Le chômage, un problème ? Pas pour tout le monde…

Les déclarations sur le chômage ne cessent de fuser du côté du gouvernement comme du côté des instances patronales. La situation serait « dramatique », le système d’indemnisation serait au « bord du gouffre », il faudrait à tout
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d’autres médias. Ni « désengagé » ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

20 thoughts on “Le chômage, un problème ? Pas pour tout le monde…”

  1. Malgré ce que nous disent nos chers médias et nos dirigeants bienveillants,
    on vivrait dans un monde dans lequel régnerait une profonde injustice…

    Merci pour ce rappel, malheureusement les gens sont trop occupés à payer leurs dettes…

  2. Un article intéressant qui démontre malheureusement une fois de plus la triste réalité.

    Il est vrai que derrière ses allures policées, « l’optimisation fiscale » pratiquée de manière de plus en plus importante peut assez facilement s’assimiler à des pratiques mafieuses.

    L’instrumentalisation de la loi, la pénétration grandissante du corps économique au sein du corps politique, le franchissement toujours plus important des barrière « morales », etc…

    Au final ces entreprises qui fraudent en masse sous couvert de respecter les normes en vigueur par des montages financiers sophistiqués ont énormément de similitudes avec le clampin moyen qui va frauder les allocations familiales ou tout autre prestation sociale. La seule vraie différence est que ces entreprises mentent et pillent les économies nationales avec le concours de fiscalistes et d’avocats spécialisés qui connaissent très bien la finalité de leurs actes en appliquant une stratégie bien huilée.

    C’est cette stratégie d’industrialisation de la fraude fiscale associée au poids écrasant des sociétés en question qui pose à mon sens le plus de problème. En l’absence de sanctions dissuasives au niveau européen, le manège continuera.

  3. Le chômage est aussi un problème pour l’état puisque moins d’actifs entraine moins de charges sociales versées, moins d’impôts sur le revenu et moins de consommation des chômeurs donc moins de TVA.

    1. Dans l’absolu, on peut penser que oui. Mais dans les faits, ce n’est pas le cas. Les Etats se portent très bien avec des tombereaux de chômeurs, ils peuvent ainsi justifier les coupes dans les services publics et accentuer encore un peu plus les politiques d’austérité. Vendre au privé ce qu’il reste à vendre sous prétexte de manque de recettes. Recettes qu’ils refusent de collecter correctement en laissant l’évasion fiscale et autres fraudes perdurer. Cf les 1000 milliards d’euros soustraits en Europe que la vidéo de Bocquet dénonce. Un chômeur consomme quand même, paye même parfois des impôts, paye la TVA, sa taxe d’habitation, son énergie, ses communications. Donc, non, je ne crois pas que les Etats soient ennuyés par le nombre de chômeurs, sinon ils auraient déjà essayé d’autres méthodes économiques que la seule austérité ? Sachant que plus il y a des chômeurs, plus les embauches à bas salaire sont possibles, ce qui semble une voie plaisante pour ceux qui dirigent les dits Etats, toujours prêts à aider les entreprises à pratiquer du moins disant social. La porosité entre politiques et décideurs économiques est-elle en cause ? Certains prétendent que oui…

      1. L’austérité c’est de l’idéologie et ça finit par flinguer les affaires. En gros, le patronat et la classe politique sont suffisamment idiots pour se tirer des balles dans le pied, après en avoir tiré sur les chômeurs qui de toute façon ont moins de revenus, donc consomment moins et payent moins d’impôt quand ils en payent encore. Embaucher des types au rabais et virables sine die fera des démotivés et ne va pas vraiment créer de la compétitivité hors coût, pas même une compétitivité coût, les indiens feront toujours mieux de ce côté…

        Même le libéral Friedman conseillait de distribuer la création monétaire directement aux consommateurs sous forme d’allocs plutôt qu’aux banques qui stérilisent la création monétaire dans des bulles d’actifs qui ne font que déstabiliser encore plus le système.

  4. Je vais devoir faire l affreux de service, mais malheureusement l article a tout faux.
    1) le chomage est une variable d ajustement liberale. Croire que le chomage massif est lie aux affreux actionnaires est certes tres confortable intellectuellement mais faux. Croire que l irruption de la chine (20 % de la population mondiale), la fin du petrole pas cher et l informatisation allait se faire sans impact chez nous est du reve.
    La partie de l article sur la hausse des dividende est d ailleurs surtout liee au fait que le CAC40 comporte beaucoup de valeurs financieres qui avaient sabré leurs dividendes juste avant. La financiarisation de l economie est d ailleurs surtout lies a la problematique des retraités US

    2) croire qu on va retablir les comptes par la lutte contre la fraude fiscale. Soyons clair, la fraude doit etre penalisee. Mais taxer plus n a jamais retablit les comptes: Hollande a essaye, ca n a pas marche. Juppe avait essaye aussi et ca avait aussi foire. La rasion est simple : le fraudeur va souvent cherche une autre echappatoire a la taxe ou simplement ne rien faire (plus de revenus =plus d impots)

    1. Merci pour ce commentaire de bon sens.

      L’article répète une fois de plus l’idéologie dominante répétée ad-nauseum depuis 30 ans et qui pourri ce pays.

      Le principale erreur est en effet de réfléchir comme si le pays tournai en système clos, indépendamment du fait que durant le dernier demi-siècle le monde a profondément changé, que les pays en développement ne sont plus de pauvres victimes mais de féroces concurrents etc.

      Puis il y a le raisonnement qui consiste à penser que le gouvernement et les entreprises souhaitent faire baisser les salaires grâce au chômage, mais les salariés sont aussi des consommateurs. Les entreprises souhaitent en général grossir, se développer, pas assister à leur destruction progressive alors que les salaires, le nombre d’employés et les revenus diminuent. Côté gouvernement, c’est précisément ce qu’il souhaite éviter, quel que soit le parti au pouvoir.

  5. Bon, je crois que commenter sans lire vraiment les articles est assez usant.
    Hollande n’a rien « essayé » sur l’évasion fiscale, la fraude fiscale, au contraire, et l’article ne parle pas de « taxer plus ». Les fraudes, il faut aller lire le rapport pour comprendre ce qu’elle recouvrent et les montants en jeu. Et tout ça dure depuis très longtemps. Le chômage, je le stipule, était aussi important en 1993 en France, sans la Chine dans la boucle (ou de façon ridicule), avec une informatisation très faible comparée à aujourd’hui. Les dividendes reversés aux actionnaires n’ont jamais cessé, augmentent sans cesse. Comme le nombre de niches fiscales offertes aux (grandes) entreprises. Jersey et les Bermudes ont été placés dans la liste noire des paradis fiscaux en août 2013, Moscovici s’est empressé de les retirer en janvier 2014 : la BNP et tous les grands groupes d’assurance y sont massivement installés via des filiales.
    Bref.
    Je range mon clavier.

    1. Personnellement je le trouve très bien écrit cet article. Une problématique claire, des chiffres sourcés pour fonder l’argument à partir duquel l’auteur tire une conclusion.

      Celle-ci plaira ou non selon que le lecteur est ouvert à la discussion ou non. Mais comme souvent en politique économique, il suffit d’un poncif pour balayer tout problème :
      « le chomage est une variable d ajustement liberale »

      Alors si c’est une variable d’ajustement, tout va bien. Laissons les gens crever =)

    2. 1) Le gouvernement, certes officiellement, agit contre la fraude fiscale. Bon c est vrai que c est pas mal de baratin et que Hollande n avait pas trop le choix apres l episode Cahuzac. Le grand saut quantitatif a ete fait suite a la pression des USA sur des pays non cooperatifs (dont la Suisse et le Luxembourg). C est pour cela qu on a un paquet de personne qui viennent se denoncer « spontanement » aux impots en France. En fait ils ont pas le choix, en 2017 les banques suisses ou autres vont les declarer aux impots
      2) il faut faire la difference entre la fraude et l optimisation fiscale. L un est legal, l autre non. On peut apres essayer de changer les lois pour par ex eviter que google ou apple ne paient pas d impots mais c est pas simple te necessite l accord de pays tiers (par ex l irlande). L autre solution est evidement de faire comme Poutine et d embastiller le geneur et de confisquer sa societe (Yukos ou plus recement Yevtushenkov). Mais la on est plus dans un etat de droit. C est pas un simple detail. Si les riches russes planquent leur argent a l etranger au lieu de l invetsir chez eux c est qu ils savent qu un jour ils risquent de devoir fuir et que tout ce qu ils ont en russie sera perdu

      3) Les dividendes n augmentent pas sans cesse.
      L augmentation recente des dividendes que vous citez dans l article est liee aux entreprises financieres qui ont augmentes leurs dividendes par rapporta l annee d avant
      Si on prend axa
      http://www.axa.com/en/investor/stockmarket/dividends/
      05/14/2013 -> 0.72 €
      05/07/2014 -> 0.81 € (soit +12.5 %)
      par contre c est bien moins qu avant la crise
      04/29/2008 -> 1.20 € (soit -32 % par rapport a 2013)

      Pour BNP
      http://invest.bnpparibas.com/en/pid5906/dividend.html

      29/05/2008 ->3.26 €
      23/05/2014 ->1.50 € (soit meme pas la moitie de ce qui a ete verse en 2008)

      4) parmi les causes du chomage, j ai cite la chine mais aussi la fin du petrole quasi gratuit (1974) ou l informatisation. J aurai aussi pu citer l irruption des pays d europe de l est libere du joug de l URSS, l inde (pour l IT). Ecrire que l informatique avait un impact tres faible en 93 par rapport a aujourd hui montre que vous etes sans doute tres jeune et vous n avez pas connu l avant informatique.
      Je pense qu au contraire les plus grosses pertes d emplois liees a l automatisation ont ete faites dans les annees 80-90. Regardez des photos d usines dans les annees 60/70 ou meme des bureaux. Les traitements de textes et photocopieuses ont liquidés les secretaires/dactylo et les robots les OS des chaines de montages

      PS:
      j ai bien lu votre article. C est pas par ce que je ne suis pas d accord avec que je ne l ai pas lu

      1. On peut effectivement comparer les dividendes 2013 à ceux versés avant la « crise » et se dire « avant c’était pire ».

        Outre le fait qu’on peut toujours trouver pire ailleurs, il n’empêche que dans une économie en récession ou stagnation :
        – les dividendes augmentent,
        – le chômage augmente,
        – les salaires baissent.
        Et on ne peut s’empêcher de remarquer que la décorrélation des dividendes (on peut ajouter les salaires des patrons du cac40) avec l’économie du pays est, en France, d’une ampleur bien plus importante qu’ailleurs.

        Que les causes du chômage soient différentes n’est pas nié par l’auteur, ce n’est simplement pas le sujet.

        1. attention, correlation ne veut pas dire causalité. autrement dit c est pas parce que 2 faits apparaissent en meme temps qu ils sont lies. par ex depuis 50 ans on a une explosion du nombre des divorces et des immeubles avec ascenceurs. Je doute que la presence d ascenceurs generent plus de divorce
          La hausse du chomage a un lien sur le niveau des salaires en instituant une concurrence, mais ce n est pas la seule raison des salaires faibles. Il ne faut pas oublier qu en France, environ 50 % du salaire part en taxes ou cotisations sociales et que cette partie ne fait qu augmenter (logique en partie vu que la population vieillie -> plus de pensions et de soins medicaux mais aussi car on est incapable d y mettre un frein)
          Pour les dividendes, il y a un tres bon article la
          http://resultat-exploitations.blogs.liberation.fr/finances/2010/10/dividendes.html
          En resume, les salaires n ont pas ete sacrifies pour les dividendes mais la hausse de ceux ci a ete surtout paye par la reduction des frais financiers (emprunts). par contre, les entreprises ayant tendance a moins investir, ca peut poser a terme des problemes

          1. On est bien d’accord sur la corrélation. Et je n’ai pas vu que Drapher parlait de causes/conséquences.

            Je comprends l’article comme l’exposé d’une situation qui n’est pas la même pour tous. Et plutôt que d’augmenter les dividendes, le CAC40 aurait pu reverser l’argent sous formes de primes aux employés, ou en investissements de R&D, ou dans les moyens de production, ou…

  6. Sauf que le concept actuel de l’économie fait qu’enculé son voisin est toujours plus profitable qu’autre chose.

    Les banques / assurance l’on bien comprit.

    Je voit pas comment en ralant on peut arrivé a trouvé une solution, il se passe rien.

    Vivement le raz de marée je me prépare un bunker.

  7. Et si on parlait, en passant, des indemnités de chômage de nos ministres, députés & co… ?
    Ont-ils toujours 5 ans d’indemnités, puis 20% à vie. Info ou intox ? Votent-ils toujours leurs salaires ?
    L’hôpital qui se f*** de la charité, en somme…

    Pendant ce temps, les sans emploi ne cessent d’être stigmatisé, montrés du doigt. Comme un vilain bouton au milieu de la figure, une maladie mortellement transmissible..

    1. Plutôt que des indemnités qu’ils touchent, il faudrait surtout les empêcher de pouvoir faire carrière en politique.
      Si les décideurs devaient faire 90% de leur vie professionnelle dans le privé à des échelons intermédiaires ou bas dans l’entreprise, on y gagnerait beaucoup.

  8. Le chomàge est une necessité dans les modèles économiques en place dans notre pays.

    La première variable d’ajustement c’est bien les coûts de personnel (hors investissements) généralement et la flexibilité de l’emploi ne sert qu’à rendre la force du travail plus docile donc plus maléable aux conjonctures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *