’agriculture industrielle standardisée par des méthodes adaptées au lieu, au climat, à la population qui la pratique.
    Beaucoup de parallèles par exemple entre l’éliquilibre agro-sylvo-pastoral présentée par les Bourguignons dans solutions locales et la façon de travailler de l’exploitation du Japonais Kaneko dans les moissons du futur : autonomie, équilibres entre les plantes cultivées, la foresterie et les animaux d’élevages.

    Difficulté potentielle (pour moi) : prendre le temps de visionner les documentaires, les digérer, approfondir les pistes proposées par chaque intervenant, que ce soit pour celui de Marie-Monique Robin ou des 2 autres, très riches aussi.

  13. Ces gens sont tous reliés depuis fort longtemps (les bourguignons, Rabhi, etc…) et travaillent ensemble. Kokoepelli, (créé par D Guillet et deux autres personnes que je connais fort bien) est un centre vital (diffusion des semences) de tous ces « experts du terrain ».

    J’ai des documents des Bourguignon, que je voulais inviter en radio, l’année dernière.
    Mais les activités bénévoles m’empêchent de pouvoir tout faire. Il serait important de parler des ces « hackers de l’agriculture », parce qu’ils ont sacrément inventé, détourné, modifié des méthodes anciennes pour amener des solutions agricoles incroyables en termes d’efficacité et de préservation de la bio-diversité. Les Bourguignon sont des ingénieurs agronomes, avec 40 ans de pratique.

    Je voulais faire une longue interview (une heure) en radio des Bourguignon, je crois, à la lecture de ton commentaire, que ça peut valoir le coup. A la lecture des commentaires sur Kokopelli aussi http://reflets.info/leurope-verrouille-les-semences-anciennes-seedlove-sauvezkokopelli/ : j’ai l’impression que de plus en plus de monde se préoccupe (enfin) de ces sujets. Et quitte à faire, ils pourraient en lâcher d’autres de sujet « écologiques » à deux cents, ça permettrait de concentrer l’énergie sur les choses essentielles :-)

    Parce que financer des milliards la décarbonisation et que dalle pour l’agro-écologie, ça fait peur quand même. Et un peu mal au c… aussi.

    Je sais, je ne devrais rien dire mais les sujets sont liés, très liés…

    1. Je ne sais pas comment ils réagiront quand il sera question de hacking, mais la souhaitable interview de Claude et Lydia Bourguignon sera sûrement très intructive. Lorsqu’on aborde ces problématiques, ils reviennent souvent au premier plan, (tout comme P. Rabhi et D. Guillet et qq autres) d’abord grâce à leur expérience de terrain, mais aussi parce qu’ils savent efficacement partager : expliquer, démontrer et mettre en scène les pbs et les solutions proposées : ils sont de très bons pédagogues. C’est ce qui ressort aussi dans les pratiques raffinées du Japonais Kaneko dans « les moissons du futur » : partage avant tout, que ce soit sur les plans techniques et d’organisations ou dans la façon de faire au quotidien.
      Reste que de toute façon, pédagogue ou pas, c’est pas eux qu’on voit au 20h sur tf1, c’est très clair.
      Finalement, la diffusion de leurs savoirs doit peut être se faire plutôt de proche en proche, par capillarité, plutôt que par les grands canaux maisntream, qui vont se dépêcher de déformer tout ça pour soit les faire passer pour des illuminés qui vénèrent la pleine lune ou que sais-je, soit pour des attardés -rendez-vous compte, ils recouvrent le sol de bouts de bois éclatés et ne labourent plus- sacrilège, soit vont leur couper la parole au bout de 20 secondes, pour balancer une pub pour un désherbant-dans-un-bidon-vert…

  14. 2 petites remarques, j’ai l’impression Yovan (mais tu peux me contredire) que tu mélange un peu tout:

    Il n’y pas UN combat mais plusieurs, le réchauffement en est un, la biodiversité en est un autre, les milles autres choses dont on devrait légitimement s’inquiéter aussi.

    J’aurais reformuler le titre : L’écologie, ce n’est pas QUE réduire sa pollution en Co2.

    Et ca aussi :
    Ce n’est pas « la planète » qu’il faut sauver, mais l’humanité
    =>
    Ce n’est pas « la planète » qu’il faut sauver, mais l’humanité ET surtout tout le reste faune/flore.

    1. Si je m’exprime plus clairement, je te renvoie aux efforts financés par nous tous, appelé budget « climat-énergie » en France par exemple : http://www.senat.fr/commission/fin/pjlf2012/np/np10/np109.html

      Si les mêmes sommes, (au niveau de tous les pays qui financent la lutte contre le réchauffement), avaient été investies uniquement dans l’agro-écologie, la sauvegarde des forêts, de la bio-divesrité, au lieu du système « climat-énergie », je n’ose même pas imaginer le changement qu’il y aurait eu en 5 ans sur la planète. Parce que les engagements financiers pour « l’écologie » sont absorbés à 90% par…la lutte contre les rejets de Co2.

      C’est simplement ça que je dis. A chacun de se questionner sur ce que cela signifie, génère… Et si personne ne veut voir le problème, ce n’est pas grave. De toute manière, le business est très bon, entre les bourses au carbone et les « spécialistes » pro-Giec qui font du prosélytisme comme ici : http://www.manicore.com/

      Et quand tu vas chercher ce que fait cet ingénieur, tu trouves sa boite, qui est ça : http://www.carbone4.com/ (entreprise de stratégie carbone des organisations).

      #toutvabien #pasdeprobleme

  15. C’est le Canard Enchaîné qui avait dit que 90% de la pollution vient des entreprises.
    Une autre façon d’aborder le problème, en induisant les mêmes questions que cet article, c’est dans le dernier Fakir, à propos de la filière avicole. http://www.fakirpresse.info/Un-monde-est-mort-il-court-encore.html

    Deux infos, juste pour dire qu’on est pas à la 25ème heure mais pas loin. Une étude vient de montrer que le poisson des océans, d’après les mesures prises, a une taille aujourd’hui de vingt-cinq pour cent inférieure à celle qu’il avait il y a quelques années. Principalement a cause de l’acidité croissante des eaux marines.
    Acidité à laquelle cette plaque de déchets doit contribuer, un petit peu, d’autant qu’elle n’est pas petite puisqu’il fait 3,5 millions de km2 = 6 fois la France. http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1471_continent_dechets_pacifique_nord.php

  16. Merci de remettre sur le devant de la scène des problématiques différentes que l’éternel débat sur le réchauffement climatique et la baisse du CO2 Yovan.

    On se fait bien enfumer et cela marche.
    Je partage néanmoins le commentaire de certains qui avancent surtout des considérations financières visant à réduire leurs emissions. L’energie fossile coûte un bras.

    Mais certains gouvernements ont déjà intégré le processus de destruction terrien.

    Ainsi, dans « une etoile qui meurt » diffusée sur France 5, on apprend comment la NASA s’aprête à terraformer Mars, en y projetant un gros asteroïde pour faire en sorte que l’eau contenue sous terre sous forme de glace redevienne liquide et recouvre en partie la surface.
    Si des aliens faisaient pareil avec notre planète….MDR

  17. Je lis: Solutionnaire de physique classe de seconde:
    Densité du CO2 = 1,87kg/m3
    Densité de l’air= 1,2 kg/m3
    Soit un différentiel de: 670Kg Pour 1000m3
    Soit un cube de 10m de coté.
    Il y a donc autant de chances de trouver dans la haute atmosphère, du CO2 émis au niveau du sol, que de trouver des glaçons au fond d’une baignoire.
    Pour information: le centenaire de l’élévation de l’atmosphère en CO2, correspond au centenaire de l’aviation…Pure coincidence…?

  18. Tiens…y’a encore quelqu’un… Alors j’enfonce le clou.
    Lorsque, à l’aide d’une pipette, on dépose de l’eau au fond d’un verre d’huile; l’eau reste au fond, bien sagement.
    Par contre,si on brasse de l’eau et de l’huile; on obtient: ce que la physique appelle: une émulsion; qui reste relativement stable dans le temps.
    Pour information: Un réacteur d’avion brasse le CO2 dans l’air aux environs de 10 0000 tours/mn.
    Que voilà de quoi faire une belle mayonnaise.
    Il faudrait peut-etre que ces cons de politiciens arretent de nous prendre pour des imbéciles…non ?

    1. Valentin, arrête avec ce clou tu vas te faire mal, reprend plutôt un peu de physique.

      1) Quand tu compares la densité du CO2 et celle de l’air tu commets une erreur de méthode. L’air n’est pas un gaz mais un mélange gazeux dans lequel entre le CO2 pour une part relativement faible certe, mais non négligeable cependant.
      La densité de l’air est donc une moyenne des densités de différents gaz en proportion de leur présence dans le mélange.

      2) Tu sembles considérer que l’air devrait en quelque sorte décanter dans l’atmosphère. Les gaz les plus lourd resteraient ainsi près du sol et les plus lègers au dessus.
      Là encore tu négliges le fait que l’air est un mélange. Tu oublies surtout que notre atmosphère est tout le temps et partout très instable. Ça souffle dans tous les sens plus ou moins violemment et quand ça s’arrête apparemment quelque part ça n’est jamais pour très longtemps. Bref, l’air est un mélange parceque l’atmophère terrestre est instable (et c’est une chance). Les avions n’ont qu’un rôle infiniment marginal et négligeable là dedans.

      3) Je penses que tu confonds effet de serre (de l’atmosphère) et fonctionnement d’une serre (agricole).
      Il n’y a pas de couche de CO2 ou d’autres gaz à effet de serre au sommet de la haute atmosphère qui serait à l’origine de cet effet.
      C’est la présence de ces gaz partout dans le mélange de l’air et dans toute la hauteur de l’atmosphère qui génère cet effet.

      Pour une introduction très complète à ces questions :

      http://catalogue.polytechnique.fr/Files/EXT_0825_9.pdf

  19. Génial ! La fiche Wikipedia est géniale !
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Dioxyde_de_carbone#Le_CO2_dans_l.27atmosph.C3.A8re_terrestre :

    « Le CO2 serait le deuxième gaz à effet de serre le plus important dans l’atmosphère après la vapeur d’eau, contribuant respectivement à hauteur de 26 % et 60 % à ce phénomène. La réalité du réchauffement climatique observé à l’échelle planétaire depuis le siècle dernier n’est aujourd’hui plus guère contestée d’un point de vue scientifique, mais la part exacte de responsabilité du dioxyde de carbone dans ce processus (par rapport au méthane notamment) doit encore être précisée, grâce aux enregistrements fossiles des paléoclimats notamment. »

    Notez le conditionnel, qui a son importance tout de même. Le guère contesté aussi, qui n’apporte rien, mais bon…et le 26% à, 60% avec la vapeur d’eau…comme gaz à effet de serre…tout ça n’est pas très clair.

    Le mieux est quand même d’aller voir un cours de chimie de 4ème, qui nous indique que le super gaz à effet de serre, est présent à 0,034% dans l’atmosphère…
    Alors une augmentation du Co2 c’est terrifiant, oui, bien entendu : on passe de 0,034 à combien ? 0,051 % Houlalalalala… terrifiant…

    « Depuis 1947, des analyses précises et admises par tout le monde indiquent que l’air sec contient  78,1 % de diazote N2, 20,9 % de dioxygène O2,   0,93 % d’argon Ar,  0,034 % de gaz carbonique CO2,   de l’ozone (O3 ou trioxygène) et d’autres gaz en très petites quantités. »

    http://d.villafruela.free.fr/cours_quatrieme/chimie_4/chim4_01/chim4_01.htm

    1. Yovan, ne t’arrêtes donc pas au programme de 4°. L’étude de la composition de l’atmosphère est une chose, l’étude de son fonctionnement en est une autre.
      Je suppose que tu es capable de comprendre la différence. Trouve-toi un manuel récent de SVT de seconde pour commencer si la lecture de la référence que j’ai postée est trop difficile pour toi.
      Sinon tu peux aussi lire l’article de wikipedia sur l’effet de serre, il est assez bien fait…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_de_serre

  20. Donc, d’aprés vous, le centenaire de l’aviation et celui de l’élévation du CO2 est une pure coincidence.. Tout comme le fait qu’en montagne les nappes de CO2 émis pas la forét, se deplace en passant pas les cols, et s’écoule le long des pentes en suivant les déformations du sol et en se stockant dans le fond des vallées…

    1. Valentin
      « Donc, d’aprés vous, le centenaire de l’aviation et celui de l’élévation du CO2 est une pure coincidence. »
      Ai-je écrit cela ? Le développement de l’aviation a contribué à l’élévation du taux de CO2 dans l’atmosphère parce que pour fabriquer les avions et les faire voler, on a utilisé une énergie fossile. En revanche les avions ne participent que très (très très) faiblement au fait de mélanger différents gaz dans l’air que nous respirons.

      Concernant les nappes de CO2 émises par des forêts de montagne qui descendent ensuite dans les vallées en passant par les cols, c’est une affirmation assez étonante. Les forêts sont plutôt des pièges à CO2. Les végétaux captent plus de carbone par photosynthèse qu’ils n’en relâchent sous forme de CO2 par respiration.

      Un exemple ici sur une forêt de hêtres
      http://research.eeescience.utoledo.edu/lees/papers_pdf/%5B9%5D%20The%20carbon%20balance%20of%20a%20young%20Beech%20forest.pdf

      Evidemment, si on met le feu à la forêt ça change pas mal de chose en terme de bilan carbone mais je suppose que vous ne parliez pas d’un cas aussi particulier.

  21. Mais que suis bete !
    comme un couillon, je suis tombé dans le panneau. J’invite donc les gens intelligents à méditer sur la première phrase de mon détracteur, à savoir: « Valentin, arrête avec ce clou tu vas te faire mal, reprend plutôt un peu de physique. »

  22. Réponse à Yohan:
    J’ai dit: « les gens intelligents »; pas les écoloportunistes; qui aprés avoir enfourché le cheval du CO2, pour se rapprocher du gateau, et tenter d’y planter la cuillère, font maintenant de la veille sur les blogs et les forum, tournant en ridicule (lache ce clou, tu va te faire mal…), quiconque aurait l’audace d’emmettre des doutes ou des objections. Que ces gourmants se contentent de « l’Europe », dépot officiel de la vermine politicienne surnuméraire.
    Certe, la fiche de Wikipédia est bien faite; encore faut-il savoir la lire.

  23. Evidemment, certains trouverons le terme excéssif.
    A ceux-la je demande: comment nommer une entité qui vivant au dépend de son hote, en puisant dans ses forces vives à raison de 19,6%, sans meme prendre conscience qu’elle est en train de le tuer?.
    Il n’y a guère que les virus pour agir de la sorte; et le nom étant pris, il me semble que le terme générique de vermine, est particulièrement adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *