Le gendarme et les darquenettes

On raconte que, dissimulée dans les profondeurs abyssales d’Internet, se trouverait une légendaire cité, un lieu hors l’Espace et le Temps et donc accessible uniquement aux pratiquants de la magie noire heureux possesseurs d’un ordinateur quantique. Il s’agirait d’un obscur territoire, contrôlé par un gouvernement et théâtre de ses noires machinations (sinon c’est pas drôle) : le Marianas Web.

Bien évidemment c’est du flan, mais blagounette ou conspirationnite aigüe, on voit de temps en temps resurgir cette « information » qui provoque à coup sûr l’hilarité sur les réseaux sociaux. Ce Marianas Web est l’excroissance la plus caricaturale d’une théorie malheureusement fort populaire, celle d’un Web (ou d’un Internet, tout ça est assez confus) scindé en différentes zones.

Entre le « Web surfacique » (propre et légal) et, notez l’emploi de la majuscule, le « Darknet » (terrain de jeu des débauchés), se trouverait une zone grise, le « Deep Web », contenant quant à lui les trucs potentiellement suspects mais dont on est pas certain qu’ils sont vraiment sales. À peu près.

Un plouf dans le Deep Web

Le « Deep Web » désigne, selon ceux qui l’utilisent, tous les contenus Web qui ne sont pas indexés par les moteurs de recherche. On laisse ainsi entendre, que si ce n’est pas indexé, c’est caché, et si c’est caché, c’est que ça doit être pas joli-joli.

Or les moteurs de recherche, s’ils ont beaucoup évolué, ne sont pas omnipotents. De plus, il existe une flopée de raisons pour que des contenus Web ne soient pas indexés. Les pages sans liens entrants échappent aux robots d’indexation, certains formats de contenus sont ignorés par les moteurs de recherche, d’autres sont exclus ou dépréciés par les moteurs eux-même ou à la demande des éditeurs de sites (coucou, robots.txt), des données sont accessibles uniquement via une saisie de formulaire. Plus simplement, des parties de sites sont privées, protégées par des mots de passe et sont, par la même, inaccessibles aux robots d’indexation : applications et bases de données d’entreprise, espaces de discussion nécessitant une inscription, votre déclaration d’impôts, votre compte Google, vos messages privés sur les réseaux sociaux… La liste est sans fin.

Vous éditez des billets de blog, des articles depuis une interface d’édition ? Vous consultez vos emails via une interface Web ? Bienvenu dans le « Deep Web ». Cette métaphore, et par opposition, celle du « Surface Web », laissent entendre qu’il y aurait deux espaces distincts, ce qui n’a guère de sens : il n’y a qu’un seul Web. Certains contenus sont indexés et, fort heureusement, d’autres ne le sont pas. Il n’y a aucun mal à cela, bien au contraire. Deal with it et les moutons seront bien gardés, comme nous avons coutume de dire.

Enfin, s’il est probablement le plus populaire, le Web n’est qu’un des milliers de services disponibles sur Internet et que nous utilisons, souvent sans en avoir conscience : courrier électronique, messageries instantanées, transfert de fichiers, résolution de noms de domaine, etc. Internet et le Web sont ainsi deux choses distinctes : le premier est un réseau, le second un service. Évoquer le «Deep Web » comme une entité à part entière ou pire, un lieu, est donc doublement aberrant.

Going dark

À l’origine, il y a environ 40 ans, on appelait un « dark net » un réseau connecté au réseau ARPANET (le prédécesseur d’Internet) mais qui, pour des raisons de sécurité, n’apparaissaient pas dans les listes publiques.

Le terme a ensuite été réutilisé, au début des années 2000, dans un papier de recherche qui traitait du droit d’auteur et du tipiakage des MP3. En gros, les chercheurs y expliquaient que le développement de solutions technologiques alternatives faisait que les DRM étaient une solution vouée à l’échec.

Suite à un nouveau glissement sémantique, le mot a commencé à être familièrement utilisé pour désigner peu ou prou tous les réseaux « superposés » à Internet (overlay networks) et intégrant des fonctions d’anonymisation. Ici, il faut lire l’expression « réseau superposé à Internet » comme une métaphore technique. Elle désigne les réseaux qui définissent leurs propres modalités de communication entre machines, tout en s’appuyant sur Internet pour transporter concrètement les informations entre elles. En clair, c’est toujours Internet.

Les plus connus de ces « dark nets » sont I2P, Freenet, ou le célèbre Tor). Ces outils d’anonymisation sont utilisés pour des activités parfois criminelles, mais aussi par des journalistes, des activistes, des lanceurs d’alerte et autres ressortissants de pays aux régimes peu recommandables. On le mentionne rarement, mais il y a également nombre de personnes « normales » qui en font usage pour échapper au traçage, à la surveillance, au harcèlement, ou pour se prémunir contre des violences conjuguales.

Eva Galperin, de l’Electronic Frontier Foundation, déclarait que le « plus gros problème de Tor, c’est la presse. Personne n’entend parler de cette fois où quelqu’un a échappé au harcèlement de son agresseur. Les gens entendent seulement parler de celui qui s’est enfui avec de la pédo-pornographie. » Difficile de lui donner tort.

En résumé, l’appellation « dark net » est d’origine pas tellement contrôlée, très imprécise puisqu’elle désigne plusieurs choses distinctes, et a une connotation fichtrement négative. Encore une fois, l’usage du nom propre — « Le Darknet » — figure un objet indépendant d’Internet ce qui est, à nouveau, doublement inexact.

Le Marianas Web

Nous l’avons vu, cette théorie des « niveaux de profondeur » d’Internet n’a pas grand sens, mais cela n’empêche ni de voir ses avatars plus ou moins grotesques (Deep Web, Darknet, etc.) refaire régulièrement surface (vous l’avez ?), ni certains de les documenter avec un formidable aplomb. Parmi ces concepts, le fantasmatique Marianas Web bat tous les records d’absurdité.

Figurez-vous que pour y accéder, d’après ce blog, il est nécessaire de posséder du « falcighol dérivation polymère ». Qu’est-ce donc que ce « falcighol », vous demandez-vous sans doute ? Je l’avoue, je me pose toujours la question. « C’est tout simplement l’informatique quantique » poursuit l’auteur du billet. Bon sang, mais c’est bien sûr !

Le niveau 8 du web est censé contrôler l’ensemble d’Internet. C’est apparemment une anomalie découverte dans les années 2000. Il est complètement insensible, mais envoie des signaux directement dans les ordinateurs du monde entier, ce qui lui permet de contrôler Internet, mais cela dépend du hasard. Personne ne semble avoir le contrôle. D’après ce qu’on dit, une organisation / gouvernement secret détient le contrôle sur ce niveau, mais on ne sait pas.

Jusqu’ici c’est limpide, continuons.

Apparemment, vous devez résoudre un simple puzzle … verrouillage des fonctions de niveau 17 niveau quantique TR001. Il s’agit essentiellement de l’informatique quantique le plus avancé, totalement impossible à résoudre avec nos ordinateurs. Vous avez besoin d’une technologie profonde que personne ne possède.

On s’amuse, on taquine, mais c’est pas bien méchant ces bêtises. Ce qui est en revanche beaucoup plus étonnant, c’est de trouver mention de ce Marianas Web, et dans des termes très proches de ceux du billet de blog au « falcighol »… Dans un article de la revue éditée par la Gendarmerie Nationale, précisément page 126.

n° 256 de la revue de la Gendarmerie Nationale
n° 256 de la revue de la Gendarmerie Nationale

Ô ironie, ce passionnant article s’intitule « Former des citoyens numériquement responsables ». J’ai dans l’idée que c’est pas gagné…

Mise à jour du 07/02/2017 : suite à un gros trolling sur Twitter une prise de contact de la rédaction avec la Gendarmerie Nationale, la revue a été mise hors-ligne.

Mise à jour du 08/02/2017 : … malheureusement, elle est encore disponible ici.

Twitter Facebook Google Plus email

27 thoughts on “Le gendarme et les darquenettes”

  1. Heu… Mais comment dire ? Il y a vraiment des gens qui gobent ce charabia (les citations en fin d’article) ? (A bah oui, la gendarmerie)
    Uniquement en lisant »marianas web », on sait que c’est de la foutaise. Mais apparemment, le bon vieil adage « plus c’est gros, plus ça passe » fonctionne encore a fond.
    Désespérant.

  2. Merci, la leçon de sémantique s’imposait : voir ces bêtises traîner c’est normal mais que la gendarmerie s’en inspire c’est grave !

    « On laisse ainsi entendre, que si ce n’est pas indexé, c’est caché, et si c’est caché, c’est que ça doit être pas joli-joli. »

    Oui un raccourci qu’il est pas beau, et ce, alors que des contenus « hautement » illégaux sont indexés en parallèle.
    Bref, je plussoie ton analyse. :)

  3. Le dark web c’est Facebook. Il parait que des gens se disent des trucs entre eux (P2P) sur un réseau fermé sur invitation. Le serveur principal serait hors de France. La société derrière cette nébuleuse mettrait de coté de l’argent dans les paradis fiscaux.
    C’est affreux.
    Je demande au gouvernement de nous protéger et de rendre tous les profils Facebook publics pour qu’on puisse savoir à qui l’on affaire quand on croise des gens.

    1. « Je demande au gouvernement de nous protéger et de rendre tous les profils Facebook et Tweeter publics pour qu’on puisse savoir à qui l’on a affaire quand on croise des gens sur le Web. »

      Hi Hi :)

  4. Bonjour.
    Précision nécessaire, la revue est toujours en ligne sur le site de la gendarmerie. Il suffit de se rendre dans la rubrique CREOGN où ce numéro 256 est téléchargeable au format PDF.
    Ou tout aussi efficace un coup de Google qui fournit également le lien.

  5. C’est beau de voir que l’informatique n’est pas épargnée par les théories du complot, après la géographie, la médecine, l’astronomie… La théorie du complot c’est la consécration d’une science !

    1. tiré de la présentation:
      « Depuis les révélations de SNOWDEN on estime que 75 % du trafic Internet est chiffré.  »
      ah ?
      Je suis curieux de connaitre la répartition qui constitue le 75% chiffré et le 25% non chiffré

      « Le Web invisible, longtemps négligé par les moteurs de recherche classiques, représenterait 90 pour cent d’Internet. Ce no man’s land est un terrain privilégié pour les diverses activités de la cyberdélinquance et du terrorisme  »
      F33334444444rrrr !!!
      Au risque de passer pour un odieux connard (désolé Bluetouff de remuer le couteau dans la plaie), je vois un joli paradoxe:
      1) des documents soi-disant confidentiels sont facilement et publiquement listés par Google, « sépabien » parce que c’est confidentiel donc hop, condamnation.
      2) si t’es pas listé par un moteur de recherche, tu fais de la cyberdélinquance et du terrorisme.

      o/

  6. Article intéressant ! Bien qu’un peu réac. Je peux comprendre que le vocabulaire de la « profondeur » soit souvent utilisé. C’est un peu le cas, on doit franchir des étapes pour y accéder, Et puis après tout ce n’est pas le même morceau de réseau ?

    Pour le robots.txt, il sert à interdire à certains robots de crawler des pages (empêcher l’indexation n’est pas son rôle). Une balise meta noindex sert à indiquer qu’on ne souhaite pas être référencé, ou qu’on ne souhaite plus. Donc rien dans robots.txt quand on veut disparaître et fusionner avec le niveau 8 :) car il faut bien que le robot crawle la page pour l’indexer ou la désindexer en fonction du choix du webmaster.
    Je dis ça parce que reflets semble avoir perdu une place sur la requête « reflets »… ça vient pas du nouveau design wordpress ça ? ^^ Attention !

  7. Le « marianas web », je la connaissais pas celle-là.

    Sinon, dans le genre explication fumeuse j’ai une bonne comparaison (je pense): réseau internet = Multivers
    Il y a une dimension que les moteurs de recherchent connaissent (et donc Madame Michu), et puis il y a les autres dimensions, les autres « protocoles » :)
    Chaque dimension est fermé sur elle-même et ne devine l’existence des autres dimensions que par la présence de « singularités » (genre un serveur FTP accessible par http: comme http://ftp.sunet.se/, ou un tracker qui liste les fichiers échangés sur bitorrent etc)
    Et en poussant le vice, HTTP + moteur de recherche = Matière Visible, HTTP / HTTPS + TOR / autre protocole d’anonymisation = Matière Noire :p

  8. J’ai regardé le blog en lien, il est génial ! Je ne sais pas ce que ce blogueur fait dans cette obscure publication au nom douteux, une place royale l’attend sur Le Gorafi. Un talent pareil ce serait du gâchis de le perdre.

  9. Salut,
    [ceci est un trollogramme éducatif placé sous licence gpl]
    ayant accès à l’informatique quantique je peux dire ce qu’il y a après le niveau 8. C’est un autre réseau, plus complexe, dont l’interface est basée sur une connectique biologique. Les techniques et langages classiques ne fonctionnent pas avec ce niveau ; vous êtes obligés d’en changer et d’apprendre à vous en servir : ce qui n’est pas donné à tout le monde ; j’en conviens.
    Ce langage est nettement plus complexe que celui de l’informatique, basé sur des 0 ou des 1 ou encore celui du spin quantique dont on sait que la probabilité de trouver l’information en un lieu donné est influencée par la présence même de la décision de trouver en ce lieu la réponse plutôt qu’une autre.
    Ce langage est beaucoup plus développé que ceux que nous connaissons habituellement, et, il est possible d’y trouver de nouvelles idées, théories qui surprendraient beaucoup de monde si tout le monde s’en servait. Grosso modo, il s’agit d’un méta-langage qui utilise à la fois le langage binaire, l’improbabilité quantique ainsi que d’autres formes de techniques langagières.
    Le plus étonnant avec ce type de langage est sa récursivité et sa capacité à s’auto-réguler. Il peut atteindre des constructions très complexes en accédant, de lui-même, à un niveau plus secret, par le mélange de données, d’informations déjà pré-existantes d’où son extrême difficulté à décoder ces multiples niveaux de langage.
    Beaucoup de personnes ont essayé de les comprendre, certaines ont réussi à ouvrir des brèches mais ce n’est pas encore gagné pour décrypter ces nouveaux niveaux. D’une manière générale, le nom donné, par quelques hackers, lesquels se comptent sur les doigts d’une main, à ce niveau très complexe, est cerveau. Mais, à ce jour, aucun hacker digne de ce nom ne vous le confirmera réellement car l’information est tenue secrète au plus haut niveau.
    En gros, on sait qu’il existe un système complexe, lié par plusieurs couches d’accès réseau à haute technicité lesquelles échangent des données entre elles et avec l’environnement (on parle de structuration en réseau), et, tout là haut, à la tête de ce système, il y aurait un autre réseau qui dirigerait tout cela, que certains hackers nomment cerveau. Information à prendre avec recul, bien entendu. Je ne sais pas si un site de désinformation comme reflets pourra le confirmer ou pas tant l’information est sensible en ce qui concerne ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *