Le conditionnement quotidien : l’arme absolue contre toute rébellion

Les conditions pour un nouveau mai 68 sont souvent citées lorsque des manifestations surviennent impliquant la jeunesse. Depuis une vingtaine d’années, au moins. Comme si mai 68 était un absolu qui pouvait se régénérer à
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d'autres médias. Ni "désengagé" ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

16 thoughts on “Le conditionnement quotidien : l’arme absolue contre toute rébellion”

  1. Salut Drapher,

    Eh bien c’est pas encourageant tout ça…
    Merci pour les éléments dans ton article mais j’aurais aimé voir poindre l’imagination de l’individu contre ce système intrusif. C’est sûrement le plus difficile à décrire dans notre contexte…

    Pour faire plus de sens : je comprends que le système (surtout sa partie économique et financière) s’introduise dans nos esprits par les moyens dont il dispose. Principalement la pub. Mais la place que ce système financier peut occuper est autant de place libérée par le pouvoir politique : c’est une volonté politique que de laisser ces pouvoirs financiers construire de nouvelles normes.
    cf NDDL : qui pousse au cul, le maître d’oeuvre ou le maître d’ouvrage ?
    cf McDonald : Pourquoi autant de gens s’y retrouvent ? Serait-ce le seul endroit où trouver de la Wifi gratuite, des tables et des jeux pour enfants ?

    Mais dans tout ça, il y a des irréductibles, des individus qui se laissent pas faire, j’aimerais en entendre parler le plus possible de votre part.

    Amitiés et datalove

  2. Hé Doc, nationalisme et vertues de la civilisation occidentale depuis le XIXè, utopies « égalitaires » au serfice du petit nombre depuis l’Internationale (3è), Voltaire e tRousseau ; civilisation chrétienne (les bons) des croisades à la conquete de l’Afrique ou la partition de la Syrie. Bref y-a une belle continuité ! Et je préfère sans hésiter les internet et assoces au catéchisme, jeunesse hitlérienne & Co. Garre au gori-i-i-i-lle comme aux reconstructions historiques utopistes.

  3. En 1968 la TV (certes pas presente dans tous les foyers) etait etroitement controlee par le gouvernement. De meme pour les radios (je sais pas quel age a l auteur mais je suppose qu il n a meme pas connu la periode avant les « radios libres » (avant 1981 l etat avait un monopole complet sur la bande FM). Les journaux etaient certes hors controle mais les journaux « rebelles » s adressaient quand meme a une elite (hors l humanite)
    Donc le conditionnement existait aussi meme s il etait different. Et n oubliez pas qui etait au pouvoir. contester De Gaulle c est autre chose que contester pepere …
    Je pense qu au contraire internet rend la contestation plus facile. regardez le referendum de 2005. Malgre le consensus de la quasi totalite de la classe politique (exception FN/PC) et des medias, le referendum a ete perdu par Chirac, car les electeurs ont pu discuter et se documenter hors propagande
    Apres vous avez toujours une partie de la population inerte. en 68 c etait surtout les etudiants qui etaient actifs (ils etaient une minorite de la jeunesse et en 69 les elections ont ete un triomphe pour de gaulle). de meme en 1789 la majorite des paysans ne voulaient pas toucher au roi ni au clerge …
    Le principal blocage actuel vient du fait que la jeunesse est minoritaire non seulement numeriquement mais aussi ideologiquement en france : ce sont toujours les baby boomers de 68 qui dominent et qui imposent les solutions qui les arrangent (par ex pas de baisse des retraites mais des hausses de cotisations sur les actifs)

    PS: mai 68 c est aussi des gens citant mao & la revolution culturelle comme modele… ca a fait des millions de morts en chine

  4. Je pense qu’un mai 68 ne se reproduira plus . je pense que le monde a vraiment basculé en 45 , à Hiroshima . Il y a eu un avant et un après 2ème guerre mondiale , en terme de  » conscience collective humaine » si on peut appeler ça ainsi . Les contestataires de 68 étaient les derniers représentants de l’esprit 20ème siècle, les rejetons directs de la génération de la guerre, ils ont baigné dans le grand souvenir collectif de la guerre, de la résistance , de la lutte sociale . Ils avaient en plus le soutien de leurs aînés . Cette génération était plus émotionnelle, plus énergique, plus  » couillarde » que celle d’aujourd’hui , qui confond émotion et contemplation morbide de son nombril . De plus l’avenir était ouvert, pas de chômage de masse , et le sexe était une bonne et belle chose . La fenêtre d’opportunité, comme disent les anglos, n’a pas duré 10 ans .Passé les années 70 , la messe était dite . La consommation de masse, les voyages et l’hédonisme comme fin en soi, l’argent , la chute à l’est de la seule véritable alternative au capitalisme , et la mondialisation qui a enrichi tout le monde en occident quoi qu’on en dise . Pour couronner le tout une propagande quasi obsessionnelle depuis les années 80 sur les bienfaits du marché , l’inefficacité économique de l’état, et pour l’individu la gestion de sa propre vie comme la gestion d’une entreprise , et le contrôle de plus en plus étroit de ses émotions par lui-même et par les médias . Un individu conditionné à se penser entièrement responsable du succès de son intégration au système ambiant ne va pas se révolter , si ça va mal il va prendre des anti-dépresseurs ou passera peut-être par l’aide psy sociale .
    J’avais 12 ans en 68 , et me souviens très bien de l’ambiance de l’époque, et l’impression que me faisaient les  » grands frères  » . Aujourd’hui par mon travail je rencontre sans arrêt des gens de début vingtaine , les plus  » populaires » sont sympas comme ils l’ont toujours été , mais c’est la même résignation éternelle du petit . Ils sont contents de pouvoir consommer . Pour les  » bourgeois  » du tertiaire, futurs cadres, , je suis constamment frappé par la sophistication cérébrale qu’a atteint cette classe de la population, ils me semblent bien plus intelligents que leurs prédécesseurs , en un sens moins français, plus anglo-sax , même physiquement l’évolution a tendu vers la minceur , la hauteur, le langage s’est fait plus bref, coupant, concentré , sans traîner sur les syllabes ; il n’y a rien à attendre d’eux socialement . Popu ou bourgeois, les jeunes d’aujourd’hui ont bénéficié ( encore ) de conditions de vie exceptionnelles à l’échelle des 2000 dernières années, éducation, nourriture abondante et variée , parents tolérants en général , voyages, progrès de la médecine , etc…Pourquoi iraient-ils se révolter ? Il ne faut plus attendre quoi que ce soit à ce niveau-là . La science-fiction est déjà bien en marche, la robotisation, les moyens de contrôle policier, la mort douce de la classe moyenne et le siphonnage inéluctable des richesses par une petite oligarchie mondiale . La prochaine révolution n’arrivera pas avant 200 ans, quand toute une classe de la société aura appris à maîtriser et à s’approprier les moyens technologiques de domination .

  5. « Les premières tentatives de « conditionnement et influence des esprits » ont bien débuté aux Etats-Unis dans les années 50 ». Est-ce que c’est juste une blague ? Sans parler de la seconde guerre mondiale (point Godwin quand tu nous tiens…) il n’y a eu aucune tentative conditionnement et influence des esprits pour que les français déteste les allemands et inversement avant la 1e guerre mondiale ?

    Ce qui se développe particulièrement aux Etats Unis dans les années 50 c’est l’approfondissement de réflexions déjà existantes sur les mécanismes utilisés, je serais curieux de voir quelqu’un tenter de dater les premières tentatives pratiques…

    La radio était déjà une technologie de communication de masse (parce que « technologie de masse » ch’sais pas si ça veut dire grand chose) présente dans 70% des foyers en 50, 90% en 60 (et que de la radio d’etat s’il vous plait)

    Sans vouloir offenser personne, j’aime beaucoup Reflets, je pense que vous apportez énormément de choses sur vos spécialités et un peu autour mais sur certains sujets plus large on sent que vous avez pas le background et que vous êtes un peu fainéants sur les recherches…

    Après je dis ça sans vouloir être donneur de leçon, c’est juste que je pense que ça serait intéressant pour vous comme pour nous soit de bosser un peu plus (si vous en avez le temps et la possibilité) soit d’être peut être un peu moins ambitieux…

      1. Melchy a quand meme raison. On ne peut pas comprendre l emprise du nazisme sans comprendre l impact de la radio a cette epoque !
        Les nazis ont tout fait pour diffuser les radios car elle permettaient de difuser leur propagande dans toutes les maisons.
        Et qu a fait Adolf apres sa tentative d assasinat alors que les conjure mettaient en marche le plan pour prendr ele pouvoir. il s est precipite a la radio pour etouffer la rebellion dans l oeuf
        De meme, rappelez vous de l impact de De Gaulle a la radio lors du putch d alger. le « quarteron de generaux » ne s en est pas relevé

      2. Tu fais ce que tu veux l’ami, Reflets aussi, je n’ai jamais parlé de ce que les gens ont le droit de faire, je dis juste que si ça mène à des approximations, à des erreurs, voire à une réécriture du passé en fonction de la manière dont on veut voir le présent je trouve ça dommage…

  6. C’est une frustration totale de savoir qu’on ne va vivre qu’un seul modèle politique et culturel tout au long de sa vie et que toute tentative de les remplacer par un truc sain est vouée à l’échec.
    Finalement, cette révolution, ne pourra-elle être vécue par notre génération que suite à une guerre ?

    À propos de Grand Soir, 2 billets à ne pas louper :
    – I Have Given Up (Peter Sunde) : http://motherboard.vice.com/read/pirate-bay-founder-peter-sunde-i-have-given-up
    – La fin du rêve (Laurent Chemla) : https://blogs.mediapart.fr/laurent-chemla/blog/281215/la-fin-du-reve

    Au nom de la consommation, de la compétitivité et de la Sainte Croissance, Amen.

  7. L’expérience de Asch a été complétée un peu plus tard par celle de Milgram, les deux ayant été combinées dans la célèbre expérience télévisuelle (FRANÇAISE) du « Jeu de la Mort ».
    Et au quotidien, les articles ultra originaux qui proclament « la réaction de ce chimpanzé va vous étonner », mélangés aux conférence TED des « gens qui comptent » visent exactement le même but.

    Mais je vous trouve bien pessimiste. Bon, OK, 80 % de la population (ou plutôt 75 mais ne chipotons pas), est prête à avaler des hamburgers de la pensée (j’ai failli oublier les Think Tank qui viennent troller jusqu’à Reflets), mais cela nous laisse entre 15 et 25% de gens qui parviennent à cultiver une forme de lucidité. Perso, je trouve cela plutôt rafraîchissant car la cause n’est pas si perdue que cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *