Le populisme expliqué à mon fils

(Il est des époques où certains phénomènes méritent d’être discutés, explicités, mis en lumière sous peine de se satisfaire d’approximations qui pourraient nous laisser un goût amer par la suite)

Populiste ! Vous êtes un populiste ! Aaaaaaah l’insulte politique suprême est lancée à tout-va et remplace désormais l’ancienne dénomination, vous savez, celle de démagogue. Mais c’est pas pareil un(e) populiste et un(e) démagogue, non, non, non, monsieur, démagogue, c’est moins pire (enfin ça reste à voir, ce que nous allons tenter de démontrer). On peut être un grand démagogue sans être populiste. Bon, l’inverse, difficilement, c’est vrai. Mais ce populisme dont on nous parle de plus en plus en Europe, en France aussi, qu’est-ce que c’est exactement ? Une nouvelle façon de faire de la politique, un truc post nazi, simplement nationaliste ou bien encore autre chose ?

Le populisme, un truc assez vaste…

Allez, essayons de dépasser le point Godwin d’entrée de jeu, pas la peine de se cacher derrière son petit doigt : le plus grand populiste de tous les temps est-il bien le petit moustachu énervé qui a envoyé à la mort de façon industrielle plus de 6 millions de personnes il y a 70 ans ? En un sens oui, en un sens non. Il y avait une dose de démagogie assez colossale chez le moustachu, de populisme aussi, par certains aspects. Parce qu’un populiste est avant tout quelqu’un qui assoit son discours politique sur la critique des élites et établit qu’une reprise en main par le peuple est nécessaire. Le nazisme s’est bien appuyé sur des discours de critiques des élites (les banquiers juifs en particuliers), mais pour remettre le pouvoir au peuple, avec la théorie du « guide de la nation », et l’établissement officiel du titre de dictateur, nous sommes loin du compte. Le Führer ne semblait indiquer une quelconque envie de lui faire confiance, au peuple. Le super-guide de la nation était surtout un fan de lui-même et de ses théories délirantes de race supérieure. Parce qu’il nous faut bien préciser quelque chose : le populisme, s’il est aujourd’hui utilisé en France pour définir avant toute chose les extrêmes-droites, les nationalismes de tout crins, il n’est pourtant pas que cela. Loin de là.

L’extrême droite : le populisme qui paralyse la France

Le populisme n’appartient pas qu’à l’extrême droite, et ce n’est pas parce que ce courant politique est agité comme un épouvantail depuis 25 ans pour apeurer la population et la forcer à admettre un peu tout et n’importe quoi venant des courants politiques majoritaires qu’il faudrait s’empêcher de réfléchir. Pas grand monde (4,8 millions d’électeurs ont voté FN en 2002 sur 28,5 millions de suffrages exprimés) n’a envie de voir la famille Le Pen accéder au pouvoir : les discours du FN sont assez parlants pour que l’on sache à quoi s’attendre. La mise en cause d’une catégorie de la population (les étrangers, ou d’origine étrangère), les solutions simples et redoutables (la peine de mort, l’Etat policier) sont là pour nous rappeler quel est le programme de ce parti. Mais il est bien pratique de pointer Marine et ses copains comme populistes pour ne pas aller voir les autres populistes français, et se demander s’il n’y aurait pas là dessous des vérités dérangeantes. Parce qu’être populiste c’est avant tout dénoncer un système, des élites corrompues, vendues à des intérêts privés et qui auraient capturé la démocratie à leur propre bénéfice et à l’encontre de l’intérêt du peuple. Ce qui, vous en conviendrez, en ces temps difficiles et obscurs, ne semble pas entièrement idiot.

Populisme de gauche ?

Mais oui, mais oui, le Front de Gauche (vous remarquerez que c’est encore un front, décidément) est avant tout un parti populiste. Le discours de son candidat est très clair, il écrit même des livres à ce propos : « qu’ils s’en aillent tous ! ». L’idée centrale du populisme, si elle est de reprendre à des intérêts particuliers des pans entiers de l’Etat capturés par eux pour les redonner au plus grand nombre, et donc pour en faire bénéficier le peuple, est aussi d’avoir des solutions simples et efficaces qui règleront les problèmes. Des solutions de bon sens populaire, quoi. Jean-Luc Mélenchon dénonce la captation de l’économie par les oligarchies financières, l’asservissement des élites politiques aux groupes d’intérêts privés, exactement de la même manière que Marine Le Pen. Les solutions simplistes ? Marine Le Pen est contre les privatisations, idem pour Mélenchon, dénonciation de l’Europe libérale, des oligarchies, de la finance internationales, leurs constats et leurs solutions politiques sont très similaires, sauf sur la partie « immigration et sécurité »…et quelques points de détails économiques. Mais le fond de leur pratique politique reste le même.

Alors, tous dans le même sac ?

Il paraît difficile de mettre tous les œufs dans le même panier et confondre l’art et la méthode. Il faut entendre par là, si l’on pratique l’analogie, que critiquer la politique d’Israël ne doit normalement pas faire de vous un antisémite. Mais de nos jours, justement, il devient très très difficile de ne pas être amalgamé sur ces sujets. Sur le populisme, tel qu’il se  déploie au pays des 450 fromages, une chose est certaine : la mise en cause de l’oligarchie économico-politique en est le carburant. Et si l’on observe bien les discours actuels, il est facile de remarquer que le populisme pur et dur n’est jamais activé par les grands partis de gouvernement. Et puis on a accolé populisme à poujadisme, et le parti des Le Pen est issu du poujadisme. Dans le même temps, l’UMP comme le PS ne dénoncent pas la captation de pans entiers de l’Etat par une élite. Et pour cause, s’étant partagée le pouvoir depuis des décennies, cette élite économique, financière, politique est toujours en place. La plupart des élus et membres des gouvernements successifs des grands partis font partie de cette « caste » ou sont leurs amis. Pourtant le populisme des partis de gouvernement existe bel et bien. Mais il est plus vicieux, plus rampant, basé sur la création de consensus populaires sur des thèmes fédérateurs comme la sécurité, la lutte contre la fraude, la récidive criminelle. Mais dire cela, n’est-ce pas déjà du populisme ?

Le populisme, un paravent bien pratique

Comme pour la critique d’Israël qui vous fait basculer très vite dans l’antisémitisme, la critique des élites, la dénonciation d’une démocratie dévoyée, capturée au seul profit d’une minorité au détriment du peuple, mène invariablement à l’accusation de populisme. Mais il est bien pratique d’avoir une Marine Le Pen qui dénonce la politique de l’Union Européenne, la main-mise des grands trusts sur les décisions économiques, la finance folle etc…Parce que celui qui ose faire les mêmes constats se retrouve avec un discours semblable à celui de la fille du borgne, assimilé à elle. Pratique non ? Ainsi l’ennemi (l’extrémiste, le populiste) est bien cerné. Et qui ne se permet jamais, oh, grands dieux, non, jamais, de critiquer les vénérables institutions, le système tel qu’il est devenu ? Mais nos charmants démocrates-républicains de droite et de gauche ! UMP ou Socialistes, qui se targuent de ne pas plonger dans la « fosse du populisme », eux qui ont voté massivement « oui » au traité constitutionnel européen en 2005. Et laissé celui de Lisbonne, être ratifié au parlement en 2007 contre l’avis de la population, population ayant dit « non » par référendum 2 ans auparavant…à 56%.

Quand le populiste bouffe à tous les rateliers…

Pour ceux qui ont suivi la série des origines de la crise, la partie indiquant comment la « financiarisation » de l’économie, la création de la dette se sont mises en place, entre autres grâce à la loi Giscard en 1973, ne vous a pas échappé. Et bien, il est assez effrayant de voir la présidente du Front National expliquer mot pour mot la même chose. Au point d’être devenue une anti-mondialiste convaincue et prétendre ne pas être d’extrême-droite.

Mais dans ces cas là, il faut plonger dans l’histoire  récente et aller regarder ce que disait le FN dans les années 80, 90 et 2000. Pas compliqué : c’est un parti qui a toujours été, niveau dogme économique, résolument libéral et d’extrême droite, jusqu’à…l’arrivée de la fille et de ses nouveaux discours. Le poujadisme qui a inspiré Le Pen père est un courant populiste défenseurs des petits commerçants et des artisans. La conversion pour les théories alter-mondialistes est très récente, puisque pour la campagne de 2007, le Pen avait embauché un proche de Raymond barre (Barre, ministre de l’économie de Giscard…), ancien centriste, afin qu’il lui concocte son programme économique. Extrait d’un article de l’express.fr sur les propositions de Jean-Marie Le Pen en mars 2007 : « Il a notamment préconisé de « desserrer l’étau fiscal », en diminuant l’impôt sur le revenu du travail et l’impôt sur le bénéfice des sociétés. « Il faut inciter nos compatriotes à s’enrichir pour valoriser le travail, l’effort et le risque », a dit le président du FN, timidement applaudi à son arrivée dans la salle ». On est loin de la défense sociale anti-privatisation de la fille. Et quand deux populistes « déclarés d’extrêmes opposés » se croisent, ça donne ça :

Se rappeler que Jean-Luc Mélenchon a été sénateur socialiste durant 24 ans, aujourd’hui député européen, grand pourfendeur des riches et des « profiteurs », qui appelle à « une révolution citoyenne » ne manque pas de sel : un député européen émarge à 120 000 euros annuel en comptant tous ses avantages cumulés et ses rémunérations, comme vous le verrez plus bas, sont…facilités par un système de triche assez cocasse. Quant à Marine Le Pen, en donneuse de leçons anti-privatisations, c’est surréaliste. Mais au fond, le problème se situe-t-il dans la montée en puissance des populismes ou bien dans le fait que ces populismes s’appuient sur des réalités excessivement dérangeantes ? Parce que ce qu’ils dénoncent, pointent du doigt à tort et à travers, n’est-ce pas un faisceau convergent de soupçons désormais bien connu des peuples ? Le reportage qui suit, sur la « paye journalière » au parlement européen démontre en tout cas une chose : le règne des politiques, de tous bords qu’ils soient, est en phase terminale, et ce, par leurs propres fautes.

Alors, si les populistes, de n’importe quels extrêmes parviennent à convaincre des masses importantes d’électeurs, il faudra très certainement que le système politique dans son ensemble se remette en cause. Mais en fin de compte, ne serait-ce pas, malheureusement, le mieux qu’il pourrait arriver ? Parce qu’on se demande parfois si la pratique des élites et des élus n’est pas celle du « tendre le bâton pour se faire battre »…

Twitter Facebook Google Plus email

84 thoughts on “Le populisme expliqué à mon fils”

    1. Un peu facile, non, de mettre tout le monde dans le même sac ? Ce n’est pas parce qu’on peut adhérer à la vision politique de Mélenchon qu’on doit refuser de voir ses contradictions et ses tentations populistes, comme la connivence avec ce qu’il peut dénoncer. Mais je savais bien qu’en publiant cet article la controverse serait forte : normal, le populisme actuel est gênant. Qu’il soit de gauche ou de droite. Mais avez-vous lu vraiment l’article, ou retiré ce que vous vouliez pour démontrer que ce n’était qu’une simple recopie du « blabla » des médias. Mélenchon n’aurait pas été abordé dans l’article, seriez-vous là à traiter l’article de torchon ? Posez-vous la question.

      1. Perso, j’utilise deux mots: le populisme et la démagogie.

        Le populisme dénonce les élites, la démagogie exploite les idées reçues du peuple.

        Étant donné le merdier actuel, le populisme est nécessaire par ce que les « élites » ont largement merdé. Mais, ce n’est pas une raison pour s’étaler dans la démagogie généralisée du yakafokon.

        Maintenant, il faut quand même tracé une ligne entre Mélenchon et LePen. Mélenchon dénonce les élites parce que cela correspond a son but (supposé): une société égalitaire. Et ce n’est pas démagogique, même si ses solutions semblent simplistes par moment. Marine LePen est obligée d’être démagogique (cad dire les conneries que tout le monde pense) parce qu’elle ne peut pas dire son projet politique: le nationalisme et la xénophobie. Et la dénonciation des élites fait partie de l’attirail de base de tout bon démagogue.

        Quand Mélenchon parle de la finance mondialisé, il parle des capitaliste, LePen du complot juifs.

      2. Sauf que melenchon assume et dénonce lui même le systeme dans lequel il est.(au parlement européen ils ont déposer une proposition de réduction des indemnité des député, ce fut les seul… comme le vote contre la libéralisation du ferroviaire)

        Le pointer comme si c’etait la grosse news qui buzz est ridicule et vous relègue aux rang des fans de la pen qui passent leur temps a rabâcher ca et a en inventer sur mélenchon…

        Bref, pas sérieux vous ne savez pas de quoi vous parlez.

        C’est dommage, va falloir faire des efforts.

  1. Et bien justement, il est important à mon sens de ne pas se cacher les yeux, sinon, on risque de s’empêcher de réfléchir au sujet. Parce qu’il est un peu facile de pousser des cris d’orfraie et refuser de voir les problèmes en face. Mais la question du populisme est toujours, toujours facteur d’oppositions frontales et de dénis. Comme si en fin de compte chacun voulait rester retranché dans son camp et ne voulait pas voir ce qu’il se passait réellement.

  2. il faudra très certainement que le système politique dans son ensemble se remette en cause

    Ou que le peuple le remette en cause.

    Parce que ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir
    “Nous voulons une Assemblée Constituante démocratique, donc tirée au sort.”

    Le Message

  3. Merci pour l’article, je ne connaissais pas la définition exacte de populisme. En fait j’avais amalgamé 2 choses : populisme et mensonge. Parce que oui, les politiques mentent (non sans blague!) et du coup, si on prend la définition du populisme + mensonge ça donne un truc du genre : on veut remettre le pouvoir au coeur du peuple, mais in fine on se crée sa propre élite qui remplace l’ancienne et le peuple est pwn again.

  4. LAROUSSE

    POPULISME n;m. 1. Souvent péjor. Attitude
    politique consistant à se réclamer du peuple, de ses aspirations profondes, de sa défense contre les divers torts qui lui sont faits.

    JL MELENCHON assume être populiste.

    Votre papier a tenu dans un petit dessin carré de Plantu il n’y pas si longtemps à la une du monde ou le même amalgame était fait entre M. LEPEN et JLM.

    Je vous donne l’adresse de son blog, car il faut peut être que vous preniez la peine de lire aussi le fond.

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/

    Quelle honte y a t’il a être élu et de bénéficier des indemnités attachées au poste ?

    C’est tellement simple de leur reprocher.. d’autant que JLM n’a jamais trop versé dans le cumul des mandats..

    Pour le coup c’est du « Rebuild mon cul » votre papier..

  5. « Quelle honte y a t’il a être élu et de bénéficier des indemnités attachées au poste ? »

    Se réclamer du peuple et toucher un salaire autant en décalage avec la réalité du peuple, c’est d’une hypocrisie…

    1. d un autre cote, qui va refuser 100 000€/mois ?
      Le probleme est a mon avis plus subtil. On a certainement des hommes politique qui au debut veulent reellement changer les choses et ameliorer le sort du peuple.
      Mais apres un certains temps:
      – ils perdent contact avec la realite (vu leur salaire c est pas etonnant). Ca explique les sorties de nos politiciens expliquant qu un cadre moyen emarge a 5000 €/mois
      – l ideal du debut cede peu a peu la place a la compromission. Ca commence par accepter un coup de pouce de X pour pouvoir garder sa circonscription, menacee par un parachutage, puis un emploi fictif pour madame, puis …
      Si vous ajoutez a ca que la plupart des gens votent pour une etiquette sans connaitre la personne ou ses idees (je suis sur qu on pourait faire elire un mort) ou alors pour des raisons clientelistes (Guereni fut reelu sans probleme !)

      1. Dans le cas de Mélenchon, au delà de son salaire de député européen actuel, c’est surtout son statut de sénateur quasi permanent (socialiste) durant les 24 dernières années (avec un trou ou deux au milieu, c’est quasiment du continu). Le libéralisme qu’il entend dénoncer, la construction européenne : il a été payé plus de 80 000 euros /an (plus les avantages de logements, etc…) pour aider à ce que tout ça se fasse. Donner des liens vers http://melenchonmessolutionssuperefficaces.pop c’est bien, hein, mais faudrait pas non plus trop prendre les gens pour des huitres non plus.

  6. Une fois encore merci pour ce papier…mais là j’ai besoin d’aide ….

    Comment « dénoncer un système, des élites corrompues, vendues à des intérêts privés et qui auraient capturé la démocratie à leur propre bénéfice et à l’encontre de l’intérêt du peuple. » sans etre populiste ou poujadiste.

    Mon but étant surtout d’être un citoyen éclairé et lucide, sur la situation politico-financière actuelle.

    D’avance merci d’éclairer un peu plus ma lanterne.

    1. En ayant su anticiper les dérives auxquels un tel système peut amener, et en sachant garder un discours cohérent tout au long de son existence politique, et non pas changeant suivant les sujets d’actualité des présidentiels…
      Connaissez-vos Jacques Cheminade ? Je pense qu’il est intéressant d’étudier ce candidat
      http://www.solidariteetprogres.org/1995-2012-le-combat-de-Jacques-Cheminade-contre-le-peril-financier_08233

        1. Ca s’appelle juste tomber de Charybde en Scylla…mais bon, j’en ai déjà parlé de Cheminade. Quand les gens vont-ils comprendre que ce ne sont pas des sauveurs qu’ils leur faut, mais que la société soit reprise en main par les citoyens eux-mêmes ? L’histoire se répète toujours, et en cas de gros souci, chercher des sauveurs est une très mauvaise idée. Mais ce n’est que mon avis, hein…

          1. Personnellement je ne suis pas tranché sur Cheminade et je suis également de votre avis. Le mieux serait que tout le peuple ne vote pas… mais bon, pourra-t-on arriver à un éveil du peuple d’ici 2012 ?
            C’est grâce à des blogs comme celui-ci que les gens doivent s’informer et arrêter de s’abrutir devant leur télé.
            Mais je trouve qu’au moins sur sont site il y a de la vrai information, qui permette de se faire sa propre idée

        2. Idem
          On voit bien le résultat de la débâcle médiatique d’aujourd’hui.
          Lorsque quelqu’un tente un débat d’idée (surtout à la télé), impossible de s’en sortir sans se faire coller une étiquette.

          1. Les débats à la TV sont très très pauvres.

            Récemment, j’ai vu un débat auquel participait Étienne Chouard sur LCP (où il s’est très bien débrouillé, ce n’est pas la question). Mais dès qu’il est possible d’aller un tout petit peu au fond du sujet, l’animateur intervient pour arrêter le débat et passer à autre chose.

            Et c’était LCP. Je vous raconte pas pour France 2 ou TF1.

  7. C’est effectivement, de la part de Chouard, une véritable proposition qu’il continue à faire vivre depuis le référendum de 2005. Et elle reprend les fondements de la démocratie telle qu’elle a été inventée.

  8. Marine Le Pen est contre les privatisations, idem pour Mélenchon, dénonciation de l’Europe libérale, des oligarchies, de la finance internationales, leurs constats et leurs solutions politiques sont très similaires, sauf sur la partie « immigration et sécurité »…et quelques points de détails économiques.

    Toi t’as pas lu le programme du FdG, ni le bouquin précité. Mais bon on peut pas tout faire. Hein.. Ton argument pour les renvoyer dos à dos ne tiens pas. Dans un cas « la truie » on a une conversion idéologique instantanée qui ne trompe personne (merci de le souligner du coup leurs prétendues solutions communes n’existent pas (boum pounaid tt seul)).
    Dans l’autre cas « le socialo révolutionnaire » on a un type qui a profité du système qu’il dénonce. Sauf que sa dénonciation des gros capitalistes financiers est étayée ET de longue date (+1 en crédibilité) Et pour la partie profit Wooow C’est très comparable « Le système des gros financiers (120000€/Jour) » qu’IL dénonce et « Le système du député européen (et/ou du sénateur) » que TU dénonce (120000€/an). Ne sont pas du tout comparable. Il a profité du système ET il le dénonce LE LIEN LOGIQUE.

    J’ai parfaitement compris le fond de ton article. Mais sa logique ne tiens pas du tout.

    Et maintenant la question qui fait taire tous les geeks politico-nihiliste dans ton genre.. Tu proposes quoi ? Une constituante ?

    1. Quelle agressivité…
      Mais à quoi sert cette question ?
      Y’aura jamais une solution unanime. Le simple fait que ça fait réfléchir suffit. Les gens seront plus enclins à vouloir agir eux même quand ils prendront conscience qu’ils ne peuvent plus faire confiance à tel ou tel parti. Ne pas changer le système c’est prendre le risque que l’histoire se répète.

      1. Pardon je m’enflamme un peu, mais si la volonté d’arriver à une différenciation entre les deux termes énoncés me réjouis, j’en trouve le traitement un peu bancal.

        Ce qui justifie ma question c’est sa question finale. C’est quoi son alternative à « la politique », à « la représentation nationale » ?

        Parce que poser la question du « tous pourris » c’est accepter de répondre à « comment on dépasse le système actuel » ? D’ou ma question ? J’écoute la liste des propositions

        1. Le problème c’est que ta question n’est tout simplement pas légitime. Et je pense qu’il y a déjà répondu en faisant référence à Cheminade.
          Ce n’est pas « un sauveur » qui permettra de remettre en cause le système politique avec « une alternative ». C’est tout le peuple qui doit se soulever contre le système actuellement en place.

          1. Les éléments majeurs du projet de Jacques C. sont contenus dans le programme de Fdg. (Crédit public, recup de la création monétaire, nationalisation/démantèlement du système financier).

            Le tout en moins crédible. Je te suggère son chapitre écologie/énergie qui fait bien bien rigoler.

            Mais bon pkoi pas, on va pas céder au syndrome du « front populaire de judée » hein ?

            Je ne vois pas en quoi J.C. ne constitue pas un « sauveur » au même titre que JlM

          2. Je fais parti de ces gens qui se sont très longuement désintéressé à la politique tout simplement car n’y comprenant rien. Du coup je rattrape mon retard tant bien que mal (Merci reflets au passage).
            Ca ne fait pas longtemps que je connais Cheminade et j’ai bien vu toutes les foudres qui s’abattent sur lui et LaRouche lorsqu’on prononce leur nom. C’est pourquoi même s’il était un réel sauveur potentiel, il se ferait casser direct et accuser d’entretenir une secte et autres… Bref
            Pour ce qui est du programme du Fdg, je ne l’ai pas lu. Mais pour moi, (a priori) c’est la même clique d’oligarque, je vois pas en quoi ils seraient crédible, vu leur temps passer dans la politique. Comparé a mec qui a prévu ce qui allait se passer au niveau du système financier.
            Bref, Fdg/Cheminade m’importe peu. Aujourd’hui je constate que j’ai basculé d’un autre côté alors que je vois ma mère qui se fait avoir par la propagande télévisuelle, et d’autres qui s’en foutent comme moi je m’en foutais.
            Le problème que je vois arriver, c’est qu’un parti de plus ne va faire que diviser les voix (de gauche notamment) et permettre justement à des opportunistes comme Marine d’en récolter plus.

          3. Tu m’en vois ravi, bon courage pour te retrouver dans la galaxie des solutions alternatives tu va voir c’est bien bien le bordel

    2. Ben mon Galactus, comme je vois que t’es bien remonté et qu’on a l’air d’avoir gardé les cochons ensemble, je vais te répondre rapidement : sur les programmes politiques, j’ai bien lu les deux côtés, et effectivement sur pas mal de choses ils se rejoignent. Ce qui est d’ailleurs rassurant puisque leurs constats sont tout à fait similaires. Et Marine Le Pen, ne t’en déplaise, tient un discours d’extrême gauche d’un point de vue économique. On peut leur accorder de rester cohérents. Ensuite, je ne suis pas là pour amener des solutions, parce que vois-tu, c’est pas mon job. Mais tu as peut être confondu Reflets avec http://nospropositionspourreglerlesproblemes.con ?
      Quant aux vagues insinuations de geeks politico-nihilistes que tu profères tu peux te les garder pour les ressortir en cas de disette. Parce que quand je lis « Sauf que sa dénonciation des gros capitalistes financiers est étayée ET de longue date « , j’aimerais beaucoup, mais alors beaucoup que tu nous ramènes ces dénonciations de Mélenchon, alors qu’il était sénateur socialiste, c’est-à-dire avant…2008, date de la création du front de gauche. Quand il était ministre par exemple ? Ou en 1992 au moment de Maastricht ? Allez, un effort, fais nous rire…

      1. Ok, ok je me calme j’adore votre boulot. Pour l’accusation de Mes cette séance d’amalgame me gonflent un tantinet.
        Pour le nihilisme ça viens de la sensation que j’avais préalablement ressentie a la lecture de tes précédents articles (Org. de la crise). A trop disqualifier les solutions politiques, quels jeu favorise tu ? Comme nous sommes dans un contexte qui n’est nullement révolutionnaire (pas de place tahir ici) … l’abstention. Et pour le geek tu écris chez des geeks pour des geeks et c’est une posture que j’ai retrouvé souvent chez nous autre les geek (et j’en ai même pas mal usé de cette posture si tu veux tout savoir).

        Pour l’argument de proximité économique dans LES PAROLES il ya bien une continuité mais je pense qu’il ne faut pas oublier l’antériorité du discours pour accorder une quelconque crédibilité a ses paroles. (Sinon notre Président est bien un défenseur des ouvriers français et du pouvoir d’achat et pas … le maire de Neuilly). Or la conversion du discours de Mme LePen est très récent et tu l’as dit et à l’opposé de ses convictions précédentes (c’est donc un 360°) Quelle crédibilité accorder a celà .. aucune. Et la conversion anticapitaliste vient elle aussi toucher l’appareil FN (qui sont de pansus conservateurs) ? Nenni.
        Chez le FdG on trouve pour majorité des communistes et leurs déclinaisons. Qui sont quand même un peux plus crédibles en matière d’anticapitalisme (Actes et discours) tu en conviendra. Alors les renvoyer dos à dos… c’est pas le truc le plus malin à faire.

        Pour le traité de 92 comme j’était un peu jeune à l’époque je vais pas le défendre le Monsieur je le laisse parler (Chapitre SUIS JE UN TRAITRE ORGANIQUE? http://www.jean-luc-melenchon.fr/2009/06/15/questions-existencielles/)

        Tu ne réponds pas à ma question sur l’absence de lien entre le système Mélenchon et le système financier.

        1. Bon, comme c’est plus calme et moins agressif, ça m’intéresse. Ce n’est pas le FdG que je qualifie de populiste, mais Mélenchon, et d’ailleurs je ne l’ai certainement pas assez bien souligné. Mais au fond, si ce parti laisse un populiste le diriger et le représenter…bon…j’ai tendance à me dire que…Comme par expérience, je sais qu’il y a plein de gens qui ne sont absolument pas adeptes des thèses racistes ou policières au FN. J’en ai croisé depuis 25 ans des électeurs du FN…le danger c’est ceux qui tiennent et dirigent le parti, ceux qui votent « pour » c’est autre chose (avec quand même à mon avis 70% de racistes en son sein, mais ça en laisse 30% qui votent pour d’autres raisons). Avant de répondre sur Mélenchon en tant que tel, je réponds sur le nihilisme (geek, why not), parce qu’après tout ce n’est pas inintéressant. Ni faux. Je n’écris pas pour des geeks. Franchement pas. J’écris ce que j’ai envie d’écrire, et que je n’ai pas pu obligatoirement écrire ces dernières années. Mais je n’ai pas d’intention : j’entends par là, je ne cherche à convaincre personne de suivre une voie ou une autre. J’essaye de décrire des réalités. Et les réalités sont têtues. Le nihilisme de la société, d’autres l’ont décrit il y a déjà un bout de temps (lire Nietzsche, je sais ça fait intello, mais il y a des trucs très pertinents sur la société nihiliste), ce n’est pas moi qui suis nihiliste, donc. Mais la société actuel. Par contre, me sentir obligé d’être consensuel sur Reflets parce que je suis journaliste, et bien, non. Donc je me permets de décrire des phénomènes qui, me semble-t-il ont besoin d’être décrits sans filtre établi. Ce que je pense fondamentalement, pour qui je vote (ou si je ne vote pas) n’est pas en jeu, parce que je ne suis pas ici pour affirmer un point de vue mais pour donner à réfléchir. Et je réfléchis avec d’ailleurs, puisque j’apprends tout le temps en traitant de sujets variés. Je ne renvoie pas dos à dos le FN et le FdG, je fais des constats sur les méthodes et l’approche Marine/Jean-Luc. Et que ça fasse chier les followers de JLM et ceux qui croient aux vertus des partis non-gouvernementaux, à la vertu des élections, à la démocratie représentative française…et bien je n’y peux rien. Je ne suis pas ici pour aider l’extrême gauche ou faire le jeu de tel ou tel. Une fois cela dit, parlons de Jean-Luc… Quand je parle de ses mandats répétés de sénateur, je ne dis pas qu’il est collusion avec la finance. Je parle de la dichotomie entre l’homme du peuple, celui qui appelle à la révolution citoyenne, qui fustige les privilégiés etc, etc, et qui bouffe du 8000 euros/mois depuis la fin des années 80 au Sénat ! Séquence vieux con : Le Sénat français est une assemblée assez unique au monde, totalement inutile, complètement montée pour permettre la reconversion de types qui ont raté d’autres élections. Un article ne suffirait pas pour décrire ce qu’est et comment fonctionne le Sénat français. D’excellents articles dans le Canard enchaîné existent à ce sujet… JLM n’a pas de métier. JLM a poussé pour l’europe libérale en 1992, c’est comme ça. Il a été un très proche de Mittérand, des socialistes libéraux dans toutes leurs approches pour libéraliser le système. Il a été ministre du gouvernement Jospin entre 2000 et 2002, période où les privatisations et autres joyeusetés libérales ont été très très présentes. JLM voulait Fabius ou DSK comme candidat socialiste en 2007… JLM a certainement de bonnes idées de gauche-gauche aujourd’hui, personne ne va remettre ça en cause. Mais nous l’avons payé 20 ans, très cher, pour roupiller dans une assemblée bourrée de vieillards qui se gavent sans faire grand chose et possèdent une somme d’avantages…hallucinants. Donc, ce n’est pas chercher une collusion complotiste quelconque qui joue, mais ouvrir les yeux sur des réalités : ce sont des politiciens professionnels qui se nourrissent grassement sans jamais changer une once du système déplorable dans lequel nous sommes plongés. Que Mélenchon soit un type de gauche avec de bonnes idées de gauche, oui, ça va sans dire. Qu’il soit juste le chevalier blanc qu’il se prétende être, non. Qu’il bouffe sans la main du système et est un professionnel de la politique qui n’a d’autre métier que celui de se faire réélire et dépense 8 smic par mois…oui. L’homme du peuple ne vit pas dans la condition du peuple. Alors il peut toujours éructer. Et avoir ses partisans qui viennent éructer et commenter agressivement : ça ne me fait ni chaud ni froid. Son populisme est avéré. Est-ce un mal ? Je ne sais pas.

          JLM :
          Elu le 28 septembre 1986
          Réélu le 24 septembre 1995 jusqu’au 27 avril 2000 (Devenu membre du Gouvernement)
          Réélu le 26 septembre 2004
          Fin de mandat le 7 janvier 2010 (Élu député européen)

          1. Ouais c’est bien un authentique politique professionnel. Mais si tu va voter tu va tomber sur des politiques professionnels ce que produit la logique des partis.
            Un proposition simple et populiste ;) pour sortir de ça: Limiter le nombre de mandat consécutifs à 10ans (10 ans pour son pays c’est pas mal non ?). Pour le rapprochement JlM et Marine ce qui les rapproche c’est donc selon toi le style (en sus d’une analyse économique). Mais élire un tribun comme capitaine pour le FdG c’est une stratégie de conquête de l’électorat populaire, ni plus ni moins. Parler le plus simplement possible de situations complexe sans tomber dans la démagogie JFCopé-ienne. Tu constateras un sacré décalage n’être ce que le monsieur raconte avant la campagne et après, le style « populiste » est de plus en plus affirmé. Il cherche à parler aux gens. Après on peut aussi faire de la LCR incompréhensible.

          2. Et si c’était besancennot on lui reprocherai d’avoir aucune expérience en politique ? (cf. aussi les commentaires de lémédia sur Eva Joly)

            Sinon, il n’y a rien de nouveau, JLM a déjà répondu aux accusations de populisme (en disant qu’il était justement), et sur ses salaires dont une grosse parti va directement dans ses caisses de campagnes et de son parti.

            A part ça j’apprécie la comparaison entre accusation de populisme et d’antisémitisme, c’est comme le point Godwin, une fois que c’est brandit ça décrédibilise le reste du propos sans répondre sur le fond.

            Et moi aussi je m’inquiète de voir de plus en plus de « de toutes façons yen a pas un pour rattraper l’autre alors moi je vote pas »… et en effet j’ai peur que le raisonnement de ton article ne mène qu’à ça.

          3. « Qu’il y ait ou non le traité de Maastricht, l’acte unique s’appliquera. Et par conséquent nous aurons la libre circulation des capitaux des marchandises et des hommes sans aucun contrepoids politique. Maastricht, c’est le contrepoids politique. »

            Mais sinon j’imagine que vous vous etes parfaitement stable, vous avez toujours raison sur tout, savez tout ne vous trompez jamais, ne revenez jamais sur vos erreur, vous n’en faites pas etc

            Et la marmotte toussa.

  9. Et méfies toi d’Etienne Chouard. Si il a gagner en notoriété pdt le traité de 2005 il n’a affiché des amitiés quelque peu cocasses

    Si tu parcours sa page de Links tu n’y verra pas QUE des liens sympatiques
    chevenement.fr
    reopen911.info/News
    alainsoral.com
    voltairenet.org

    1. Oui, mais tu oublies que ces links sont donnés de la façon suivante : Lieux de réflexion et d’action ciblés sur les perspectives européennes et sur les institutions :

      Et tu vas trouver aussi ça dans la liste qui est très longue :

      Laurent Pinsolle
      marianne2007.info
      2007 : le vrai débat
      collectifdu29mai.org
      deboutlarepublique.com
      democratie-socialisme.org
      alternativeagauche2007.org
      changerlarepublique.over-blog.com
      republiqueuneetindivisible.com
      corinnelepage.hautetfort.com
      alternativeunitaire2007.org
      vivelefeu.blog.20minutes.fr
      u2r.typepad.com/weblog
      gaucherepublicaine.org
      revue-republicaine.org
      cequilfautdetruire.org
      lautrecampagne.org
      veronis/Presse2007
      france-alter.info

  10. J’ai déjà entendu cet « argument » (utilisé plus vigoureusement), qu’on peut le résumer ainsi :
    « Machin a parlé avec truc, et il est d’accord avec certaines de ses idées. Or il se trouve que truc pense aussi [autre idée]. Il se trouve que [autre idée] est grotesque et indéfendable. Donc il ne faut pas écouter les arguments de Machin. »

    Les arguments qu’il avance dans ses conférences sont très pertinents, et il est très ouvert au débat.

  11. Je sais ce genre d’argument m’énerve aussi. Je ne disqualifie pas l’analyse de C. Mais il faudrait qu’il s’explique. Soral c’est qd même UNE GROSSE MERDE.

    Et tiens encore un superbe argument pour contrecarrer la comparaison FdG/FN. Faut aussi penser a comparer les appareils. Le FN c’est 40 connards qui gravitaient autour de l’oas servis par 400 débiles avec un plan com’ outrancier en béton. Qui convainquent 4 Millions de gogos. Mais dans les faits ils ont AUCUN intellectuels serieux, ils ont même pas été foutu de gérer correctement les 2 petites mairies de PACA qu’ils on conquis. Les cocos c’est autrement plus solide non ?

    1. Et si le fond de ce que j’écrivais était qu’il y avait un problème avec les partis, les dogmes et la quête de pouvoir ? On peut exprimer que les partis, quels qu’ils soient, sont dépassés, ne représentent plus qu’un vieux monde corrompu et agonisant ? Le populisme n’est rien d’autre qu’un symptôme de l’état de délabrement avancé de notre pseudo-démocratie. Pour Chouard, ce n’est pas ce qu’est ou n’est pas le type qui est intéressant, mais sa proposition de constituante par tirage au sort, par exemple. Ce n’est pas un type qui avance des idées de gauche ou de droite, qui dénonce des collusions, mais simplement qui fait un constat : le système est malade et mériterait un autre fonctionnement, ou la corruption serait moins présente et le peuple en mesure de participer à la démocratie au lieu de la subir après un vote.

    2. Les cocos plus solides, on rêve. Allo? on est en 2011 le PCF est à l’agonie !

      Il est tellement solide qu’il se présentera pas au prochaine élection mais ce fera représenter par un ex-socialo, autant dire la honte suprême.

      Si tu fais référence aux municipalités communistes, pour avoir vécu dans une région plutôt concernée (la Dordogne) y a pas mal d’élus sois-disant rouges qui ne sont plus très pratiquants…

      Quant à Lepen et Mélenchon c’est la misère habituelle des « débats politiques ».

      1. Commence par tenter de comprendre ce qu’ils racontent, tu jugeras de la solidité du DISCOURS communiste ensuite. (On parle idées là, pas score aux élections)

        Je te suggère Alain Badiou « L’hypothèse communiste » pour commencer par un truc moderne et un tantinet compréhensible.

        Pratiquants c’est à dire ? Détails ? Ils se contentent de tenir à leur siège ?

        1. Tout dépend ce qu’on entend par communisme.
          Mais le communisme façon Parti Communiste, on a vu ce que ça a donné. Un système étatique qui écrase quiconque pense différemment que le parti.
          On peut bien dire que les communistes d’aujourd’hui sont différents de ceux d’hier, mais le problème pour moi est dans la doctrine. Son but est le monopole d’Etat dans tout les domaines, ce qui n’est pas franchement génial.

          « Pratiquants » c’était pour ironiser sur le côté quasi-religieux de certains militants. Et si je disais qu’il y en a parfois qui ne le sont pas c’est parce qu’effectivement ils se tiennent à leur siège depuis des décennies parfois… (comme pour d’autres couleurs politiques)

          Tout ça pour dire qu’à mon avis le communisme vaut pas mieux que le capitalisme, c’est deux oppressions différentes. L’une des marchés, l’autre de l’État.

          Pour ce qui est de Lepen, si les abrutis (dont des ex-communistes) qui votent pour elle parce qu’elle prétend défendre les pauvres, ils ont vraiment rien compris à la vie. S’ils jetaient un œil (ahah) au patrimoine de la famille et du parti, ils verraient à quelle classe sociale ils ont à faire.

  12. Article sans intérêt.

    Que vous considériez les deux comme la même chose en ne regardant que la partie économique (et encore sans avoir été plus loin qu’écouter ce que raconte la télé et les journaux visiblement), pourquoi pas, c’est votre problème après tout. Mais l’article lui même n’est une longue attaque ad hominem s’attachant à la forme et non au fond, et c’est exactement ce qui fait le jeu des populismes. Paradoxal de tomber dans les travers que l’on dénonce, non?

  13. Pour être aveuglé faudrait encore que je vote pour l’un ou l’autre. Mais, si tu le dis… Jolie formule de style pour ne pas répondre, par ailleurs. Une habitude, chez toi, qui est la raison pour laquelle je n’ai pas développé plus loin mon argument (la dernière fois que j’ai tenté, et ce pour un détail, j’ai eu une réponse à coté de la plaque et bourrée d’insultes).

    Là c’est tout l’article qui pose problème. L’exemple comparatif FN/FdG est creux, et la conclusion « tous pourris » n’est pas exactement innovante (le vieux refrain qui m’a fait rentrer puis sortir des réseaux libertaires) et la méthode est problématique comme je l’ai dit fait plus de mal que de bien.

    Mais ne te gènes pas pour balayer tout ça en deux phrases méprisantes ;)

    1. Quand on écrit : « Article sans intérêt »
      et que derrière c’est amalgame sur amalgame, je réponds :
      « Commentaire sans intérêt » Pour montrer aussi ce qu’est le mépris.

      Il ne faudrait pas non plus que les super critiques que vous êtes ayez l’exclusivité du mépris…Mais au fond, un article sur le populisme, qui remue ce qu’il est dans son caractère fondamentalement simpliste et caricatural ne peut mener qu’à des réactions équivalentes.

      Parce que si on lit correctement, et jusqu’au bout, le problème n’est pas de dire que le FN et le front de gauche sont identiques…La démarche est de souligner que leurs approches sont équivalentes donc leurs discours, leur manière d’envisager les problèmes de la société sont parallèles.

      Alors peut-être aurais-je dû faire plus de circonvolutions autour de Mélenchon, puisqu’en face je lui accole le FN et que le FN créé toujours des réactions délirantes et énervées.

      Mais c’est justement mon propos, peut être pas assez bien explicité : si l’on pratique la dénonciation des élites, de la captation du pouvoir par les forces du capital, etc, on rejoint directement le camp de Marine aujourd’hui, et par ricochet, celui des populistes. Sachant que ceux qui ne le font pas sont ceux qui mènent la barque. Ce qui est troublant.

      Populiste n’est peut-être pas une insulte en fin de compte, simplement un bon moyen d’empêcher ceux qui critiquent un système qui bat de l’aile de le faire en toute tranquillité. Quant aux « tous pourris », il n’existe pas dans l’article : « Parce qu’on se demande parfois si la pratique des élites et des élus n’est pas celle du « tendre le bâton pour se faire battre »… ». Cette phrase qui conclue l’article avec la vidéo juste au dessus ne fait que montrer une pratique au parlement européen qui est clairement honteuse et pas mal généralisée. C’est un fait. Un constat. Ceux qui ne veulent pas le voir, refusent un état des choses ontl e droit de le faire. Mais sortir l’argument « ouais, le pauvre, il est dans le tous pourris, donc il réfléchit pas » est clairement une facilité.

      Je te laisse avec tes commentaires en 5 phrases qui débutent par des phrases méprisantes face à un article construit (quoi que tu penses de l’article, il coûte plus à écrire que ton commentaire lapidaire), qui ne cherche qu’une seule chose : décrire un état de faits, expliquer un peu mieux ce qui est lancé la plupart du temps sans explications. Mais il serait bon que tu saisisses que le mépris n’est pas dans l’article mais dans certains commentaires. Les tiens par exemple. Et y répondre tranquillement, vu leur teneur, n’est pas dans mes cordes : apprendre à critiquer correctement, sans mépris affiché est aussi une qualité. Je ne vais pas non plus me laisser cracher à la gueule et tendre l’autre joue parce que tu as un accès internet, un clavier qui marche et que tu sais écrire 5 phrases avec la capacité à les faire s’enchainer sans faire trop de fautes de syntaxe…

  14. Encore une très belle plume et une description éclairante même si sur ce coup je n’apprend rien :D
    Par contre la fin, comment dire, passer par un des deux pour quoi faire exactement ? Du Berlusconisme à la Française, on n’est déjà pas très bien, c’est un remède qui tuerait le patient. Quoi d’autre pour luttez efficacement contre la corruption des élites ? Déjà ne pas reconduire le nain serait le début d’une bonne idée

  15. Alors là Reflets me déçoit énormément.
    Une vidéo de conspirationnistes (ThePlot911, laissez moi rire… ou pleurer) et après des références dans les commentaires à Chouard qui sous prétexte d’ouvrir à la réflexion fait de la pub à des sites carrément fachos. D’où le site de Soral ou de Meyssan c’est des sites de réflexion ?

    Ça la fout mal quand même de prétendre expliquer le populisme et la démagogie en citant des conneries aussi énormes basées en partie la-dessus.

    J’espère que ça n’est pas l’état d’esprit de tout la rédaction, sinon ça craint sérieux…

    1. Ce qui craint sérieusement, c’est de ne pas pouvoir faire la différence entre le sens de l’illustration et l’illustration. Ce n’est pas parce que je mets une photo d’Hitler dans un article que je suis nazi. Ce peut être même fortement l’inverse. Le reportage de la télévision allemande a été posté par plot911, et ce n’est pas parce que des conspirationnistes récupèrent des sujets sérieux qu’il faut immédiatement refuser de les regarder. Que lui s’en serve dans un sens ne va pas empêcher que d’autres l’utilisent à d’autres fins ? Si ? Ah, bon, ben alors espérons que plot911 ne récupère pas trop de sujets de reportages intéressants, parce que ça va créer une censure assez forte : comme avec les populistes, il suffit donc de déclarer que ceux qui critiquent la mondialisation sont des adeptes du FN… Clap clap clap…belle démonstration d’amalgame.

      Sur ce, j’ai du travail…et je fatigue.

      1. « ce n’est pas parce que des conspirationnistes récupèrent des sujets sérieux qu’il faut immédiatement refuser de les regarder »
        Le problème, c’est que tu participes à la propagation des thèses conspirationnistes en relayant leurs vidéos. J’ai vu cette vidéo il y a quelques semaines sans l’intro « ThePlot911 ». Ça aurait, je pense, valable de passer 2 minutes de plus à chercher cette vidéo exempte de tout relent conspirationniste. Tu y gagnes en crédibilité.

        Quand à Choural, même si il qualifies ces liens de « Lieux de réflexion et d’action ciblés sur les perspectives européennes et sur les institutions », je trouve pas ça cautionnable. Ces sites font parfois carrément dans la désinformation, un lieu de réflexion ne peut pas se baser la dessus.

        Bon, je m’emballe parce que j’aime beaucoup Reflets et tes articles, et que je hais le conspirationnisme au plus haut degré. A part ça, l’article m’a plu…

        1. Bon, ok, j’aurais dû prendre le temps d’aller chercher le reportage ailleurs, sans l’intro… Ok, ok…Je n’aime pas du tout non plus le conspirationnisme. Et au passage, Chouard n’est pas mon idole, je regarde juste ses thèses et il y a des idées plus intéressantes que les programmes politiques qu’on nous sert depuis des lustres. D’ailleurs, c’est un commentateur qui a parlé de Chouard, j’ai relayé, et au fond je n’aurais pas dû non plus, parce que ce n’est pas Chouard qui est en jeu dans cet article, mais alors pas du tout. Et puis mettre Soral en lien de réflexion, ça m’a carrément hérissé le poil, moi aussi. Donc, Chouard n’est peut-être pas très recommandable. Mea culpa, sur ce coup là. Pour la dernière vidéo, je vais regarder pour chercher une version épurée en STR, et remplacer, si je trouve. Pour autant, il est dommage de s’empêcher de réfléchir à ce que font les parlementaires européens ou français. Il y a là des réalités à traiter quand même.

          1. « Pour autant, il est dommage de s’empêcher de réfléchir à ce que font les parlementaires européens ou français. Il y a là des réalités à traiter quand même. »
            Je suis totalement d’accord avec le fond de ton article, je chipotais juste sur la forme hein ? En tout cas merci de continuer à répondre après une 50aine de commentaires pas toujours corrects. J’aurais ragequit depuis longtemps.

          2. « En tout cas merci de continuer à répondre après une 50aine de commentaires pas toujours corrects. J’aurais ragequit depuis longtemps. »

            Bon la je suis d’accord.

            Pour le reste je pense que beaucoup qui ne sont pas d’accord avec ces références (dont moi) réagissent violemment parce qu’ils aiment beaucoup reflets.info et qu’il serait dommage que par maladresse ça passe pour un truc de guignol.

            Les gars vous avaient eu des menaces de mort putain ! Y a un standing à tenir maintenant ^^!

  16. Bon, la vidéo est remplacée…par la même…mais sans le logo du débile de la conspiration. Je voulais dire quand même, que le but de la fin d’article n’était pas de dénoncer à toute berzingues la corruption des élus, mais de démontrer que les populistes s’appuyaient sur ce types de pratiques (la paye du parlement) limite et que la responsabilité des politiques « profiteurs » encourageaient les populismes…

    Enfin, bon, je savais bien que ça n’allait pas être facile…Tant pis…expliquer des phénomènes tordus ramène des problèmes…tordus…

    1. Après avoir pris le temps de lire l’article, regarder les vidéos et décrypter les commentaires, je voudrais te dire merci.

      Pour moi, qui ne suit pas forcément à l’aise avec certaines notions telles que le « populisme », cet article m’a aidé à voir plus clair à la fois sur le terme en lui même, mais aussi sur des notions politiques que je ne connaissais ou comprenais pas.

      Et même si quand je lis ce genre d’article, souvent Google devient mon meilleur ami pour les notions difficiles, ici les commentaires m’ont aidé à comprendre et à me faire ma propre opinion.

    2. Le problème c’est que ta position dans l’article sur le ton de la vidéo n’est pas clair. Tu dis qu’elle démontre que les politiques creusent eux-même leur tombe or c’est pas tout à fait vrai. Elle ne démontre pas grand chose. En revanche elle est l’exemple d’un reportage populiste (c’est peut-être ce que tu voulais dire dans le commentaire?). Le propos est grossier, supplanté en incrustation par « l’addition » payé par toi téléspectateur contribuable. elle n’invite pas du tout à la réflexion sur le problème et sort les grosses ficelles. Genre le con de journaliste qui sort « nous sommes la presse libre ! ». Elle démontre surtout que la presse est en piteux état ! (D’ailleurs Reflets s’est basé sur ce constat je crois !)

      En revanche, de par sa nature, il est évident qu’elle plaît aux conspirationnistes. C’est logique, le thème c’est « les parlementaires européens sont des escrocs » ce qui devient pour énormément de monde « l’Union Européenne est une vaste arnaque » et qui dérape facilement vers le nationalisme.
      Si tu regardes toute à la fin de la vidéo tu remarqueras d’ailleurs que tu ne leur as pas échappé aux conspis ( si ils se mettent à conspirer on est mal barrés !). Une petite recherche dans google te montrera que BlueMan (le site qui a apparemment fait la traduction ou uploadé en premier la vidéo) et un bon repère à cons. Un rapide coup d’oeil aux « Liens intéressants » renvoie sur des sites sur le 9/11 ou encore sur un blog de fdesouche…

      Ceci étant dit, les parlementaires européens sont certainement nombreux à abuser. Et il est vrai aussi que les abus des politiques en générale risque de pas mal éclaircir les rangs parmi eux, mais si ça ce joue à celui qui aboie le plus fort, alors y en aura quelques uns qui arriveront à tirer les marrons du feu…

        1. Soit on est sur un site peuplé d’internautes abrutis qui ne font pas la différence entre les paroles et la chanson, soit on est sur un site où les gens comprennent comment la réflexion est orientée. La vidéo de Marine est exactement du même acabit que celle du reportage allemand : quand tu l’écoutes, tout ce qu’elle dit est parfaitement exact et censé. Son analyse de la crise de la dette est juste. Mais pompée. C’est en cherchant à comprendre pourquoi et avec quelle idée en tête elle a que tu peux démonter le discours et arriver à saisir que Le Pen est prête à tout pour rameuter le maximum d’électeurs derrière elle. La vidéo vient du site du FN. Reflets ne devient pas un soutien du FN pour autant j’espère ? C’est la même chose pour la vidéo allemande : que tout soit vrai ou à moitié n’enlève pas un phénomène qui est celui de la dénonciation des élites. Et cet article parle de ça, du populisme. Donc que la vidéo soit posté par des conspirationnistes, ok, ça peut choquer, mais surtout pour ceux qui n’arrivent pas à suivre la démonstration et l’exercice ci-dessus. Laisser aux conspirationnistes l’exclusivité des reportages publics pour soutenir leurs thèses ? Mais c’est ce que j’explique dans l’article : refuser de parler du populisme, ou des analyses de ceux qui le pratiquent sous prétexte d’être assimilé au FN ? Mais alors, on ne fait plus rien, on applaudit à tout ce qui est dit par les anti-populistes, les anti-conspirationnistes et surtout, surtout on n’essaye jamais de comprendre comment et pourquoi ça marche. Si je refuse de poster une vidéo pour expliquer le populisme parce qu’elle est postée par des conspis débiles, je ne peux rien faire. Parce que l’article n’est pas « les députés européens nous escroquent », tu as dû le remarquer, non ? Est-ce que je me fais mieux comprendre ? J’ai parfois l’impression de piser dans un violon…

          1. Non tu pisses pas dans un violon. Et rappeler par exemple que le populisme n’est pas réservé à l’extrême-droite ça fait pas de mal !

            Par ailleurs, comme le montre aussi ton article, il y a savant brouillage des pistes, notamment de la part du FN mais pas seulement.
            Dans cette période de perte de repères, il est nécessaire d’être précis dans son propos et je trouvais que tu ne l’étais pas assez. Désolé.

            En attendant, comme déjà dit plus haut dans les commentaires, c’est cool que tu continues à répondre.

            Par ailleurs, même si je suis pas toujours d’accord avec tes articles, bon courage pour la suite !

  17. Selon ma définition du populisme :
    Calcul politicien grossier (pouvant être temporaire) consistant à glorifier le peuple et justifiant son bon sens et critiquer les élites ainsi que le système en place qui opprime les premiers pour pouvoir se faire élire dans le dernier groupe.

    Si j’ai bien lu l’article :
    Mélenchon, populiste.
    Calcul politicien grossier : oui et cela se manifeste avant des élections.
    Pouvant être temporaire : Quasiment contradictoire avec ces idées et actions avant 2008 (jusqu’en 2013 ?)
    Consistant à glorifier le peuple et justifiant son bon sens : Solution simples…
    Critiquer les élites ainsi que le système en place qui opprime les premiers : « qu’ils s’en aillent tous ! »… eux même si il est de cette élite dont il a épousé les valeurs jusque récemment.
    Pour pouvoir se faire élire dans le dernier groupe : Candidat déclaré à la présidentielle.

    Reflets.info, populiste je ne pense pas !
    Calcul politicien grossier : euh, je ne sait pas… des projets politiques en ce sens, le support partisan d’un candidat ?
    Pouvant être temporaire : La ligne éditoriale du site et les différents publications extérieures (blogs personnels) et centres d’intérêt semblent partager les mêmes valeurs.
    Consistant à glorifier le peuple et justifiant son bon sens : Solution simples et pleine de bon sens… pourquoi pas. C’est le seul point commun.
    Néanmoins ,le site s’appuie également sur l’avis d’experts comme Lordon.
    Critiquer les élites ainsi que le système en place qui opprime les premiers : Apparemment ce site n’émane pas des élites ou de ses partisans.
    Pour pouvoir se faire élire dans le dernier groupe : Candidat ou pas candidat ?

    J’ai bien droit d’avoir ma propre définition car je suis du peuple et selon les populistes, j’ai raison.
    Si on définissait proprement certains termes avant tout ; certains débats stériles n’existeraient pas.
    Par exemple le libéralisme et le socialisme ne sont que des utopies jamais réellement mise en pratique.

  18. Ah oui ? Donc on ne doit pas parler du libéralisme, c’est un débat stérile puisque d’après toi c’est une utopie ? Les bras m’en tombent. Alors donc, ne parlons pas du socialisme non plus, qui a fait quelques millions de morts en URSS, et puis quitte à faire, évitons aussi le national socialisme allemand, ça pourrait être stérile…et le socialisme à la française, il n’existe pas non plus ? 1981-1983, tu n’étais peut-être pas né…mais il y avait un socialisme appliqué. Vite arrêté, certes, mais il a existé. Comme Blum aussi et le front populaire. Mais bon, c’est vieux…tellement vieux. N’en parlons plus.

  19. Je comprend ton point de vue mais tu n’a pas compris le mien. La différence vient de la définition qu’on accorde à tel ou tel mot.

    Le libéralisme (trop souvent réduit au seul libéralisme économique) affirme la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle sur le pouvoir du souverain. (Merci Wikipedia)
    Cela se résume en général par la volonté que le libre choix prime sur les décisions de l’état.
    On parle également de la main invisible (de Dieu ?). L’équilibre se ferait naturellement. Comme si l’égalité (plutôt l’équité) entre les individus mais aussi globalement allait de soi…

    Or tout ce qu’on a vu c’est :
    Protectionnisme à géométrie variable
    Lobbyismes et favoritisme pour certains (élites, partis politiques, industriels…)

    Comment peut on dire que le gouvernement d’Augusto Pinochet au Chili était libéral ?
    Sans ignorer les actions sanglantes de cette dictature ; la simple utilisation de l’armée et de la police pour maintenir un pouvoir fort et contraire au principe même de liberté.
    On remerciera l’école de Chicago pour nous avoir soutenu ce simple paradoxe.

    Le libéralisme du Royaume Uni de Margaret Thatcher c’est par exemple créer des cursus universitaires spécifiques pour attirer les étudiants fortunés de l’étranger. C’est de interventionnisme étatique pas du Libéralisme.
    Les actions pour casser les syndicats et les privatisation avantagent certains individus plus que d’autres.
    On pourra admettre que ce gouvernement comme celui de Ronald Reagan sont des gouvernements capitalistes à tendance libérale (surtout quand cela arrange le « grand capital »).

    L’erreur serait peut être d’assimiler libéralisme et capitalisme à tendance libérale.

    Il y a une différence entre se dire libéral et l’être. Le président Sarkosy a une politique très interventionniste et privilégiant certaines classes sociales ou groupes d’influence.
    La réduction de la TVA pour les restaurateurs ; ce n’est pas trop libéral !
    Les libéraux pur penseraient à une suppression pure de la TVA et les plus modéré pourraient envisager une TVA unique…

    Donc oui le libéralisme selon la définition reste une utopie jamais réellement appliquée.
    Peut on considérer qu’une doctrine politique, économique ai jamais été appliquée complètement.

    Je pourrais m’étendre de la même façon sur le socialisme mais je pense avoir été assez clair.
    Je préciserais que le national socialisme allemand n’a de socialiste que le nom.
    Ainsi, pour beaucoup le socialisme c’est un ensemble de doctrines économique fondées sur la propriété collective des moyens de production ou du moins la critique de la propriété privée de ceux-ci. (Wikipedia).
    Or, je ne pense pas avoir vu cela dans mes livres d’histoire.

    Le régime Soviétique, c’est la confiscation de la propriété privé pour le peuple. En réalité, une nouvelle bourgeoisie constitué des membres du parti a remplacé l’ancienne. Ils n’on pas beaucoup partagé ce pouvoir avec le peuple.
    Le gouvernement Mitterrand a appliqué du social a un régime capitaliste et n’a pas eu la possibilité ou volonté d’aller jusqu’au bout.

    Ce que je voulais démontrer c’est que selon les définitions libéralisme et socialisme n’ont jamais existé.
    Pour en revenir au sujet de l’article, le populisme serait un terme fourre-tout, un paravent pratique pour ceux qui bouffent à tous les râteliers.
    L’auteur se défendait d’être associé a ceux-ci car ses principes et idées peuvent être proches à certains moments.
    J’ai donc utilisé ma définition du terme pour exonérer l’auteur de cette association.

  20. Bien étayé, comme ça, c’est mieux. Comme quoi une construction bien argumentée vaut mieux que 3 phrases lapidaires. Je vois bien ce que vous entendez désormais par « utopique », mais à mon sens votre vison est trop « scolaire ». Parce que les théories politiques ne sont pas figées dans le terreau de leur origine ;-). Le seul qui n’était pas marxiste était Marx, chez les marxistes. Il y a eu des expériences, malheureuses, heureuses (souvent courtes), basées sur des théories politiques diverses. Puis, des théories ont été modifiées, adaptées aux époques, avec de nouveaux penseurs, de nouvelles pratiques. Le mot libéral en France n’a pas du tout la même valeur, le même sens qu’en Amérique du nord, mais vous devez le savoir. En politique, comme en économie, bien que sur le plan économique, des rapprochements sont tout de même clairs. La théorie libérale économique a été pensée, on peut s’accorder dessus (et Lordon l’explicite très bien) sur les écrits d’Adam Smith (économiste écossais du XXVIIIème siècle). Mais comme je l’ai déjà exprimé dans une suite d’articles (http://reflets.info/origines-de-la-crise-2-tu-la-vu-mon-gros-baril/), sa théorie a été « améliorée », adaptée au monde moderne, et un penseur en économie comme Friedman en est le fer de lance. La théorie libérale économique d’origine a bien été appliquée, voire poussée encore plus loin et ce depuis le début des années 70, pour vraiment s’épanouir dans les 80’s et exploser dans les 90’s. C’est un constat clair. Le socialisme adapté à une économie de marché a existé. le pur socialisme a depuis longtemps été abandonné, donc parlons plutôt, je vous l’accorde, de social-libéralisme (socialisme de marché ?). Sarkozy se veut un libéral, mais n’en est pas capable entièrement : sa dépendance intellectuelo-politique à une forme de « néo-bonapartisme », à une sorte de colbertisme trafiqué, un gaullisme d’opérette l’en empêche. Sa famille politique aussi. Mais les bases du néo-libéralisme sont tout de même appliquées : la destruction des appareils de production d’Etat, du fonctionnariat (donc des services publics) et au final du pouvoir économique de l’Etat en sont les caractéristiques intrinsèques (lire Friedman, même en résumé). Donc, à mon sens, ne surtout pas s’empêcher de penser les théories politiques actuelles, ceux qui les manipulent. Comme le sens donné à un mot tel que « populisme », qui est d’ailleurs au passage, considéré comme positif dans certains pays du nord, puisque parlant au peuple et voulant être au service de la volonté du peuple. Rien de pire que cette dernière phrase pour effrayer les castes dirigeantes en place depuis 30, 40 ans…

  21. « Dans cette période de perte de repères, il est nécessaire d’être précis dans son propos et je trouvais que tu ne l’étais pas assez. Désolé. »

    Et bien, comme pour les origines de la crise, je vais me fendre d’un article très clair pour expliciter tout ça. Entre autre sur la problématique conspirationniste, ayant eu la chance de bénéficier de cours fort intéressants par un membre de l’IRIS à ce sujet.

  22. « je vais me fendre d’un article très clair pour expliciter tout ça. Entre autre sur la problématique conspirationniste, ayant eu la chance de bénéficier de cours fort intéressants par un membre de l’IRIS »

    Ah ah ah !!! …l’IRIS de Boniface, le clown préféré du journaleux fer de lance merdiatique du groupe Lagardère, bibendum en chef de c dans l’air et vous l’avez dans l’os… Elle est bonne celle là !

  23. Ce qui est bien avec des commentaires comme ça, c’est qu’on ne peut pas être surpris par la suite : un institut catalogué en deux lignes, vis à vis d’un type qui va dans une émission de TV. C’est chouette, comme ça les centaines de mecs autres, dont certains très intéressants qui bossent à l’IRIS sont mis dans le même panier, sans nuances. C’est super… Comme ça je peux aussi généraliser ce qu’est un internaute qui fait des commentaires à deux centimes comme toi…mais je ne le ferai pas. Je ne vais pas non plus user mon clavier pour rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *