Le jour où Google gagna la première bataille du Net

Les plus jeunes ne le savent probablement pas, mais la venue de Microsoft sur le « terrain commercial Internet » a été douloureuse. Lente, souvent maladroite, l’approche d’Internet proposée à ses clients en terme d’expérience utilisateur a été l’un des challenges les plus difficiles que Microsoft ait du relever.

En 1998, date de la création de Google par Larry Page et Sergey Brin, Microsoft se consacre corps et âme à son coeur de métier, le développement et la commercialisation du système d’exploitation Windows 98 et de ses solutions entreprise (NT4). Internet n’était alors pas encore dans tous les foyers, aussi, les utilisateurs arrivaient encore tant bien que mal à faire la différence entre leur sphère privée (leur ordinateur, leur navigateur, leur client email, leurs applications de bureautique….) et la sphère publique d’Internet, le offline, gratuit et le online, affreusement consommateur d’unités téléphoniques. Internet n’avait rien d’illimité à l’époque. C’est aussi avec Windows 98 que la majorité des internautes de l’époque surfaient sur un web encore tout jeune. Il fallut d’ailleurs attendre la seconde édition de Windows 98 pour que le système d’exploitation dispose par défaut du nécessaire pour se connecter à peu près convenablement à Internet une fois fraîchement installé.

Le premier coup de Google, ce qui allait ensuite devenir une règle, ce fut d’être là où ne Microsoft n’était pas. Microsoft n’avait pas jeté son dévolu commercial sur Internet  misant sur une stratégie bien rodée consistant à installer son produit sur tous les ordinateurs qui sortaient d’usine. Le modèle économique est simple et repose sur la vente de licences d’utilisation de ses produits. Ce n’est pas le modèle que choisira Google et ce choix aura très vite une incidence qui influera de manière significative sur le quotidien de millions d’utilisateurs.

Une entreprise américaine contrôle le développement des systèmes d’exploitation pour ordinateurs personnels. Une autre entreprise américaine contrôle une grande partie des flux d’information sur Internet. Toutes deux partagent un point commun, leur situation quasi monopolistique dans leurs domaines de prédilection respectifs. Si l’on devait parler de guerre de l’information et d’intelligence économique, nous pourrions considérer que les États-Unis partent avec un sérieux avantage.

La situation quasi hégémonique des deux entreprises n’est pourtant que la partie visible de l’iceberg. L’histoire d’Internet et l’apport indéniable des américains au réseau laissent aux USA un récent mais colossal héritage : les infrastructures (notamment en matière de connectivité), un tissu économique dense sur le secteurs des technologies de l’information et de la communication, une culture de l’ouverture de la bidouille favorable à l’émergence de tout et son contraire. Non contents d’occuper nos terminaux et nos tuyaux, les USA ont aussi et surtout une très forte industrie des contenus.

La bataille la plus importante que Google a gagné contre Microsoft, fut de remplacer dans l’inconscient collectif l’assimilation « Internet=Logo d’Internet Explorer » par « Internet=logo de Google ». La page d’accueil, la porte d’entrée du Web, c’est Google.

Twitter Facebook Google Plus email


6 thoughts on “Le jour où Google gagna la première bataille du Net”

  1. Et n’oublions pas qu’à cette époque, Microsoft espérait aussi imposer son réseau MSN…
    et que contre les factures téléphoniques astronomiques, on a vu arriver des FAI gratuits… financés par de la pub. Mais ils n’ont guère duré bien longtemps. Le web s’est cherché un petit moment, avant l’arrivée massive de la vision Google.

  2. « Internet=Logo d’Internet Explorer »

    A mon sens, c’est plutôt Microsoft qui n’a pas gagné cette bataille, laissant la porte ouverte à d’autres… IE n’a jamais été très performant (on lui préférait Netscape à mon époque) et était considéré comme un abus intolérable du fait de la position de quasi-monopole de Windows.

    Dans ma tête, Google a plutôt détrôné Yahoo dans le domaine des moteurs de recherche et autres services d’indexation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *